JavaScript must be enabled to use the KabaNa language sound dictionary. If you do not have or wish to enable javascript, please view the KabaNa PDF dictionary.

The Sound Dictionary is loading...


loading image

Dictionnaire
de la langue Na

Kodé Koutou
John M. Keegan


The Sara-Bagirmi Language Project

Morkeg Books
Cuenca

Première édition

novembre, 2014

Information sur
le Projet des Langues Sara-Baguirmiènne
est disponible à

http://morkegbooks.com/Services/World/Languages/SaraBagirmi

Introduction

Na, ou Sara Kaba Na, est une langue Sara Kaba parlée au sud du Tchad dans la région de Kyabé. Selon Keegan (2014) la langue Na n’est pas une langue Sara; elle est plutôt apparentée à Démé, Kulfa, Sara Dunjo et Sara Kaba.

Ce petit dictionnaire contient environ 3070 mots, 3170 phrases illustratives et 690 expressions idiomatiques. Les informations sur la langue Na ont été recueillies à N’Djaména au cours des étés 2012, 2013 et 2014 en travaillant principalement avec Kodé Koutou. Cet ouvrage repose sur le Dictionnaire Sara-Kaba-Na – Français, (Danay et al [1986]), publié au Collège Charles Lwanga à Sarh.

Ce travail a été rendu possible par des dons de National Endowment to the Humanities (FN-5007410, FN-5010412 et and FN50134-14).


Abréviations

acc. - accusatif
Aux. - verbe auxiliaire
Av. - adverbe
Cmp. - « complementizer »
Cnj. - conjonction
excl. - exclusif
Exp. - expr. idiomatique
fréq. - fréquentatif
Id. - idéophone
incl. - inclusif
Inf. - infinitif
Inj. - interjection
Int. - interrogatif
irrég. - forme irrégulière
Loc. - locatif
N. - nom
Nin. - nom inaliénable
NP. - nom propre
pl. - pluriel
Pr. - pronom
PrA - affixe pronominal
qqc - quelque chose
qqn - quelqu’un
Spc. - « specifier »  (article ou démonstratif)
NPl - marque le pluriel d’un nom
Num. - numéro
Syn. - synonyme
v. - voir
V. - verbe
VN - nom verbal
VPl - marque le pluriel du verbe
VT - verbe transitif

Ordre Alphabétique

a, b, ɓ, d, e, ε, g, h, i, j, k, l, m, mb, n, nd, ng, nj, ɲ, o, ↄ, p, r/ɗ, s, t, u, w, y


1
à VI être (abréviation de ày). M-ā kàré béè. Je suis seule. Dèɓē ré à kɔ́ngὲ néè. Cet homme est leur chef. Mā kɔ́ngὲ sé. Je suis votre chef. M-ā dèɓē, yā ā dèɓē nè à dèɓē, jégè j-àyī dèɓē gē, dégè d-āy dèɓē gē, ségè āy dèɓē gē, négè àyī dèɓē gē. je suis une personne, tu es une personne, il est une personne, nous (incl.) sommes des personnes, nous (excl.) sommes des personnes, vous êtes des personnes, ils sont des personnes
à AUX marqueur progressif (?? to ɲámà). Màndé gē à tíī. Les femmes sont en train de crier. AUX marqueur habituel. Mōnō nìnjò má à ìsà nákū béè njɔ̄ hálá tà káỳ má. Mon neveu mange toujours chez moi.
á CMP est-ce (marqueur d'interrogation avec renforcement). Kāgā á ā úgà? Est-ce un arbre que tu coupes? Káỳ á ā úgà? C'est une maison que tu construis? Jùlù á lá ī-tɔ̄lē? C'est une biche-cochon que tu as tué?
á SPC marqueur d'emphase sur la proposition qui précède (?? ss1 wrong enreg souvent avec ; devient après 'i', 'e' et 'y'). Mōnō má á kí ùgà kī. C'est mon enfant qui t'a frappé. Gúrsù á kí m-éngè. C'est de l'argent que j'ai trouvé.
Loc dans, (après la voyelle a; utilisation rare). kàjà-á, bā-á au soleil, au fleuve
àa AV oui. ógò lá náā? àa, m-ógò ní. Est-ce que tu es là? Oui, je suis là.
àā AV oui. ógò lá náā? àā, m-ógò ń. Est-ce que tu es là? Oui, je suis là.
á-à AV non. Yàá lá í tɔ̄kɔ̄ kārō réè? á-à, mā mí ndóò. C'est toi qui as cassé cette calebasse? Non, ce n'est pas moi.
à-kí INT marqueur interrogatif (au debout de la phrase). à-kí njɔ̀kɔ̀ kè? Comment ça va? à-kí njɔ̀gè? Comment ça va? (forme abrégée) à-kí nè ɓērēgéè àɓē ní súkū só? C'est pourquoi qu'il n'est pas allé au marché? à-kí nè ɓèrè kè? Comment ça va?
àbà N hippopotame (normalement jā àbà). àbà ày jā kòō. L'hippopotame est un grand animal.
àbī (Syn: bī) CNJ et, mais. òrī àbī àsà só. C'est bon mais ça ne suffit pas.
àbìyō Français (Syn: àrpàlā) N avion. àbìyō ní rèjì àý tàkàsà jōó kō. L'avion a atterri il y a deux heures.
àbò VI venir. ábò tìyéè. Viens ici. àbò kō; àbòo kō. Il est venu; ils sont venus. Dèɓē ré àbò-ó ày ní-dàrū má. La personne qui est venue est mon voisin. VI venir de (avec ). Mōnō àbò jē lɔ̀kɔ́lɔ̀. L'enfant est venu de l'école. VI arriver. àbò gétè-nè nìnjò ń néè. Il est arrivé avant son frère. Expr: àbò ní -apporter, amener, emmener àbò ní nūɓá kò bìyà má njínjɔ́ɔ̀.Ils ont apporté la nouvelle de la mort de mon père hier.
àɓà VI être large. Ná-ndāy ní àɓà. Son couchage est large. VT agrandir, rendre large. M-áɓà màā káỳ má. J'ai agrandi ma case.
àɓē VI aller, partir. M-āɓē ɓēé. Je suis parti au village. (= Je suis parti à la case.) Kóò má àɓē súkū mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī. Ma mère est allée au marché ce matin. m-āɓē,yàá āɓē,nè àɓē,j-àɓē,ségè āɓē,négè àɓē - je vais, tu vas, il va, nous allons, vous allez, ils vont. àɓē kō; àɓēe kō. Il est parti; ils sont partis. VI marcher. Mōnō ré àɓē lá kō? Est-ce que cet enfant marche déjà? Expr: àɓē ń [dèɓē] -amener [qqn] àɓē ní mā = àɓē ń mā, àɓē ní kī = àɓē ń kī, àɓē ń nì -il m'a amené, il t'a amené, il l'a amené. Expr: àɓē ń nè bīɲā [nákū] -avoir [qqc] àɓē ń nè bīɲā dɔ̀gɔ̀ ní.J'ai dix chèvres. Expr: àɓē nè mòtù ní -être malade
2
àgà V quitter un lieu, venir de. M-ágà jē Kíyāɓē, njí m-āɓē Sārá. J'ai quitté Kyabé, je vais à Sarh. V se lever. ágà bī íɲà ná-kìnjī nè kàká í nè. Lève-toi et donne le siège à ton grand-père. V reprendre, commencer à (faire qqc) de nouveau. Nògò-nè m-úwà ngèsè nē m-ágà yɔ̄ kàɲā. Quand j'ai vu le lion j'ai commencé à courir de nouveau. VI s'envoler. Nògò-nè àlī gē òō ndédē nákū négè àgà bī àɲā. Quand les oiseaux ont entendu le bruit ils se sont envolés. Expr: súkù [dèɓē] àgà -[qqn] avoir beaucoup de la clientèle Dèɓē ré màkē njàhà bī súkù ní àgà.Cette personne est de bon coeur et il a beaucoup de clients.
àgō VI enfler, être enflé. Jīlī má àgō. J'ai une main enflée.
àhā VI durer (temps à). ɓàkúrà má àhā bé tàń Sārá. Mon ami a duré de temps à Sarh.
àhā VI se sécher en surface, être sec. Jɔ̀ɔ̄ ngáā àhā kō. La surface du sol est déjà sèche. Ngīyā-má àhā. Mon habit est déjà sec. VT sécher. Kàjà-kúmā àhā ɲàmá má. Le soleil sèche mon vêtement.
ájáɓà Arabe N prostituée. ájáɓà gē lóò Njàménà gē-kòó-néè àyī Kàmàrùnē gē. La plupart des prostituées à N'djaména sont des Camerounaises.
àjì VT abîmer. Mōnō má gē àjì bìlō má kō. Mes enfants ont abîmé mon vélo. VI vieillir, être vieux. Bìyà má àjì kō. Mon père est déjà vieux. Mā m-ájì, ī ájì, nè àjì - moi je suis vieux, tu es vieux, il est vieux.
àjī VI être mûr. Gɔ̀jè àjī kō jì j-ìyà nì ásà. Le sorgho est déjà mûr, nous allons le récolter maintenant. VI doux, gentil (être), obéissant. Mōnō í ré àjī. Ton fils est obéissant. VI être fermenté. čèkā àjī nē ɲèlē kὲɛ̄. Quand la boisson est fermentée elle est bonne à boire. Expr: kàm [dèɓē] àjī -[qqn] être sage Kàm-í àjī kánē nj-ɔ̄yɔ̄ dèɓē.Il faut être sage avant de conseiller les gens. Expr: kàm [dèɓē] ìlì (dèɓē) -(qqn) [qqn] manquer Nìnjò má àɓē Njàménà bī kàm má ìlì nì.Mon frère est allé à N'djaména et il me manque. Expr: kàm [dèɓē] njàhà -[qqn] être changeant, saugrenu Mōnō má kàm njàhà kūmáy.Mon enfant est trop changeant.
àkàń VI être mieux. Yē í àkàń. C'est mieux pour toi. àkàń máà. C'est mieux pour moi. Yɔ̄ mōnō má àkàń sèlè. La santé de mon fils est un peu mieux.
àkè VI être rouge. Jɔ̀ kélī kí-màngà-bɔ̀rɔ̀ àkè. La tête du margouillat mâle est rouge. VI être mûr; mûrir. Móngò àkè. Les mangues mûrissent. VT faire rouge. Kíyà àkè jīlī-má. Le caolin m'a rendu la main rouge. Expr: yɔ̄ [dèɓē] àkè -être brun Yɔ̄ mɔ́ àkè.Je suis brun. Expr: àkè sà -rose, vermillon Expr: àkè hɔ̀ -orange Expr: àkè mbàmbàlà -rouge vif Expr: àkè mbòmbòrò -rouge braise Expr: àkè bà -n'être pas complètement mûr
àkò (Syn: ɔ̀kɔ̀) VT attendre (si un objet n'est pas précis on utilise gɔ̄). M-ákò bìyà má. J'attends mon père. àbò só njí m-ákò gɔ̄. Il n'est pas venu, je vais attendre. VT surveiller les champs contre les oiseaux, singes etc.. Mōnō-sákū àɓē àkò jòō. Les enfants sont partis pour garder les champs et chasser les oiseaux.
àksìdáǹ N accident. Expr: táḿ àksìdáǹ -avoir un accident
àl-gɔ̀ N dernière grosse pluie qui s'accompagne d'un vent violent. àl-gɔ̀ ɔ̀tɔ̄ mbɔ́ɔ̀ ngàlī. La dernière grosse pluie abat les herbes.
àlà VI être velu ou poilu. Bìyà má ày dèɓē ré àlà. Mon père est une personne qui est velue.
àlà N orphelin. Mōnō àlà à mōnō ré kóò bī bìyà ní ndò. Un orphelin est un enfant dont les parents sont morts.
àlà VI ramper par terre (plante, serpent). Mìnjò àlà. Les haricots rampent.
3
àlà VT tolérer, pardonner (normalement avec kàm). Kàm má àlà kī. je te pardonne. [litt: mes yeux te pardonne] Expr: kàm àlà -avoir pitié, pardonner Kàm ní àlà mā.Il a pitié sur moi.
àlà N non développé quand il s'agit des tubercules. àlà bāngàw. Patate maigre.
Álà Arabe N Dieu. Kàjē Álà ìndā kàm rèní jɔ̀ɔ̄-í. Que Dieu te protège.
àlè V nager. M-álè mí dāy bā. J'ai traversé le fleuve à la nage.
àlè N veine, nerf, tendon. Jā ré à àlè kūmáy, kìsà ní àngā. Cette viande a beaucoup de tendons, elle est difficile de manger. Kìjà tēkī àlè só. Insulter ne fait pas mal aux nerfs. (Proverbe)
àlé (Syn: wōó) INJ réponse à un appel (pour les hommes).
àlè-sākā N tendon du pied (de l'homme). Lī jùɲù mā rèní àlè-sākā máà. Le serpent m'a mordu au tendon.
àlgɔ̀ N dernière grosse pluie qui s'accompagne d'un vent violent. àl-gɔ̀ ɔ̀tɔ̄ mbɔ́ɔ̀ ngàlī. La dernière grosse pluie abat les herbes.
àlī VI être insatiable de rapport sexuel. Ní-dàrū má àlī kūmáy, nè à sɔ́ɔ̄ màndé ní dàrū ní gē. Mon voisin est complètement insatiable, il cherche les femmes du quartier.
àlī N oiseau. Wū ày àlī kókòō ré à àɲā nè mbāgō ní só. L'autruche est un grand oiseau qui ne vole pas.
àlìmétè (Syn: àlmétè) N allumette. àlìmétè káӯ àsà ndúù só. Les allumettes sont mouillées, on ne peut pas les allumer. Expr: úgà àlìmétè -gratter une allumette úgà àlìmétè lò kɔ̀nɔ̀ hàrù.Gratte une allumette pour allumer le feu. Expr: kàm àlìmétè -bichette d'allumette
àlīsīyō VI être fou, devenir fou. Jē-gɔ̄ rɔ̄ ré nè àlīsīyō. Après la guerre il est devenu fou. VI être enragé. Dí-tɔ̄lē bísì lòhà nē àlīsīyō. Nous avons tué le chien parce qu'il est enragé.
àlmétè (Syn: àlìmétè) N allumette. àlmétè mànī n-ɔ̀dɔ̀ nē ndúù só. L'allumette, quand l'eau la touche ne s'allume pas. Expr: ùgà àlmétè -frotter une allumette ùgà àlmétè ngútì ní màktúɓù ní gē.Il a frotté l'allumette et il a brûlé ses papiers.
àlō VT monter. Kūnjá àlō jɔ̀ kīɲō. Le poulet est monté sur l'arbre de karité. m-ālō, ālō, nè àlō, jégè j-àlō, dégè d-ālō, ségè ālō, négè àlō - je monte, tu montes, il monte, nous (incl.) montons, nous (excl.) montons, vous montez, ils montent. VI produire bien. ɓū jē bìyà má ré àlō só. Mon père n'a pas obtenu beaucoup d'huile [litt: l'huile de mon père n'a pas bien produit]. Expr: nɔ̄hɛ̄ àlō -la lune se lève Expr: àlō nɔ̀hὲ -ne s'emboitent pas (deux choses), ne se mettent pas ensemble Tà kāgā sàrbànjē àlō nɔ̀hὲ.Les bouts des bois ne s'emboitent pas. Expr: àlō sīyō -devenir fou Mōnō-sákū nòhò gē ɲàlā Bákì néè bī àlō sīyō.Certains enfants, ils ratent le BAC et ils deviennent fous.
àlō VI être gâté (emprunt de Démé, et toujours avec ngàndē). Kèkā ré àlō ngàndē. Cette boisson est gâtée.
álfù NUM mille (toujours suit par un numéro: kàré, jōó 'un, deux, etc.'). M-ūbō sàmísì má nè gúrsù álfù kàré ń. J'ai acheté ma chemise pour mille francs. Expr: álfù jōó, álfù mùtá, etc. -deux mille, trois mille, etc.
àm VI être beaucoup (en parlant du sel) (toujours kàtā [nákū] àm '[qqc] être salé'). Tárò ré kàtā ní àm kūmáy. Cette sauce est trop salée.
4
àm̄ V garder, veiller sur. Mōnō má àm̄ jɔ̀ bīɲā má gē. Mon enfant garde mes chèvres. Expr: àm̄ mōnō -être enceinte Màndé má àm̄ mōnō.Ma femme est en grossesse. Expr: àm̄ hàā -garder rancune ām hàā rèní màkē í.Tu tiens rancune.
àmèríkì NP Amérique.
àmtìmáǹ NP Am Timan, capital de Salamat. àráɓù àmtìmáǹ gē àyī nìnjò Sàrā-Kābā gē. Les arabes d'Am Timam sont les frères des Sara Kaba.
àmbà VI être roué de coups (de chicottes, etc.). Ní-ɓògò ré àmbà nì. Ce voleur est roué de coups.
àmbì VI bouger le corps dans la danse avec un bon rythme (normalement avec tèɓè-tèɓè.). Ní njíkī ré àmbì tèɓè-tèɓè. Ce danseur là maîtrise la danse. V surnager, flotter (l'huile). Mbátkɔ́rɔ́ àmbì tèɓè-tèɓè. L'huile surnage à la surface de la pâte d'arachide.
àmbúlà Arabe N maladie qui provoque des cloques et des plaies sur la poitrine. Màndé má mòtù àmbúlà táḿ nì. Ma femme est malade avec la maladie de la poitrine.
áǹ SPC marqueur de la fin d'une proposition de comparaison introduite par háǹ (v. aussi ). háǹ ní-kàlòsīyō áǹ; háǹ kāgā áǹ; háǹ hàrù áǹ; háǹ ngáā hɔ́tɔ̀ áǹ - comme un fou; comme un bois; comme le feu; comme la terre malaxée.
ànā VI fructifier (arbres ou végétaux). ɓālā ré móngò ànā kūmáy. Cette année les manguiers donnent beaucoup de fruits. VI sortir des boutons dans la peau (hommes). ní-kàɓē má ré kòtī ànā rèní kàm kūmáy. Mon ami a beaucoup de boutons sur son visage (litt: ...boutons sont sortis sur son visage...)
ànī VI pénétrer dans l'eau. Nògò-nè ndābá n-ànī nè tàkī wàsíì só. Quand le canard pénètre dans l'eau, il ne sort pas vite.
ànū VT dépasser, confondre. ànū mā, ànū kī, ànū nì - je me suis trompé, tu t'es trompé, il s'est trompé. Nákū ré ànū mā. Cette situation me dépasse. M-āɲā m-ānū nì, āɲā ānū nì, nè àɲā ànū nì, jégè j-àɲā j-ànū néè, dégè d-āɲā d-ānū néè, ségè āɲā ānū néè, négè àɲā ànū néè - Je cours plus vite que lui, tu cours plus vite que lui, il court plus vite que lui, nous courons plus vite qu'eux, nous (excl.) courons plus vite qu'eux, vous courez plus vite qu'eux, ils courent plus vite qu'eux. V soûler. Tòkó ɛ̄ árgè, ànū dèɓē kūmáy. Ne bois pas le "argi", il soûl quelqu'un très vite. Expr: ànū mèy -manquer qqn de justesse en parlant d'une visite Kàɓē-í Sìbɔ̄ ré, m-ábò m-ànū mèy.À ton départ à Subo, je t'ai raté. Expr: ànū kèkā/čèkā -s'enivrer, se soûler Expr: ànū mɔ̀tɔ̀ -remplacer
ànū (Syn: tánū) N erreur, faute. Nákū ré ànū má. C'est ma faute. Hàā kòtì má ré ànū má. La parole que j'ai dite est fausse.
àngā (Syn: ngóỳ) VT être difficile pour. Tà Náā àngā mà. La langue Na est difficile pour moi. VI être difficile. Kèngè jɔ̀ɔ̄ kìnjī-jéè ré àngā. réussir de nos jours est difficile. VI être cher. Nò-ndákā-ré kāsā tāy àngā kūmáy bī nɔ̄hɛ̄ jágō nē njì ndélè ngáā kō. En ce moment le prix du ml est très cher mais le mois prochain le prix va descendre. Expr: màā [dèɓē] àngā -[qqn] être méchant, dur Màkē-é àngā kūmáy, ìɲā ná-kìsà nè mōnō ní gē só.Il est méchant, il ne donne pas la nourriture aux enfants.
àngèlē NP anglais. Nàndā-kàré lóò Njàménà dèɓē hálá dúrù ndóò tà àngèlē. Maintenant ici à N'djaména tout le monde veut apprendre anglais.
àngū VT craindre, avoir peur que. M-āngū bìyà má. Je crains mon père. M-āngū mōnō má tòkó àm̄ mōnō. J'ai peur que ma fille est enceinte. Expr: àngū yɔ̄ [dèɓē] lò [tàm nákū] -[qqn] avoir souci de [faire qqc] M-āngū yɔ̄ má lò kòtì.J'ai le souci de répondre. Expr: àngū màkē -être insatisfait
5
ànjà VI fuir (toiture). Káỳ má à ànjà. Le toit de ma case fuit. Sákì má ànjà. Mon sac est percé. VI être en état de laisser échapper qqc, pas bien serré; être troué. Ré íɲà ní màā sákì ré à ànjá kō. Quand tu (me) l'as donné le sac était déjà troué. VT chasser (les termites ailés) avec les flambeaux pour brûler leurs ailes (obj. ). m-ánjà mā, ánjà mā, nè ànjà mā - je chasse les termites, tu chasses les termites, il chasse les termites. Expr: ndɔ̄ ànjà -les termites ailés sorte de la termitière [litt: la termitière fuit]
ànjā VI entrer. Nè ànjā tàní màā káỳ kájē jìrè má. Il est entré dans la maison sans me demander. Kàjà-kúmā númā kūmáy, j-ànjā lóò mɔ̀tɔ̀ kāgā ré. Le soleil est très chaud, nous nous mettons ici dessous cet arbre. M-ānjā, ānjā, nè ànjā, jégè j-ànjā, dégè d-ānjā, ségè ānjā, néè ànjā - j'entre, tu entres, il entre, nous (incl.) entrons, nous (excl.) entrons, vous entrez, ils entrent. VT rentrer. Rékò m-āɓē ní, dèɓē gē ànjā káỳ hálá kō. Quand je suis y allé tout le monde est déjà rentré. Expr: ànjā yɔ̄ [táḿ nákū] -commencer à [faire qqc] M-ānjā yɔ̄ kòrì.Je commence à creuser Expr: ànjā dànà -mettre un bois sur le dos pour porter deux gourds, une à l'avant et l'autre à l'arrière
ànjà-gɔ̄ VT faire le rite pour chasser un mauvais esprit. Mōnō má kàm èsè njílì kàsū bī m-ánjà-gɔ̄. Mon enfant, ses yeux sont tombés sur un mauvais esprit et j'ai fait le rite pour les chasser.
àɲā V courir, s'enfuir. Nògò-nè bísì yōngō ìndā mā jɔ̀ɔ̄ nē m-āɲā kùráà. Quand le chien se dirigeait vers moi pour me mordre alors j'ai fuit loin. VI voler (oiseau) (normalement avec tàá ou tàá). wū àɲā nè mbāgō-ń né só. L'autruche ne vole pas. Expr: àɲā nɔ̀ɔ̄ [dèɓē] -aller à la rencontre de [qqn] pour lui souhaiter la bienvenue M-āɲā nɔ̀ɔ̄ ní-mbā á.Je suis allé à la rencontre de mon invité.
àráɓù NP Arabe. àráɓù Sàlàmátà bī Sàrā-Kābā gē ɓāngā ndò dànà géè. Les Arabes et les Sara Kaba, il n'y a pas la dette de vengeance entre eux.
árgè N alcool préparé à base de manioc ou de mil. árgè ày čèkā ré à táḿ nè ngàlè ní. L'Argi est une boisson fabriqué à base de manioc.
àrì VI tomber (pluie). njínjɔ́ɔ̀-gétè njī àrì béè màā-njɔ̄ hálá kájē ndēkī. Avant-hier il a plu toute la nuit sans arrêter.
àrì V dire n'importe quoi (toujours avec ). Dèɓē ré àrì béè sà, tòkó ōo nì. Cette personne ne dit que de bêtises, il ne faut pas l'écouter.
àrpàlā Anglais (Syn: àbìyō) N avion. àrpàlā àgà jē màā búù ní. L'avion décolle.
àsà VI suffire, être suffisant pour. Ròkù ré àsà mā kō. La boule me suffit maintenant. V pouvoir. M-ásà táḿ nákū gē hálá bī kòyō ndòbō ré m-ásà só. Je peux faire beaucoup de choses mais je ne peux pas tresser le secko. V ça fait, il y. Kàbò má lóò àsà nɔ̄hɛ̄ kàré kō. Je suis venu ici il y a un mois. V être à peu près, environ. Kùbō má àsà kóò kō. J'ai acheté environ trente. VI arriver (temps). Tàkàsà kìyā tāy àsà rɔ̀ só. Le temps pour récolter le mil n'est pas encore arrivé. Expr: àsà nɔ̀hὲ -être égaux Kàɲā néè àsà nɔ̀hέὲ.Ils ont la même vitesse [litt: Courir-leur est égal]. Expr: àsà dèɓē -être dans un état d'ébriété Nìnjò má ré àsà dèɓē yàā-ré.Mon frère est dans un état d'ébriété aujourd'hui. Expr: àsà [njɔ̄, dìmásì, ɓālā] ... kō -depuis, il y a [jour, semaine, année] M-āɓē Kíyāɓē àsà dìmásì mùtá kō.Il est rentré il y a trois semaines.
àsá CNJ il y a. M-ábò àsá dìmásì jōó kō. Je suis venu il y a deux semaines. CNJ depuis. M-ógò lóò àsá dìmásì jōó kō bī m-éngè gúrsù só. Je suis ici depuis deux semaines et je n'ai pas trouvé l'argent.
ásà Arabe AV tout de suite, directement, à l'instant. Njí m-ábò ásà. Je viens à l'instant.
àsétè Français N assiette en métal ou en verre. únù àsétè m-ɔ́mbɔ̀ wólī rèní màkē. Prends l'assiette pour que je mette les arachides dedans.
ásgàrà Arabe N soldat (on dit aussi áságàrà). ásgàrà ré jɔ̀-ɔ́ ngóỳ. Ce soldat est têtu. N armée. ànjā màā ásgàrà. Il s'est engagé dans l'armée.
6
àsū VI être mauvais. Ná táḿ ní ré àsū. Ce qu'il a fait est mauvais. VI être ingrat, égoïste, avare. Mōnō ní ré àsū kūmáy, nè nj-àsà kāy nákū nè ní-nòhò ní gē só. Son enfant est très avare, il ne partage pas les choses avec ses copains.
àtà VI être tranchant, pointu. Kùyā í ré àtà. Ton couteau est tranchant. Expr: jīlī [dèɓē] àtà -[qqn] être adroit (dans la chasse) Jīlī í àtà.Tu es adroit dans la chasse.
àtì (Syn: àtù) V éternuer. Mōnō-sákū ré njàw̄ mànī táḿ nì àtì kūmáy. Le petit enfant est enrhumé et cela le fait éternuer beaucoup. VT faire éternuer. Nákū ré àtì mā. Cette chose me fait éternuer.
àtù VI sentir, dégager une odeur. Jā ré àtù njúḿ. Cette viande sent le pourri. Expr: àtù ɲèlē -sentir bien ɓū kīɲō ré màndé táḿ kòkórí nè àtù ɲèlē.L'huile de karité qu'une femme prépare bien sent bien. Expr: àtù kàsū -sentir mal Nògò-nè kɔ́bē n-ò tàní màkē gòtò káỳ nē àtù kàsū.Quand un rat meure dans un trou d'une maison il sent mauvais.
àw VI être long. Kùlā àw ùmbā rèӯ. La corde est plus longue que le puits. Kùlā gē ré úɓà ré àwù kūmáy. Les cordes que tu as tressées sont très longues. Expr: jīlī àw -être un voleur Mōnō ní-dàrū má jīlī àw nè nj-àsà kèngè jɔ̀ só.L'enfant de mon voisin est un voleur, il ne va pas réussir dans la vie.
àw̄ V respirer. Ní mòtù ré àw̄ kòkórí sóò. Ce malade ne respire pas bien.
ày VI être. J-ày ní-kàɓē só. Nous ne sommes pas des amis. M-āy kàré béè. Je suis seule. m-āy dèɓē, āy dèɓē, nè ày dèɓē - je suis une personne, tu es une personne, il est une personne. Expr: ày [njɔ̄, dìmásì, ɓālā] ... kō -depuis, il y a [jour, semaine, année] M-ábò ày njɔ̄ jōó kō.Je suis venu il y a deux jours.
àý (Syn: àsá) PRP depuis, il y a déjà. M-ábò lóò Njàménà àý ɓālā dɔ̀gɔ̀-bī-jɔ̀-mí. Je suis venu ici à N'djaména il y a vingt-cinq ans. Mā mí táḿ kìlà lóò àý nɔ̄hɛ̄ mí. Je travail ici depuis cinq mois.
àý INJ réponse à un appel (pour les femmes) (v. aussi wōó).
àyà VT guérir. Dáwà kìɲā-í mā ré àyà mōnō má. Le médicament que tu m'as donné a guéri mon enfant. VT sauver. Nògò-nè n-áyà mōnō má nē nákū hálá ré í dúrù m-íɲà kì. Si tu sauves mon enfant, n'importe quelle chose que tu veux je te donnerai. VI être guéri, être sauvé. Ní mòtù ré àyà kō. Ce malade est déjà guéri. Expr: màkē [dèɓē] àyà -[qqn] être méfiant, se méfier Mí dúrù nākā ní bī màkē àyà.J'ai voulu l'aider mais il s'est méfié (de moi).
áyà INJ aie: interjection. áyà, kōnō ùdù mā. Aie: l'épine me pique.
àyì VI avoir l'art de danser, savoir danser bien. Ní-sákū má ré àyì kūmáy. Mon petit frère sait danser très bien.
àyī VI sont, ils sont (pl. irrég. de ày). Dèɓē gē ré àyī ní-dàrū má gē. Ces gens sont mes voisins. ày dèɓē kòrī; àyī dèɓē kòrī. Il/elle est une bonne personne; ils sont des bonnes personnes.
à̰á̰à̰ AV bien! mon Dieu! (exprime étonnement). à̰á̰à̰, nákū sé ré kànáā-kí-ɲè? Mon dieu! Votre affaire donc est comme ça?
N grande jarre, poterie. í télè mànī tàń màā bà. Verse l'eau dans la grande jarre.
N rivière. Njí m-āɓē tà bā tɔ́ɔ̀ ɲàmá má. Je vais partir à la rivière laver mes habits. Expr: gè bā -sud (litt: vers le fleuve)
CNJ alors, et alors. N-í n-āɓē Sārá bá í ndāgī ká má. Quand tu partiras pour Sarh, tu m'avertiras. N-úwà nì bá ótì mà. Quand tu l'auras vu alors dis-moi.
7
bàā (Syn: bɔ̀ɔ̄) N brousse à l'entour du village. ā njàkā gɔ̀jè màā bàā. On laboure le sorgho à l'entour du village.
bàā AV en s'envolant (toujours avec ìjā, seulement avec les oiseaux qui ne volent pas beaucoup). Tànjà ìjā bàā. La pintade s'envole.
báà AV à côté, près. Tàkī àɓē lóò báà. Il est sorti et allé ici à côté. ínjī lóò báà. Assieds-toi ici tout près.
báà-njē AV complètement. M-ɔ́ɔ̀ báà-njē kìlà táhà mā kō. Je suis complètement fatigué, le travail m'a épuisé. Négè àɓē njàkā ɓī kɔ̀ táhà néè báà-njē. Ils sont partis labourer et la fatigue s'est complètement emparée d'eux.
bàáà N cicatrice d'une grosse plaie. Dòō kònō ndélè à bàáà. L'ancienne plaie est devenue une cicatrice large. N tendon grand dans la viande qui est difficile de manger. Jā ré à bàáà kūmáy, m-ásà kìsà só. Cette viande a trop de tendons grands, je ne peux pas la manger.
báɓù Arabe N porte (partie mobile). M-ōtī báɓù rèní tà máà. Je ferme la porte sur moi (c'est à dire, je suis dedans).
bájàlà Arabe N maladie vénérienne (blennorragie). Bájàlà à mòtù ré dèɓē gē à èngè jē yɔ̄-màndé gē rèní róbò ndāy kàsū. La blennorragie est une maladie que les gens trouvent chez les prostituées après une relation sexuelle.
bàjóò N esp. de poisson. Bàjóò ày kānjē kàɓà àbī nūngā ní ròsò kūmáy. Le poisson "bajo" est un poisson large mais il a beaucoup d'arrêts.
bájò N couverture. Kūlī ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy, àbī bájò má ndò. Il fait très froid, mais je n'ai pas de couverture.
bàkàhù N coqs d'arachides sans grains dedans. Wólī kùbō-í ré hálá à bàkàhù. Les arachides que tu as achetées sont tous sans grains. N emballage, matériel mou utilisé pour protéger un produit. Ná-kòmbò nákū gē ré à ndàtè kέɛ̄ à ì bàkàhù. La chose pour protéger les choses cassables est l'emballage.
bàkétè N natte en bambou. Bàkétè ày bàkù ré dèɓē àsà kɔ̀bē ní tāy só. La natte en bambou est une natte que les gens ne peuvent pas sécher le mil avec.
bákì Français N le bac (pour traverser le fleuve). Nògò-nè dèɓē dúrù dāy tàní gē-nòhò bā nē òkù bákì. Quand une personne veut traverser à l'autre côté du fleuve il prend le bac.
bàkù (Syn: njàgà) N natte. Njī nj-àrì, í-ɓílī bàkù ɔ̀tɔ̄ tàní màā káỳ. Il va pleuvoir, enroule la natte et mets-la dans la maison. Expr: bàkù tūwā -sorte de natte faite de roseau Bàkù tūwā dèɓē àsà ɓílī só.La natte en roseau, les gens ne peuvent pas la rouler. Expr: bàkù ngàlī -natte fabriquée avec la paille Bàkù ngàlī ngóỳ hánè bàkù tūwā só.La natte fabriquée avec la paille n'est si forte que la natte fabriquée avec le roseau.
bàkù-dànà N rideau d'autrefois (en natte). Bàkù-dànà à lòhà kāy màkē káỳ. Le rideau sert à diviser l'intérieur d'une case.
bàlà N bouc. Bàlà bīɲā à jòkù bīɲā kóò gē. Le bouc fait l'accouplement avec les chèvres.
bàlà N sorte de dans (avec couples). Dèɓē ré àɲā bàlà kūmáy. Cet homme danse beaucoup le "bala".
8
bàlā VI être beau (v. aussi káyà). Mōnō ngàɓà jē kɔ́ngὲ bàlā kūmáy, mōnō mūɲé gē hálá dúrù tàkā ní. Le garçon du chef est très beau, toutes les jeunes filles veulent l'épouser. VI être jeune homme. Mōnō bàlā gē àɓē njíkī rèní kàm nɔ̄hɛ̄ njàhà. Les jeunes hommes sont partis danser à la claire de la lune. VI être élégant (habits, etc.). Mōnō mūɲé táḿ yɔ̄ kūmáy nè tósì ɲàmá bàlā gē rèní yɔ̄. La fille est très belle et elle port des habits élégants. VT rendre (qqn/qqc) beau, joli. ɲàmá ré bàlā mā. Cette chemise me fait beau.
bàlà-kàjī (Syn: njínjíì) N esp. d'arbre qui donne des fruits et qui a des gousses longues. Bàlà-kàjī ày kāgā ré ní kùlū jā gē à tɔ́lè ngɔ̀hέ ní lòhà kìnjī jɔ̀ɔ̄. "Balakaji" est un arbre dont les éleveurs coupent l'écorce pour s'asseoir dessus.
bàlà-ngòndē N esp. de plante [Commelina benghalensis].. Bàlà-ngòndē ày ngàlī mbī kàɓà. Le Commelina benghalensis est une herbe avec la feuille large. Mōnō-sákū gē ùnù mbī bàlà-ngòndē ré ùsù rèní màā jīlī gē. Nògò-nè mbī ní nì kéjī kō négè ùbù màkē. Mbī ndéē lòhà tōrī ní wέὲ tīsī hánè sákì tāy. Les petits enfants prennent la feuille du Commelina benghalensis et la frottent entre les mains. Quand sa feuille devienne souple ils soufflent dedans. La feuille ouvre pour qu'on verse du sable dedans comme un petit sac de mil.
Bālē NP nom propre d'un homme (en certains dialectes: Bɔ̄lē).
bālē N esp. d'arbre (on dit aussi bɔ̄lē). Màm̄ bālē òrī lòhà sólū. L'écorce de l'arbre "bale" est bon pour (en faire) les chicottes.
bālē N pouvoir sous-naturel qui protège qqn contre le vol. Bālē à yòō ré à ùkà dèɓē nògò-nè n-únù nákū kí-ɓākā ní kájē kòtì nì hàā ní. "Bale" est un pouvoir qui va attraper quelqu'un quand il prend une chose du maître (du pouvoir) sans lui dire.
bàlī Sango N sorte de tresse de femmes traversant la tête du front à la nuque. úkà mà bàlī. Tresse-moi les cheveux au style "bali".
bálò Français N balle, football. Mōnō má dúrù pōmbē bálò ní bī jàhà. Mon enfant voulait pomper son ballon mais il s'est éclaté. Expr: ùgà bálò -jouer au football Mōnō sákū gē à ùgà bálò tàní màā búù lɔ̀kɔ́lɔ̀.Les petits enfants sont en train de jouer au football devant l'école.
bàm N tige de mil servant de plâtre indigène. ɔ̀mbɔ̀ kī bàm kélì-í. Tu as le bras plâtré [litt: on t'a plâtré ton bras].
bām N herbe à longue barbe [Loudetia annua]. Bām njùɲū. Le Loudetia annua démange. Dèɓē gē ùgà káỳ nè bām ní. Les gens construisent la maison avec l'herbe Loudetia annua.
báḿ N esp. de fourmi grosse et noire, qui se déplace toujours en groupe. Báḿ ìtà mā. Une fourmi m'a piqué.
bámbà Arabe VT être rentable pour. Súkū tāy bámbà mà só. Le commerce de mil n'est pas rentable pour moi. VI être rentable.
bàmbàrà VI difficile de décortiquer (parce que la chose est dure et humide). Kùdù tāy à bàmbàrà. Le mil est difficile de décortiquer (parce qu'il est humide).
bámbàrà Arabe N tabouret. Kóò má ìnjī jɔ̀ bámbàrà. Ma mère est assise sur le tabouret.
bámbī VI informer d'une façon incertaine en ajoutant beaucoup de commentaires. Négè à bámbī jɔ̀ njùɓà néè. Ils donnent l'information d'une façon incertaine.
bàmbú N poussière. í tóhò bàmbú jē njàā íì. Nettoie la poussière de ton pied. N poussiéreux, chose poussiéreuse. M-īsō ngáā bī yɔ̄ ɲàmá má hálá ày bàmbú. Je me suis tombé et mes habits sont tous poussiéreux.
9
bànáǹ N banane. àngā kūmáy lò kèngè bànáǹ tàní Kíyāɓē. Il est très difficile trouver des bananes à Kyabé.
bànī N rhinocéros. Lò kèngè bànī rèní màā ngáā Náā à ngàā. Trouver un rhinocéros dans le pays Na est difficile. NP nom propre masculin.
bándà N filet de chasse ou de pêche. Nògò-nè mànī n-à ndélē kō nē mōnō-mbō-kānjē gē ɔ̀rē bándà néè tàní gàsī. Quand les eaux descendent, les pêcheurs font sortir leurs filets.
bándà Français N bande. bándà dòō - bande pour couvrir la plaie.
bàndī Français N bandit, rebelle, voleur. Bàndī gē ròsò béè rèní súkū. Les voleurs sont nombreux au marché.
bàndī N caleçon. Yòndò-gɔ̀lè gē ìjā bàndī tāgō. Les jeunes initiés portent caleçons en peau de genette.
bāngá N caoutchouc. Bāngá òrī lòhà táḿ làspérè. Le caoutchouc est bon pour faire des lance-pierres.
bàngàlà (Syn: bàngàm) N idiot. Mōnō bàngàlà àsà ráā tābālā ní hálá kájī màndé kílā ùgà káỳ rèní jɔ̀ɔ̄. Un enfant qui est idiot peut errer toute sa vie sans femme et sans même construire sa maison.
bàngàm AV avec le bruit d'une vague d'eau indiquant le mouvement de va et vient. Mànī ndédē bàngàm. L'eau coule avec un bruit des vagues.
bāngàw N patate douce. Bāngàw kàkè ndērē ùmbā bāngàw njàhà. La patate douce rouge est plus sucrée que la patate blanche.
Bàngí NP Bangui; Centrafrique. Ní-kàɲā-rɔ̄ gē jē Bàngí ròsò ɓē lóò Sārá. Les réfugiés de Centrafrique sont nombreux à Sarh.
bāngūrā N tubercule de manioc fendillée et séchée. Bāngūrā ɲèlē kūmáy nògò-nè dèɓē nì ndèrì né wólī-gùrú lèɓè bī kàtā rèní kàm. Le manioc séché est très délicieux quand quelqu'un le cuit avec pâte d'arachide et avec du sel dedans.
bānjā Sango AV gratuit. Ní-tōlī-òtòrò àɓē ní mā bānjā. Le chauffer m'a amené gratuitement.
bànjí N terre qu'un animal fait sortir en creusant son trou. Mōnō-sákū gē ùwà bànjí kɔ́bē bī né-gē òrì lòhà kɔ́bē ògò rèní màkē. Les enfants ont vu la terre dehors du trou du rat et ils ont creusé parce que le rat était dedans.
bàrā N première fourche d'un arbre. Mōnō-sákū ré ìnjī lóò bàrā nè dúrù rèjì só. L'enfant est resté à la fourche la plus proche et n'a pas voulu descendre.
bárà Arabe N hors (d'une affaire). M-āy bárà. Je suis hors.
bàrádì Arabe (Syn: bàrátì) N théière. Màndé ndērē sáỳ rèní màā bàrádì. La femme prépare du thé dans la théière.
bàrsàndā Français N représentant (d'une autorité, tel comme le chef). Bàrsàndā à dèɓē à ùnù gòtò kɔ́ngὲ nògò-nè kɔ́ngὲ nì ndò ní. Un représentant est une personne qui prend la place du chef quand il est absent.
bàrū N phacochère. Bàrū à jā bɔ̄dɔ̄ ré yōngō kūmáy. Le phacochère est un animal de la brousse qui est très agressif.
básàlà Arabe N oignon. Màndé ndērē tárò nè básàlà ní. La femme prépare une sauce avec des oignons.
10
bàsàrà Arabe AV n'ayant pas de jus (fruit). Làmúnù ré mànī ní ndò à béè bàsàrà. Un citron qui n'a pas de jus est sec.
básí Arabe AV absolument. Ní-sákū í ré básí ábò ń. Ton petit frère, tu l'emmènes absolument. AV de toute manière, quand même. Mí dúrù kàɓē mbā só bī m-āɓē básí. Je n'ai pas voulu voyager mais je suis parti qu'en même. AV seulement. Mà básí íɲà mà. Tu me le donnes à moi seulement.
bàtā N mouton. Bàtā ày jā ré àjī kūmáy. Le mouton est un animal qui est très doux.
bàtá N esp. de poisson [Distichodus brevipinnis]. Bàtá à kānjē ré nūngā ní ròsò kūmáy. Le "bata" est un poisson avec beaucoup d'arêtes.
bátà N épuisement (plus fort que kɔ̀), fatigue total. Bátà ɔ̀tɔ̄ mā. Je suis pris d'une grande fatigue.
bàtàkūmbá Sango N apprenti-chauffeur, gardien de bagage. Bàtàkūmbá ày mōnō kìlà ní-tōlī-wòtòrò. L'apprenti-chauffeur est l'assistant au chauffeur.
bàtó (Syn: ndàw̄) N chat domestique. Bàtó à òm̄ kɔ́bē lò kùkà. Le chat guette la souris pour la saisir.
bàẃ N terrain marécageux. Sā gē ànjā bàẃ. Les boeufs se sont enfoncés dans les zones marécageuses.
bày N maïs; mil. Màrā bày gē àyī jōó: bày-màngà bī bày-kùrùmì. Il y a deux sortes de maïs: le maïs à long grains et le "bérbéré".
bàӯ (Syn: mɔ̀tɔ̀-bàӯ) N lieu où l'on garde le bétail. í télè sā gē tàní bàӯ néè. Conduis les boeufs à leur parc.
bày-kùrùmì N esp de mil, "bérbéré". Bày-kùrùmì ày tāy ré à ìyà nì tàní kò-tímbìī tāy gē. Le bérbéré est un mil qu'on récolte après les (autres) mils.
bày-màngà N esp. de maïs à l'épi large et à gros grains et avec poils ( bày-màngá dans autres dialectes). Bày-màngà ày màrā tāy ré àbò jē lò kέɛ̄. Le maïs "manga" est une espèce de grain qui vient de l'extérieur.
Bāyā NP Gbaya (peuple centrafricain). Rékò nòhō àgà ní tàní Bàngí gē-kòó Bāyā ndélè àbò lóò Sārá. Quand la guerre a commencé en Centrafrique, la plupart des Gbayas sont revenus à Sarh.
N pluie (dialecte Mbanga; v. njī).
N temps. Bē ndígā. Le jour se lève.
AV longtemps. J-ìnjī bé gɔ̄ ùrà. Nous sommes restés longtemps.
AV marqueur d'insistance. Nákū ré òrī bé. Cette chose est certainement bonne.
bèé AV bas, en bas (les choses). Bàkù ògò bèé mɔ̀tɔ̀ ná-ndāy. La natte est en bas sous le lit.
béè (Syn: bé) AV un point c'est tout. ɓēlé béè. Il a peur, c'est tout. AV seulement. M-ábò kùwà ī béè. Je suis venu te voir seulement. Expr: béè hálá -tous (avec emphase) àbòo béè hálá!Ils sont tous venus!
11
béè-kέɛ̄ AV gratuit, gratuitement. Ní-mbō-kānjē ndélè àbò béè-kέɛ̄. Le pêcheur est revenu sans rien. Kāy-ī ná-kìsà nè ní-kàɲā-nòhō gē béè-kέɛ̄. Ils distribuent des aliments aux réfugiées gratuitement. AV pour aucune raison, sans motif précis, pour rien. Nè ìlà mā béè-kέɛ̄. Il m'a envoyé sans aucune raison. Njí m-āɓē ɓēé béè-kέɛ̄. J'irai au village sans un motif précis. AV sans prêter beaucoup d'attention. Nè ò hàā ré béè-kέɛ̄ táḿ kìlà yɔ̄ só. Il a écouté la parole sans la prêter attention, et la parole n'a pas eu aucun effet sur lui. Av sans rien, les mains vides. Ní-mbō-kānjē ndélè àbò béè-kέɛ̄. Le pêcheur est revenu sans rien. Kāy-ī ná-kìsà nè ní-kàɲā-nòhō gē béè-kέɛ̄. Ils distribuent des aliments aux réfugiées gratuitement.
bèlé N plume. Yòndò-gɔ̀lè gē ùgà tàgéè bèlé àlī rèní jɔ̀ɔ̄ gè. Les jeunes de l'initiation mettent des chapeaux à plumes sur la tête. N poil. Mōnō ré bèlé yɔ̄ ní òō kūmáy. Cet enfant a beaucoup de poils sur son corps.
bēlē N bois taillé et planté aux endroits publics ou sur les tombes. Bìyà má gē ùdù bēlē rèní jɔ̀ ɓádà kí-ɓākā néè. Mon père et ses frères ont mis un bois taillé sur la tombe de leurs parents. Expr: Bēlē mògò -symbole d'un grand cultivateur mis en brousse là où il organise le labour collectif
bèlō Français N vélo (v. bìlō).
bēndígā N le jour tôt le matin (après l'aurore). Bēndígā nē dèɓē hálá àɓē kìlà. Tôt du matin tout le monde va au travail.
bèɲē N tante paternelle. Bèɲē-má ày ní-sákū bìyà má. Ma tante paternelle est la soeur de mon père.
bèɲē Français N beignet. Bèɲē kìsà nè sáỳ ní mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī ɲèlē kūmáy. Les beignets avec le thé pendant le matin sont très agréables.
bēɲē-tà V montrer l'indignation et le refus avec un mouvement de la bouche. Nè jìrè gúrsù nè ní-kàɓē nè bī nè bēɲē-tà béè. Il a demandé de l'argent à son ami mais lui, (au lieu de répondre), a montré son indignation et refus avec un mouvement de la bouche.
bérè N verre. Bérè ìsō jē jɔ̀ táɓùlù bī ndīhī. Le verre est tombé de la table et s'est brisé.
bérē (Syn: gérē) VT déterrer. Ní-ɓògò gē à bérē gúrsù tàkàsà ré pòlísī èngè ń néè. Les voleurs étaient en train de déterrer l'argent quand la police les a trouvés. V déboucher (un trou). Mōnō-mbō kɔ́bē bérē gòtò kɔ́bē lòhà kùkà ní. Le chasseur de rats débouche le trou du rat pour l'attraper. VT récolter (en déterrant, tel comme les arachides, pois de terre). Tàkàsà bérē wólī àsà só rɔ̀. Le temps pour récolter les arachides n'est pas encore arrivé.
bèrī N mortier. Màndé télè tāy rèní màā bèrī. La femme a versé le mil dans le mortier.
bèrī-kèӯ N bassin (du corps humain). Dèɓē ní ndàtè rèní bèrī-kèӯ lò kìndā ní àngā kūmáy. Une personne qui se casse le bassin, sa guérison est très difficile.
bètè N partie de la boisson qui se dépose au fond (la lie). Bètè čèkā ɓɔ̀ɓè ày ná kὲɛ̄ mōnō-sákū gē. kēkēsē ndò rèní kàm. La partie de la boisson qui se dépose au fond est lourde et elle est une chose que les petits enfants boivent. Il n'y a pas de levure dedans (pas alcoolisée).
bèӯ N sorte de grosse abeille vivant dans les terriers et sur les collines; son miel est consommé. Káỳ bèӯ ògò tàní màā ngáā bī nè à títà dèɓē só. Le nid des abeilles de terre est dans des trous dans la terre mais elles ne piquent pas les gens.
béӯ-yā-yā (Syn: yā-yā) AV encore (question). Njī àrì béӯ-yā-yā? A-t-il encore plu?
12
CNJ et. Njí m-āɓē ɓēé bī njí m-ábò kō. J'irai au village et je reviendrai. CNJ mais. mí sɔ́ɔ̄ sā í ré nìbì bī m-éngè só. J'ai cherché ton boeuf perdu mais je ne l'ai pas trouvé. Expr: bī kūmáy... -mais même plus... Kám̄ gē ròsò lóò Njàménà bī kūmáy mà ɓà.Il y a beaucoup de mouches à N'djaména, mais même plus pendant la saison des pluies.
bìí N déchet d'alcool ou de bière. Mā mí sɔ́ɔ̄ bìí lòhà kìɲā nè kūnjá má gē. Je cherche des déchets de la bière pour donner à mes poulets.
bíī VT tourner, faire tournoyer. ɲélè-mālá bíī mbī kāgā. Le tourbillon fait tournoyer les feuilles.
bīí N le mil et le son bouilli dans l'eau mais pas encore filtré (la première partie du procès de faire la bière de mil). Màndà-kɔ̀jɔ̀ à ndèrì bīí čèkā lòhà kὲɛ̄ dèɓē gē. La femme qui prépare la bouillie de "bil-bil" fait bouillir le mil et le son pour que les gens boivent.
bī-jɔ̀ NUM connecteur des numéraux. jɔ̀kέɛ̄ bī-jɔ̀ kàré, dɔ̀gɔ̀ bī-jɔ̀ kàré, kóò bī-jɔ̀ jōó, jɔ̀-kέɛ̄-jōó bī-jɔ̀ sɔ̀ɔ́ - vingt-et-un, onze, trente-deux, quarante-quatre.
bíbī V se remuer. Mōnō bíbī tàń màkē màndé ré. L'enfant remue dans le ventre de cette femme.
bìbìtì ID complètement (noir): descr. de ìlì. ɲàmá má ìlì bìbìtì. Mon vêtement est complètement noir.
bìdā N grand nombre, foule. Dèɓē bìdā àbò súkù yàā-ré. Une foule de personnes est venue au marché aujourd'hui. VI être nombreux, une foule. Dèɓē bìdā kūmáy súkù. Les gens étaient très nombreux au marché.
bìkì N vipère. Bìkì ày lī kàsū. La vipère est un serpent mauvais.
bíkì N bic, stylo. Bíkì má ndò, m-ásà kàɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀ yàā-ré só. Je n'ai pas un bic, je ne peux pas aller à l'école aujourd'hui.
bílì N crinière. Bílì ngèsè àw kūmáy ùmbā bílì kúndā. La crinière du lion est le poil qui pousse sous sa bouche.
bílí-bìlì N bière de mil. Bílí-bìlì ày čèkā ré à ɔ̀jɔ̀ nè tāy ní. La bière est une boisson qui est fabriquée à base du mil.
bìlíbìsī N sorte de minuscule fourmi vivant sur des troncs d'arbres. Bìlíbìsī à kūú sákū ré àtù. La petite fourmi est un insecte qui sent mauvais.
bìlìlì ID très (long, en parlant des cordes, serpents, etc.): descr. de àw. Kùlā ré àw bìlìlì. La corde est très longue.
bìlò N trou dans un arbre. Tàgì ògò màā bìlò kāgā ndètéè rèní tà màgè má. Des abeilles sont dans le trou de l'arbre qui est à côté de mon champ.
bìlō (Syn: bèlō) N vélo, bicyclette. Mí njɔ́ɓè bìlō í m-āɓē ní mbā. Je te demande ton vélo pour faire un voyage avec. Mōnō má gèӯ kàlō bìlō só. Mon enfant ne sait pas faire du vélo (litt: monter sur la bicyclette).
bíndā VT gêner, déranger. Mòtù à bíndā mā. La maladie me gêne. VT causer des problèmes. Kàɓē kàré à bíndā mā. Promener seule me cause des problèmes.
bìnjī N maladie des yeux qui prévient qu'on voit au crépusculaire. Kàm ndɔ̄kɔ̄ bìnjī gɔ̄ à ùrà só. L'aveuglement "binji" ne dur pas longtemps.
13
bīɲā N chèvre, cabri. Bīɲā kóò má à òyò mōnō kūmáy. Ma chèvre a eu beaucoup de petits. Expr: bīɲā bàlà -bouc Expr: bīɲā bàlà kí túkù -bouc castré
bìríkì Français N brique. Mí hɔ́tɔ̀ ngáā lòhà kɔ̀rē bìríkì. Je malaxe la terre pour fabriquer des briques.
bìrínjì Arabe N clairon. ásgàrà gē ùbù bìrínjì lò tū dèɓē gē jē ɓī. Les soldats jouent le clairon pour réveiller les gens de leur sommeil.
bírkítìí N esp. d'insecte. Bírkítìí ày kòō sákū ré à òrì gòtò rèní ngáā. Le "birkiti" est un petit insecte que creuse des trous dans le sable.
bìrō Français N bureau. Gè nòhò ní kìlà bìrō gē èngè gúrsù bī ndélè ùnù kìlà. Certains travailleurs de bureau ont repris le travail (après un grève).
bìsí N la saleté qui se pose au fond de l'eau. Bìsí mànī à lòhà yálì. Le fond sale de l'eau est pour jeter.
bísì N chien. Bísì má à ɓēlé bàrū só. Mon chien ne craint pas les phacochères.
bísírí ID très (âpres au goût): descr. de ìdì. Kànā kīɲō ré ày ɲàɓū rɔ̀ só ìdì bísírí. Le fruit de karité qui n'est pas encore mûr est très âpre au goût.
bītī N porte, ouverture de la maison. Bītī má àjì kō njí mí táḿ yē yā ní. Ma porte est vielle, je vais construire une nouvelle.
bítítí ID très (noir, en parlant de plus. choses en masse: descr. de ìlì). ásgàrà gē ìlì bítítí tàní mɔ̀tɔ̀ kāgā gē. Les soldats étaient tous noirs sous les arbres.
bìyà N père. Kɔ́ngὲ ùkà mōnō dèɓē nòhò bī bìyà ní gèӯ gɔ̄ ná táḿ mōnō ní só. Le chef a arrêté un jeune homme, mais son père a nié les accusations portées contre lui. Expr: bìyà [dèɓē] gē -le père [de qqn] avec ses frères Bìyà má gē nàwū mā kūmáy.Mon père et son frère m'aiment beaucoup.
bíyā N bouillie. Mōnō má à ɔ̀ɲɔ̀ bíyā. Mon enfant est en train de manger la bouillie.
bìyà-mògò N père adoptif. Kìnjī yɔ̄ bìyà-mògò ɔ̀ɲɔ̀. Rester avec un père adoptif fait mal.
bìyà-mbā N l'hôte, celui qui a des étrangers. Bìyà-mbā táḿ ná-kìsà lòhà ní-mbā ní gē. L'hôte a préparé la nourriture pour ses étrangers.
bìyà-nàӯ N tante paternelle. Bìyà-nàӯ à nākā nìnjò ní kūmáy rèní kìlà màā màgè gē. La tante paternelle va aider son frère beaucoup dans le travail des champs.
bìyà-sákū N oncle paternel. Bíyā-sákū má gē nàw̄ mā kūmáy. Mes oncles paternels m'aiment beaucoup.
bìyó N folie. Bìyó àbò rèní róbò nákū gē kàkàlà. La folie vient de différentes causes. Expr: ní bìyó -un fou Ní-bìyó ày dèɓē kàsū, èngè né tɔ̄lē dèɓē béè.Un fou est une personne dangereuse, il peut tuer quelqu'un. Expr: bìyó táḿ [dèɓē] -[qqc] être fou, devenir fou Bìyó táḿ dèɓē ré bī àngā kūmáy.Cet homme est devenu fou et il est très difficile.
N molaire. Bò má ɔ̀ɲɔ̀ mā kūmáy, mí dúrù kɔ̀rē ní. Mon molaire me fait très mal, je veux l'enlever.
bòó N tige de mil qui n'a pas de l'eau dedans. Bòó à ná-kìsà só. La tige sans l'eau dedans n'est pas mangeable.
bōó N esp. d'herbe aquatique que les chevaux aiment manger. Bōó à ngàlī jɔ̀ mànī. L'herbe "boo" est une herbe (qui vit) dans l'eau.
14
bòbōlī N étoile polaire. Bòbōlī njàhà kūmáy ùmbā ndákì kí-yòyóndū gē. L'étoile polaire brille beaucoup plus que les autres étoiles.
bōgō PRP à côté de. Nè ògò lóò bōgō máà. Il habite à côté de moi. N le côté de (qqc). Mōnō-sákū hálī kùlā rèní bōgō káỳ. L'enfant enroule la corde autour de la maison. Màndé ùdù bàkù rèní bōgō mùyà. Il a mis la natte contre le côté du mur. N tronc (d'arbre). ìjāā ní-ɓògò tàní bōgō kāgā. Ils ont attaché le voleur au tronc de l'arbre.
bògòrò AV gros (tête). Jɔ̀ɔ̄-í à bògòrò. Tu possèdes une tête grosse.
bòlì (Syn: bòyū) N cuisse. Bòlì kūnjá ɲèlē kìsà kūmáy. La cuisse de poulet est très bonne à manger.
bólì N coeur. Bólì má ùdù kūmáy bī nɔ̀ɔ̄ mɔ́ ìlā mā. Mon coeur bat beaucoup et je sens le vertige.
bòlòlō N mil pilé, préparé et partagé aux enfants lors d'un sacrifice. Nògò-nè mòtù kòō ìsō tà káỳ dé kóò má ùdù bòlòlō kāy nè mōnō-sákū gē. Quand une grande maladie attaque notre maison ma mère pile et prépare le mil et le partage aux enfants.
bòlú N esp. de poisson. Bòlú ày kānjē ré nògò n-ísā nē ìsō kī tàbā rèní jɔ̀ɔ̄ íì. Le "bolu" est un poisson que si tu le mange alors tu auras la teigne sur ta tête.
bóndò Arabe N fusil (v. búndù). Mōnō-mbō tɔ̄lē ngèsè nè bóndò ní. Le chasseur a tué le lion avec son fusil. N arme. Dèɓē hálá ré à súwíl̀ àɓē nè bóndò rɔ̄ ní só. Tout le monde qui est civil ne peut avoir des armes de guerres.
bòw̄ N espèce de poisson [Alestes macrolepidotus]. Bòw̄ à kānjē jɔ̀ mànī. Le "bow" est un poisson (qui se trouve) à la surface de l'eau.
bòyū (Syn: bòlì) N cuisse, partie supérieure de la jambe. Sā ùdù nìnjò má rèní bòyū. Un boeuf a blessé (avec la corne) mon frère à la cuisse.
bɔ̄ N sorte de longue calebasse courbée servant de caisse de résonnance du balafon (on dit aussi bɔ̄ kɔ́bɔ̀). Bɔ̄ à nákū ré kò dèɓē gē à táḿ né kɔ́bɔ̀. La longue calebasse est une chose que les gens font le balafon avec.
bɔ̀ɔ̄ (Syn: bàā) N brousse (proche) à l'entour du village. M-āɓē màā bɔ̀ɔ̄. Je vais en brousse (proche).
bɔ̀ɔ̄ N rot. Expr: ìndà bɔ̀ɔ̄ -faire de rot, éructer Nògò-nè ísā wólī-gùrú kūmáy nj-índà bɔ̀ɔ̄.Si tu manges beaucoup d'arachides tu feras des rots.
bɔ́ɔ̀ N tranchée artère. Bɔ́ɔ̀ kí-ɓàlè njàhà òrī téē só. Le tranché du caïman blanc, il n'est pas bon l'ouvrir. (Prov.)
bɔ̀dɔ̀ N boue collante. Tòkó ānjā rèní kàm bɔ̀dɔ̀. Il ne faut pas entrer la boue collante. Expr: bɔ̀dɔ̀ kānjē -saleté noire trouvée dans l'estomac de poissons Màndé ɔ̀rē bɔ̀dɔ̀ kānjē ngūyā bī yálì tàní gàjì-bū.La femme enlève la saleté noire du poisson carpe et la jette sur les poubelles.
bɔ̄dɔ̄ N brousse (on dit aussi bɔ̄dɔ̄ɔ́). M-āɓē màā bɔ̄dɔ̄. Je vais en brousse.
bɔ̄dɔ̄-kòō N forêt. Bɔ̄dɔ̄-kòō à lòō ndúɓō jā gē hálá. La forêt est là où tous les animaux se réunissent.
bɔ̀kɔ̀ N couteau de jet. Ní Náā gē gèӯ kìlā nìngà kūmáy ùmbā bɔ̀kɔ̀. Les Na savent utiliser la sagaie beaucoup plus que le couteau de jet.
15
bɔ́kɔ̄ V chercher au fond pour enlever (avec difficulté). Kɔ̀-njàkā lòhà kòrì ngàlè ní ndò né mí bɔ́kɔ̄ nè jīlī má né. Il n'y pas une houe pour creuser le manioc et je cherche à l'enlever avec les mains.
bɔ̄mbē N esp. d'arbre. Màm bɔ̄mbē ày dáwà òrī lòhà njòm̄ dòō hàrù. L'écorce de l'arbre "bombe" est un médicament, il est bon pour soigner une brûlure.
Bɔ́rnò NP Bornou. Bɔ́rnò gē àyī dèɓē gē ré à rɔ́ɓē górò kūmáy. Les Bornous sont les gens qui vendent beaucoup la noix kola.
bɔ̀rɔ̀ N labour de la fin des saisons de pluie en vue de préparer le terrain pour l'année à venir. kɔ̀sɔ̀ bɔ̀rɔ̀ - déraciner en fin de saison pluvieuse (pour l'année prochaine).
bɔ̀té N boue. Mí nɔ́rē m-īsō kàm bɔ̀té. J'ai glissé et je suis tombé dans la boue. N boueux, chose boueuse. Mā mí hɔ́tɔ̀ ngáā bī jīlī má ày bɔ̀té. Je suis en train de malaxer la terre et mes mains sont boueuses.
bɔ́tɔ̄ N nourriture à base d'haricots, manioc, etc., mélangés avec la pâte d'arachide ou sésame (normalement avec mìnjò, ngàlè, etc.). Bɔ́tɔ̄ ràā màkē dèɓē kūmáy. La nourriture "boto" remplit bien le ventre d'une personne.
búù N surface, espace étendu. M-ā búù tà-káỳ kɔ́ngὲ lòhà táḿ sēríì. Je vais à la place du chef pour faire justice (c'est à dire, faire résoudre un problème).
būú N manque dans l'art (de faire qqc). Kùgà dālā jòḿ nì, nè à ní būú. Danser le dépasse, il est quelqu'un qui manque l'art.
búū V agrandir le cercle de danse en faisant reculer les gens au moyen de la chicotte. Dèɓē kàré jē dànà ní-njíkī gē à búū lòō. L'un entre les danseurs a agrandi le cercle de danse.
búù-àrpàlā N aéroport. àlī gē àsà dāy búù-àrpàlā só. Les oiseaux ne peuvent pas traverser l'aéroport.
bùdè N l'intérieur de l'estomac. Màndé nì táḿ bùdè màkē jā à ná-kìsà kòrī béè. La femme prépare l'intérieur de l'estomac d'un animal, c'est un bon repas. Expr: bùdè kòō -le gros ventre Expr: bùdè kòló -partie du gros ventre relié à l'intestin Bùdè kòló ndò ní kέɛ̄ jē gɔ̄ bùdè kòō.La partie du ventre relié à l'intestin est plus mince par rapport à le gros ventre.
bùdè-mòm N esp. d'herbe. Wōmō à ìsà bùdè-mòm kūmáy. Le lièvre mange beaucoup l'herbe "budemom".
bùdù N espèce d'arbuste [Amaranthus cruentus]. Màndé gē à táḿ tárò nè mbī bùdù. Les femmes préparent une sauce avec la feuille de l'arbuste "budu".
būgūrū N morceaux d'arbustes coupés qui restent dans le champ après la préparation du terrain. Nògò-nè būgūrū nì ndútù nē ndélè lòhà táḿ hàrù. Quand les morceaux d'arbustes coupés deviennent secs alors on les utilise pour faire le feu [litt: ...alors ils deviennent pour faire le feu].
búgúrú ID très (court): descr. de rūndū. Nè rūndū búgúrú, jīlī àsà kɔ̀dɔ̀ nɔ̀-káỳ só. Il est très court, sa main ne peut pas toucher le plafond de la case.
bùjù N esp. de poisson [Campylomormyrus tamandua]. Bùjù à kānjē kókòō ré ɲèlē kìsà bī ày nūngā kūmáy. Le "buju" est un grand poisson qui est agréable manger mais il a beaucoup d'arêtes.
bújù VT utiliser abusivement, faire travailler qqn jusqu'à l'épuisement. Nè bújù mōnō má béè-kέɛ̄, jē-gɔ̄ ìɲā nì nè mōnō gè. Il a abusé ma fille sans motif, et après il l'a abandonné avec les enfants.
16
būkū N cendre. Màndé gē ùgà būkū rèní jɔ̀ mbī ɲámà lòhà tɔ̄ɓɔ̄ kùū. Les femmes mettent des cendres sur les feuilles du gombo pour chasser les insectes.
búkū V enfoncer et secouer une tige dans un trou (terrier, tronc d'arbre, etc.). Mōnō-mbō gē à búkū njɔ̀mè. Les chasseurs sont en train d'enfoncer et secouer une tige dans le trou pour faire sortir l'écureuil.
bùlà N poulailler. Mùlà ànjā tàní màā bùlà kūnjá bī ùkà néè hálá. Le chat sauvage est entré dans le poulailler et il les a tous attrapé.
būlā N gros flammes (du feu), éclatement. ɲàmá ní ngútì tàní kàm būlā hàrù. Son habit était brûlé dans les flammes du feu.
būlā N enclos où on garde (les chevaux). āɓē ní kúndā tàní màkē būlā. Emmène le cheval à l'enclos.
búlù VT troubler, agiter (de l'eau) (obj. et yɔ̄ plus la plante (coton, d'arachide, de pois de terre, etc.)). Màndé búlù kàm mànī nè mbà kálā ní kílá ngɔ̄ kálā ní kánē ìɲā nè ngàɓà ní nè. La femme agit l'eau avec du lait acide où les restes de la boule acides pour donner à son mari. V sarcler un champ. Bìyà má búlù yɔ̄ tāy ní. Mon père sarcle son champ de mil.
Búm̄ NP Boum Kebir. Ní Búm̄ gē àyī ní-mbō-kānjē gē. Les gens de Boum Kebir sont des pêcheurs.
bùmbùrù AV peu tranchant, pas pointu. Tà kùyā má à bùmbùrù; tà kùyā má gē àyī bùmbùrù. La lame de mon couteau n'est pas tranchante; les lames de mes couteaux ne sont pas tranchantes.
būnā N venin (de serpent). Būnā bìkì à tɔ̄lē dèɓē wàsíì. Le venin du cobra tue une personne vite.
bùndù N petit sac en filet. Bùndù òrī lòhà kìtō mōnō-mbō gē kánē ìtō ní nákū. Le sac en filet est bon pour les chasseurs pour porter leurs choses.
búndù N fusil (v. bóndò). Mōnō mbō tɔ̄lē ngèsè nè búndù ní. Le chasseur a tué le lion avec son fusil.
bùnjū N fibre (kapok, coton, etc.). bùnjū sèlí - reste de tabac.
bùɲà N saleté, herbes sèches, chose qui ne servent pas. Mōnō-sákū gē à ngútì bùɲà. Les enfants brûlent la saleté.
bùrā VI être abimé, gâté.. Tāy kí-ɓālāà ré bùrā kō. Le mil de l'année passée est déjà abimé.
búrsù AV à l'improviste, brusquement. àgà búrsù nàá àɓē ń. Quelque chose est arrivé à l'improviste et il est parti. Expr: wù [dèɓē] àgà búrsù. -[qqn] avoir palpitations du coeur
bùtà N farine mélangée à l'eau versée devant la porte (sacrifice). Nògò-nè dèɓē àɓē nè mòtù ní nè ɔ̀mbɔ̀ bùtà tà káỳ ní. Quand quelqu'un est malade il fait le sacrifice de la farine mélangée à l'eau dans sa maison.
bútà V verser un liquide d'une gourde ou d'un canari (qqc avec le bout étroit). Nògò-nè ní-njàkā nì ndélè ɓēé kō nē bútà ndákì mànē tàní ngá. Au moment où le cultivateur (veut) rentrer à la maison il verse le reste de l'eau par terre. V couler. Bà mànī ndɔ̄kɔ̄ bī mànī bútà. La jarre de l'eau est cassée et l'eau s'écoule.
bútà N la mare, flaque d'eau. Lóò Njàménà bútà ròsò kūmáy màā ɓà. À N'djaména il y a beaucoup de mares dans la saison des pluies.
17
bútì AV moins cher, à bon marché. Ná-rɔ́bē í ré ày bútì. Ta marchandise est moins chère.
bútù N herbe dans un champ en jachère. Bútù màā lòō má ré tɔ̀gɔ̀ kō. Les herbes dans mon champ ont déjà grandi.
bútútú ID complètement (blanc: descr. de njàhà). Ngɔ̀ jɔ̀ ní njàhà bútútú. Ses cheveux sont tous blancs.
būyā N sorte de filet de pêche, épervier. Mōnō-mbō-kānjē gē à òjī būyā. Les pêcheurs tirent le filet.
ɓà N saison des pluies. ɓà n-àbò kō nē ní njàkā gē à òsī màā màgè né gē. Quand la saison des pluies arrive, les gens commencent à planter leurs champs. Expr: ɓà sɔ̀kɔ̀. -pleine saison des pluies. Nákū-í ní-ndò ɓà sɔ̀kɔ̀ nē nj-óò ɓō.Si tu n'as pas d'alimentation à pleine saison des pluies alors du vas mourir de faim.
ɓàā N esp. de poisson long pareil au Gymnarchus niloticus, mais ayant des écailles. ɓàā ày màrā kānjē ré ngɔ̀hέ ní ngóỳ kūmáy. Le "baa" est un type de poisson qui a des écailles dures.
ɓáà V se mêler de quelque chose qui ne concerne pas (qqn) (normalement objet est kàm [dèɓē]). Nā n-í ɓáà kàm í nē nj-ùkàà kī. Si tu te mêles de cela, ils vont t'attraper. Nè òtì mà hàn tòkó tì m-á ɓáà kàm má. Il m'a dit de ne me pas me mêler dans ce problème. V se hasarder. Nā n-ì ɓáàa kàm gē lòhà kòhò mōnō má gé nē nj-ùwàa. S'ils se hasardent à déranger mes enfants ils vont voir.
ɓáà N tas. Mōnō-sákū tɔ̄ɓɔ̄ kūnjá jē yɔ̄ ɓáà tāy. L'enfant chasse la poule du tas de mil. Expr: ná ɓáà -quelque chose de considérable, de sérieux Ná ɓáà táḿ ní-dàrū má ré.Quelque chose sérieux est arrivé à mon voisin.
ɓàá AV dans la saison des pluies (un peu rare) (précédé de màā).
ɓā-ɓālā AV chaque année. ɓā-ɓālā dèɓē gē à njàkā màā màgè né gē. Chaque année les gens labourent leurs champs.
ɓàáɓà (Syn: kèlē) N morceaux de poterie. Màndé númā yɔ̄ ɓàáɓà yálì rèní kàm mànī màā bà lò tɔ̄lē ní kùū gē. La femme chauffe les morceaux de poterie et les jette dans l'eau pour tuer les insectes (désinfecter).
ɓàɓàngì ID très (brillant): descr. de ɲálī. Tól̀ yā ɲálī ɓàɓàngì. La nouvelle tôle est très brillante.
ɓàɓày AV souvent, régulièrement (dans autres dialectes: ɓɔ̀ɓɔ̀y). à àbò ɓē ɓàɓày lò kùwà mā. Il vient souvent me visiter.
ɓádà N tombe. Négè jùbū nūnú tàní màā ɓádà. Ils ont enterré le cadavre dans son tombe. Expr: ɓádà bāngàw -butte de terre pour planter les patates Mōnō má gē àɓē kɔ̀rē ɓádà bāngàw.Mes enfants sont partis pour faire une butte de patates.
ɓàgà V se promener. Mōnō bàlā gē à ɓàgà màā tàgā. Les jeunes se promènent le soir.
ɓājī VT ignorer; ne pas connaître. Négè ɓājī nì. Ils ne le connaissent pas.
ɓàkā N rouille. ɓàkā à ìsà mìɲā. La rouille ronge le fer. ɓàkā ɔ̀dɔ̀ ɲàmá má bī lòō ní àkè. La rouille a touché ma chemise et la place (où elle l'a touché) est devenue rouge. Expr: tàkī ɓàkā -se rouiller, devenir rouillé Mōnō sákū ìɲā kùyā rèní kàm njī bī tàkī ɓàkā.L'enfant a laissé le couteau dans la pluie et il s'est rouillé.
ɓàkī V modeler d'une manière jolie. Màndé-kùɓā ɓàkī gírò ní. La potière a bien modelé sa jarre.
18
ɓàkò N esp. de poisson. ɓàkò à màrā kānjē ré yɔ̄ ngóỳ kūmáy ùmbā ndákì kānjē gē. Le "bako" est une espèce de poisson qui est plus fort que tous les autres poissons. ɓàkò òtì hànè: "Kóò má, tòkó ī-káӯ njó-njóy ìndā kóɓò tà máà." Le poisson "bako" dit: "Ma mère, il ne faut pas pleurer jusqu'on a mis le couvercle sur moi."
ɓàkúrà Arabe N ami intime. ɓàkúrà kòrī má àɓē mbā. Mon ami intime est parti en voyage.
ɓàlà N très grande calebasse (servant de mesure). ɓàlà kòō à tánjā màā nɔ̀hέὲ só. La grande calebasse, on ne peut pas la mettre l'une dans l'autre. (Proverbe: les grandes puissances ne peuvent pas cohabiter).
ɓàlá N grand (éléphant) mâle (toujours kàjī ɓàlá). Kàjī ɓàlá ày yē kókòō ùmbā kàjī nòhō gē. Le "bala" est plus grand que les autres éléphants.
ɓālā N année. Màā ɓālā kàré bīɲā òyò mōnō ngèdì jōó. Au cour de l'année la chèvre a des petits deux fois. N saison sèche. Njī àrì màā ɓālā só. Il ne pleut pas en saison sèche. Expr: ɓālā ré -cette année. ɓālā ré ná-kìsà dé ndò.Cette année nous n'avons pas de nourriture. Expr: màā ɓālā -en saison sèche. Màā ɓālā dèɓē hálá yɔ̄ ɲèlē nì.Pendant la saison sèche tout le monde est content. Expr: ɓālā [dèɓē] à -[qqn] avoir âge ɓālā í à kí ndōkú? ɓālā má à kóò bī jɔ̀kέɛ̄.Quel âge as-tu exactement? J'ai cinquante ans.
ɓálà VT colorer, teindre. Mí ɓálà yɔ̄ ɲàmá ré. J'ai coloré cet habit. VI être coloré. ɲàmá má ɓálà yɔ̄. Mon habit est coloré. VT écrire. í ɓálà yī má íɲà mà. écris mon nom pour moi. VI être tacheté (animaux). Kòlò ndāá ní ɓálà. La girafe, sa peau est tachetée. N couleur, dessin. Mí dúrù ɓálà ɲàmá ré. J'aime la couleur de cet habit. Expr: ɓálà hàā -être confondu dans ce qu'on dit ā í ɓálà hàā.Tu es confus dans tes paroles.
ɓàlè N champ. Kɔ̀jɔ̄ tòrò ɓàlè. Kojo dort dans le champ (manière de se moquer d'une femme qui ne laisse pas la nourriture pour son mari).
ɓālé N esp. de grand arbre à feuilles lisses [Ficus ingens]. Kànā ɓālé ɲèlē bī kàm ròsò kūmáy. Le fruit du Ficus ingens est bon mais il y a beaucoup de grains dedans.
ɓálē N arquées (jambes). Mōnō nāmī má ɓāngá à ɓálē. L'enfant de ma soeur a les jambes arquées.
ɓāmɓī V faire du fil avec le coton ou autre textile en frottant à la main ou sur la cuisse (on dit aussi ɓɔ̄mɓī). Tàní-njɔ̄-ní dèɓē gē à ɓāmɓī kùlā kùӯ nákū nè ɲàlwέὲ ní. Entretemps les gens fabriquaient le fil pour coudre avec le coton. Expr: ɓāmɓī kéngè -donner une forme allongée à l'argile en la façonnant entre les deux mains Expr: ɓāmɓī nìngà -faire le mouvement de lancer (une sagaie) mais sans la lancer Bìyà má ɓāmɓī nìngà lò kùrù nákū.Mon père a fait un mouvement de lancer la sagaie sur quelque chose.
ɓāngā N rancune. ɓāngā bìyà nángà rèní jɔ̀ mōnō ní gē lò-njɔ̄-njɔ̄. La rancune du père reste sur ses enfants tous les jours. N dette de rancune (qu'il faut payer quand il y un bagarre entre personnes des deux groupes ethniques). ɓāngā ndò dànà àráɓù àmtìmáǹ gē nè ní Náā gē. Il n'existe pas la dette de rancune entres les Arabes d'Am Timam et les Sara Kaba Na (parce qu'ils ont un lien très familier depuis leurs grands-parents).
ɓāngá N jambe. Nògò-nè ní kàɲā-júù nì táḿ kákású nē ɓāngá ní njì ndàtè. Quand quelqu'un qui fait la compétition de cours le fait avec maladresse alors sa jambe va casser.
ɓàtī N singe (en général). ɓàtī à tújù bày-màngà kūmáy. Le singe détruit beaucoup de maïs. M-úwà ɓàtī tàní kò-tímbìī jɔ̀ kāgā. J'ai vu un singe au sommet de l'arbre.
ɓátí AV tôt du matin, de grand matin. Mí tákī ɓátí lò kàɓē mbō kānjē. Je suis sorti tôt du matin pour aller faire la pêche. Expr: bēndígā ɓátí -de grand matin Ní-njàkā àgà bēndígā ɓátí lò kàɓē màkē màā màgè.Le cultivateur s'est levé de grand matin pour aller au champ.
19
ɓàtī-kàkè N singe rouge (Patas). Dèɓē gē òtì háǹ ɓàtī-kàkè nè ày gōsō. Les gens disent que le singe rouge est un artiste (de danse).
ɓàtī-màdà (Syn: màdà) N babouin [Babouin doguera], gorille. ɓàtī-màdà à táḿ nákū béè háǹ dèɓē éǹ. Le babouin agit exactement comme un homme.
ɓàtī-mànē N colombe à manteau blanc. ɓàtī-mànē ày njì jɔ̀ kāgā gē ré tà bā. La colombe habite dans les arbres à côté du fleuve.
ɓàtī-njàhà N singe vert. ɓàtī-njàhà à mōnō-kàm ɓàtī gē. Le singe vert est la sentinelle des singes.
ɓàӯ N esclave. Tàní-njɔ̄ ní dèɓē kìlì gē àyī ɓàӯ tàní àmèríkì. Avant les gens noirs étaient des esclaves en Amérique. Expr: kùkà ɓàӯ -attraper en esclavage Lɔ́ɓè ùkà Sàrā-Kābā gē kūmáy ɓàӯ.Rabah a attrapé beaucoup de Sara Kaba en esclavage.
ɓāy VT envoyer (obj. est mà nákō). Bìyà má ɓāy mà tāy. Mon père m'a envoyé du mil.
ɓāy VT semer à sec (sur un sol non humide). Mí ɓāy ɲàlwέὲ má; négè ɓāyī ɲàlwέὲ néè. Je sème mon coton à sec; ils sèment leur coton à sec.
ɓáỳ VT étaler au soleil pour une deuxième fois. Màndà-kɔ̀jɔ̀ ɓáỳ yɔ̄ kītē ní. La femme qui prépare la bière étale son mil germé au soleil pour une deuxième fois. VT utiliser abusivement (d'une monture) en le faisant courir une longue distance. Tàbá í ɓáỳ kúndū í kūmáy nè ìsō mòtù. Il ne faut pas utiliser ton cheval abusivement de peur qu'il tombe malade. VT faire travailler jusqu'à épuisement. Ní ɓáỳ sā má tàní màā njàkā. Il a trop travaillé mon boeuf dans le champ. Expr: ɓáỳ yɔ̄ [dèɓē] -[qqn] refuser d'arrêter une bagarre Nárèӯ kí ā ɓáỳ yɔ̄-í ɲὲ lòō-ní wà?Pourquoi tu ne veux pas arrêter la bagarre comme ça? Expr: ɓáỳ jīlī -doigter
ɓàyīyā (Syn: ɓàā) N esp. de poisson [Polypterus bichir]. ɓàyīyā à kānjē ré jɔ̀ɔ̄ tīsī jɔ̀ɔ̄ lī bī yɔ̄ ní à ngɔ̀hέ. Le Polypterus bichir est un poisson dont la tête ressemble la tête d'un serpent et son corps est plein d'écailles.
ɓē N village. Róbò ré dāy béè rèní màā ɓē dé. Le chemin passe directement par notre village. N pays, région. Kō ndò ɓē dé. Il n'y a pas de montagne dans notre région. N domestique. kūnjá ɓē; jā ɓē. poulet domestique; animal domestique. N locale, chose de la zone. Bāngàw ɓē òrī ùmbā bāngàw mbā. La patate locale est mieux que la patate importée. Expr: ɔ̀rē ɓē -se marier Mōnō má ɔ̀rē ɓē.Mon fils est marié. Expr: dānā ɓē -célébrer un mariage (accompagnement de la nouvelle mariée chez ses parents)
ɓēé AV au village. Bìyà má àɓē ɓēé. Mon père est parti au village.
ɓē-bíyā N miel nouvellement formé. ɓē-bíyā njàhà ùmbā ɓē kònō tàgì. Le miel nouvellement formé est plus blanc que l'ancien miel.
ɓē-tàgì N gâteau de miel, avec toute la cire, etc. (v. tàgì). Mōnō-mbō gē àɓē kɔ̀rē ɓē-tàgì. Les chasseurs de miel sont partis enlever le gâteau de miel.
ɓèɓèrè AV vite et beaucoup de paroles (parler). Tòkó nē á njúɓà ɓèɓèrè. Il ne faut pas parler vite et beaucoup. Expr: [dèɓē] tà ìsō ɓèɓèrè -[qqn] parler vite et beaucoup màndé ré tà ìsō ɓèɓèrè.Cette femme parle vite et beaucoup.
ɓēlé VI avoir peur. Màā njɔ̄ mí ɓēlé kūmáy. Quand il fait nuit j'ai trop peur. VT craindre, avoir peur de. Mí ɓēlé kìlà kàngā. J'ai peur du travail dur. N craint, peur. ɓēlé táḿ kánē dèɓē à òtì hàā kájē ndákā yɔ̄ hàā. La peur fait que les gens disent des paroles sans sens. Expr: ɓēlé ùkà [dèɓē] -[qqn] prendre peur Nògò-nè màndé ùwà ní-ɓògò tàní mà káỳ ní nē ɓēlé ùkà nì.Quand la femme a vu le voleur dans sa maison elle a pris peur.
20
ɓèrè N forme parte de la salutation àkí nè ɓèrè kè?, "comment ça va?". à-kí nè ɓèrè kè yàā-ré? àkàń ngéréy. Comment ça va aujourd'hui? Un peu mieux.
ɓērēgéè INT comment? (normalement après la prép. ). à-kí nè ɓērēgéè éngè ní gúrsù kūmáy ré? Comment se fait t-il que tu aies trouvé beaucoup d'argent? AV comment. Mí gèӯ só táḿ kí nè ɓērēgéè? Je ne sais pas exactement comment il l'a fait.
ɓī V remuer avec un bâton la pâte de mil. Màndé à ɓī ròkù. La femme est en train de remuer la boule.
ɓī N sommeil ( tòrò ɓī: dormir). Màā njɔ̄ dèɓē gē à tòrò ɓī. La nuit les gens dorment. Expr: ɓī ùkà [dèɓē] -[qqn] avoir sommeil ɓī ùkà mā kūmáy, mí dúrù ndāy.J'ai beaucoup sommeil, je vais me coucher.
ɓíì V récolter (haricots). Màā nɔ̄hɛ̄ màká ré dèɓē gē à ɓíì mìnjò-tōẃ. Dans le sixième mois les gens récoltent l'haricot vert.
ɓíī VT quitter la paille de la toiture. Mí ɓíī dìnì kònō bī mí mbálī nè yē yā ní. Je vais quitter l'ancienne paille de la toiture et y mettre la nouvelle.
ɓìɓì AV très frais (descr. de ìsō kīró). Njī àrì kūmáy bī lò ìsō kīró ɓìɓì. La pluie tombe beaucoup et il est frais.
ɓìdā N lit traditionnel consistant de 4 ou bien 9 pattes en bois fourchu, et trois longs bois transversaux. ɓìdā tōrī nè njà dàkāɓū ní ngóỳ ùmbā yē njà sɔ̀ɔ́. Le lit traditionnel de neuf pattes est plus fort que ce de quatre pattes.
ɓìlà N ceinture en cuir. ɓìlà ɓōdō má ndēkī bī pàndàlō yóngō mā. Ma ceinture est cassée et mon pantalon flotte. Expr: òlì ɓìlà -serrer la ceinture ólì ɓìlà rèní ɓōdō í tòkó pàndàlō í ìsō.Serre la ceinture à ta hanche de peur que ton pantalon ne tombe. Expr: òlì ɓìlà ìnjī ní -adopter une position ferme, rester ferme àngā nì bī òlì ɓìlà ìnjī ní.Il est difficile pour lui mais il est resté ferme.
ɓīlī V délayer la farine dans l'eau et en faire une pâte. Màndé ùrù ɓú bī mànī rèní kàm ndùjú lòhà ɓīlī yɔ̄ bī táḿ gìrà ní. La femme verse de l'huile et de l'eau dans la farine pour le délayer en pâte et en faire des gâteaux. VT rouler (obj. yɔ̄). Nárèӯ kí ā ɓīlī yɔ̄-í rèní ngáā lòō-ní wà? Pourquoi roules-tu dans la terre comme ça?
ɓílī V enrouler. Mōnō-sákū ɓílī kùlā rèní bōgō kāgā. L'enfant enroule la corde à (côté de) l'arbre.
ɓīrō AV complètement bouché. Gírò-sèlí má ɓīrō, sèlí-hàrù tàkī só. Ma pipe est complètement bouchée, la fumée n'y sort pas.
ɓìtɔ̀ (Syn: ɓùtà) N esp. d'arbre de la savane [Daniellia oliveri]. ɓìtɔ̀ ày kāgā ré àɓē nè kùū sákū màā mbī, à táḿ yērē bī mōnō-sákū gē à ɔ̀ɲɔ̀. Le Daniellia oliveri est un arbre qui a un petit insecte dans ses feuilles, il fabrique un miel et les enfants le mangent.
ɓō N faim. ɓō ɔ̀ɲɔ̀ mā kūmáy, nárèӯ kí ògò ní lò kìsà. J'ai beaucoup faim -- qu'est-ce qu'il y a à manger? N envie, besoin. ɓō sáỳ ɔ̀ɲɔ̀ mā. J'ai envie du thé. Expr: ɓō ɔ̀ɲɔ̀ [dèɓē] -[qqn] avoir faim ɓō ɔ̀ɲɔ̀-mā.J'ai faim. Expr: tà ɓālā ɓō -pendant l'année de grande famine
ɓó N étroit (route, entrée, trou, etc.). róbò ré ày ɓó kέɛ̄, wòtòrò í àsà kàɓē ní só. Cette route est étroite, ta voiture ne peut pas y aller. Expr: sákū ɓó -être tout petit à mā-ndòbō sákū ɓó, bī òrī.C'est une toute petite concession, mais elle est très jolie.
ɓóō VT chauffer (obj. est yɔ̄). í ndélè ɓóō yɔ̄ ná-kìsà ré lòhà mā. Réchauffe la nourriture pour moi.
21
ɓō-kòō N famine. Tà ɓālā rɔ̄ ɓō-kòō ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. Pendants les années de guerre la famine fait beaucoup mal.
ɓōdō N hanche. ɓōdō má ndàlì mā. J'ai une douleur soudaine à l'hanche. N reins. Expr: ùkà ɓōdō [dèɓē] -aider, supporter [qqn] Ní-dàrū má ábò ùkà ɓōdō má.Un voisin est venu m'aider.
ɓògò V voler. Bàtàkūmbá ɓògò gúrsù kàká má tàní kàm róbò. L'apprenti chauffeur a volé l'argent de mon grand-père sur la route. ɓògò kō; ɓògòo kō. Il a déjà volé; ils ont déjà volé. N chose volée. wòtòrò ɓògò, mòtō ɓògò, tásà ɓògò - une voiture volée, une moto volée, une cuvette volée.
ɓógō VT avoir des relations sexuelles, coïter (mot tabou; v. ndáy kàsū). Tòkó í ɓógō màndé ní-dàrū í. Il ne faut pas avoir des relations sexuelles avec la femme de ton voisin.
ɓókóló Sango N esp. d'igname, "makabo" [Xanthosoma mafafa]. Dèɓē gē à ùbō ɓókóló lò Sārá lòhà kàɓē ní Kíyāɓē rɔ́ɓē. Les gens achètent le makabo à Sarh pour l'emmener à Kyabé pour vendre.
ɓólō N caïlcédrat [Khaya senegalensis]. ɓólō à kāgā ré njílì kàsū ròsò jɔ̀ɔ̄. Le caïlcédrat est un arbre où beaucoup de mauvais esprits vivent.
ɓōrō VI être sourd (suj. est l'oreille de qqn). mōnō ré àsà kàɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀ só lòhà mbī ní ɓōrō. Cet enfant ne peut pas aller à l'école parce qu'il est sourd. VT rendre sourd. Njí mí ɓōrō mbī í. Je vais t'assourdir (en faisant beaucoup de bruit).
ɓōtī VI être cuit pendant longtemps. Nògò-nè màndé nì ɲèrì tárò ɲèlē nē nè ɓōtī. Quand une femme prépare une bonne sauce elle est cuite pendant longtemps. VT laisser cuire pendant longtemps. Màndé ɓōtī tárò. La femme laisse la sauce cuire pendant longtemps.
ɓɔ̀ɔ́ N trace blanche de la salive coulante sur la joue pendant le sommeil. Dèɓē tòrò ɓī kūmáy bī ɓɔ̀ɔ́ rèjì rèní tà. La personne dort beaucoup et la salive blanche sorte de sa bouche.
ɓɔ̄-tāy (Syn: tāy-ɓɔ̄) N épis de petit mil non sec, grillés et égrainés à la main et mangés à l'instant. Yíkī ɓɔ̄-tāy ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy, à húlē jīlī dèɓē. Égrainer les épis du petit mil non sec est très difficile, ça donne des cloques dans les mains des gens.
ɓɔ̀ɓè VI être épais (liquide). Mbà ré ɓɔ̀ɓè. Ce lait est épais.
ɓɔ́ɓē V se salir exagérément (obj. est yɔ̄). Kɔ̀sɔ̀ ní-dàrū má gē ɓɔ́ɓē yɔ̄ gē rèní màā bútà. Les cochons de mon voisin se salissent dans la boue. V se mêler (d'un problème). Hàā ɔ̀jɔ̀ jɔ̀ màndé má só bī nè ɓɔ́ɓē yɔ̄ rèní dànà. Le problème ne concerne pas ma femme mais elle se mêle.
ɓɔ̄ɓɔ̄lɔ̄ N baguettes servant à jouer le balafon. Nè ɔ̀kɔ̀ ɓɔ̄ɓɔ̄lɔ̄ lò kìndà kɔ́bɔ̀. Il a pris les baguettes pour jouer le balafon.
ɓɔ̀ɓɔ̀rɔ̀ AV boueux (l'eau), pas claire. Njī àrì kūmáy bī mànī bā à ɓɔ̀ɓɔ̀rɔ̀. Il pleut beaucoup et l'eau du fleuve est boueuse.
ɓɔ̀kɔ́ N jeune (en parlant de la tige du bambou). Bàkù ɲàlà ɓɔ̀kɔ́ ngóỳ só hánè ɲàlà kònō. La natte (fabriquée) de jeune bambou n'est pas aussi solide que l'ancien bambou. Expr: tīyā ɓɔ̀kɔ́ ní rèý ní kàm [dèɓē] -dire la vérité à [qqn] ouvertement, en face Nè tīyā ɓɔ̀kɔ́ ní rèý ní kàm máà.Il m'a dit la vérité en face.
ɓɔ̀lɔ̄ N petit plateau qu'auparavant les femmes portaient aux lèvres. Jē-kònō màndé gē à òsì ɓɔ̀lɔ̄ rèní ndāá-tà gē. Auparavant les femmes portaient des plateaux dans les lèvres.
ɓɔ̀lɔ̄ N tibia. Mōnō í ùɓà mā rèní ɓɔ̀lɔ̄ máà. Ton enfant m'a donné un coup de pied au tibia.
22
ɓɔ̀lɔ̀lɔ̀ AV coulant lentement (liquide épais). Mbā mà kópò ré ày mànī kūmáy só bī à ɓɔ̀lɔ̀lɔ̀. Le lait dans les boits n'est pas très liquide et il est quelque chose que coule lourdement. AV à la file indienne. Dèɓē gē àɓē ɓɔ̀lɔ̀lɔ̀ rèní gɔ̄ nɔ̀hέὲ. Les gens se suivent à la file indienne.
ɓɔ̀n̄dí N tige ou plante qui n'a pas encore atteint la maturité (très souvent avec mātō 'néré). N plante qu'on n'a pas encore fini la préparation. Mātō ɓɔ̀n̄dí à rà wù dèɓē. Le néré qu'on n'a pas encore fini sa préparation s'arrête dans le ventre d'une personne.
ɓɔ̄nē N écureuil vivant dans les arbres [Hélioscure de Gambie]. ɓɔ̄nē à ndélē tàní tàá mbākā kāgā gē. Les écureuils montent beaucoup dans les fourches des arbres.
ɓɔ̀ɔ́ɔ̀ AV à grosse voix (pleurer). Mōnō-sákū káӯ ɓɔ̀ɔ́ɔ̀. Le petit enfant pleure à grosse voix.
ɓɔ̀ý N esp. de petit oiseau. ɓɔ̀ý ày àlī sákū ré àjī kūmáy. Le "boy" est un petit oiseau très gentil.
ɓū N la partie de la jambe où les enfants s'asseyent, les genoux. ɔ̀tɔ̄ mōnō ní rèní jɔ̀ ɓū. Il a mis son enfant sur les genoux.
ɓū N huile en général. úrù mà ɓū sí. Verse-moi un peu d'huile. ɓū kīɲō, ɓū wólī, ɓū nímì, ɓū ɲàlwέὲ - l'huile de karité, d'arachide, de l'arbre nim, du coton. N chose graisseuse; graisseux. Mōnō mūɲé ré táḿ tárò ní à ɓū kūmáy, m-ásà kɔ̀ɲɔ̀ só. Cette fille fait sa sauce trop grasseuse, je ne peux pas la manger. Expr: kùsù/ùsù ɓū hàā -ne pas réagir à une nouvelle (choquante) Ní njíkī kártè ùsù ɓū hàā kò kóò ní.Le joueur à cartes n'a pas réagi à la nouvelle de la mort de sa femme.
ɓú N façon respectueuse de s'asseoir en posant le genou gauche par terre (pour les femmes et enfants) (normalement ùgà 'se mettre dans cette position'). Nògò-nè mōnō-sákū gē n-ìsà nákū nè kóò néè négè ùgà ɓú gē. Quand les enfants mangent avec leur mère ils vont s'asseoir respectueusement (en posant le genou gauche par terre).
ɓùú N gros canari (v. aussi sàӯ). ɓùú à gírò kókòō ré màndé gē à ɔ̀mbɔ̀ ní nákū nè. Le "buu" est une grande jarre où les femmes gardent des choses.
ɓū-sā V beurre. ɓū sā dèɓē hálá à ɔ̀ɲɔ̀ só. Ce n'est pas tout le monde qui mange le beurre.
ɓūkū N cendre de bois. ɓūkū òrī lòhà bày. La cendre est bonne pour le maïs.
ɓùlè N arc et flèche. Expr: kàm-ɓùlè -flèche Mbōrōrō gē à dánjī kàm-ɓùlè néè.Les Mbororo mettent du poison dans leurs flèches. Expr: gàrù-ɓùlè -arc Gàrù-ɓùlè ní ndàtè bī nè nj-àsà kàɓē mbō só.Son arc est cassé et il ne pourra pas aller à la chasse.
ɓúlē AV sans pénétrer (flèche, sagaie, etc.) (toujours avec ùrù). Nè ìlā nìngà lò kùrù nàsē bī ùrù nì ɓúlē. Il a lancé la sagaie sur l'antilope cheval mais il ne l'a pas pénétré.
ɓūlū N bruit (du pilon et mortier). ɓūlū bèrī ìsō tàní mà-ndòbō. Le bruit du mortier résonne dans la concession.
ɓūlū N endroit le plus profond (d'un fleuve, rivière). Kānjē òō kūmáy tàní màā ɓūlū bā. Les poissons sont très grands dans les endroits profonds du fleuve.
ɓúlú-ngālā N jeune en parlant des chiens. Bísì ɓúlú-ngālā dúrù njíkī kūmáy. Les jeunes chiens aiment beaucoup jouer.
ɓùndú N fait de ne pas savoir nager. Lòhà í yà ní-mbō-kānjē ɓùndú òrī só. Pour toi un pêcheur, ne savoir pas nager est mauvais. Expr: ní ɓùndú -celui qui ne sait pas nager Ní ɓùndú òrī kàɓē mà bā só.Il n'est pas bon pour celui qui ne sait pas nager aller dans le fleuve.
23
ɓùúndū N tige de mil non bien développée. Rèní dànà tāy màā màgè tāy ɓùúndū ògò ń. Dans tous les champs de mil il y aura des tiges non bien développées.
ɓùndù-kìlì N un bon coup de poing. Bìyà má ùgà mā nè ɓùndù-kìlì lòhà jɔ̀ɔ̄ mɔ́ ngóỳ kūmáy. Mon père m'a donné un bon coup de poing parce que je suis têtu.
ɓúndúlú AV arrondie, de forme sphérique. Mìɲā wòtòrò ày ɓúndúlú. Le fer du camion est arrondi. AV bien en forme. Mōnō ré à ɓúndúlú. Cet enfant est bien en forme.
ɓùtà (Syn: ɓìtɔ̀) N esp. d'arbre [Daniellia oliveri]. Njílì ɓùtà ìsō-kīró, dèɓē gē à ìnjī rèní mɔ̀tɔ̀. L'ombre de l'arbre Daniellia oliveri est frais, les gens s'asseyent dessous.
ɓútí N seuls (au pluriel seulement). ábò béè yɔ̄ ɓútí sé. Vous venez seuls. D-ábò béè yɔ̄ ɓútí dé. Nous (excl.) sommes venus seuls.
ɓúỳ VI presser (à cause d'un besoin urgent). Kèӯ ɓúỳ mā. Je suis pressé pour faire mes besoins.
ɓūyā N canari pour la boisson (à petite ouverture) ou pour l'eau. ɓūyā kóò má ndɔ̄kɔ̄. Le canari de ma mère est cassé.
ɓūyā-bákà Arabe N grande jarre à eau. ɓūyā-bákà ày ná kìtō mànī jē lò kùráà. La grande jarre est une chose pour porter de l'eau de loin.
ɓùyè N enveloppe faite en paille pour porter du poisson. Mōnō-mbō-kānjē gē ɔ̀kɔ̀ kānjē rèní màkē ɓùyè lò kàbò néè ɓēé. Les pêcheurs ramassent les poissons dans l'enveloppe faite en paille pour les emmener au village.
čádì NP Tchad. Tàkàsà kìnjī jéỳ ré kìlà òō kūmáy só čádì. De nos jours il n'y a pas beaucoup de travail au Tchad.
čèkā Arabe (Syn: kèkā) N boisson alcoolisée; bière. Tàkàsà ré mā mí-táḿ ní kìlà yà ógò ní ínjī nj-ὲɛ̄ čèkā. Lorsque moi je faisais le travail toi tu étais en train de boire la bière.
d- PRA nous exclusif (suj. de verbe qui commence avec une voyelle) (v. ). d-ábò,d-āɓē,d-īsō - nous sommes venus, nous sommes allés, nous sommes tombés. J-àɓē ɓēé; d-āɓē ɓēé. Nous (toi aussi) allons au village; nous (mais pas toi) allons au village. PRA je (quand je fais l'activité avec qqc en 3ème pers.). D-āɓē súkù dégè ní-kàɓē má né. Je suis allé au marché avec mon ami.
INJ interjection. Mí gēy dá. Mais oui je sais bien!
Arabe CNJ alors. M-āɓē ɓēé dá, ká m-éngè bìyà má. Quand je suis allé à la maison, j'ai trouve mon père. Expr: yà dá -toi alors (menace ou émerveillement, plainte) Yà dá, úrà jē yɔ̄ mɔ́ɔ̀!Toi là, retires-toi de moi!
dáà N papa (appellation familiale). Dáà, ábò wàsíì. Papa, viens vite.
dàá N moquerie, plaisanterie de mauvais goût (toujours avec le verbe ɔ̀rē). Mōnō nì-dàrū má ɔ̀rē mā dàá lòhà kò bìyà má. Le fils de mon voisin m'a fait des plaisanteries de mauvais goût au sujet de la mort de mon père.
dáà-ɓáà (Syn: ɓáà) N esp. de poisson [Citharinus citharus]. Dáà-ɓáà ày màrā kānjē ré àbà, njàhà bī nūngā ní ròsò kūmáy. Le Citharinus citharus est un poisson large et blanc, mais il a beaucoup d'arêtes.
dàbà N hangar, abri. Màndé télè tāy rèní jɔ̀ dàbà. La femme a versé le mil sur le hangar.
24
dàɓóò VI être penché. ɲélè ɔ̀tɔ̄ kāgā dàɓóò. Le vent fait pencher l'arbre. [litt: le vent arrive et l'arbre est penché]
dàɓù VI se cacher. Ní-ɓògò dàɓù tàní gɔ̄ káỳ ní. Le voleur s'est caché derrière sa maison.
dàdàgì AV en commençant à marcher (petit enfant). Mōnō-sákū má àɓē dàdàgì. Mon enfant commence à marcher.
dāgī (Syn: gāgārā) N épaule. Dàmtórò ùdù mōnō-sákū rèní dāgī ní. Le médecin a donné l'injection à l'épaule de l'enfant.
dàhà-jīlī N la paume de la main. Kìsō ní ré nàá èngè ní dòō rèní màā dàhà-jīlī. C'est quand il est tombé qu'il a trouvé la plaie dans la paume de sa main.
dàhà-njàā N plante du pied. Nè sākā ní ndò bī àɓē nè dàhà-njàā-ń né. Il n'a pas de chaussure et donc il marche avec la plante du pied.
dàháɓà Arabe AV maintenant que, tout récemment. Dàháɓà bìyà má àbò m-āɓē ká lɔ̀kɔ́lɔ̀. Maintenant que mon père est arrivé je vais à l'école.
dākā N repousse, rejetons des plantes cultivées. Dākā wólī dèɓē à ìsà ní gétè-gè wólī kòsī. Les repousses d'arachide, les gens les mangent avant les arachides semées.
dàkāɓū NUM neuf (9). M-āɓē ń nè mōnō dàkāɓū ní. J'ai neuf enfants.
dālā N grand tambour droit. Dèɓē gē ɔ̀rē dālā rèní kàm nɔ̄hɛ̄ lòhà njíkī. Les gens ont fait sortir le tambour au clair de lune pour danser. Expr: kìndà/ìndà dālā -battre le tambour Kìndā dālā ày kìlà yē gōsō gē.Battre le tambour est le travail des artistes.
dālā N sorte de danse. Mōnō-bàlā gē àɓē kùgà dālā kàm nɔ̄hɛ̄ njàhà. Les jeunes hommes sont partis danser le "dala" à la claire de lune. Expr: kùgà dālā -danser
dálā VT glaner, passer pour (un champ) pour refaire la récolte (normalement avec màkē kìyà). Ní kìyà tāy gē à dálā màkē kìyà tāy néè. Les moissonneurs (du mil) glanent leur champ de mil.
dàálà Arabe N parapluie; parasol. únù dàálà, njī à àrì kūmáy. Prends le parapluie, il va pleuvoir beaucoup.
dālú N esp. de poisson [Alestes baremoze]. Dālú à kānjē mōnō ré yɔ̄ njàhà bī kīlá ní àkè. Le "dalu" est un petit poisson avec le corps blanc et la queue rouge.
dām-dūnā N labour collectif avec nourriture, boissons, tam-tams, etc.. Ní-kòō má ɔ̀kɔ̀ dām-dūnā tànáà-kí-ɓālāà. Mon grand frère a organisé le labourl collectif l'année passée. Expr: ɔ̀kɔ̀ dām-dūnā -organiser le labour collectif
dàm-jáǹ Français N dame-jeanne. Dèɓē gē ngàɓà ùrù mànī rèní màā dàm-jáǹ àɓē ní gɔ̄bé. Les hommes versent de l'eau dans la dame-jeanne pour aller au champ avec.
dàḿ-nɔ̀ɔ̄ N le front. Mōnō-sákū ìlā ngáā ùrù ní dàḿ-nɔ̀ɔ̄ ní-nòhò ní. L'enfant a jeté un caillou sur le front de son copain.
dàmdā N croisement, chose en forme de croix. Jòō róbò gē ndákā dàmdā. Les routes se sont croisées. Expr: kāgā dàmdā -la croix (chrétien) Kāgā dàmdā jē Jéjù ày lòō kɔ̀ɲɔ̀ yɔ̄.La croix de Jésus était la place de souffrance.
dàmjáǹ Français N récipient en verre avec un bout pointu, "dame-jeanne". Dàmjáǹ à lò rɔ́ɓē pētrō. Le "dame-jeanne" est pour vendre le pétrole.
25
dàmtórò N docteur, médecin. Dàmtórò ìɲā mà dáwà ré àyà mā. Le médecin m'a donné un médicament qui m'a guéri.
dámbá N partie touffue du champ où il y a de plus d'herbes. Màgè ní-nàӯ òtì dámbá. Le champ du paresseux est plein d'herbes.
dámbárá N une petite portion de terrain (normalement dans un champ). úgù mà lò ré dámbárá. Coupes-moi une petite portion du terrain (c'est à dire, laisse-moi utiliser une partie de ton champ).
dànà N milieu (souvent précédé de rèní). Màndé àbò ní ròkù rèní dànà dèɓē ngàɓà gē. La femme a amené la boule parmi les hommes. Expr: béè rèní dànà -seulement conditionnel, pas certain Kìlà ré à béè rèní dànà.Ce travail là est seulement conditionnel (on ne sait pas si on va le faire ou non). Expr: ɔ̀bē dànà -faire la moitié m-ɔ̄bē dànà ndòbō ré mí dúrù kòyō.J'ai fait la moitié du secko que je veux tresser.
dānā V accompagner. Mí dānā mōnō. J'accompagne l'enfant. Njí mí dānā kī jɔ̀ róbò. Je vais t'accompagner en route.
dānā-ɓē N cérémonie de mariage. Dānā-ɓē à ná-yɔ̄-ɲèlē. La cérémonie de mariage est la joie.
dàngà N marigot, mare. Kàā gē ròsò béè tàní màā dàngà. Les crapauds sont nombreux dans les marigots.
Dàngà NP nom propre masculin. Dàngà à yī dē-ngàɓà. Danga est le nomme d'un homme.
dāngārā V tordre, courber. ɲélè dāngārā kāgā. Le vent a courbé l'arbre. VI être tordu, courbé. njínjɔ́ɔ̀ njī àrì kūmáy bī kāgā ndòbō dāngārā. Hier il a beaucoup plu et les bois du secko sont courbés.
dàngáỳ N prison. Pòlísī gē ùkà mōnō má tàní dàngáỳ. La police a mis mon enfant en prison. N punition. Expr: ùkà [dèɓē] dàngáỳ -punir [qqn] mōnō má jɔ̀ ngóỳ kūmáy bī m-úkà ní dàngáỳ.Mon enfant est très têtu et je l'ai puni.
dàngò N esp. d'arbuste qui pousse dans les champs abandonnés. Màgè dàngò àngā kūmáy lò njàkā. Un champ (rempli) de cet arbuste est très difficile de labourer.
dānjā N grappes des épis réservés pour une prochaine semence. Expr: òlī dānjā -attacher les épis les uns aux autres Tàkàsà kìyà tāy ní-njàkā gē à òlī dānjā.Pendant la période de la récolte du mil les cultivateurs attachent les épis les uns aux autres. Expr: ùgà dānjā -garder pour la semence (en coupant les feuilles et les tiges, sélectionnant les meilleurs grains, et les attachant) Le cultivateur garde les bons grains pour la prochaine année.
dánjī N empoisonner. Négè dánjī nɔ̀hὲ. Ils se sont empoisonnés.
dàrì N sorte de condiment (pâte d'arachides laissée en pourriture ou avec termites). Tárò dàrì ɲèlē kūmáy. La sauce fait avec le condiment "dari" est très agréable.
dárì N la soirée (quand il fait sombre). Mōnō-sákū à ɓàgà lò dárì só. Les enfants ne se promènent pas quand il fait noir.
dàrū N le voisinage. Bísì dàrū gē ròsò. Il y a beaucoup de chiens dans notre quartier.
dáwà Arabe N médicament, remède. Dáwà ré m-íɲà mōnō má nē àyà nì. Le médicament que j'ai donné à mon enfant l'a guéri.
26
dāy VT traverser. ásgàrà gē ɔ̀gɔ̄ dāy nè tòhò ń. Les soldats ont empêché (les gens) traverser (la rivière) à pirogue. VT dépasser, surpasser. Kàjī rōngō ní dāy jā nòhò gē. L'éléphant, son hauteur dépasse les autres animaux. AV beaucoup. í njúɓà dāy. Tu parles beaucoup. Expr: dāy jɔ̀ɔ̄ -beaucoup, trop Mànī bā ìlà dāy jɔ̀ɔ̄.L'eau du fleuve a débordé trop.
dáỳ VI prendre une charge très lourde (avec deux personnes). Dí dáỳ jā nè bìyà má né. Mon père et moi transportons l'animal.
dāy-tàní AV passé (avec le temps). dìmásì dāy-tàní, nɔ̄hɛ̄ dāy-tàní, ɓālā dāy-tàní - la semaine passée, le mois passé, l'année passée.
PR nous excl. (obj. de verbe). Kɔ́ngὲ jéỳ ìɲā dè ná-kìsà. Notre (inclusif) chef nous (exclusif) a donné de la nourriture.
PR notre (exclusif). bìyà dé, káỳ dé - notre père, notre maison.
déè PR nous (exclusif oblique). yɔ̄ déè, jɔ̀ déè, mɔ̀tɔ̀ déè, màkē déè - avec nous, sur nous, en dessous de nous, dans nous.
déè N pigeon. Tɔ̄ɓɔ̄ déè gē jē jɔ̀ tāy kán̄ tàbá ìsà. Chasse les pigeons du sorgho pour qu'ils ne le mangent pas.
dē-ngàɓà N homme (contraction de dèɓē-ngàɓà).
déè-ngɔ̄tɔ̄ N esp. de pigeon sauvage, petit, au col rouge et plumes rayées (jaunes et blanches). Déè-ngɔ̄tɔ̄ ɲèlē lò kìsà bī lò tɔ̄lē ní àngā. Le petit pigeon est bon à manger mais il est difficile à tuer.
dèɓē N personne. Bìyà má ày dèɓē ré nàw̄ kìlà kūmáy. Mon père est une personne qui aime beaucoup le travail. PR quelqu'un, un type. Dèɓē ɲὲ-rē d-ásà ráā sìníì só. Un tel type, je ne peux pas promener avec lui. Nògò-nè dèɓē n-àbò nē ótì nì háǹ m-āɓē màā ɓē. Si quelqu'un vient alors dis-lui que je suis allé en ville.
dèɓē-ɓālā N personne âgée. Nò-ndákā-ré dèɓē ɓālā gē ròsò só yā. Cette année les personnes âgées ne sont plus nombreuses.
dèɓē-kílì N être humain, personne (diffèrent de dèɓē kìlì 'une personne noire'). Jégè hálá j-àyī dèɓē-kílì. Nous sommes tous humains.
dèɓē-ngàɓà (Syn: dē-ngàɓà) N homme. Dèɓē-ngàɓà àɓē màā màgè lò njàkā. L'homme est allé au champ pour labourer.
dèɓē-tɔ́gɔ̀ N autorité. Dèɓē-tɔ́gɔ̀ gē tɔ̄ɓɔ̄ kɔ̀ý nìlō. Les autorités ont interdit les sacs en plastique.
dégè PR nous (sujet du verbe, exclusif). Nj-āɓē kí-lé? Dégè d-āɓē màā màgè. Où allez-vous? Nous allons au champ.
dēlē N petite hache utilsée pour tailler ou sculpter les objets en bois (herminette). Dēlē à kūngā sákū ré à tɔ́lè ń kāgā. Le "dele" est une petite hache pour sculpter le bois.
dèlèlè AV légèrement (vent). ɲélè ìlà dèlèlè. Le vent souffle légèrement.
déléy AV au commencement, au début (avec ). déléy rékò núɓā-kìndā táḿ ní jɔ̀ ngáā - au commencement quand Dieu a créé la terre.
démbéré ID très (court de taille): descr. de rūndū. Ndòbō tà káỳ dé rūndū démbéré. Le secko devant notre maison est très court.
27
dèrngélè Arabe N brique. Dèrngélè ré ndátē kūmáy. Les briques sont beaucoup cassées.
AV pas claire, nuageux. Kàm-lòō à dì. Le temps n'est pas clair.
PR nous exclusif (suj. de verbe) (devient d- avant une voyelle). Dí ɓógò nákū gē kūmáy. Nous (excl.) avons volé beaucoup de choses.
díì AV droit, debout (enfant qui apprends à marcher) (avec ; même si l'enfant ne peut pas parler, il se met debout quand il écoute ce mot). Mōnō-sákū má rà díì. Mon enfant peut rester debout.
dìbìsō N cabaret, maison pour la vente de la bière de mil. Dìbìsō ròsò kūmáy Kíyāɓē. Il y a beaucoup de cabarets à Kyabé.
dīdí N esp. d'arbre [Acacia albida]. Dīdí à kāgā kòrī ré dèɓē àsà njàkā màā ɓà béè kòkórí. L'Acacia albida est un bon arbre que les gens peuvent labourer parfaitement dans la saison de pluie.
díìdíì N hibou (oiseau). Díìdíì ày àlī ré kàm òō kūmáy bī màā-njɔ̄ kán̄ à tàkī. Le hibou est un oiseau avec des grands yeux qui sorte beaucoup la nuit.
dígà Arabe N pioche, pic. Ní-dàrū má àbò ùnù dígà má. Mon voisin est venu et a pris mon pioche.
dìlà N parage (en campagne, zone habitée par les paysans). N ensemble des champs loin du village. Dìlà màgè mōnō ɓē gē à àbà kūmáy rèní màā ngáā ré. Les ensembles des champs sont très larges dans cette région.
dìlākājá N sorte de mil rouge. Dìlākājá à dúrù mànī kūmáy, kòsī ní ògò tàní gè màā hālā. Le mil "dilakaja" exige beaucoup d'eau, on le sème dans les terrains vastes et humides.
dìmásì Français N semaine. Bìyà má nj-àbò jē gɔ̄ dìmásì sɔ̀ɔ́. Mon père viendra après quatre semaines. Expr: njɔ̄ dìmásì -dimanche Njɔ̄ dìmásì dèɓē gē hálá àɓē káỳ-Álà.Le dimanche tout le monde va à l'église. Expr: dìmásì dāy ré, dìmásì ré dāy -la semaine passée Dìmásì dāy ré bìyà má àɓē ɓē = Dìmásì ré dāy bìyà má àɓē ɓē.La semaine passée mon père est allé au village. Expr: dìmásì njī-kàbò -la semaine prochaine Expr: dìmásì ré dāy tàní -il y a quelques semaines Dìmásì ré dāy tàní ní-kàɓē má gē tíyè mā.Il y quelques semaines mon ami m'ont apellé.
dímbìlì N cercle de paille sur lequel on monte la charpente de la toiture d'une case. Dímbìlì ày kɔ̀sɔ̀ mɔ̀tɔ̀ jɔ̀ɔ̄ káỳ. Le cercle de paille est la base du toit.
dìnì N paille destinée à la construction de la toiture d'une case. M-áyà dìnì lò kùgà káỳ má. Je coupe de paille pour construire (le toit de) ma maison.
dínì N esp. d'arbre. Màndé nòhò gē à ndōbī nè mbī dínì ní. Certaines femmes jurent avec la feuille de l'arbre "dini".
Dínì NP nom propre masculin.
dīngā N esp. de grand arbuste qui sert à faire le mobilier. Dīngā ày kāgā gē sákū ré ròsò tàní màā bɔ̀ɔ̄. Les "dinga" sont des petits arbres qui abondent dans la brousse près du village.
dìràdépì [dràdépɨ̀] N cadeau préliminaire de la bière locale; avant-goût. íɲà mà dìràdépì ngéréy m-ō ní čèkā í ré ɲèlē lá. Donne-moi un peu de la bière pour que je goute à voir si ta bière est agréable.
dìrìrì AV en s'envolant à la fois (des oiseaux). Nògò-nè àlī gē òō ndédē nákū négè ndīhī dìrìrì. Quand les oiseaux ont entendu le bruit ils se sont envolés. àlī jèhè dìrìrì. Les oiseaux quittent à la fois.
28
dírìrī VT égratigner (obj. est yɔ̄ [dèē] "le corps de [qqn]"). Kōnō dírìrī yɔ̄ mɔ́. J'étais égratigné par l'épine. VI être égratigné (suj. est yɔ̄ [dèē] "le corps de [qqn]"). Yɔ̄ mɔ́ dírìrī bī mí gèӯ nákū ré táḿ mā só. Je me suis égratigné mais je ne sais pas quelle chose me l'a fait.
dírsí N sans bouger. Rà dírsí. Il se tient debout sans bouger.
dìsā VT raser (obj. normalement mbīyá "la barbe"). N-í dísā mbīyá í sóò nē nj-úgà mbīyá. Si tu ne te rases pas tu auras une barbe.
díyà N cache-sexe (homme et femme). Jē-kònō kí-ɓākā jé gē à ìlà díyà. Nos ancêtres d'auparavant portaient des cache-sexes.
dìyò N esp. d'arbre. Dìyò ày kāgā lò kɔ̀nɔ̀ hàrù. Le "diyo" est un arbre pour faire des feus.
dòō N plaie, blessure. Mōnō-sákū ìsō jī tàá bī nè èngè dòō. Le petit enfant est tombé d'en haut et il a une blessure. Expr: jīlī/njàā/jɔ̀ɔ̄ [dèɓē] ày dòō -[qqn] avoir une plaie sur la main/pied/tête etc. Mōnō-sákū ìsō bī jīlī ní ày dòō.L'enfant est tombé et il a une plaie sur la main.
dódów ID fort (tenir, attraper): descr. de ùkà. úkà kùlā míndì bīɲā dódów ósì nì tàní káỳ. Saisis bien la corde autour du cou de la chèvre et amène-la dans son abri. úkà mā dódów. Tiens, attrape-moi fort.
dòktórò N docteur, médecin.
dōkú N termitière formant une élévation de terrain (v. aussi ndɔ̄). Dōkú à káỳ ngɔ̀-jàbò gē. Ce type de termitière est la maison des termites avec la grosse tête. Expr: ùɓā dōkú -former une masse compacte (briques, etc.) Dèrngélè tànáà kí-ɓālāà ùɓā dōkú.Les briques de l'année passée ont formé une masse compacte (avec la pluie et le temps).
dókù V faire sombre. Lòō dókù kō, j-àɓē ká ɓēé. Il fait sombre, allons au village. Expr: (dèɓē) dókù jɔ̀ɔ̄ kàm ní -(qqn) être triste Màndé dókù jɔ̀ɔ̄ kàm lòhà mōnō ní àɓē Njàménà.La femme est triste parce que son enfant est parti à N'djaména.
dòlí N esp. d'arbre. Dòlí à kāgā ré à ɔ̀nɔ̀ ní kɔ́bɔ̀. Le "doli" est un arbre qu'on fabrique les balafons avec.
dòngì N chauve-souris. Dòngì gē tújù móngò má gē. Les chauves-souris détruisent mes mangues.
dòngì-bísì N esp. de grande chauve-souris. Dòngì-bísì à ndāy tàní jɔ̀ kāgā kókòō gē. La grande chauve-souris vit dans des grands arbres.
dōw N esp. de petite chauve-souris. Dōw à ndélē tàní nɔ̀-káỳ. Les petites chauves-souris se promènent dans l'intérieur des toits des cases.
dōw N esp. d'herbe (deux sortes différentes). Dōw ày ngàlī ré bīɲā gē à ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. Le "dow" est une herbe que les chèvres mangent beaucoup.
dɔ̄ɓɔ́ N jeune (boeuf). M-ūbō sā dɔ̄ɓɔ́ lòhà ndóò nì njàkā. J'ai acheté un jeune boeuf pour l'enseigner à labourer. N jeune (arbre). Kāgā dɔ̄ɓɔ́ ré òrì kūmáy lòhà táḿ ná-ndāy. Ce jeune arbre est très bon pour faire un lit traditionnel.
dɔ̀gɔ̀ NUM dix. Tàní Kíyāɓē bànáǹ à gúrsù dɔ̀gɔ̀. À Kyabé une banana est à cinquante francs (litt: dix "gourous"). Expr: gúrsù dɔ̀gɔ̀ -cinquante CFA
dɔ̀gɔ̀ N buffle (ou bien jā dɔ̀gɔ̀). Dɔ̀gɔ̀ ɔ̀ɲɔ̀ ngàlī. Le buffle broute les herbes.
29
dɔ̀gɔ̄-bī-jɔ̀ɔ̄-jōó (Syn: dɔ̀jɔ̄-jōó) NUM douze.
dɔ̀gɔ̄-bī-jɔ̀ɔ̄-kàré (Syn: dɔ̀jɔ̄-kàré) NUM onze.
dɔ̀jɔ̄-jōó (Syn: dɔ̀gɔ̄-bī-jɔ̀ɔ̄-jōó) NUM douze.
dɔ̀jɔ̄-kàré NUM onze (on dit aussi dɔ̀gɔ̀-bī-jɔ̀ɔ̄-kàré).
dɔ̀kɔ́ N les dents inférieures (qui ne sont pas taillées pendant l'initiation). Ngāngā dɔ̀kɔ́ ngóỳ só. Les dents inférieures ne sont pas dures.
dɔ̀lɔ̄ VT faire courber, pencher (on dit aussi dòɲō). ɲélè dɔ̀lɔ̄ kāgā màā ndòbō dé. Le vent a fait pencher l'arbre dans notre concession. VI être penché, courbé. Kāgā dàbà dɔ̀lɔ̄ lòhà négè ɔ̀mbɔ̀ tāy rèní jɔ̀ɔ̄. Les bois de l'hangar sont penchés parce qu'on a mis le mil dessus. ɲàlà táḿ dàbà ré dɔ̀lɔ̄. Le bambou pour faire le hangar est courbé.
dɔ́lɔ̀ N battoir en bois pour le mil. Dɔ́lɔ̀ ày kāgā ré ní-kòpī-tāy gē ùgà lòhà kòpī tāy ní. Le battoir est un bois que les batteurs de mil coupent pour battre le mil.
dɔ́ndɔ̀ N chicotte. Yàā-ré pàjā gē tōhī ní-ɓògò nè dɔ́ndɔ̀ ní tàní tà-káỳ jē kɔ́ngὲ. Aujourd'hui les serviteurs du chef ont frappé le voleur avec le chicotte devant la maison du chef.
dɔ́rè VT appliquer. Tàbā ùrù jɔ̀ɔ̄ mōnō má bī dɔ́rè nì dáwà. Mon enfant a la teigne sur la tête et on lui a appliqué un médicament.
dùú N panier. Télè tāy nè dùú ní. Verse le mil avec le panier.
dúū VT balayer. M-íɲà nì gúrsù jɔ̀kέɛ̄ lòhà dúū ní mà-ndòbō má. Je lui ai donné cent CFA pour qu'elle balaie ma concession. VT ramasser plusieurs choses d'un seul coup. Mōnō lɔ̀kɔ́lɔ̀ gē dúū yúngū màktúɓù gē ré ògò ní màā káỳ-lɔ̀kɔ́lɔ̀. Les enfants ramassent les petits papiers (déchirés) qui se trouvent dans la salle.
dúdùrù Arabe N murs en boue séchée. Njī tátè dúdùrù gɔ̄ káỳ má. La pluie a détruit les murs derrière ma maison.
dúgà Arabe N piment rouge pilé. Dúgà òō kūmáy rèní kàm tárò ré, m-ásà kɔ̀ɲɔ̀ só. Il y a trop de piment dans cette sauce, je ne peux pas la manger.
dùkáǹ Arabe N encens. Màndé má tūhū màā káỳ nè dùkáǹ ní. Ma femme a parfumé la maison avec l'encens.
dùkù N cheville d'un animal (avec njàā). Dùkù njàā sā ɲèlē kìsà. La cheville du boeuf est délicieuse.
dúníyà Arabe N vie. Dúníyà ásgàrà àngā kūmáy. La vie du soldat est très difficile. N monde. Lò kèngè jɔ̀ɔ̄ àngā kūmáy dúníyà jéỳ yē yàā-ré. Il est très difficile réussir dans notre monde d'aujourd'hui.
dùngùsúù N sorte de hache. Dùngùsúù ày kūngā sákū ré à túgā ní yīgí kānjē. Le "dungusu" est une petite hache avec laquelle on coupe les nageoires de poisson.
dùrsù N enflure ou plaie dure (sans pus) que ne se guérit pas. Ná-kàgō ré à wūy só àɓē dùrsù. Cette enflure n'a pas de pus et elle devient dure.
dúr̄sū N pubis. Dúr̄sū à lòō kàsū, nògò-né dèɓē n-ùbà-kī jɔ̀ dúr̄sū-í yā nj-óò. Le pubis est un place dangereux, si quelqu'un te donne un coup de sabot dans le pubis tu vas mourir.
30
dúrù Arabe (Syn: ndègì) V vouloir. Mí dúrù kàɓē. Je veux partir. nè dúrù; négè dúrùu - il veut; ils veulent. V aimer. Mí dúrù ɲàmá kàkè só. Je n'aime pas les habits rouges. AV délibérément, exprès. Táḿ mā dúrù. Il me l'a fait exprès.
dúsù V étendre, étaler (quelque chose de poudreux [sel, farine, sable, etc.]), saupoudrer. Màndé gē à dúsù ɓūkū rèní jɔ̀ mbī yíì lòhà tɔ̄ɓɔ̄ kùū. Les femmes étalent la cendre sur les feuilles de l'oseille pour chasser les insectes.
PRA son, ses (seulement avec màkē 'ventre'). Màkē-é ɔ̀ɲɔ̀ nì. Son ventre lui fait mal (il est mal au ventre).
èhè VT enlever (écailles, peau, etc.) (v. aussi òhò). VT plumer (obj. est bèlé). M-éhè bèlé kūnjá. J'arrache les plumes d'une poule.
èhè VI faire le deuxième sarclage dans un champ de mil, en même temps quittant les feuilles mortes du mil. Nògò-nè dèɓē n-èhè mɔ̀tɔ̀ tāy ní só nē kàm tāy ní bàlā só. Si on ne fait pas le deuxième sarclage (en quittant les feuilles mortes du mil) alors les grains du mil ne seront pas jolis. M-éhè làkà. Je fais le deuxième sarclage du mil rouge.
èjē V n'être pas satisfait avec. Nè èjē gúrsù ré m-íɲà ǹ. Il n'était pas satisfait avec l'argent que je lui ai donné.
èkè V pétrir. Màndé gē èkè mātō lò kɔ̀ɲɔ̀. Les femmes pétrissent le néré pour manger. VT frotter, gratter. Mōnō ré èkè kàm njó-njóy ɔ̀rè dòō. L'enfant grattait l'oeil à tel point qu'il allait se crever. VT laver (habits). màndé èkè ɲàmá mōnō ní gē. La femme lave les habits de ses enfants.
èlè VI avoir des cauchemars. Mōnō-sákū mòtù à èlè. Un enfant malade aura des cauchemars. V parler tous en même temps, faisant beaucoup de bruit. Dèɓē gē à èlè tàní mà-ndòbō. Les gens tous parlent en même temps dans la concession.
èmè V pleurer longtemps (cas de deuil) (normalement avec nɔ̄ 'pleurer'). Màndé gē èmè nɔ̄ jē kɔ́ngὲ kūmáy. Les femmes ont beaucoup pleuré pour le chef (qui est mort). Expr: èmè kò -organiser le deuil Nè èmè kò kí-ɓākā ní gē.Il organise le deuil de ses parents.
èmè V résonner. Dālā èmè kūmáy ùmbā ndùm. Le grand tambour résonne plus que le petit. V faire du bruit (moteur, explosion). òtòrò ré èmè kūmáy. Cette voiture fait beaucoup de bruit.
èmbè (Syn: èngè) VT trouver. Nè èmbè èmbè bīɲā ní gē só. Il n'a pas trouvé ses chèvres. VI gagner. Nè èmbè gúrsù kūmáy. Il gagne beaucoup d'argent.
éǹ SPC marqueur de la fin d'une proposition de comparaison introduite par háǹ (avec mot qui contient les voyelles 'e' ou 'i'; v. aussi ). Nè ìsà nákū háǹ kàjī éǹ. Il mange comme un éléphant.
ènē VI percer, faire un trou dans. Nè ènē mɔ̀tɔ̀ káỳ ní lò tàkī kàɲā. Il a percé le mur de la maison et il est sorti pour s'enfuir. Mōnō-mbō kɔ́bē gē ènē jɔ̀ gòtò kɔ́bē. Le chasseur de rats perce le trou du rat.
31
èngè V trouver. m-éngè, éngè, èngè, j-èngè, négè èngè - je trouve, tu trouves, il trouve, nous trouvons, ils trouvent. Ní-kòō má ày ní-njàkā-kòō nè èngè gúrsù kūmáy. Mon grand-frère est un grand-cultivateur et il gagne beaucoup d'argent. VI se trouver, être retrouvé. Mōnō nìbì ré èngé kō. L'enfant perdu est déjà retrouvé. VT rencontrer. M-éngè bìyà í tàní kàm róbò. J'ai rencontré ton père sur la route. Bìyà má bī ní-dàrū ní èngè nɔ̀hὲ rèní kàm róbò. Mon père et son voisin se sont rencontrés sur le chemin. V recevoir. èngè gúrsù ní àsà nɔ̄hɛ̄ mùtá kō. Il n'a pas reçu son salaire depuis trois mois. V gagner. Njɔ̄ njíkī pétì mōnō-sákū gē ré à njíkī kūmáy èngè kùbā-néè. Le jour de danse de la fête les enfants qui dans plus gagnent le prix. Expr: èngè né [táḿ né] -être capable de [faire qqc] M-éngè né mí tɔ̄lē dèɓē béè.Je suis capable de tuer quelqu'un. Expr: n-èngè né [táḿ né] -on est capable de [faire qqc] Expr: [dèɓē] èngè jɔ̀ɔ̄ ní -[qqn] réussir N-í ndóò nákū só nē nj-éngè jɔ̀ɔ̄ í só.Si tu n'étudies pas alors tu ne vas pas réussir.
èɲē V dédaigner. Mōnō má èɲē mā. Mon fils me dédaigne. V faire l'indifférent en ne répondant pas à qqn. mí tíyè nì bī èɲē mā. Je l'ai appelé mais il ne m'a pas répondu (pour montrer son dédain).
èsè VT puiser (au puits, ou dans la jarre une fois). ílà mōnō-sákū èsè mànī àbò ní mà. Envoie l'enfant à puiser de l'eau pour moi. Expr: kàm èsè [nákū] -les yeux sont tombés sur [qqc] Nògò-nè kàm èsè ná-kìsà nē yɔ̄ ɲèlē nì.Quand ses yeux sont tombés sur la nourriture il était content.
έ CMP marqueur de renforcement sur la proposition que précède (?? avec ; après 'i', 'e' et 'y'; v.). Mōnō í έ kí ɓògò mā. C'est ton enfant qui m'a volé Nè έ kí ɓògò mā. C'est lui qui m'a volé. Bísì έ jùɲù mā = Bísì έ kí jùɲù mā. Bísì-í έ kí jùɲù mā. C'est un chien qui m'a mordu (2). C'est ton chien qui m'a mordu.
ὲɛ̄ N paresse (toujours kàm [dèɓē] ὲɛ̄ '[qqn] être paresseux'). Kàm mōnō ré ὲɛ̄ kūmáy, ìɲā kìlà hálá rèní jɔ̀ ní-sákū ní. Cet enfant est très paresseux, il laisse tout le travail à son petit frère.
ὲɛ̄ VT boire. Mōnō-sákū ré ὲɛ̄ mànī kīró bī à njɔ́mē. Le petit enfant a bu de l'eau sale et il a la diarrhée. VT absorber. ɲàmá ré m-ōnī ré ὲɛ̄ mànī hálá. L'habit que j'ai trempé a absorbé toute l'eau.
N partie d'une boisson bue au second jour. Gā čèkā à lòhà rɔ́ɓē só, à lòhà kὲɛ̄ lòō màā nàmbā. La boisson du second jour n'est pas pour vendre, c'est pour boire avec la famille.
gábī V jeter un coup d'oeil pour regarder. í gábī jɔ̀ róbò kánē í dāy Njàménà. Jette un coup d'oeil sur la route avant de la traverser à N'djaména.
gàɓìgáà [gàɓìgáà,gàɓgáà] N sorte de chemise démodée, grande et sans manche, tissée de coton. Kàká má dúrù gàɓìgáà kūmáy. Mon grand-père aime beaucoup ce type d'ancienne chemise.
gàdáà N filet dans lequel on met les gourdes pour les transporter. Gàdáà à lòhà kòsì gúù. Le filet "gada" est pour y mettre des gourds.
gàgà N esp. de poisson [Clarotes laticeps]. Kānjē gàgà ɲèlē kūmáy. Ce poisson est très succulent. N silure en général. Gàgà n-ùgà kī nì yīgí ní nē kɔ̀ɲɔ̀ ní ùmbā yìnì. Si le silure te pique avec ses piquants ça fait plus mal que l'escorpion.
gàgà-ngēsē N esp. de poisson [Eutropius niloticus], "makélélé". Gàgà-ngēsē ày kānjē ré jā ní ɲèlē kūmáy. Le "makélélé" est un poisson qui a une chaire très agréable.
gàgà-njàhà N esp. de poisson [Synodontis schall]. Gàgà-njàhà ày kānjē ré njàhà jē jɔ̀ɔ̄ bī tàní yɔ̄ ní hálá. Le silure blanc est un poisson qui est blanc de la tête à tout le corps.
gàgà-ɲàlú N esp. de poisson. Gàgà-ɲàlú tīsī nɔ̀hέὲ nè gàgà-njàhà ní bī nè ndò ní kέɛ̄. Le silure "nalu" est pareil au silure blanc mais il est tout petit.
32
gàgà-sún̄-mōnō-dòō N esp. de poisson [Auchenoglanis biscutatus]. Gàgà-sún̄-mōnō-dòō ndò-ń kέɛ̄ ùmbā gàgà gē hálá. Le silure Auchenoglanis biscutatus est plus petit que tous les autres silures.
gàgà-yéē N esp. de poisson [Schilbe uranoscopus]. Gàgà-yéē àɓē nè ɓálà rèní dànà ngèdì tīsī háǹ kɔ́bē yángā. Le poisson "gaga-yee" a des lignes sur le dos comme le rat rayé.
gāgādā AV de chaque côté. Màndé gē ànjā dànà gúù mànī gāgādā. Les femmes ont un bois sur le dos et une gourde des deux côtés.
gāgārā (Syn: dāgī) N épaule. Dàmtórò ùdù mōnō-sákū rèní gāgārā ní. Le médecin a donné l'injection à l'épaule de l'enfant.
gàjà N corne d'animaux. Gàjà sā Mbōrōrō gē àw kūmáy ùmbā ndákì gàjà sā nòhò gē. Les cornes des boeufs Mbororo sont plus longues que celles des autres boeufs.
gàjá N excision. Ní màngà gē tɔ̄ɓɔ̄ kìyà gàjá mōnō mūɲé gē kō. Les autorités ont déjà interdit l'excision des filles. N initiation féminine. Expr: ìyà gàjà -faire l'excision des jeunes filles
gàájà N bouteille. í télè ndákì ɓū ré tàní màā gàájà. Mets le reste de l'huile dans la bouteille.
gàjì-bū N les ordures. Màndé télè būkū tàní gàjì-bū. La femme verse les cendres sur les ordures.
gàjò N ventouse. Gàjò ày nákū ré táḿ nè gàjà jā ní. La ventouse est une chose qu'on fabrique avec une corne. N corne utilisée comme fétiche.
gàkù N personne maladive. Ní gàkù ày dèɓē ré njɔ̄ hálá yɔ̄-ngóỳ ní ndò. Une personne maladive est une personne que n'a aucune force.
gàlà N forêt ou autre endroit où les arbres sont très denses. Ngèsè gē ròsò kūmáy tàní màā gàlà. Les lions sont nombreux dans les forêts.
gálà N calebasse de forme ovale utilisée le plus souvent pour boire qqc. Gálà ày kārō ré dèɓē gē à ὲɛ̄ ní čèkā. La calebasse "gala" est une gourde que les gens boivent la bière de mil avec.
gálì N la gauche. M-ásà táḿ ná nòhò nè jīlī gálì má né só. Je ne peux rien faire avec la main gauche. Expr: ní gálì -gaucher Bìyà má ày ní-gálìMon père est gaucher.
gàlìnìngà N sorte d'aiguille en bois taillé pour attacher le toit d'une case. Gàlìnìngà à lòhà kìjā káỳ. L'aiguille en bois est pour attacher (le toit de) la maison.
gàm̄ N testicules. Gàm̄ bīɲā à ná-kìsà mōnō-sákū gē. Les testicules du bouc est une nourriture pour les enfants.
gām (Syn: kāgā) N branche. Dèɓē àlō ìnjī tàní gām kāgā. Quelqu'un est monté et il s'est assis dans la branche de l'arbre.
gànúǹ Arabe N réchaud pour brasier fait en fils en métal. Gànúǹ ày nákū ré à ndèrì ní sáỳ. Le réchaud est une chose pour préparer le thé.
gàngā N tambour à deux faces (tenu en bandoulière, frappé avec un bois ou deux). Gàngā ày dālā ré ìndà gè jōó. Le "ganga" est un tambour qu'on frappe à deux côtés.
gàngá N clôture en bois dressés ou en bois épineux; haie. Mōnō-sákū àɓē ní sā gē tàní màā gàngá. Le petit enfant a conduit les boeufs dans la clôture en bois.
33
gángàá N côtes (des personnes, animaux). Mōnō-mbō ùrù nàsē rèní gángàá. Le chasseur atteint l'antilope à la côte.
gāngālē N grand morceau de poterie ou de calebasse brisée. Gāngālē kārō màndé gē à tɔ́lè hángárē ní. Les grands morceaux de calebasse, les femmes les taillent pour en faire une sorte de cuillère pour découper la boule.
gáɲā N marche avec difficulté et douleur. Nògò-nè ngɔ́kɔ̄ n-ùkà dèɓē nē àɓē nè gáɲā. Quand la gale attaque (la fesse de) quelqu'un il marche avec difficulté et douleur.
gàrà N divination, géomancie. Gàrà kìndā ní ré nākā mā. La divination qu'elle a faite m'a aidé.
gàrgùléè V jarre avec deux bouts, gargoulette. Gàrgùléè ày gírò ré màndé-kùɓā ùbā tà sákū ní à jōó. La gargoulette est une jarre qui la potière fabrique avec deux petites ouvertures.
gàrsáà N partie jaune et poudreuse du miel de la petite abeille tàý. Tàý à táḿ nákū ní màrā jōó, yē màngārā ní ày gàrsáà. La petite abeille fait deux sorts de choses; la jaune est le miel poudreux.
gàrù N manche (de sac, panier, etc.). Gàrù kòý ndēkī bī móngò yálì jī màkē. Le manche du sac est cassé et les mangues dedans se sont versées.
gàsī AV dehors. únù mōnō āɓē ń gàsī. Emmène l'enfant dehors. M-úwà-ǹ gàsī. Je l'ai vu dehors.
gásì Arabe VI être difficile. Lò kèngè kìlà gásì. Trouver du travail est difficile.
gātā N partie la plus profonde. Màā gātā ày lò ré kānjē gē ròsò ní kūmáy. La partie profonde du fleuve est l'endroit où il y a beaucoup de poissons.
gàw̄ N autruche. Gàw̄ à àlī kókòō ré à àɲā nè mbāgō ní só. L'autruche est un très grand oiseau qui ne vole pas.
gàý N petit bâton servant à remuer la sauce ou la boule. íɲà mà gàý mí ɓī ń ròkù. Donne-moi le bâton pour que je remue la boule avec.
gáỳ N tapioca. Bíyā gáỳ ɲèlē kūmáy ùmbā bíyā kέɛ̄. La bouillie de tapioca est mieux que les autres bouillies.
PRP vers, envers. Màndé ré àɓē gè súkù. La femme va vers le marché. Kóò má àɓē gè súkù. Ma mère est allée en direction du marché. Nògò-nè nì mí níngā kìlà má kō nē njí m-āɓē gè má. Quand je finirai mon travail alors j'irai chez moi. Expr: gè gɔ̄ -en arrière Mōnō-sákū àɓē gè gɔ̄ nē bī nɔ̀rē ìsō.L'enfant allait en arrière et il est tombé.
N côté. Káỳ ní gē àyī gè jōó. Ses maisons sont dans les deux côtés (de la rue). Expr: gè jōó -dans deux concessions différentes Né ìsà nákū gè jōó.Il mange dans deux concessions différentes.
SPC marqueur du pluriel. mōnō má gē mes enfants
gēè NPl marqueur du pluriel du nom dans certains expressions locatives. Gúrsù ndò mà kòý mōnō gēè. Il n'y pas de l'argent dans les pôches des enfants. Mōnō gē àɓē nè ngísā rèní jɔ̀ gēè. Les enfants sont partis avec pous dans têtes.
géè N gros grenier (pour haricots, pois de terre, arachides, mais pas pour le mil). Nògò-nè mìnjò nì ndútù kō né dèɓē gē télè tàní màā géè. Quand les haricots sont secs les gens les versent dans le gros grenier.
34
gè-bā N sud. Ní Mbàngà gē-kòó-néè àɓē tàní gè-bā lò njàkā kílá mbō kānjē. La plupart des Mbanga sont parties au sud pour cultiver ou pour la pêche.
gè-jɔ̀-kàjà (Syn: jɔ̀-kàjà) N l'ouest. Ní Ràmì gē bī ní Rìnjé gē yènéè ìnjī tàní gè-jɔ̀-kàjà. Les Rama et les Rinje aussi habitent à l'ouest.
gē-kòó Arabe SPC la plupart de. Gē-kòó ní màā ɓē má gē à njùɓà àráɓù. La plupart des gens de mon village parle l'arabe.
gē-kòó-néè PR la plupart, la majorité. Mōnō bàlā gē ré tàkī jē lɔ̀kɔ́lɔ̀ gē-kòó-néè èngè kìlà só. La plupart des jeunes qui sortent de l'école ne trouvent pas le travail.
gē-nè PRP avec. Bísì gē-nè ɲèý. Le chien avec l'hyène.
gè-nòhò N l'autre côté. M-úwà nì tàní gè-nòhò róbò. Je l'ai vu à l'autre côté de la route. Nè àɓē tàní gè-nòhò bā. Il est parti à l'autre côté du fleuve. N les autres. Dèɓē gè-nòhò gē nj-àbò jē-gɔ̄. Les autres (personnes) vont venir après.
gè-nòhō N une partie gardée. Ròkù ré gè-nòhō à lòhà kɔ̀ɲɔ̀ tàgā. Cette boule, une partie est pour manger le soir.
gè-ndòō N pauvreté. gè-ndòō í ré àngā kūmáy. Ta pauvreté est très dure (pour toi). Expr: ní gè-ndòō -un pauvre
gè-ngè N la hanche. Gè-ngè má n-ɔ̀rē. J'ai une entorse à la hanche.
gè-sóò N le nord. ɲélè àbò jē gè-sóò yàā-ré. Le vent vient du nord aujourd'hui.
gégèrè N camp militaire. Tàkàsà kìnjī-jéỳ ré ná-kìsà tàní gégèrè ɲèlē só. De nos jours la nourriture aux camps militaires n'est pas bonne. N ville, rassemblement important d'hommes. M-āɓē gégèrè. Je vais en ville. Expr: ɓē gégèrè -village où l'on peut trouver camp, marché etc.
gélì V se reposer pendant la journée. Ní njàkā gélì ngéréy lòhà ndélè tà njàkā yā. Le cultivateur se repose un peu pour retourner à labourer. Expr: í gélì kō; í gélìi kō -salutation d'après-midi (à une personne); salutations (à plus. personnes)
gèngè N l'os de la jambe qui entre dans les os de l'hanche. Nūngā gèngè ní kàjì ngóỳ só. L'os de la jambe d'un vieux n'est pas solide.
gērē PRP au bord de. Njínjɔ́ɔ̀ mōnō-mbō gē dāy rèní gērē bā. Hier les chasseurs ont passé au bord du fleuve. Expr: gērē [dèɓē] -à côté de [celui de qqn] Màgè ní dāy rèní gērē máà.Son champ est à côté du mien.
gérè N barbe qui pousse des cheveux jusqu'à la joue. Ní-kòō má ùdù gérè. Mon grand frère a une barbe (des cheveux à la joue). N piste de souris (avec kɔ́bē). Gérè yángā à kàm-róbò ré yángā à àɲā ní. La piste du rat rayé est le chemin que le rat rayé utilisent [litt: ... court avec.]
gérē (Syn: bérē) V déterrer. Mōnō ní-dàrū má gē gérē wólī má. Les enfants de mon voisin ont déterré mes arachides.
gétè (Syn: tà) AV premièrement (avec ). Gétè m-āɓē súkù jē-gɔ̄ m-íyà tàní tà dìbìsō. Premièrement je suis allé au marché et après j'ai passé au cabaret. AV avant.
gétè-gè (Syn: gétè-nè) PRP avant. Wòtòrò sákū àbò gétè-gè wòtòrò kókòō nè. La voiture est arrivée avant le grand camion.
35
gétè-nè (Syn: gétè-gè) PRP premièrement, avant. Wòtòrò sákū àbò gétè-nè wòtòrò kókòō nè. La voiture est arrivée avant le grand camion.
gèӯ VT connaître. Nè gèӯ má,nè gèӯ kī,nè gèӯ nì,nè gèӯ jéỳ,nè gèӯ dè,nè gèӯ séè,nè gèӯ néè - il me connaît, il te connaît, il le connaît, il nous connaît, il nous (excl.) connaît, il vous connaît, il les connaît. Mí gēy nì ɓālā ròsó kō. Je le connais depuis des années. VT savoir (normalement avec yɔ̄ [nákū]). mí gēy,í gēy, nè gèӯ, jégè jì gèӯ, ségè í-gēy, négè gèӯ - je sais, tu sais, il sait, nous savons, vous savez, ils savent. VT comprendre. Mí gèӯ só kàm-hà ré dèɓē gē ré à sɔ́ɔ̄ ní-hàā. Je ne comprends pas pourquoi ces gens provoquent des problèmes. Expr: gèӯ gɔ̄ yō [dèɓē] só -[qqn] ne controler pas son corps
N esp. d'arbre [Gardenia erubescens]. Gī ày kāgā ré rōngō só bī njílì ní ìsō kīró kūmáy. La Gardenia erubescens est un arbre qui n'est très grand mais son ombre est très frais.
gī-gɔ̄ V désherber en labourant sans toucher (le mil). Ní-njàkā gī-gɔ̄ tāy. Le cultivateur désherbe l'espace près du mil.
gìdì-gísà N fruit de karité pas bien mûr. Gìdì-gísà ɲèlē kɔ̀ɲɔ̀ só. Le fruit de karité pas mûr n'est pas agréable à manger.
gīgī N souche. Gīgī à kāgā ré dèɓē ùgà bī ndákì nángà tàní ngáā. La souche est un arbre que quelqu'un a coupé et le reste (de l'arbre) reste dans la terre. Expr: gīgī ùgà njàā [dèɓē] -[qqn] trébucher sur une souche Gīgī ùgà njàā má.J'ai trébuché sur une souche.
gígìī (Syn: gìrà) N racine. Gígìī màsā ngóỳ kūmáy. Les racines du tamarinier sont très dures.
gílà N esp. d'arbre de savane [Afzelia africana]. Mbī gílà tīsī nɔ̀hὲ mbī ɓólō ní. La feuille de l'arbre "gila" est pareille à celle du caïlcédrat.
gímbī N libellule. Gímbī à tàkī màā ɓà kūmáy. Les libellules sortent beaucoup dans la saison des pluies.
gímbī-àlī N sorte d'oiseau noir ressemblant au merle (on dit àlī seulement pour le distinguer de libellule). Gímbī à màrā àlī ré ìlì bìbìtì bī kìlà ní àw. Le "Gimbi" est une sorte d'oiseau qui est très noir et sa queue est longue.
gíndā N lieu spécial où se déroule une cérémonie ou danse (quand la cérémonie est finie la place n'est plus gíndā). Gíndā ày lòō njíkī mbìlè. Le lieu spécial est l'endroit ou on fait la lutte traditionnelle.
gìndī N maladie des bébés leur donnant une plaie dans l'anus (provquée par les vers; normalement gìndī ìsà [mōnō] '[un enfant] a cette maladie'). Gìndī ìsà mèy mōnō má bī nè kāy kūmáy. La maladie de l'anus a attaqué mon bébé et il pleure beaucoup.
gìndō N peau légère du ventre du poisson tétraodon qu'on s'en sert pour coller au bout des balafons kɔ́bɔ̀ pour avoir un bon son. Gōsō kɔ́bɔ̀ ɔ̀nɔ̀ kɔ́bɔ̀ ní nè gìndō ní. Le joueur de balafon fabrique son balafon à l'aide de la peau du ventre de poisson.
gínjà N semoule, reste de mil écrasé pour piler de nouveau. Màndé ré wàlè ndùjú bī ndélè télè ndákì gínjà ní tàní màā bèrī. La femme tamisait la farine avec un tamis et après mit la semoule dans le mortier.
Gínjà NP nom propre masculin (très commun).
gír-gɔ̄ N derrière de la tête. Tòkó ùgà nìnjò-í jē gír-gɔ̄, ày lòō kàsū. Il ne faut pas taper ton frère sur la derrière de la tête, c'est un place dangereux.
36
gìrà N son (de mil). Màndé ní-dàrū má ɔ̀jɔ̀ čèkā árgè nè gìrà tāy ní. La femme de mon voisin prépare la boisson "argi" avec le son de mil. N pâte de farine mélangée avec de l'eau froide pour être consommée. Expr: ɓīlī gìrà -prépare la pâte Ní-kòō má ìɓè bī ɓīlī gìrà nè ní-sákū ní gē.Ma soeur ainée a pilé (le mil) et préparé la pâte pour ses petites.
gìrà-mà N gâteau de mil, galette. Nògò-nè dèɓē nì táḿ gìrà-mà nè tāy-kā ní nē ɲèlē kūmáy. Quand quelqu'un fait les gâteaux avec le petit mil ils sont très délicieux.
gìrgītī N esp. d'arbre avec les fruits jaunes et ronds. Gìrgītī à kāgā ré kànā ní ɲèlē lò kɔ̀ɲɔ̀. Le "girgiti" est un arbre avec un fruit qui est agréable manger.
gìrgītī N jaune de l'oeuf. Gìrgītī kɔ̀ɓè kūnjá nè kūmáy. Le jaune d'oeuf est très riche.
gírò N jarre en argile. Gírò ré òrī kūmáy lòhà kìndā mànī. La jarre en argile là est très bonne pour mettre de l'eau. N poterie-tambour. Gírò ày ná-kìndà ré èmè kūmáy. Le poterie-tambour est un instrument qui resonne très fort.
gírò-gɔ̄ N la nuque (litt. "jarre du derrière"). Nè ìsō nè gírò-gɔ̄-ń né. Il est tombé sur sa nuque.
gírò-sèlí N pipe. Màndé-kàjì gē à òjī gírò-sèlí. Les vieilles femmes fument des pipes.
gítì N vieille houe dont il ne reste qu'un morceau. Gítì à kɔ̀-njàkā mōnō-sákū gē. La vieille houe est la houe des enfants.
gítì-gáɓā N esp. d'oiseau (hirondelle ou martinet). Gítì-gáɓā à ndélē tàní jɔ̀ káỳ. L'hirondelle se promène sur les toits des maisons.
gìyà N proverbe. Kàká má gèӯ gìyà kūmáy. Mon grand-père connaît beaucoup de proverbes. N devinette. Né-gē ùdù gìyà kūmáy bī mí gēy hálá. Ils ont posé beaucoup de devinettes mais je savais tous.
gíyā N centre. Mà-ndòbō kɔ́ngὲ ògò rèní gíyā ɓē. La concession du chef est au centre du village. Róbò tàkī rèní gíyā màgè. La route est arrivé au centre du champ. Expr: gíyā bā -milieu du fleuve Gíyā bā àngā kūmáy lòhà dāy nè tòhò ní.Le milieu du fleuve est très difficile traverser avec la pirogue.
gòō N pilon. Gòō ày kāgā ré à ìɓè ń tāy tàní màā bèrī. Le pilon, on l'utilise pour piler le mil dans le mortier.
gógólō VT faire semblable (que quelque chose est réelle). Mōnō-sákū gē à njíkī nè gírò ngáā gógólō ní. Les enfants jouent avec une marmite en sable et font semblable qu'elle est réelle.
gōgū V éviter en contournant, faire le tour pour éviter. Nè gōgū mànī màkē dàngà. Il a fait le tour pour éviter l'eau dans la flaque d'eau.
gógù V porter (un enfant au dos, attaché à l'aide d'un pagne). Kóò má gógū ní-sákū má rèní ngèdì bī àɓē súkù. Ma mère porte mon petit frère sur son dos et s'en va au marché.
gógū V faire une offrande à une puissance (avec paroles et gestes d'imposition des mains en forme d'un malade) (normalement l'objet est yòō). Tàní-njɔ̄-ní dèɓē tɔ́gɔ̀ gē kánē ná-kàsū t-àbò rèní ɓēé ɔ̀kɔ̀ tāy rèní mà rúɓō àɓē ní tàní njà bɔ̀ɔ̄ njùbā rèní jɔ̀ bī ìɲā tàní. Auparavant les grands, pour que un malheur n'atteint pas le village, ils prenaiett du petit mil dans une calebasse et l'emmenaientt dehors du village et ils parlaient dessour et la jetaient.
gōhōy N sorgho hâtif non sec et pilé pour la boule. Màndé ìɓè gōhōy lòhà bī ròkù. La femme pile le sorgho hâtif pour en faire de la boule. N boule préparée avec la farine de se sorgho.
37
gòkóō-lī N esp. d'oiseau, milan noir. Gòkóō-lī ày àlī kókòō ré à òlì lī. Le milan noir est un grand oiseau qui avale les serpents.
gòló N fruit pas tout à fait mûr (surtout avec le fruit de l'arbre mōy [Vitex doniana]). Mōy gòló ɲèlē só. Le fruit "moy" qui n'est pas mûr n'est pas délicieux.
gólò N rempli à moitié (récipient). Gírò-mànī ròsò só ày gólò. La jarre pour l'eau n'est pas pleine, elle est remplie à moitié
gólō V tromper. Ní-ɓògò ày dèɓē ré à gólō dèɓē kūmáy. Un voleur est quelqu'un qui trompe les gens beaucoup. V consoler, bercer (un enfant). Mōnō-sákū à kāy bī kóò ní à gólō nì. Le petit enfant pleure et sa maman le console.
gōmō N pollen (du mil) (avec tāy). Gōmō tāy njùɲū kūmáy. Le pollen du mil démange beaucoup.
gōmbī N piège. Gōmbī má rīlā bī ùkà àlī. Mon piège a sauté et il a attrapé un oiseau. Expr: rúkā gōmbī -tendre un piège
gómbò N espèce de plante pour les sauces [Grewia venusta]. Gómbò ày kāgā sákū ré màndé gē èkè à kúlī ní tárò. Le Grewia venusta est un arbuste que les femmes pétrissent pour faire la sauce.
gōnī N une sorte de piège. Gōnī ày gōmbī ré à ɔ̀kɔ̀ ní jā tɔ́gɔ̀ gē. Le "goni" est un piège qu'on attrape les gros animaux avec.
góngō V vanner. Màndé góngō tāy lòhà kāy ní màkē gínjà gē nè ndùjú ní. La femme vanne le mil pour séparer les résidus de la farine.
gōrō VI gicler. Nògò-nè tìyō nì ndēkī ní mànī gōrō. Quand le tuyau s'est coupé l'eau a giclé.
górò Arabe N noix kola [Cola nitida]. Bɔ́rnò gē à rɔ́ɓē górò kūmáy. Les Bornous vendent beaucoup la noix kola.
gōsō N joueur expert (d'un instrument musical) (v. aussi kɔ̀dē). gōsō kɔ́bɔ̀, gōsō dālā, gōsō kùndè - balafoniste, expert avec les tambours, expert avec la cithare.
gōsō-lā N expert chanteur, celui qui dirige les autres chanteurs. Gōsō-lā à ɔ̀sɔ̀ mɔ̀tɔ̀ lā. L'expert chanteur va entonner la chanson.
gòtò N trou dans la terre. Kùlā ànjā màā gòtò. Le boa est entré dans le trou. Expr: gòtò bèrī -emplacement du mortier (aussi le nom d'un village) Gòtò bèrī òrī lòhà njíkī mōnō-sákū só.L'emplacement du mortier, il n'est pas bon que les enfants jouent dedans. Expr: gòtò kòsī -trou pour la semence
gòtò-kèӯ N WC, trou pour faire les besoins. M-āɓē tà gòtò-kèӯ. Je vais au WC. Njī àrì kūmáy bī gòtò-kèӯ mā-ndòbō dé rúsū. Il a beaucoup plu et le WC dans notre concession s'est écroulé.
gòy N partie de l'argile qui est bon pour la poterie. Màndé-kùɓā àɓē màā bɔ̄dɔ̄ sɔ̄ kéngè gòy lò kùɓā. La potière va en brousse pour chercher la partie de l'argile qui est bonne pour la poterie.
gòy N l'os de la cuisse, fémur (pour les personnes; v. aussi bòlì). Nūngā gòy ní kàjì à yūsū béè-kέɛ̄. L'os de la cuisse d'un vieux s'use sans aucune raison. Expr: kèӯ gòy -déchet très dur
38
góỳ VI être tordu (v. aussi rògù). Kāgā nímì góỳ bī kāgā kímwὲ ndáyà. L'arbre "nim" est tordu mais le rônier est droit. VI être courbé. njínjɔ́ɔ̀ njī àrì kūmáy bī kāgā ndòbō góỳ. Hier il a beaucoup plu et les bois du secko sont courbés. Expr: róbò góỳ -chemin sinueux
gɔ̀ N perche pour cueillir. Mōnō-sákū ùnù gɔ̀ lò kùgù ní móngò. L'enfant a pris la perche pour cueillir une mangue.
gɔ̄ PRP derrière. Kɔ́bē gē ògò gɔ̄ káỳ. Les rats son derrière la maison. PRP en l'absence de. Nìnjò má àbò gɔ̄ mɔ́ɔ̀. Mon frère est venu en mon absence (autre sens: mon frère est venu me chercher). PRP chez, à la maison de. Ná-kìsà ndò gɔ̄ mɔ́ɔ̀. Je n'ai pas de nourriture chez moi. Expr: tūsū gɔ̄ -accompagner un peu loin; veiller sur Mí tūsū gɔ̄ mōnō.J'accompagne l'enfant (un peu loin). Expr: gɔ̄ ùrà -être loin M-ásà tíyè ní só, gɔ̄ ùrà kō.Je ne peux pas l'appeler, il est déjà loin. Expr: gɔ̄ ùrà -longtemps, durer longtemps Expr: gɔ̄ [dèɓē] ùrà kō -depuis longtemps īnjī lóò Njàménà gɔ̄-í ùrà lá kō?Es-tu ici à Ndjaména depuis longtemps?
gɔ́ɔ̄ V faire un geste de mépris avec la bouche pour dire qu'on s'en moque éperdument; faire une grimace moqueuse. Nògò-nè dèɓē nì dúrù hàā í só nē nè gɔ́ɔ̄ kī. Si quelqu'un n'estime pas tes paroles alors il te fait un geste de mépris avec la bouche.
gɔ́ɔ̄ V manger en écorchant d'un épi ou d'une noix. Mí gɔ́ɔ̄ bày-màngà. Je mange le maïs (à la main, en écorchant l'épi)
gɔ̄-kóò-lī N héron cendré. Gɔ̄-kóò-lī ày àlī kókòō ré à ìsà lī gē kūmáy. Le héron cendré est un grand oiseau qui mange beaucoup de serpents.
gɔ̄-míndì N la derrière du cou. Mí ndāy kákású bī gɔ̄-míndì má ɔ̀ɲɔ̀ mā kūmáy. Je suis mal couché et la derrière du cou me fait très mal.
gɔ̄-ùrà N longtemps. Nògò-nè dèɓē nì ndāy mòtù gɔ̄-ùrà nē ày gàkù. Quand une personne est malade longtemps alors il est un maladif.
gɔ̄bē N champ (peu utilisé, v. màgè). Gɔ̄bē dé ròsò nè ngàlī ní. Notre champ est plein d'herbes. N la brousse (par extension) (v. aussi màā-bɔ̄dɔ̄).
gɔ̄bé AV au champ, en brousse. Màndé àɓē gɔ̄bé gɔ̄ ngàɓà ní. La femme est partie au champ derrière son mari. Expr: àɓē gɔ̄bé -aller faire les besoins
gɔ̀jè N sorgho, mil. Gɔ̀jè ày tāy kàkè. Le sorgho est le mil rouge.
gɔ̀lè N épis de mais. Mōnō-sákū gē à tátē gɔ̀lè bày. Les enfants sont en train de casser les épis de mais.
gɔ̀lè N gourdin. Yòō-ndò-gɔ̀lè gē à ìtō gɔ̀lè kūmáy. Les jeunes initiés portent souvent des gourdins.
gɔ̀lē N pomme d'Adam. Gɔ̀lē à yē dē-ngàɓà gē bī à yē màndé gē só. La pomme d'Adam est pour les hommes mais pas pour les femmes (c'est à dire, les femmes n'en ont pas.)
gɔ̀lé N esp. d'oiseau, oiseau gendarme. Gɔ̀lé à táḿ yɔ̄ hàā nì kɔ́ngὲ àlī sákū gē. L'oiseau gendarme se fait chef des petits oiseaux.
gɔ̄mɔ̄ VI être mal développé, être gondolé (les fruits, etc.). Kòkī ré dèɓē ɔ̀sɔ̀ gígìī kànā ní gɔ̄mɔ̄. Le concombre que quelqu'un a déraciné, son fruit ne sera pas développé. V descendre (une plaie infectée), guérir. Ná kùhù ré dàmtórò wàrè wūy ní à gɔ̄mɔ̄. L'enflure dont le docteur a enlevé le pus s'est rétrécie.
gɔ̀rɔ̀y AV penché, courbé et avec des gestes (en imitant les vieux singes). Nògò-nè yòndò-gɔ̀lè n-àgà kàɓē nē àɓē béè gɔ̀rɔ̀y, gɔ̀rɔ̀y. Quand le jeune initié commence à marcher alors il marche plié et avec des gestes (pour être apprécié).
39
gɔ̀síì AV vite. āɲā tìyéè gɔ̀síì. Viens (en courant) vite ici.
gɔ̄tɔ̄ V se réfugier dans son terrier en période de sécheresse. Kūý à gɔ̄tɔ̄ màā ɓālā bī màā ɓà nè tàkī. Le poisson "kuy" se refugie dans son terrier pendant la saison sèche et en saison des pluies il revient.
N esp. d'oiseau, calao. Gū ày àlī kókòō ré hàn ní ròsò só. Le calao est un grand oiseau qui ne provoque pas des problèmes. [litt: ...ses paroles ne sont pas beaucoup]
gúù N gourde. M-ītō mànī màā gúù. Je porte de l'eau dans une gourde. Expr: jɔ̀ɔ̄ gúù dèɓē gē -à l'étranger Mōnō má àɓē jɔ̀ɔ̄ gúù dèɓē gē lòhà sɔ́ɔ̄ kìlà.Mon enfant est parti à l'étranger pour chercher le travail.
gúù Arabe AV par la force, de force. Tàkā ngīyā má nè gúù ní. Il a arraché mon habit par la force.
gùbà N le contenu de la calebasse non éventrée (pulpe). Nògò-nè màndé n-ùhà kārō ní wàrē gùbà ní kàlà né. Quand une femme divise une calebasse elle retire la pulpe.
gùbā-kàjī N esp. de liane. Gùbā-kàjī ày kùlā kòrī kìjā kēy. La liane "gubakaji" est une bonne corde pour attacher le fagot.
gùɓà N mil pénicillaire avec le son enlevé, trempé dans l'eau et mangé. Tàkàsà tátē tāy-kàá dèɓē gē à ìsà gùɓà kūmáy. Dans la période de la récolte du petit mil les gens mangent beaucoup le mil trempé dans l'eau.
gūɓā N esp. d'oiseau, outarde. Jā gūɓā ɲèlē kūmáy. La viande de l'outarde est délicieuse.
gúɓà N épiderme qui se détache du corps, provoqué par la maladie. Nògò-nè gúɓà n-ògò yɔ̄ í nē kájē dáwà nē jī nìbì só. Si tu as l'épiderme, sans médicament ça ne guérit pas.
gùɓàlè N esp. d'arbuste odoriférant (peut servir d'anti moustique quand il est brûlé). Màndé njòbō yɔ̄ mōnō ní nè gùɓàlè ní nògò-nè pàlī n-ùkà nì. La femme lave le corps de son enfant avec l'arbuste "gubale" quand il attrape le paludisme.
gùúgùm N oreillons, enflure temporaire de la joue,. Gùúgùm àgō kèlī mōnō má gē. Les oreillons ont enflé les joues de mes enfants.
gúhà N creux fait par un chien ou par un animal pour mettre bas ou pour se reposer. Bísì ùgà gúhà lò kòyò mōnō. Le chien a creusé un trou pour mettre bas.
gùlà N esp. d'arbre très ombrageux [Ficus thonningii]. Njílì gùlà ìsō kīró kūmáy. L'ombre du Ficus thonningii est très fraiche.
gúlà N pantalon court très ample. Ní-màngà gē à òsì gúlà kūmáy. Les arabes portent beaucoup les pantalons courts.
Gúlà NP peuple voisin qui habite à Boum Kebir. Ní Gúlà gē ày mɔ̀tɔ̀-nàmbā ré à ìnjī Búm̄-Kèbír̀. Les Gula sont une ethnie qui habite à Boum Kebir.
gūlé N sorte de plante à tubercule très nocive utilisée pour le suicide. Nògò-nè n-ísà kī gūlé né nj-óò. Si tu manges le tubercule de cet arbuste tu vas mourir.
gūlé N menton. Ní-kàɓē má nòhō ùdù rèní gūlé. Mon ami, quelqu'un lui a donné un coup de poing au menton.
gùlùmbā N chapeau de paille à large rebord. Gùlùmbā ày tàgéè ngàlī ré àbà kūmáy. Le "gulumba" est un chapeau en paille qui est très large.
gùm-dɔ̀gɔ̀ (Syn: gùmbā-dɔ̀gɔ̀) N guêpe maçonne. Gùm-dɔ̀gɔ̀ à ùgà káỳ ní nè ngáā ní. La guêpe maçonne fait sa maison avec la boue.
40
gùmē N goitre ( gùmē ògò míndì [dèɓē] avoir le goitre). Gùmē ògò míndì kóò ní. Sa mère a le goitre.
gúḿséè N brouillard. Gúḿséè òō kūmáy m-ásà kùwà lò só. Il y avait autant de brouillard que je ne pouvais rien voir.
gùmùsù ID très (gros): descr. de òō (en parlant des personnes). Nìnjò jē kɔ́ngὲ yɔ̄ òō gùmùsù. Le frère du chef est très gros.
gùmbā N guêpe maçonne (v. gùmbā-dɔ̀gɔ̀).
gùmbā-dɔ̀gɔ̀ N guêpe-maçonne (on dit aussi gūm-dɔ̀gɔ̀). Gùmbā-dɔ̀gɔ̀ títà mā. La guêpe m'a piqué.
gúnā N esp. de scorpion gros et noir. Gúnā à ùdù dèɓē wàsíì só hánè yìnì. Le grand scorpion noir ne pique pas les gens vite comme le scorpion normal.
gùndù N esp. d'arbre donnant des fruits ronds. Gùndù kànā ní ndònī-kέɛ̄ ùmbā kànā gùndù-yɔ̀hɔ̀. Le fruit de l'arbre "gundu" est plus petit que le fruit de l'arbre "gunduyoho".
gùndù-ké-rēngé N esp. d'arbre. Kànā gùndù-ké-rēngé dèɓē à ìsà só. Le fruit de cet arbre, les gens ne le mange pas.
gùndù-yɔ̀hɔ̀ N esp. d'arbre avec le fruit non comestible. Kànā gùndù-yɔ̀hɔ̀ òrī kɔ̀ɲɔ̀ só. Le fruit de l'arbre "gundu-yoho" n'est pas bon à manger.
gūndūhū N une partie (d'habits, natte, etc.). íɲà mà tà gūndūhū ɲàmá ré ká m-ūy kàlsō ní. Donne-moi ce morceau de tissu pour que je coude mes caleçons avec.
gùɲàkì ID en grosses gorgées (boire). Dèɓē ré ὲɛ̄ čèkā gùɲàkì, gùɲàkì, gùɲàkì. Cette personne boit la bière en grosses gorgées.
gùɲákì Français N goyave. Kàm gùɲákì ròsò kūmáy rèní màkē. Les grains de la goyave sont nombreux (dans le fruit). Expr: kāgā gùɲákì -goyavier
gúrsù Arabe N l'argent. Mí dúrù kùbō sā bī gúrsù má ndò. Je veux acheter un boeuf mais je n'ai pas de l'argent.
gùrwày N six étoiles groupées (guide d'indication de saison). Gùrwày à ɔ̀jɔ̀ tàkàsà. Les six étoiles indiquent la saison.
gúrwúy AV rond, en cercle, en forme sphérique. Káỳ màā ɓē gē ré hálá à gúrwúy. Toutes les maisons dans ce village sont rondes.
gùsáỳ N esp. d'herbe qui pousse normalement dans les jachères. Yángā dúrù gùsáỳ kūmáy lòhà ndāy jɔ̀ɔ̄. Le rat rayé aime cette plante beaucoup pour rester dessus.
gùy N noeud (corde et tige de mil). M-ásà tótì gùy jē yɔ̄ kùlā ré só. Je ne peux pas détacher le noeud dans cette corde.
gūy V abattre un gros arbre. Mí gūy kāgā kókòō ré ògò rèní màā màgè má. J'ai abattu ce grand arbre qui était dans mon champ.
gūy-gɔ̄ VT quitter les herbes et les arbustes en laissant (qqc), sarcler. Mí gūy-gɔ̄ tāy. Je sarcle autour du mil.
N esp. d'arbre [Acacia sieberiana]. Kōnō hà àw̄ kūmáy. Les épines de l'Acacia sieberiana sont très longues.
41
hàā N parole, mots. Mí jírò hàā nè bìyà má nè. J'ai demandé mon père quelque chose. Hàā kòtì ní mā ré táḿ mà kìlà kūmáy. Les paroles qu'il m'a dit m'a fait travailler beaucoup. Hàā kòtì ń ré ɲèlē mà só. Ses paroles ne m'ont pas plu. Ní-ɓògò dúrù ndélè ní hàā nè kɔ́ngὲ nè só. Le voleur ne voulait pas répondre au chef. N nouvelles. Mōnō-nūɓá àbò ní hàā kò. Le messager a apporté les nouvelles de la mort. Expr: ròsò hàā (rèní yɔ̄ [dèɓē]) -provoquer (qqn) Mōnō ní-dàrū má ré ròsò hàā rèní yɔ̄-mɔ́ɔ̀ kūmáy bī m-úgà nì jɔ̀ só.L'enfant de mon voisin m'a beaucoup provoqué mais je ne lui ai pas répondu.
hà-kòrī AV vraiment, en vérité. Hà-kòrī nè à mòtù njóy-njóy. Vraiment il est très malade (ce n'est pas imaginaire).
hágà N jeune femelle (chèvre). Bīɲā hágà ní-dàrū má ɔ̀mbɔ̀ njùngà. La jeune chèvre de mon voisin a mis en bas des jumeaux.
hágō V s'enlever la peau (de qqc) au contact de l'eau. Nògò-nè dèɓē n-ùrù mànī rèní yɔ̄ mìnjò ní nè hágō. Quand quelqu'un verse de l'eau sur les haricots la peau va s'enlever. V mal laver. Mōnō má hágō yɔ̄ ɲàmá má ré béè-kέɛ̄. Mon enfant a mal lavé mes vêtements (seulement).
hālā N terrains vastes et humides. Hālā ày lò ré jā gē ròsò ní. Une vaste étendue est un lieu qui est plain des animaux.
hálá AV tous. Kòlò à jā rōngō rèní dànà jā gē hálá. La girafe est l'animal plus haut entre tous les animaux. Expr: béè hálá -tous (avec emphase) Yàā-ré mí rɔ́ɓē wólī má béè hálá kájē kàɓē-má súkù.Aujourd'hui j'ai vendu toutes mes arachides sans aller au marcher.
háláỳ N esp. d'arbre [Hymenocardia acida]. Màndé gē à dúū lòō nè háláỳ ń. Les femmes balaient avec l'arbre "halay".
hálī V enrouler. Nè hálī bándà rèní kàm dòō. Il a enroulé la bande sur la plaie.
hàmbàlà AV léger et déformé. Kārō ré ày hàmbàlà bī ndújù kō. La calebasse est légère et elle est abîmée maintenant.
hàn V dire que (verbe irrégulier: la 'h' disparait dans la première personne; hànè aussi possible). Nè òtì mà hàn tì m-ábò. Il m'a dit de venir. M-ótì nì m-áǹ t-àbò. Je lui ai dit de venir. Nè hàn bìyà ń n-à mòtù. Il a dit que son père est malade. M-ótì nì m-áǹ bìyà má à mòtù. Je lui ai dit que mon père est malade. ótì mà háǹ bìyà í n-à mòtù. Tu m'as dit que ton père est malade. Jégè j-òtì j-áǹ bìyà jéỳ à mòtù. Nous (incl.) avons dit que notre père est malade. Dégè d-òtì d-áǹ bìyà dé à mòtù. Nous (excl.) avons dit que notre père est malade.
háǹ PRP comme (abréviation de hánè). Háǹ ɲèē-ré. C'est comme ça. PRP à (avec comparaisons). Nè tīsī háǹ nìnjò ní só. Il ne ressemble pas son frère.
hànè V dire que (v. hàn).
hánè CNJ comme. Tòkó ā únù yɔ̄-í hánè mōnō-sákū. Ne te comporte pas comme un petit enfant.
hándī VT manger (une sauce) sans boule. Ròkù ndò jì hándī ká tárò. Il n'y a pas de la boule, nous mangeons la sauce donc sans boule.
hángā N une promenade sans succès. Mōnō-mbō gē àɓē hángā béè-kέɛ̄ tàní màā bɔ̄dɔ̄. Les chasseurs sont partis sans succès en brousse.
hángárē N morceau de calebasse taillé utilisé pour répartir la boule (chaude). Kóò má tūgū ròkù nè hángárē ní. Ma mère coupe la boule avec l'outil fabriqué à partir d'une calebasse.
hāɲā N au-delà, lieu où vont les morts. Nògò-nè dèɓē n-ò né nè àɓē hāɲā. Lorsque quelqu'un meurt, il va au-delà (à la vie future).
42
hàrù N feu. Hàrù ngútì káỳ má jē gɔ̄ mɔ́ɔ̀. Un incendie a détruit ma maison en mon absence. N lumière. Expr: hàrù lúù -feu de brousse Njɔ̄ hàrù lúù ày njɔ̄ mbō.Le jour du feu brousse est un jour de chasse. Expr: ùnù hàrù -prendre feu òtòrò ùnù hàrù bī dèɓē màkē gē hálá tísō.La voiture a pris feu et tous les gens dedans sont tombés. Expr: ìndā hàrù -allumer une lumière (lampe, etc.) īndā hàrù kàjà-kùmā-á só.Ne allume pas la lumière pendant la journée. Expr: ɔ̀nɔ̀ hàrù -allumer un feu (normalement pour la cuisine) Expr: ɔ̄tɔ̄ hàrù -commencer un incendie, feu (ex. brousse)
hátè N esp. de poisson ([Hyperopisus bebe], [Marcusenius isidori] et [Mormyrops deliciosus]). Hátè ày màrā kānjē mōnō ré ɲèlē kūmáy. Le "haté" est un type de petite poisson qui est très délicieux.
háw ID très (léger): descr. de òkō. Mōnō má ày mòtù ndélè òkō háw. Mon fils est malade, il est devenu très léger.
hàӯ (Syn: ngāɓā) VI être piquant, fort. Kàtā sítà hàӯ. Le sel de piment est piquant.
háỳ N pagaie. Mōnō-mbō ùnù háỳ à ɔ̀dɔ̀ ní tòhò. Le pêcheur prend la pagaie pour diriger la pirogue.
hàyà N bol en terre cuite pour la sauce. Màndé télè tárò rèní màā hàyà bī ìɲā nè dèɓē-ngàɓà gē. La femme a versé la sauce dans le bol et l'a donné aux hommes.
háyà VT éventrer (animal) (avec màkē). Háyà màkē bīɲā lòhà táḿ ní ná-kìsà. Ils ont éventré la chèvre pour la préparer à manger. VT étendre (qqc avec masse). négè háyà jā rèní jɔ̀ hàrù kánē tì-númā kòkórí. Ils ont étendu la viande sur le feu pour qu'elle soit bien grillée. Expr: háyà [dèɓē] dòō -ouvrir une plaie large Mìɲā ré háyà mà dòō.Ce morceau de fer m'a ouverte une large plaie.
héē V choisir, sélectionner, trier. Kí-ɓākā bīɲā héē bīɲā kókòō gē. Le propriétaire des chèvres a sélectionné les plus grandes chèvres.
héē INJ mais bien sur!. Héē, mā m-ótì kì hàā ré kō. Main bien sur, moi je t'ai déjà dit cela.
hèmbèlè (Syn: hémbélé) AV léger. Dèɓē hèmbèlè à mbìlè só. Une personne légère ne peut pas lutter.
hémbélé Arabe V léger, très léger. Mōnō má à mòtù ndélè ày hémbélé. Mon enfant est malade et il est devenu très léger.
hìhì V l'aurore (on dit aussi hìhìndì). Lò hìhì. Il est l'aurore.
hítī V apprécier. Nè hítī tárò ré hàn nì ɲèlē kūmáy. Il a loué la sauce en disant qu'elle était excellente.
V entrave en bois (troué) qu'on met aux chevilles d'un fou pour l'empêcher de se déplacer. ɔ̀tɔ̄ hō rèní njàā ní kàlòsīyō. Ils ont mis l'entrave en bois aux chevilles d'un fou.
hóō N plante aquatique à tubercule douce et mangeable [Raphionacme sp.]. Dèɓē gē à ìsà hóō lò nākā ɓō bī kùnjā yē-ń. Les gens mangent le tubercule "hoo" pour calmer la faim et la soif.
hólī V laisser le blâme sur (qqn), blâmer. Nè hólī mā rèní kàm hàā. Il a laissé le blâme pour le problème sur moi.
hólò V remuer (obj. est yɔ̄ [nákū]). Màndé hólò yɔ̄ tárò ní. La femme remue sa sauce.
43
hólō V mettre en désordre (obj. est kàm [nákū]). Nògò-nè ní-ɓògò àbò ɓògò gúrsù má nè hólō kàm nákū má gā hálá. Quand le voleur est venu pour voler mon argent il a mis tous mes choses en désordre. Expr: njū [dèɓē] hólō -[qqn] avoir la voix enrouée Màndé ré tíī kūmáy bī njū hólō.La femme a beaucoup crié et sa voix est enrouée. Expr: hólō wù -irriter Tòkó í hólō wù má.Il ne faut pas m'énerver. Expr: wù [dèɓē] hólō ǹ -[qqn] avoir la nausée Wù má hólō-mā.j'ai la nausée
hóm̄ VI être cabossé. Wòtòrò wòkù rèní jɔ̀ tásà bī nè hóm̄. Le voiture a roulé sur la tasse et elle est cabossée.
hórì N esp. d'arbre très touffu, fruit pas mangeable. Njílì hórì ìsōkīró kūmáy. L'ombre de l'arbre "hori" est très frais. Expr: dèɓē njílì hórì -homme calme et doux, apprécié par tout le monde
hótì V ôter la chair (du fruit de la noix de karité). Màndé hótì ɲàɓū lòhà kìndā kàm jɔ̀ɔ̄ kàm kīɲō. La femme ôte la chair du fruit de karité pour conserver les noix.
hów̄ (Syn: hóӯ) N résidus du procès de faire la sauce longue avec l'écorce de l'arbre Grewia venusta. Màndé gē à ɔ̀nɔ̀ hàrù bī ɔ̀tɔ̄ hów̄ rèní tà kēy kán̄ tì ndúù ní wàsíì. Les femmes allume le feu et mettent les résidus des écorces sur le fagot pour l'allumer vite.
hòӯ N espace entre deux objets. Tàní màā kāgā kòō hòӯ dànà kāgā gē àɓà só. Dans cette forêt l'espace entre les arbres n'est pas large.
hóӯ N déchet du procès de faire la sauce longue avec l'écorce de l'arbre Grewia venusta (v. hów̄). ótì nè mōnō í nè ɔ̀kɔ̀ hóӯ gē ré yálì tàní. Dit à ton enfant de ramasser ces déchets de karité et les jeter.
hɔ̀ (Syn: kèkè) AV doucement, lentement. Ní mòtù àɓē hɔ̀. Le malade se bouge lentement. í-njúɓà hɔ̀ kánē m-ōo kī. Parle lentement pour que je te comprenne.
hɔ̀ɔ̀ ID pas complètement (rouge, blanc: descr. de àkè, njàhà). Móngò àkè hɔ̀ɔ̀. La mangue n'est pas complètement rouge.
hɔ̀ɔ̄ AV clandestinement (toujours ɔ̀rē hɔ̀ɔ̄ 'quitter clandestinement'). Bìyà má ɔ̀rē hɔ̀ɔ̄ béè sí àɓē ní Kíyāɓē. Mon père a déjà quitté clandestinement et il est allé à Kyabé.
hɔ́ɔ̀ N lit (du fleuve). Màndé gē àɓē tàní màā hɔ́ɔ̀ bā lò sɔ́ɔ̄ kēy. Les femmes sont allées dans le lit du fleuve pour chercher du fagot.
hɔ́ɔ̀ AV s'il te plait. íɲà mà hɔ́ɔ̀. Donne-le-moi, s'il te plaît. AV donc!. āɓē hɔ́ɔ̀. Mais va donc. Expr: hɔ́ɔ̀ nē -ou bien, sinon í ndóò nákū kòkórí hɔ́ɔ̀ nē í nj-éngè jɔ̀ í só.Étudie beaucoup, sinon tu ne vas pas réussir.
hɔ́ɔ̄ VI être prêt (à rendre l'âme) (toujours avec lòhà kò 'a mourir'). Kɔ́ngὲ ré à mòtù ré à hɔ́ɔ̄ lò kò. Le chef qui est malade est prêt à rendre l'âme.
hɔ́ɔ̀-bā N lit du fleuve asséché. Jā gē ndúɓō màā njɔ̄ rèní màā hɔ́ɔ̀-bā. Les animaux se rassemblent la nuit dans le lit du fleuve.
hɔ̀hɔ̀kɔ̀ ID en voix profonde. Njū ìsō béè hɔ̀hɔ̀kɔ̀. Sa voix résonne en voix profonde.
hɔ̀ɔ́hɔ́yɔ̄ N pas mûr. Móngò hɔ̀ɔ́hɔ́yɔ̄, tòkó ísà. La mangue n'est pas mûre, il ne faut pas la manger.
hɔ́kɔ̄ N étui, fourreau. Nè òsì kùyā tàní màā hɔ́kɔ̄ ní. Il a mis le couteau dans son fourreau.
hɔ́ɲɔ̄ (Syn: ndūɲē) VI être cabossé. Wòtòrò ré táḿ àksìdán bī nè hɔ́ɲɔ̄ hálá. Cette voiture a eu un accident et elle est tout cabossée.
44
hɔ́tɔ̀ V gaspiller. Nè hɔ́tɔ̀ gúrsù ní hálá tàní màkē dìbìsō. Il a gaspillé tous son argent dans les bars. V malaxer de la terre (poto-poto) pour en faire des briques. Mí hɔ́tɔ̀ ngáā lòhà táḿ bìríkì. Je malaxe la terre pour en faire des briques. V piétiner, marcher sur. Nò-ndákā-ré dèɓē hálá hɔ́tɔ̀ bɔ̀té. Maintenant tout le monde marche dans la boue (parce qu'il a beaucoup plu). Tòkó ī hɔ́tɔ̀ kāgā kùdù má gē ré. Il ne faut marcher sur les arbres que j'ai plantés.
hɔ̀wὲ V carie dentaire. Hɔ̀wὲ ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. Une carie dentaire est très douloureuse.
hɔ́ӯ V éplucher, enlever la peau (d'un tubercule) pour le conserver. Négè hɔ́ӯ ngɔ̀hέ ngàlè lòhà kònī ní. Elles ont épluché le manioc pour le mettre dans l'eau.
húù N esp. de poisson [Citharinus citharus]. Húù ày kānjē ré òō kūmáy só bī àɓà nūngā ní ròsò kūmáy. Le Citharinus citharus est un poisson pas grand mais large; il a beaucoup d'arrêts.
hùhù N arbre mort qui brûle facilement. Kēy hùhù dèɓē àsà tátē béè-kέɛ̄ nè jīlī-ń né. Le bois d'un arbre mort, quelqu'un peut le casser facilement avec la main.
húùhū V errer par-ci par-là. ɓō táhà nì nè à húùhū. Il a faim et il erre par-ci par-là.
húkú N corde en paille tressée spécialement pour enlever la terre dans un puits. Dèɓē gē à ɔ̀dɔ̀ rèӯ nè kùlā húkú ní. Les gens nettoient le fond du puits à l'aide de la corde en paille.
hūlā V faire des offrandes. Ní-hūlā-yòō gē à hūlā yòō néè gē. Les gens qui font les rites traditionnels font des offrandes.
hùlè AV propre, personnel. Sākā hùlè má. Mes chaussures personnelles. PR soi même. Njɔ̄ hálá òtì hàā tà hùlè ní. Chaque jour il parle de lui même.
húlē V faire une cloque sur la peau (brûlure). Mànī nɔ̄bē ndɔ̄kɔ̄ rèní màā jīlī má bī jīlī má húlē. L'eau bouillante s'est renversée sur ma main et ma main a une cloque sur la peau. Expr: ngàlī húlē -herbe nouvellement sortie (aux premières pluies)
húlū VI avoir des repousses (herbes) ou des rejetons (arbre, souches). Móngò ré húlū béè tàkàsà hálá. Le manguier pousse des rejetons tout le temps. Expr: ngàlī húlū -herbe de repousse (après un feu de brousse en saison sèche)
húlū V sortir (la mousse). Téē tà gàájà čèkā ní bī mbōw ní húlū. Il a ouverte la bouteille de la bière et sa mousse est sortie. N mousse. Húlū árgè ndò. La boisson "arge" n'a pas de mousse.
húndúlú N mousse de la bière, écume. Màndé gē wàrē húndúlú jē jɔ̀ɔ̄ čèkā. Les femmes enlèvent la mousse sur la bière.
húrè V fleurir. Wólī-gùrú má gē húrè kūmáy. Mes plantes d'arachide ont beaucoup fleuri. N fleur, fleurs. Húrè kāgā ré bàlā kūmáy. Les fleurs ce cet arbre sont très jolis.
hùrúù N temps sombre, couvert de nuages (toujours avec ìsō). Lòō ìsō hùrúù. Il fait sombre et avec nuages.
húrù Arabe N autochtone, originaire de la région. Kāgā ré ày húrù. Cet arbre est originaire de la région.
hùӯ VI faire mal, piquer (une plaie). Dòō hàrù hùӯ kūmáy. La plaie d'une brûlure fait beaucoup mal.
hùӯ VI être malade (une plante). Nògò-nè wólī nì hùӯ hálá màā màgè àjì hō. Si toutes les arachides (en parlant des plantes) sont malades alors le terrain est vieux. Expr: hùӯ wólī -arachides atteintes par le Striga Expr: hùӯ kāgā -arbre malade
45
hūy N s'émousser (la levure etc.). Nògò-nè dèɓē nì ndèrì mbàā nē mbàā hūy jē kàm hàrù. Quand quelqu'un cuit le lait, le lait mont sur le feu.
húyà Arabe INJ juron qu'on pousse pour renvoyer un chien.
ì PRA te (obj. de verbe). m-íɲà-ì = m-íɲà-kì - je te donne.
ī PR tu (sujet de verbe). ī dúrù lá táḿ kìlà só yà? Tu ne veux pas travailler quoi? PR te (obj. de verbe). nè èngè ī = nè èngè kī - il t'a trouvé.
í PR ton, ta, tes. mōnō í; bìyà í - ton enfant; ton père.
ìbō VT acheter (dialecte Mbanga; v. ùbō).
ìɓè V piler. Màndé ìɓè tāy rèní màā bèrī. La femme pile le mil dans le mortier. VT pousser, bousculer. Tòkó íɓè ní-sákū í. Il ne faut pas bousculer ton frère. VT fermer. íɓè tà-bītī rèní. Ferme la porte. Expr: ìɓè ìlā -faire tomber M-údù bìlō má bī ní-sákū má ìɓè ìlā.J'ai posé mon vélo (contre qqc) mais mon petit frère l'a fait tomber.
ìɓè V exciter les chiens sur un gibier ou sur qqn. Mōnō-mbō ìɓè tà kánē bísì ní tì tɔ̄ɓɔ̄ jā kòkórí. Le chasseur excite son chien pour qu'il chasse bien le gibier. Expr: ìɓè tà -crier Nè ìɓè tà háǹ ní-kàlīsīyō áǹ.Il crie comme un fou. Expr: ìɓè tà [dèɓē] -essayer de frapper la bouche de [qqn] Nj-úwà nògò-nè íɓè tà má.Tu vas voir si tu essaies de me frapper la bouche.
ìdì VI être âpre (fruit de karité non mûr). Kànā kīɲō ré ìdì òrī kɔ̀ɲɔ̀ só. Le fruit de karité n'est pas mûr, ce n'est bon à manger.
ìgī V arracher, prendre de force (v. aussi ìhī). Ní-ɓògò ìgī gúrsù má tàní súkù. Le voleur a arraché mon argent au marché.
ìhī VI ne développer pas. Wólī màā màgè kàtā ìhī. L'arachide dans un champ avec le Striga ne développe pas.
ìjà V injurier, insulter. Nògò n-íjà mā nē njí mí tōhī kī. Si tu m'insultes je vais te frapper.
ìjā V attacher. M-ījā bīɲā bī nè ndēkī kō. J'ai attaché la chèvre mais il a cassé (la corde). VT porter (qqc ou qqn qu'on attache). jē-kònō màndé gē à ìjā sù. Auparavant les femmes portaient des cache-sexes. Expr: ìjā bàā -s'envoler (les pintades, poulets, etc.) Nògò-nè tànjà gē ùwàà mā nē négè ìjāā bàā.Quand les pintades m'ont vu ils se sont volées. Expr: ìjā kàm -être courageux, ferme Mōnō má ìjā kàm njɔ̄ kìyà ngōy ní.Mon enfant s'est maintenu ferme le jour de sa circoncision. Expr: ìjā kījí -faire la grimace Dèɓē ré nákū ɔ̀ɲɔ̀ yɔ̄ nàá ìjā ní kījí.Quelqu'un qui souffre va faire la grimace. Expr: ìjā léӯ -sauter par dessus Négè ìjā kùlā lò kòtī róbò bī nè ìjā léӯ dāy jɔ̀ɔ̄.Ils ont mis une corde pour fermer la route mais il a sauté par dessus et l'a traversé. Expr: ìjā màkē -être courageux Dèɓē ré ìjā màkē nj-èngè ùbā ní.Une personne courageuse trouvera sa récompense. Expr: ìjā mbìī -sauter Nè ìjā mbìī tàní mbákā kāgā.Il a sauté sur la fourche de l'arbre.
ìjì V péter (normalement avec kèӯ). Jàmbá n-ìjì kèӯ nē jā sákū gē hálá tàkī màā gòtò. Si la civette pète alors tous les petits animaux sortent de la troue.
ìkì V bouger un peu (dialecte Mbanga; v. ɔ̀jī). m-íkì, íkì, nè ìkì, j-ìkì, ségè íkì, d-íkì - Je bouge,tu bouges,il bouge,nous bougeons,vous bougez,nous (excl.) bougeons. VT quitter en bougeant un peu. íkì bèlō ré jē kàm róbòó. Quitte le vélo là de la route. Expr: ìkì jɔ̀ɔ̄ -répondre par un geste de la tête
46
ìlà V envoyer (avec nè [nákō] nè "avec [qqc]" pour indiquer la chose envoyée). M-ílà,ílà,ìlà,j-ìlà,ségè ílà,d-ílà - J'envoie,tu envoies,il envoie,nous envoyons,vous envoyez,nous (excl.) envoyons. M-ílà màktúɓù nè kóò má nè. J'ai envoyé une lettre à ma mère. VI donner de tubercule (patate, manioc, igname, etc.). ɓālā ré ngàlè má ìlà kūmáy. Cette année mon manioc a beaucoup donné. VI être en crue. Bā ìlà, tòkó í njíkī kàm. Le fleuve est en crue, il ne faut jouer dedans. VI souffler (le vent). ɲélè ìlà kūmáy jē-gɔ̄ njī àrì. Le vent a soufflé beaucoup et après la pluie est tombée. Expr: ìlà míndì -inciter quelqu'un contre (qqn) en secret Nè ìlà míndì nè mōnō ní gē hàn tì tōhī ní-dàrū néè gē.Il a incité en secret ses enfants à taper leurs voisins.
ìlā VT jeter, lancer. Mōnō-mbō ìlā nàsē nè nìngà ní. Le chasseur a lancé la sagaie sur l'antilope. VT perdre. Kàɓē má súkū njínjɔ́ɔ̀ nàá m-īlā ní gúrsù má. Quand je suis allé au marche hier j'ai perdu son argent. Expr: ìlā hàā ní só -ne pas prendre en considération la parole m-ɔ̄yɔ̄ mōnō má m-áǹ tì-ndóò nákū kòkórí bī nè ìlā hàā ní só.J'ai conseillé mon enfant d'étudier mais il n'a pas pris en considération ma parole. Expr: ìlā lā -chanter ní káỳ-Álà gē à ìlāā lā.Les gens de l'église chant. Expr: ìlā sù -porter cache-sexe (femmes)
ìlì VI être noir. Gū ày àlī ré ìlì. Le calao est un oiseau noir. VI être obscure. Lòō ìlì bī m-úwà lòō kòkórí só. Il est obscure et je ne vois pas bien. Expr: kàm [dèɓē] ìlì -avoir envie de voir Kàm má ìlì kí-ɓākā má gē.J'ai envie de voir mes parents. Expr: ìlì tìm -être pas complètement noir ɲàmá má ré ìlì tìm.Mon vêtement est noir (mais pas complètement). Expr: ìlì bìbìtì -être complètement noir
ìmáḿ Arabe N Imam, chef religieux musulman.
ìndà VI trembler, frissonner. Nògò-nè mōnō-sákū ùwà ngèsè né nè ìndà. Quand l'enfant a vu le lion alors il tremblait. VT jouer à un instrument de musique. Gōsō àsà kìndà nákū béè màā-njɔ̄ bī kàjà-kúmā àbī tàkàsà ní ògò ní ngéréy lòhà kìsà nákū bī kὲɛ̄ čèkā. L'artiste peut jouer son instrument pendant la nuit et la journée mais il y un petit temps pour qu'il mange et boit la bière. Expr: ìndà yòndò -initier, être initié Mōnō ní ìndà yòndò mà-ɓà.Son enfant était initié en saison des pluies. Expr: ìndà dālā -battre le tambour Expr: ìndà gɔ̄ -faire un cadeau (après un achat) Màndé ré mbātē kìndā gɔ̄ mɔ́, njí m-ūbō nákū ní njɔ̄ nòhò só yā.Cette femme refusé de me donner un cadeau après l'achat, je ne vais plus acheter des choses avec elle.
ìndā N poser, mettre (qqc. plate, "assis"). m-īndā, īndā, ìndā, j-ìndā, ségè īndā, d-īndā - Je mets,tu mets,il met,nous mettons,vous mettez,nous (excl.) mettons. M-īndā gírò jɔ̀ɔ̄ táɓùlù. J'ai mis la marmite sur la table. VT allumer (lumière pour voir) (obj. est hàrù). Mōnō-sákū gē ìndā hàrù tàní mà káỳ néè. Les enfants ont allumé une lumière dans la maison. Expr: [dèɓē] ìndā màkē [ní] jɔ̀ɔ̄ [dèɓē nòhò] -[qqn] se fier à [qqn d'autre] M-īndā màkē má jɔ̀ɔ̄ mōnō má.Je me fie à mon enfant. Expr: ìndā jɔ̀ɔ̄ -maîtriser M-ásà kìndā jɔ̀ɔ̄ kúndā ré só.Je ne peux pas maîtriser ce cheval. Expr: ìndā yɔ̄ -se sacrifier pour (un travail) Expr: ìndā jɔ̀ [dèɓē] ɔ̀jɔ̀ ní -se diriger vers M-īndā jɔ̀ɔ̄ mɔ́ m-ɔ́jɔ̀ ń Kíyāɓē.Je me dirige vers Kyabé. [litt: je dirige moi je-montre avec Kyabé] Expr: ìndā kàm jɔ̀ [dèɓē, lóò] -protéger [qqn, place], veiller Nè ìndā kàm jɔ̀ tà-káỳ ní kòkórí.Elle veille bien sur sa famille. Expr: ìndā kàm (dèɓē) rèní jɔ̀ɔ̄ [nákū] ré -(qqn) garder [qqc] īndā kàm-í rèní jɔ̀ɔ̄ gúrsù ré kòkórí lòhà nɔ̄hɛ̄ njì kàbò ré njí m-éngè gúrsù má só.Garde bien cet argent parce que le mois prochain je ne vais pas recevoir mon salaire.
ìnjī VI s'asseoir. m-ínjī, ínjī, nè ìnjī,jégè j-ìnjī, ségè ínjī, négè ìnjī - Je m'assieds, tu t'assieds, il s'assied, nous (incl.) nous asseyons, vous vous asseyez, ils s'asseyent. īnjī lóò ákò mā ngéréy. Assieds-toi ici et attends-moi un instant. VI rester. Nj-í ínjī kí tàkàsà ndōkú lóò Njàménà? Tu vas rester combien de temps à N'djaména? VI habiter, demeurer. M-ínjī lóò Njàménà àsá ɓālā dɔ̀gɔ̀-bī-jɔ̀-mìí. J'habite ici à N'djaména depuis quinze ans. VI être (dans un endroit). ínjī lóò tàkàsà ndōkú? Tu es ici depuis quelle heure?
47
ìɲā VT donner, offrir (l'objet indirect est introduit par la préposition ). íɲà mà ngéréy. Donne-moi un peu. m-íɲà mōnō,íɲà mōnō,nè ìɲā mōnō,j-ìɲā mōnō,ségè íɲà mōnō,négè ìɲā mōnō - J'ai donné, tu as donné, il a donné, nous avons donné, ils ont donné à l'enfant. ìɲā mà,ìɲā kì,ìɲā nì,ìɲā jéỳ,ìɲā sè,ìɲā néè il m'a donné, il t'a donné,il lui a donné,il nous a donné,il vous a donné,il leur a donné. ìɲā ngòmájì nè màndé-ń nè. Il a donné une robe à sa femme. VT laisser, abandonner. íɲà mà jè àɓē jōó. Laisse-moi partir avec toi. [litt: ...nous allons deux.] Expr: ìɲā [dèɓē] màkē -avoir confiance à [qqn] Mí rɔ́jɔ̄ lòhà táḿ nì kòrī bī nè ìɲā mà màkē só.J'ai fait une proposition pour faire lui bien mais il n'avait pas confiance à moi.
ìsà VT manger qqc. chose de dur (viande, pain, etc.). N-ísà nákū só nē īnjī ndɔ́kɔ̄. Si tu ne manges pas assez tu deviendras maigre. V gaspiller, bouffer. ní-dàrū má ùnù gúrsù bī ìsà hálá rèní yɔ̄ čèkā. Mon voisin gagne un salaire mais il bouffe tous pour la boisson. Expr: súkū [dèɓē] ìsà -[qqn] avoir la chance en ayant de la clientèle au marché
Isénàbrè NP Hissan Habré. Sēríì ùkà Isénàbrè dàngáỳ lòhà tābālā kàyà ní hálá. La justice a condamné Hisan Habré en prison pour toute la période de sa vie.
ísìrí (Syn: sìrí) INJ interjection moqueuse de mépris. Expr: táḿ ísìrí jɔ̀ [dèɓē] -dedaigner, mépriser [qqn] Yā ásà táḿ ísìrí jɔ̀-mɔ́ só.Tu ne pas me dedaigner.
ìsō V tomber. M-īsō kàm mànī. Je suis tombé dans l'eau. m-īsō,īsō,nè ìsō,jégè j-ìsō,ségè īsō,négè ìsō - je tombe, tu tombes, il tombe, nous tombons, vous tombez, ils tombent. V perdre (dans le commerce). Mí-táḿ súkù sákū tàní màā ɓēé bī m-īsō yē yɔ̄. J'ai fait un petit commerce en ville mais j'ai perdu (de l'argent). Expr: yī [dèɓē] ìsō kūmáy -[qqn] être renommé Dèɓē ré yī ìsō kūmáy lòhà nè táḿ kìlà kūmáy.Cet homme est renommé pour faire beaucoup de travail. Expr: lòō ìsō kīró -il fait froid Expr: ìsō kīró -être doux Dèɓē ré ìsō kīró, nè à sélē hàā só.Cette personne est doux, il ne cherche pas de problèmes. Expr: ìsō ùgà ní tà ngáā -tomber bouche contre terre Expr: yɔ̄ [dèɓē] ìsō kīró -[qqn] n'avoir pas de fièvre. Dàmtórò òtì mà hàn yɔ̄ mɔ́ ìsō kīró béè.Le médecin m'a dit que je n'ai pas de fièvre. Expr: ìsō béè-kέɛ̄ -n'avoir pas un bénéfice ɓālā ré m-īsō béè-kέɛ̄ jē màgè má.Cette année je n'avais pas de bénefice de mon champ.
ìsōkīró VI être humide et froid. Lòō ìsōkīró njìii. Il fait frais.
ìtà VT balayer. m-ítà, ítà, nè ìtà, jé-gè j-ìtà, sé-gè ítà, né-gè ìtà - je balaie, tu balayes, il balaie, nous balayons, vous balayez, ils balaient. ítà, ítàa, ìtà, ìtàa - tu balaies, vous balayez, il balaie, ils balaient. M-ūbō mōnō ré lòhà nè ìtà mā-ndòbō má. J'ai payé l'enfant pour qu'elle balaie ma concession.
ìtà V piquer une fois (fréq.: títà; v. aussi títà). ɲētē ìtà mōnō má. La guêpe a piqué mon enfant. VT cracher (obj. est wɛ̄). yòō ìtà wɛ̄ rèní kàm mōnō má. Le serpent a craché aux yeux de mon enfant.
ítìrì Arabe N parfum. Màndé gē dúrù ítìrì kūmáy. Les femmes aiment beaucoup le parfum.
ìtō V porter. Kútúmbúù ìtō nákū ùmbā kúndā. L'âne peut porter plus que le cheval. V transporter. Wòtòrò ìtō ɲàlwέὲ àɓē ń tà-ń lò-kìyà-kàm ɲàlwέὲ yē Kíyāɓē. Le camion transporte le coton à l'usine de Kyabé.
ìyà VT couper (une coupe). M-íyà ngàlī nè bīɲā gē. Je coupe des herbes pour les chèvres. Nè ìyà kùlā dànà lò kìjā kēy. Il a coupé la corde en deux pour attacher le fagot. VT récolter (en coupant). Tàkàsà àsà lòhà kìyà tāy rɔ̀ só. Il n'est pas encore le temps pour récolter le mil. VT fixer (un prix) (obj. est toujours kāsā). kí-ɓākā mōnō ìyà kāsā mōnō ní. Le parent de la fille fixe le prix (de la dot) de sa fille. ìyà kāsā ndòbō ní kūmáy nàá ùbō ní só. Il a fixé le prix de son secko trop cher, c'est pourquoi il ne l'a pas vendu. Expr: ìyà lóò -virer, dévier Nè ìyà lóò gè kɔ́ɲɔ̀.Il a viré vers le droit.
48
ìyā V cacher. Ní-ɓògò gē ìyā gúrsù néè tàní màā bɔ̄dɔ̄-kòō. Les voleurs ont caché leur argent dans la forêt. VT réserver, garder. M-īyā sákì tāy jōó lòhà mà-ɓà. J'ai gardé deux sacs de mil pour la saison des pluies. Expr: ìyā yɔ̄ -se cacher Tàkàsà nòhō rɔ̄ nè ìyā yɔ̄ tàní mà bɔ̄dɔ̄ kòō.Pendant la bataille il se cachait dans la grande brousse.
íyà Arabe N maman. íyà, ábò wàsíì. Maman, viens vite.
j- PRA nous inclusif (avant verbe qui commence avec une voyelle). J-àɓē ɓēé; d-àɓē ɓēé. Nous (toi aussi) allons au village; nous (mais pas toi) allons au village.
N viande. Mí dúrù tárò kájē jā kūmáy. J'aime beaucoup la sauce sans viande. N animal, bête. Ní-màngà gē dúrù hàn dèɓē tì tɔ̄lē jā bɔ̄dɔ̄ só. Les autorités ne veulent pas que les gens tuent les animaux de la brousse. N quelque chose avec beaucoup de viande et peu d'arêtes ou des os. Dòngì ày jā kūmáy só. La chauve-souris n'a pas beaucoup de viande. Expr: jā ngāngā -animal féroce de la famille chat (lion, panthère, etc.) Expr: jā kùlū -animal domestique
INJ interjection marquant l'étonnement. Já! āɓēe ká tàláà! Ah! Allez-y là-bas!
jā-àbà N hippopotame. Jā-àbà òō àsà béè nè kàjī ní bī nè à ìnjī tàní kàm mànī. L'hippopotame est un animal, grand comme l'éléphant, mais il habite dans l'eau.
já-kīlá-kàw N esp. d'oiseau avec une longue queue. Já-kīlá-kàw ày àlī ré bàlā kūmáy. Le "jakilakaw" est un oiseau qui est très joli.
jā-yɔ̄ N corps. Jā yɔ̄ ní ngóỳ kūmáy. Son corps est très fort.
jábùlù Français N diable, démon. Jábùlù ày ní-bāngā núbā-kìndā. Le diable est l'ennemi de Dieu.
jàgàrà (Syn: jāgārā) N chose raide, dur, solide. Bàkù ɲàlà ré ày béè jàgàrà. Cette natte en bambou est solide.
jāgārā V se solidifier. Nògò-nè màndé nì táḿ gáỳ nē télè mànī ní bī jāgārā. Quand la femme prépare le tapioca, son eau devient solide.
jágō AV en retard. Nárèӯ kí táḿ kī kán̄ ábò ní jágō? Qu'est-ce qui t'est arrivé pour que tu viennes en retard? AV dernier. Mōnō má àɲā bī tàkī tà gétè àbī mōnō yí àbò jágō. Mon enfant a couru (dans la course) et il est le primier d'arriver mais ton enfant est venu le dernier. AV prochaine (avec le temps). dìmásì jágō, nɔ̄hɛ̄ jágō, ɓālā jágō - la semaine prochaine, le mois prochain, l'année prochaine. AV après. Expr: jágō jē gɔ̄ [dèɓē] -après [qqn] Nè àbò jágō jē gɔ̄ mɔ́ɔ̀.Il est venu après moi. Expr: yē jágō -celui d'après, celui fait après
jàhà VT diviser en deux, fendre (une fois). Màndé jàhà kèӯ lòhà kɔ̀nɔ̀ hàrù. La femme a fendu le fagot pour activer le feu. VI être fendu (une fois). Kāgā kūngā má jàhà, njí mí-sɔ̄ yē nòhò. Le manche de mon hache est fendu, je vais chercher un nouveau. VI être déchiré (dans un seule déchirure longue). ɲàmá màndé má jàhà bī nè àɓē kùӯ. Le pagne de ma femme est déchiré et elle est allé le coudre.
jáhā VT fendre en plusieurs morceaux (fréq de jàhà). Ní jáhā kèӯ gē ròsò lóò Njàménà. Les gens qui travail fendant le fagot sont nombreux à N'djaména.
jàjàɓù N barrage de branchages pour la pêche. Ní màā ɓē gē àɓē tísō jàjàɓù. Les gens du village vont faire la pêche avec le barrage.
jájákè N devinette. Kàká má gèӯ jájákè kūmáy. Mon grand-père connaît beaucoup de devinettes.
jájákí AV nette, exactement (suffire, être de la taille de, etc.): descr. de àsà. ɲàmá ré àsà béè jájákí rèní yɔ̄ mōnō má. Cet habit est exactement de la taille de mon fils.
49
jàjárī Arabe N boucher de viande (mais pas de poulet). Jàjárī ày dèɓē ré à rɔ́ɓē jā nè dèɓē gē, yē-nòhò gē àyī dèɓē gē kòrì, yē-nòhò gē àyī dèɓē kòrì só. Le boucher est une personne qui vende la viande aux gens, quelques uns sont gentils, des autres ne sont pas gentils.
jākā N esp. d'arbre à tronc spongieux. Ndāá yɔ̄ jākā dèɓē àsà kùɓà kùlā yí ní. L'écorce intérieure de l'arbre "jaka", quelqu'un peut l'utiliser pour faire la corde des puisoirs.
jákì INJ interjection pour renvoyer les chèvres.
jákì AV droit, debout, raide (en parlant de petits enfants; avec ). Mōnō-sákū rà jákì. Le petit enfant est debout tout en titubant.
jàkō N herbe à balai, jonc. Jàkō à ngàlī ré màndé gē à táḿ ndìsā ní. Le "jako" est une herbe que les femmes utilisent pour en faire les balais.
jàkò-sɔ̀ɔ̄ N esp. d'oiseau, faux coq de Pagode. Jàkò-sɔ̀ɔ̄ ày àlī ré òō kūmáy sō, kìlà bī tà ní àw, bī nè à ìsà kùū gē. Le faux coq de Pagode est un oiseau un peu grand, sa queue et son bec sont longues, et il mange les insectes.
jàlé N sorte de jeu de dame ou de bois, sur le sable. Bìyà má gèӯ kùdù jàlé kūmáy, à tɔ̄ɓɔ̄ ní-nòhò ní gē njɔ̄ hálá. Mon père connaît jouer "jale" très bien, il toujours bat ses adversaires.
jáḿ AV d'un coup sec. ùrù kàjī jáḿ. il a atteint un éléphant d'un coup sec
jáḿ Arabe N bride de cheval. Kí-ɓākā kúndā òsì jáḿ rèní tà kúndā kánē kúndā à òō níì. Le propriétaire du cheval met la bride dans la bouche du cheval pour le maîtriser (litt: pour que le cheval l'écoute).
jámàlà Arabe N chameau, dromadaire. Njɔ̄ nòhò gē ní-télè-nákū gē àbò nè jámàlà gē. Parfois les éleveurs viennent avec les chameaux.
jàmbá N civette. Jàmbá ày jā ré yɔ̄ àtù kūmáy. La civette Africaine est un animal qui sent beaucoup.
jàmbày AV nu (fesse, pour insulter la nudité de qqn). Mèy rà jàmbày. Ses fesses sont nues.
jàárà Arabe N bouton. Jàárà ɲàmá má nìbì. Le bouton de ma chemise est perdu.
N mangouste.
PR nous inclusif (moi et toi seulement, suj. et obj. de verbe). ábò ní jè ná-kìsà. Amène nous à manger (à nous deux).
(Syn: jī) PRP de (une personne). Bìyà jē Tàlā. Le père de Tala. káỳ jē Tàlā la maison de Tala Mí tákā jē jīlī mōnō. J'ai pris le pain de l'enfant. PRP de (endroit) (on peut ajouter ). àbò jē Mūndū = àbò jē gè Mūndū. Il vient de Moundou. Tàkī jē tà-káỳ kō. Il est sorti de la maison. Expr: yɔ̄ jē -chez M-àɓē yɔ̄ jē Tàlā.Je vais chez Tala.
PR notre, nos (inclusif, toi et moi). bìyà jé bī mōnō jé gē notre père et nos enfants PR toi, te (quand le sujet est première pers.). M-ásà kàɓē-jé só. Je ne peux pas aller avec toi [litt: je peux aller-notre pas]
jèé N sorte de petit anneau. Jèé ày nákū ré à òsì rèní mōnō-jīlī gē lòhà kìndā kàm jɔ̀ yɔ̄. L'anneau est une chose qu'on met sur les doigts pour protéger le corps.
jē-gɔ̄ (Syn: jī-gɔ̄) PRP après. Jē-gɔ̄ kìsà nákū má njí m-āɓē ɓēé. Après avoir mangé je rentrerai à la maison. njɔ̄ jōó jē-gɔ̄ nè ìsō mòtù. Deux jours après, il est tombé malade.
50
jē-kònō AV auparavant, autrefois. Jē-kònō kàjī gē ròsò kūmáy tàní ɓē Náā. Auparavant les éléphants étaient nombreux dans le pays Na. AV très tôt. ábò jē-kònō bēndígā. Viens très tôt le matin. Expr: jē-kònō àsá -il y a, depuis M-ábò jē-kònō àsá dìmásì jōó kō.Je suis venu il y a deux semaines.
jégè PR nous (inclusif). Jégè hálá j-àɓē njàkā. Nous tous allons labourer.
jèhè VI sortir en même temps, quitter ensemble. Kūnjá-kí-dōkú jèhè yɔ̄ kàɲā. Les poulets sauvages se sont sortis en masse et ils se sont enfuis.
Jéjù NP Jésus. Jéjù àbò jē-kònō lò kàyà dèɓē gē. Jesus est venu depuis longtemps pour sauver les gens.
jēmē N caracal. Jēmē ày jā ré tīsī kàbà bī nè ndò ní kέɛ̄. Le caracal est un animal un peu comme le léopard mais il est plus petit.
jènī V petite calebasse à manche utilisée comme cuillère. Jènī ày kārō sákū lò kὲɛ̄ bíyā. La cuillère de calebasse est une petite calebasse pour manger la bouillie.
jéỳ PR nous (obj. de verbe, inclusif; mais v. aussi ). Ní-mbā àbò jéỳ. Un étranger nous est venu. Nè ìɲā jéỳ ná-kìsà kòrī. Il nous a donné un bon repas.
jéỳ PR notre (inclusif, plus de deux personnes). Kɔ́ngὲ jéỳ ày mòtù. Kɔ́ngὲ dé à mòtù. Notre (inclusif) chef est malade. vs. Notre (exclusif) chef est malade. bìyà jé, bìyà jéỳ - notre père (à toi et à moi), notre père (à nous tous). PR nous (obj. de prép. incl.). J-àgà yē lòō ré kánē tòkó kèӯ déè ìsō jɔ̀ɔ̄ jéỳ. Nous quittons de ce lieu de peur que le déchet de pigeon tombe sur nous.
jὲ N sorte de danse pour les hommes. Jὲ ày dālā ré dèɓē ùgà nē bàlā kūmáy lòō kùwà gɔ̄. La "je" est une sorte de danse que si quelqu'un la danse alors c'est intéressant de voir.
PR nous inclusif (sujet). Jì ndélè yɔ̄-bìī. Nous revenons demain.
(Syn: jē) PRP de. ìsō jī jɔ̀ɔ̄ kāgā. Il est tombé de l'arbre. Tàkī jī mà káỳ = tàkī jē mà káỳ. Il est sorti de la maison.
jìī N sorte de liane aquatique noire (le pêcheur s'en sert pour enfiler ses poissons). Jìī ày kùlā kāgā ré mōnō-mbō kānjē gē à síī ní kānjē. "Jii" est la corde d'un arbre qui les pêcheurs enfilent les poissons avec.
jī-gɔ̄ (Syn: jē-gɔ̄) PRP après. Jī-gɔ̄ ròkù njí mí tórò ɓī. Après le repas je vais dormir.
jìɓá N sorte de ganglion non douloureux qui apparait sur le nombril.. Ní jìɓá ɓō à ɔ̀ɲɔ̀ nì kūmáy. Une personne avec un ganglion sur le nombril aura beaucoup de faim.
jìjì VI roter, éructer. N-ísà wólī-gùrú kūmáy nē njí jíjì kūmáy. Si tu manges beaucoup d'arachides tu vas beaucoup roter.
jìlà VI pendre (idée de longueur). Gàm̄ dèɓē ré jìlà. Les testicules de cet homme pendent beaucoup. Ndɔ̀lɔ̀ wàsō jìlà tàní ngáā. Les tiges du melon se pendent vers la terre (sous-entendu que la plante est sur le toit).
jīláà AV là-bas (par derrière). Jīláà màā bɔ̄dɔ̄ j-ìɲā kūngā jéỳ. Là-bas en brousse nous avons laissé notre hache.
jílā V abattre, couper (un arbre). Njí mí jílā kāgā tàní màā màgè má. Je vais abattre un arbre dans mon champ. V avorter (les animaux). Bīɲā jílā mōnō. La chèvre a avorté son petit.
51
jīlī N main. jīlī má,jīlī í,jīlī ń - ma main,ta main,sa main. Mí ngútì jīlī má rèní kàm hàrù. J'ai brûlé ma main dans le feu. Mí ɓálà nákū nè jīlī gè-kɔ́ɲɔ̀ má né. J'écris avec la main droite. Expr: jīlī jōó -à deux mains únù nì jīlī jōó.Prends-le à deux mains. Expr: jīlī [dèɓē] àw -(qqn) être voleur, voler Mōnō í ré jīlī àw kūmáy.Ton enfant là il vole beaucoup. Expr: kùnā jīlī -en collectif (travail) Mōnō-sákū gē àɓē njàkā kùnā jīlī.Les enfants sont partis labourer en collectif.
jīlī-kàtà N adresse (dans la chasse). Jīlī-kàtà òrī kūmáy lòhà mōnō-mbō. L'adresse est très importante pour le chasseur.
jíngò Sango N sorte de bracelet porté par les filles. Màndé yáӯ jíngò rèní mbī ngàɓà ní. La femme secoue le bracelet à l'oreille de son mari.
jìrè (Syn: jùrò) V demander. Mí jírē gúrsù nè bìyà má nè bī ɔ̀gɔ̄ mā. J'ai demandé de l'argent à mon père mais il m'a refusé.
jírē V repousser [qqn] en lui disant des paroles choquantes. Mōnō-sákū gē jírē nɔ̀hὲ. Les petits enfants se sont insultés.
jìrò VT demander (v. jìrè). mí jírò, í jírò, nè jìrò, jì jìrò, ségè jírò, négè jìrò, dí-jírò - j'ai demandé, tu as demandé, il a demandé, nous (incl.) avons demandé, vous avez demandé, ils ont demandé, nous (excl.) avons demandé.
(Syn: tìyéè) N ici. ábò jó. Viens ici.
jòō V garder le champ (en chasser les oiseaux et petits animaux). Mōnō-sákū gē àɓē jòō àlī màā màgè tāy. Les petits enfants sont partis pour chasser les oiseaux dans le champ de mil. Rékò mí-nángà ní rɔ̀ mōnō-sákū mā mí-jóō kūmáy. Quand j'étais encore un petit enfant je gardais le champ souvent.
jōó NUM deux. Kūnjá má nángà jōó béè gè nòhò gē mòtù tɔ̄lē néè hálá. Ça ne me reste que deux poulets, les autres la maladie les a tous tué. Expr: jōó jōó -deux à deux Expr: jōó [dèɓē] -deuxième [personne] Expr: [dèɓē gē] jōó ní -le deuxième [entre les personnes] nìnjò má gē jōó ní èmbè kìlà.Entre mes frères, le deuxième a trouvé le travail.
jóō V tomber. Tāy gē jóō rèní ngáā. Le mil est tombé par terre.
jóō V s'écrouler. Mùyà má jóō hálá. Tous mes murs se sont écroulés.
jòkù V faire accouplement (entres les animaux). Tàkàsà jòkù bísì gē òrī só lòō kùwà gɔ̄. Le moment d'accoupler les chiens n'est pas bon à voir.
jòlí N un employé (normalement dans le champ d'un autre). Nìnjò má màkē ní ndò, nè àɓē njàkā jòlí tàní màgè dèɓē gē. Mon cousin n'a pas un champ, il va comme employé et laboure dans les champs des gens.
jòm̄ (Syn: táhà) V dépasser. Màgè ré njàkā ní jòm̄ mā. Je ne peux pas labourer ce champ (litt: ce champ, son labourer me dépasse).
jòḿ N sorte de fourreau pour protéger la lame de plusieurs sagaies. Jòḿ ày káỳ nìngà gē. Le fourreau est la maison pour les sagaies.
jɔ̀ [jɔ̀, jɔ̀ɔ̄] PRP dans. M-ālō tàń jɔ̀ kāgā. Je monte dans l'arbre pour veiller. PRP sur, dessus. Mōnō ré àlō jɔ̀ kāgā. L'enfant est monté sur l'arbre. Nè ìndā ná-kìsà rèní jɔ̀ táɓùlù. Elle a mis la nourriture sur la table.
52
jɔ̀ɔ̄ N tête (souvent devient jɔ̀ dans position non-finale). jɔ̀ɔ̄ má, jɔ̀ɔ̄ í, jɔ̀ɔ̄ ní, jɔ̀ɔ̄ jéỳ, jɔ̀ɔ̄ sé, jɔ̀ɔ̄ néè - ma tête, ta tête, sa tête, nos (incl.) têtes, vos têtes, leurs tête. N surface. úsù jɔ̀ táɓùlù kánē j-ɔ̀ɲɔ̀ ní ròkù. Essuie la surface du table pour que nous y mangions la boule. N partie supérieure. ɲélè télè jɔ̀ɔ̄ ngàlī tàní gè kàré. Le vent a incliné la partie supérieure des herbes vers la même direction. Expr: jɔ̀ɔ̄ [dèɓē] ndɔ̄rē -[qqn] être chauve Expr: àm̄ jɔ̀ɔ̄ [dèɓē] -protéger [qqn] Kóò mōnō àm̄ jɔ̀ɔ̄ mōnō ní.La femme protège son enfant. Expr: ùgà jɔ̀ɔ̄ [dèɓē] -racheter [qqn] pour le libérer Expr: ìndā màkē [dèɓē] jɔ̀ɔ̄ [dèɓē nòhò] -[qqn] compter sur [qqn d'autre] M-īndā màkē má jɔ̀ íì.Je compte sur toi. Expr: òō jɔ̀ɔ̄ hàā [dèɓē] só -ne pas comprendre ce que [qqn] a dit M-ōo jɔ̀ hàā í ré só.Je ne comprends pas ce que tu dis. Expr: ùmbā jɔ̀ɔ̄ [dèɓē] -dépasser [qqn] ùmbā jɔ̀ mɔ́..ça me dépasse Expr: jɔ̀ íì -"ta tête" (ce qu'on dit quand qqn éternue) Expr: rèní jɔ̀ɔ̄ -dessus (ce qu'est déjà là) í télè mà rèní jɔ̀ɔ̄.Verse-moi dessus de ce qu'est déjà là.
jɔ̀ɔ̄ AV dessus. Kāgā dàbà dɔ̀lɔ̄ lòhà négè ɔ̀mbɔ̀ tāy rèní jɔ̀ɔ̄. Les bois de l'hangar sont penchés parce qu'on a mis le mil dessus. AV aussi; en plus. ī-télè mà yā rèní jɔ̀ɔ̄. Verse-moi encore en plus. Expr: kílá [mìí, dɔ̀gɔ̀, etc.] bī jɔ̀ɔ̄ -[cinq, dix, etc.] ou plus Kɔ́ngὲ nòhò gē jē-kònō àɓē ní màndé jɔ̀kέɛ̄ kílá jɔ̀kέɛ̄ bī jɔ̀ɔ̄.Certains chefs d'auparavant avaient vingt femmes ou même plus de vingt femmes.
jɔ̀-bē-ndígā N période avant l'aube. Mí dúrù tàkī jē-kònō jɔ̀-bē-ndígā. Je veux sortir avant l'aube. Jɔ̀-bē-ndígā ày tàkàsà tàkī àlī gē. La période avant l'aube est le moment quand les oiseaux sortent.
jɔ̀-ɓádà V cimetière. àɓē ní nūnú jɔ̀-ɓádà lò jùbū. Ils ont emmené le cadavre au cimetière pour l'enterrer.
jɔ̀-ɓē (Syn: jɔ̀-káỳ) N ancien village. Jɔ̀-ɓē déè ùrà. Notre ancien village est loin.
jɔ̀-ɓē-dèɓē-gè AV à l'étranger. Mōnō má ògò tàní jɔ̀-ɓē-dèɓē-gè. Mon enfant habite à l'étranger.
jɔ̀-gòy N prise de lutte semblable au tour de hanche en tête.
jɔ̀-kàjà (Syn: gè-jɔ̀-kàjà) N l'ouest. Kàjà-kúmā à ìsō tàní jɔ̀-kàjà. Le soleil se couche à l'ouest.
jɔ̀-káỳ (Syn: jɔ̀-ɓē) N ancien village. Jɔ̀-káỳ dé ùrà. Notre ancien village est loin. N toit d'une case, toiture. Mí dúrù rɔ́nɔ̄ jɔ̀-káỳ má. Je veux réparer ma toiture.
jɔ̀-kùlā N corde à sauter, sorte de jeu des jeunes filles où deux prennent la corde et une troisième saute sur elle. Mōnō-sákū gē à léӯ tàní jɔ̀-kùlā. Les petits enfants jouent à la corde à sauter.
jɔ̀-lòō N l'aube. Kóò má tū mā jē jɔ̀-lòō bī m-āɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀. Ma mère m'a réveillé à l'aube et je suis parti à l'école.
jɔ̀-mbī-bāngàw N tige de patate. Bìyà má rɔ́ɓē jɔ̀ɔ̄-mbī-bāngàw nè dèɓē gē ré dúrù kùdù ní. Mon père vend tige de patate aux gens qui veulent la planter.
jɔ̀-ndákā N ami. Jɔ̀-ndákā má ré à mòtù, m-āɓē ká m-úwà nì. Mon ami est malade, je vais pour le visiter.
jɔ̀-ngáā N territoire, pays. Ngèsè dé gē àɲā hálá tàní jɔ̀-ngáā Bāyā gē. Nos lions sont tous fuis au territoire des Gbayas.
jɔ̀-ngóỳ N entêtement, état d'être têtu. Jɔ̀-ngóỳ òrī só. ╩tre têtu n'est pas bon.
jɔ̀-njà N récompense. Mōnō kàjī à èngè kùbā jɔ̀-njà ní. Un enfant gentil trouvera sa récompense.
jɔ̀ɔgà N quelqu'un de même génération, même âge. Jɔ̀ɔgà má gē hálá ndélè ɓēé. Tous les gens de mon âge sont rentrés au village.
53
jɔ́hɔ̀ N haricot pilé en semoule destiné à la préparation de la sauce longue (normalement avec mìnjò). Jɔ́hɔ̀ mìnjò màndé àsà táḿ tárò ní. L'haricot pilé, une femme peut faire la sauce avec.
jɔ̀kέɛ̄ NUM vingt. M-ábò lóò màā ɓē ré àý ɓālā jɔ̀kέɛ̄ kō. Je suis venu ici dans ce village il y a vingt ans déjà.
jɔ̀kέɛ̄-jōó NUM quarante.
jɔ́kɔ̄ V dire des injures à quelqu'un ouvertement. í jɔ́kɔ̄ mā ɲɛ̄ só. Il ne faut pas me dire des injures comme ça.
júù (Syn: mánjà) N une compétition de la course. Mōnō-sákū gē ɔ̀jɔ̀ júù kàɲā. Les enfants font une compétition de la course.
jùbū V enterrer. Mōnō-sákū gē jùbū gúrsù tàní màā ngáā. Les enfants ont enterré l'argent dans le sol.
júbù N soufflet du forgeron. Kɔ̀dē-kòkù ùbù hàrù nè júbù ní. Le forgeron active le feu avec le soufflet.
jùjū V venir en grand nombre. Dèɓē gē jùjū jó màā ɓē. Les gens sont venus ici au village en grand nombre.
jújū V pétrir. Kóò má jújū mātō. Ma mère pétrie le néré. VT donner un massage à, masser. Kóò mōnō jújū yɔ̄ mōnō ní nè ɓū ní. La mère de l'enfant lui donne un massage avec de l'huile.
jùlù N esp. d'antilope, biche-cochon [Céphalophe de Grimm]. Jùlù ày jā ré tīsī nɔ̀hὲ nè bīɲā ní bī nè àɲā kūmáy. La biche-cochon est un animal de la taille d'une chèvre, mais elle court vite.
júlù N creux, dépression de terrain; vallée. Júlù ògò rèní màā ndòbō má bī mànī ròsò rèní màkē. Il y a un creux dans ma concession et il est plein de l'eau.
jún AV là-bas (au loin). M-āɓē jún gɔ̄bé màā màkē. Je suis parti là loin en brousse dans le champ. Jún tà káỳ dé dèɓē gē à ìlā lā. Là-bas à notre maison les gens chantent.
jūnū N somme payée aux beaux parents par le mari au décès de la femme. Dèɓē nj-àsà jùbū màndé kájē kùlè só nògò-nè n-ɔ̀mbɔ̀ jūnū ní ré níngā só. On ne peut une femme dont la dot n'est pay payé sans payer la somme du aux parents de la femme décédée.
jùɲù V mordre. Nògò-nè bísì kàlòsīyō nì jùɲù kī nē nj-óò. Si un chien enragé te mord alors tu vas mourir. VT piquer (une fois). Tíɲā jùɲù mā. La fourmi m'a piqué.
júɲū VT mordre, piquer (plus. fois). Tíɲā gē júɲū mā. Les fourmis m'ont piqué. VT manger (la boule) sans sauce. Mōnō gē júɲū ròkù lòhà tárò ndò kō. Les enfants mangent la boule simple parce qu'il n'y a pas de la sauce.
jùrò V demander (v. jìrè).
N trou creusé pour recueillir l'eau de pluie dans les villages où il n'y a pas de puits. Tàní-njɔ̄-ní dèɓē gē èsè mànī jē màā kà bī télè rèní màā gírò kókòō gē lòhà màā ɓālā. Entretemps les gens ramassaient l'eau des trous creusés et la versaient dans les grandes jarres pour la saison sèche.
N bras. Wòtòrò òpī ìlā-ǹ tàní kàm róbò bī kā ní ndàtè. Une voiture l'a renversé dans la route et son bras s'est cassé.
54
CMP pour (abréviation de kánē). ìlà mōnō ká t-íɲà-ǹ nákū. Il envoie l'enfant pour que tu lui donne quelque chose. CNJ donc ( doit suivre le verbe, et pas avec négation). Njī àrì, j-àɓē ká ɓēé. Il pleut, nous allons donc à la maison. CMP marqueur que met le renforcement sur la proposition que précède. Bìyà má ká tɔ̄lē jùlù. C'est mon père qui a tué la biche-cochon.
kàā N crapaud. Kàā gē à káӯ tàní kàm mànī. Les crapauds crient dans l'eau.
káà V arriver. Bìyà má káà, tɔ̄lē jùlù. Mon père arrive, il a tué une biche-cochon.
kā-kàréè AV séparément, un à un. Nè tūdū néè kā-kàréè. Il les repiqué un à un.
kàbà N léopard ou panthère d'Afrique. Kàbà tīsī nɔ̀hὲ nè bàtó ní, nè àw kūmáy bī yōngō yē ní. La panthère est un animal pareil au chat, elle est très long et dangereux.
Kābā (Syn: Sàrā-Kābā) NP Sara Kaba. Ní Ràmì gē ní Rìnjé gē ní Náā gē hálá àyī Kābā gē. Les Démé, les Rinje et les Na sont tous des Sara Kaba.
kàbànà N bêtise, stupidité (v. aussi kàlòsīyō). Ní kàbànà òyò mōnō kòrī bé. L'idiot donne naissance à un enfant normal. Kàbànà í ùmbā jɔ̀ɔ̄. Tu es trop stupide. [litt: Ta stupidité est trop.]
kàbò VN venir. Kàbò má ày gɔ̄ jágō. Mon arrivé était trop tard.
kàɓà VN être large (inf. de àɓà). Kàɓà ní ùmbā jɔ̀ɔ̄. Il est trop large [son largesse est trop].
kàɓáà N gourmandise. N gourmand, quelqu'un qui mange plus que les autres. Mōnō má ré ày kàɓáà kūmáy. Mon fils est quelqu'un qui mange plus que les autres.
káɓà N grande herbe pour faire le secko [Andropogon gayanus]. Káɓà ày ngàlī ré dèɓē à òyō ní ndòbō. Le "kaba" est une herbe que les gens tressent le secko avec.
kàɓē VN aller, partir (inf. de àɓē). Mí dúrù kàɓē Kíyāɓē bī gúrsù ndò lò kùbā róbò. Je veux aller à Kyabé mais je n'ai pas de l'argent pour payer le voyage. N marche; promenade; sortie, voyage. Kàɓē má ɓēé ày béè rèní dànà. Mon voyage au village est seulement conditionnel (il n'est pas certain que j'irai).
kàɓē-tàā (Syn: kí-bèbē) N esp. d'insecte ressemblant à l'araignée; mygale. Kàɓē-tàā àsū kūmáy, nògò-nè nì jùɲù kī né dòō ní nìbì só. La mygale est très mauvais, s'il te mordre la plaie ne se guérit pas.
kāɓū N boiteux. Ní kāɓū àɓē rɔ̄ só. Un boiteux ne va pas à la guerre. Expr: ìsō kāɓū -boiter jē-gɔ̄ kìsō ní jē tàá mōnō ré ìsō kāɓū.Après être tombé de l'arbre l'enfant boit.
káɓū V faufiler l'ourlet d'un habit (normalement avec ). Mí káɓū tà ɲàmá má. J'ai faufilé l'ourlet de ma chemise. Expr: káɓū tà [dèɓē] -empêcher [qqn] de parler Mí dúrù kòtì mɔ̀tɔ̀ nè kɔ́ngὲ nè bī káɓū tà má.J'ai voulu expliquer la situation au chef mais il m'a empêché de parler.
kádà N tige de mil. Tàní ɓēé dèɓē nòhò gē à ùgà káỳ nè kádà ní. Dans les villages certaines personnes construisent la maison avec la tige. Expr: àɓē màā kádà [nákū] -glaner [qqc] Mōnō-sáā gē àɓē màā kádà tāy kɔ̀rē lèӯ.Les enfants ont glané le mil pour prendre les épis laissés
kàgà VN quitter un lieu, venir de (inf. de àgà). Kàgà í wàsíì só nàá ásà-ń kàɓē nè ní-kàɓē í gē só. C'est parce que tu ne t'es pas levé tôt que tu n'as pas pu aller avec tes amis.
55
kāgā N arbre. Dèɓē gē túgā kāgā gē hálá bī lò kèngè kèӯ àngā. Les gens ont coupé tous les arbres et maintenant il est difficile de trouver du fagot. N bois. M-únù kāgā lò kòpī ní bísì ré jùɲù mā. J'ai pris un bois pour frapper le chien qui m'a mordu. N fétiche. Kāgā nòhò à tɔ̄lē dèɓē. Certains fétiches peut tuer quelqu'un. Expr: kāgā rūkū -bois taillé servant de coussin Expr: ní kāgā -féticheur
kāgā-dàmdā N la croix (Chr.).
kàgō VN enfler (inf. de àgō). Jīlī kàgō ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. La main enflée fait très mal.
kàhā VN se sécher en surface, être sec (inf. de àhā). VN sec (inf. de àhā). ī sɔ́ɔ̄ ɲàmá kàhā ɔ̄tɔ̄ rèní jɔ̀ mōnō. Cherche des vêtements secs et mets-les sur l'enfant.
kàhā VN durer (temps à) (inf. de àhā). ɓālā kàhā ní tàní Sārá nàá m-ábò ní. C'était l'année qu'il a duré à Sarh que je suis venu.
kāhā N famille, parenté. Kāhā má ndò. Je n'ai pas de famille.
káhā N corbeau. Káhā à tɔ̄kɔ̄ mànī jē mèy ní njàkā gē. Le corbeau renverse l'eau derrière les gens qui labourent.
kāhīyā N esp. d'arbre dont les feuilles et tronc rassemblent ceux du karité. Kāhīyā ày kāgā ré mbī ní njàhà. Le "kahiya" est un arbre avec les feuilles claires.
kàhō N arbuste à tronc blanc [Calotropis procera]. Kàhō ày kāgā ré kànā ní òō ngéréy bī dèɓē gē à ìsà kànā ní só. Le "kaho" est un arbre avec le fruit un peu grand mais les gens ne le mange pas.
kàjà N soleil. Màndé ɔ̀bē tāy rèní kàm kàjà-á lò ndútù ní. La femme a étalé le mil au soleil pour qu'il sèche. N la journée. Táḿ kìlà kàm kàjà-á hálá. Il a travaillé toute la journée. Expr: kàjà [táḿ nákū] àsà kō -c'est l'heure Kàjà kàɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀ àsà kō.C'est l'heure pour aller à l'école. Expr: kàjà njàhà -il est plein jour. Expr: kàjà kɔ̀bē gíyā -Il est midi. Expr: kàjà ìsō = kàjà-kúmā ìsō -le soleil se couche. kàjà-kúmā n-ìsō nē ní-màngà gē ìsà nákū.Quand le soleil se couche les arabes mangent (Ramadan). Expr: kàjà télè yɔ̄ -C'est l'après-midi
kàjà-gàngá N crampe. Kàjà-gàngá ùkà mā. J'ai des crampes.
kàjà-kúmā N jour. Kàjà-kúmā yē yàā-ré à yɔ̄-ɲèlē. Le jour d'aujourd'hui est un jour de joie. N soleil. Kàjà-kúmā yē yàā-ré númā kūmáy, njí m-ákò gɔ̄ ngéréy kánē mí tákī. Le soleil aujourd'hui est très fort, je vais attendre un peu avant de sortir. N heure. ī ndègì kí kàɓē kàjà-kúmā kɔ̀-níī? Tu veux partir à quelle heure?
kàjē CMP que (dans les bénédictions, et normalement avec 'Dieu'). Kàjē Núɓā tíyè njùhà-kɔ̀rī rèní jɔ̀ɔ̄-í. Que Dieu te bénisse [en prononçant une bénédiction sur ta tête]. CNJ il faut que. Nògò-nè mí-dúrù kàɓē mbā, kàjē njì mí-jìrè tòrò jē yɔ̄ bìyà má Quand je veux aller en voyage, il faut que je demande la permission de mon père.
kájē PRP sans (on dit aussi kájī). í-ndérì mìnjò kájē kàtā-wòtōróò só. Ne cuits pas les haricots sans natron. Expr: kájē yɔ̄ [dèɓē] -sans (qqn) Kájē yɔ̄ mɔ́ dèɓē àsà kɔ̀dɔ̀ yɔ̄ nákū ré.Sans moi, personne ne touche cette chose.
kájē-kòrī AV très bon, incroyable. Tárò ré ɲèlē kájē-kòrī. Cette sauce est très bonne. Tárò ré ɲèlē ɲèlē kájē-kòtì hàā ń. Cette sauce est très bonne (à ne pas en parler).
kàjì VN être âgé, vieux (inf. de àjì). Kàjì ní àsū só. Sa vieillesse n'est pas mauvaise.
56
kàjī VN être mûr (inf. de àjī). Tàkàsà kàjī tāy ɓō ɔ̀ɲɔ̀ só yā-yā. Au moment quand le mil est mûr, il n'y a plus de faim. VN être gentil, douce (une personne). Nè ày dèɓē kàjī, nè à táḿ ná kàsū dèɓē gē só. Il est une personne gentille, il ne fait pas de mauvaises choses aux gens.
kàjī N éléphant. Kàjī à jā ré òō ùmbā ndákì jā gē hálá. L'éléphant est un animal qui est plus grand que tous les autres.
kàjī VI être que. Nákū kòō kùmbā yē-ré kàjī kìsō-kīró ògò rèní mà ɓē. La chose importante est qu'il y ait de la paix dans le pays.
kájī N urine. mōnō-kákè kájī ngèdì kóò ní. Le bébé a uriné sur le dos de sa mère. V uriner. Kàtù kájī òrī só, tòkó ī-kájī ndètéè ngìdì káỳ. L'odeur de l'urine est mauvais, il ne faut pas uriner près de la maison.
kájī-kòyò N sperme.
kàjò N côté. Kàjò má ɔ̀ɲɔ̀ mā. Ma côte me fait mal. N l'écorce (d'un arbre un peu grand). Kàjò ɓólō kátā kūmáy. L'écorce du caïlcédrat est très amère. Expr: rèní kàjò -à côté de ɔ̄tɔ̄ bàkù rèní kàjò káỳ.Mets la natte à côté de la maison.
kàjó (Syn: tòkó) V il ne faut pas. Kàjó ɔ́dɔ̀ mā. Il ne faut pas me toucher.
kàjò-kīyā N acidité d'estomac. M-ɔ́ɲɔ̀ tárò nè sìtā kūmáy ní bī kàjò-kīyā à òhò mā. J'ai mangé une sauce avec beaucoup de piment et une douleur gastrique me dérange.
kàká N grand-parent (grand-père ou grand-mère). kàká-má, kàká-í, kàká-ń, kàká-jéỳ, kàká-sé, kàká-néè - mon grand-parent, ton grand-parent, son grand-parent, notre grand-parent, votre grand-parent, leur grand-parent. Kàká-má yē màndé gèӯ sūsú kūmáy. Ma grand-mère connaît beaucoup de contes. N ancêtres. Kàká jéè gē jē kònō àyī mōnō-mbō kòō gē. Les ancêtres d'auparavant étaient des grands chasseurs. Expr: kàká dè-ngàɓà -grand-père Expr: kàká màndé -grand-mère Expr: kàká [dèɓē] yē màndé/yē dè-ngàɓà -grand-mère/grand-père de [qqn] kàká má yē màndé, kàká-í yē dè-ngàɓà -ma grand-mère, ton grand-père
kākā N nuage. Kākā ɔ̀tɔ̄ hùrúù. Les nuages couvrent le ciel (et il fait plus frais). Expr: kākā njī -nuage avec pluie
kákā V attraper au vol. Màndé ìlā móngò bī mí kákā. La femme a jeté une mangue et je l'ai attrapé au vol.
kàká-ɓā N petit-fils, petite-fille (ou bien kàká-ɓē). Kàká-ɓā má ɓālā ní ày mùtá. Ma petite-fille a trois ans.
kàká-ɓē (Syn: kàká-ɓā) N petit-fils, petite-fille. Kàká-ɓē ày yɔ̄-ɲèlē. Le petit-fils est la joie.
kàkàlà AV différent, distinct. Ná-hūlā dé à kàkàlà. Nos coutumes sont différentes.
kàkàń VN être mieux (inf. de àkàń). Expr: kàkàń sèlè -un peu mieux Kàkàń sèlè, màndé ùlū-ń bísì.Un peu mieux, une femme a élevé un chien (expr. indiquant l'abondance).
kàkàrè AV un à un. Négè yálì nɔ̀hὲ kàkàrè. Ils se sont enfuis un à un. Expr: ày kàkàrè bé -n'être pas tous, être quelques uns seulement
kákású AV près de la mort (normalement avec ndāy). Kàká má ndāy kákású. Mon grand-père est près de la mort. AV dans une mal position (physique) (souvent avec ndāy "se coucher", ndāy "s'assesoir"). Màndé ré ndāy kákású, čèkā táhà nì. Cette femme qui se couche dans une mal position à cause du boisson (qu'elle a bu). Expr: táḿ kákású -agir avec maladresse Nògò-nè tɔ̀gɔ̀-mbìlè nì-táḿ kákású nē nj-ɔ̀tɔ̄ɔ̄ nì.Si le grand lutteur agit avec maladresse alors on va le terrasser.
57
kàkè VN être rouge (inf. de àkè). Màndé à dúrù ɲàmá kàkè. La femme veut un habit rouge.
kákè NIN enfance, petite enfance. Màkē kákè má m-óhò kóò má kūmáy. Dans mon enfance j'ai beaucoup dérangé ma mère.
kàkò VN attendre (inf. de àkò). Kàkò ní mā táḿ kánē ɲàlā wòtòrò. Après d'avoir m'attendu il a raté la voiture. Expr: kàkò jòō -surveiller un champ pour chasser les oiseaux Mōnō-sákū gē àɓē kàkò jòō.Les petits enfants sont partis pour garder le champs (des oiseau).
kākō N canne à sucre. Mōnō-sákū gē tújù tāy négè njɔ́lē n-à hàn n-ày kākō. Les enfants ont détruit le mil pensant qu'il s'agissait de canne à sucre.
kàlà VN être velu, poilu (Inf. de àlà). Kàlà rɔ́jɔ̄ mɔ̀tɔ̀ tà-káỳ. Seulement certains familles auront des gens velus [litt: être velu se montre dans l'origine de la famille]
kàlà VN ramper par terre (plante, serpent) (inf. de àlà). Kàlà wàsō tàní màā bɔ̄dɔ̄ òrī só. Quand le melon rampe dans la brousse, ce n'est pas bon.
kālā N cobe de Buffon. Kālā ày jā màā bɔ̄dɔ̄. Le cobe de Buffon est un animal de la brousse.
kálā VI être acide. Làmúnù kálā kūmáy. Le citron est très acide. VI être gâté. Tárò ré kúlī njínjɔ́ɔ̀ kálā kō. La sauce qu'on a cuite hier est gâtée.
kàlà-ń Arabe AV à part, idée d'être à part (toujours nè kàlà [dèɓē] ń né). nè kàlà-má-ń né, nè kàlà-í-ń né, nè kàlà-ní-ń né, nè kàlà-ń né - à part (pour moi), à part (pour toi), à part (pour lui/elle), à part (une chose). ɔ̄tɔ̄ bíkì ré nè kàlà-ń né. Mets ce bic à part.
kàláàs Arabe INJ c'est tout, c'est fini. Kàláàs, àsá kō! C'est fini, c'est déjà assez!
kàlbátì Arabe N mensonge, déception. Né-kàɓē má à táḿ kàlbátì kūmáy. Mon compagnon fait beaucoup de déception.
kàlè VN nager (inf. de àlè). Mí géӯ kàlè só. Je ne sais pas nager.
kàlī VN être insatiable de rapport sexuel (inf. de àlī).
kàlīsīyō VN être fou, folle (inf. de àlīsīyō). N la folie. Kàlīsīyō ày mòtù ré ògò jē màā jɔ̀ dèɓē. La folie est une maladie qui vient de l'intérieur de la tête d'une personne. VN être enragé. Bísì kàlīsīyō àsū kūmáy. Un chien enragé est très mauvais. Expr: ní kàlīsīyō -un fou ní kàlīsīyō ré à njɔ̀ɓè nákū kūmáy.Ce fou quémande beaucoup de choses.
kàlō VN monter (inf. de àlō). Mí gēy kàlō kúndā só. Je ne sais pas monter à cheval.
kàlòsīyō N la folie. Ní kàlòsīyō, dèɓē ìɲā nì màkē só. Un fou, on ne lui donne pas la confiance.
kàlsō Français (Syn: bàndī) N caleçon. Kàlsō mōnō má àjì kō, mí sɔ́ɔ̄ nì yē yā. Le caleçon de mon enfant est vieux, je cherche un nouveau pour lui.
58
kàm N oeil. Ní-kàɓē ní ùgà ní rèní kàm bī kàm ní ùhù. Son copain lui a tapé dans l'oeil, et maintenant l'oeil est gonflé. N grain. Kàm bày òō ùmbā kàm tāy. Les grains du maïs sont plus grands que les grains de mil. N visage. Ní Náā gē ndājó ndò kàm gēè. Les Na n'ont pas de cicatricces sur leurs visages. N lame, toute la partie métalique (de couteau, etc.). Kàm kùyā ré tàkī ɓàkā. La partie métalique du couteau est devenue rouillée. N sens. Mí gèӯ kàm hàā ní só. Je ne comprends pas le sens de sa parole. N espace ouverte, trou (ex. dans un filet, secko, etc.). kàm ndòbō, kàm bándà, kàm sāngē - les trous dans le secko, le filet, la moustiquaire. N noix, noyau. Kàm kīɲō dèɓē gē à táḿ ɓū ní = Kàm kīɲō dèɓē gē à táḿ ní ɓū. La noix de karité, les gens fabriquent l'huile avec. Expr: kàm [dèɓē] ὲɛ̄ -[qqn] être paresseux Ní-kòō má kàm ὲɛ̄ kūmáy, àsà táḿ kìlà só.Mon ainé est très paresseux, il ne peut pas travailler. Expr: kàm [dèɓē] kέɛ̄ -[qqn] n'être pas saoul, être lucide Dèɓē kàm kέɛ̄ à njɔ́lē kòkórí.Une personne qui n'est pas saoul sait comment se comporter. Expr: kàm [dèɓē] àjī -[qqn] être sage Kàm kàká má àjī kūmáy.Mon grand-père est très sage. Expr: kàm [dèɓē] njàhà -[qqn] convoiter, voir tout de bon oeil, être envieux, amoureux Kàm ní-dàrū má njàhà kūmáy, ùwà nákū nē dúrù béè.Mon voisin convoite tous, il voit quelque chose et il la désire seulement. Expr: kàm [dèɓē] àlà -[qqn] avoir pitié pour Kàm má àlà dèɓē ré.J'ai pitié pour cet homme. Expr: kàm [dèɓē] ìlì -[qqn] avoir envie de voir qqn (qu'on aime) Kàm má ìlì kóò má kūmáy.J'ai beaucoup envie de voir ma mère. Expr: kàm [dèɓē] ndìsī -[qqn] être tranquille et honnête Expr: kàm [dèɓē gē] ùkà nɔ̀hὲ -[personnes] s'estimer Kàm kàm ní mà-ɓē gē hálá ùkà nɔ̀hὲ.Tout le monde dans le village s'estiment. Expr: kàm ndɔ̄kɔ̄ bìnjī -cécité crépusculaire Expr: kàm [dèɓē] ndīyā -[qqn] être lucide, après l'effet de la boisson Expr: kàm [dèɓē] ùgà -[qqn] retrouver la vu; être guéri Kàm má ùgà kírā-kō.Mes yeux sont enfin ouvert (c'est à dire, je suis déjà soulagé). Expr: kàm àlìmétè -une bichette d'allumette
kàm PRP dans, au, sur (v. màā). Rèní kàm njī dèɓē gē à àɓē ní béè = Kàm njī dèɓē gē à àɓē ní béè. Dans la pluie les gens marchent seulement. PRP dedans. Tárò ré mànī òō kàm. Cette sauce là, il y a beaucoup de l'eau dedans. Expr: kàm kàjà-kúmā -au soleil Expr: kàm bàmbú -dans la poussière Expr: kàm njī -sous la pluie Expr: kàm róbò -sur le chemin Expr: rèní kàm -dedans Bā ré kānjē ndò rèní kàm.Ce fleuve, il n'y pas de poissons dedans.
kàm̄ VN garder, veiller sur (inf. de àm̄). yàā-ré mí-dúrù kàm̄ jɔ̀ bīɲā má gē bī yɔ̄-mɔ́ ɲèlē mā só. Aujourd'hui je veux veiller sur mes chèvre mes je ne sent pas bien.
kám̄ N mouche. Kám̄ ròsò màā káỳ. Il y a beaucoup de mouches dans la maison.
kàm-ɓùlè N flèche. Mbōrōrō gē à dánjī kàm-ɓùlè néè. Les Mbororo mettent du poison dans leurs flèches.
kám̄-kàbà N esp. de grosse mouche bleue. kám̄-kàbà ày kīró kūmáy, nògò n-ósì ɲàmá njàhà n-ínjī rèní mɔ̀tɔ̀ njí kájī rèní yɔ̄ ɲàmá-í. La grosse mouche bleu est très sale, si tu portes un habit blanc et tu t'assieds dessous (la mouche) il va uriner sur tes habits.
kàm-kàjī N sagesse. Ní kàm-kàjī ùgà káỳ ní jɔ̀ rōngō. Un sage construit sa maison sur une hauteur.
kàm-kàkè N force, violence. Kàm-kàkè à tújù nákū. La violence détruit les choses.
kàm-kàlà N miserie, miserable (toujours: yɔ̄ [dèɓē] ày kàm kàlà '[qqn] être misérable'). Dèɓē ré nákū ní ndò yɔ̄-ɔ́ ày kàm-kàlà. Quelqu'un qui n'a rien est misérable. Dèɓē ré nákū àbò rèní jɔ̀-ɔ́ kūmáy bī yɔ̄ ày kàm-kàlà. Cette personne, une chose mauvaise l'est arrivée et il est miserable. N pitié. Expr: ní kàm-kàlà -quelqu'un qui a pitié pour les misérables
kàm-káyà N vivant (personne, animal). ní-màngà à dúrù dèɓē kàm káyà lò kìlà. L'état veut des vivants pour le travail.
59
kàm-kὲɛ̄ N la paresse (mais moins que nàӯ). Kàm-kὲɛ̄ à tɔ̄lē dèɓē. La paresse tue une personne. Expr: ní kàm-kὲɛ̄ -un paresseux
kàm-kέɛ̄ N état de ne pas être ivre. Kàm-kέɛ̄ bìyà àkàń. Mon père est mieux quand il n'est pas saoul [litt: l'état de ne pas être ivre de mon père est mieux].
kàm-kìjā N sage, mûr. Dèɓē kàm-kìjā n-òtì kì hàā nē tòkó í-mbātē. Si une personne sage te parle il ne faut refuser.
kàm-lòō N le temps. Kàm-lòō òrī só. Le temps n'est pas bon.
kàm-málē N piste, traces de (v. aussi málē).
kàm̄-mōnō N la grossesse. Kàm̄-mōnō à ná kàngā lòhà màndé. La grossesse est une chose difficile pour la femme.
kàm-nánī N limite entre terrains, champs, etc. (v. nánī). Ní dúrù kàɓē njàkā nē ká njí ī-gèӯ kàm-nánī kán̄. Si tu veux aller labourer tu doit savoir les limites (du champ) d'abord.
kàm-nōhō N lieu où l'eau ruissèle (normalement avec mànī). Kàm-nōhō mànī ày gòtò. Le lieu où l'eau ruissèle est une pente.
kàm-ndìsī N honnête et tranquille. kɔ́ngὲ kàm-ndìsī gē ròsò só njɔ̄ jéỳ réè. Les chefs honnêtes et tranquilles ne sont pas nombreux de nos jours.
kàm-ndɔ̄kɔ̄ N cécité. kàm-ndɔ̄kɔ̄ tújù ɓālā ní hálá. La cécité a détruit sa vie [litt: tous ses années].
kàm-njàhà N convoitise. kàm-njàhà à ná kàsū. La convoitise est mauvaise.
kàm-rāhā N conjonctivite. Nògò-nè tàkàsà ní n-ábò nē dèɓē hálá kàm-rāhā táḿ nì. Quand la période arrive, tout le monde aura la conjonctivite [litt: ... personne toute conjonctivite l'fait]
kàm-tībī N personne qui ne peut pas pleurer. Ní kàm-tībī nɔ̄ ndò kàm. Une personne qui ne peut pas pleurer n'a pas des larmes aux yeux.
kàm-túyē N chose (couteau) sans étui (toujours précédé par kùyā). Kùyā kàm-túyē má nìbì. Mon couteau sans étui est perdu.
Kàmàrùnē NP Camerounais, Camerounaise.
kàmī AV en cette période, en ce moment. Kàmī ré njī àrì kūmáy. En cette période il pleut beaucoup.
kàmsà N variété de sorgho [Sorghum caudatum]. Dèɓē gē mbātē kàmsà lòhà ròkù ní ìlì bī ɲèlē só. Les gens refusent le Sorghum caudatum parce que son mil est noir est il n'est pas agréable.
kàmbà VN être roué de coups (de chicottes, etc.) (inf. de àmbà).
kàmbá N pénicillaire, petit mil (on dit aussi kàmbá gìrà). Kàmbá gìrà ròkù ní ɲèlē kūmáy ùmbā ndákì tāy gē. Le petit mil, sa boule est plus délicieuse que celle des autres mils.
kámbà N arbuste. Mbī kámbà ré dèɓē gē à ndèrì ní tárò. La feuille de cet arbuste, les gens l'utilisent pour préparer la sauce.
kàmbì N la graisse (d'un animal). Kàmbì bīɲā òrī kūmáy lò kɔ̀ɲɔ̀ ɓū ní. La graisse de la chèvre est très bonne pour manger avec son huile.
60
kàmbì VN bouger le corps dans la danse avec un bon rythme (inf. de àmbì). Ní kùgà dālā kàmbì gē ròsò kūmáy só. Ceux qui dansent avec addresse ne sont pas nombreux maintenant.
kàn Cnj marqueur d'une activité possible, indique "n'importe (quel, etc."). Kàn m-āɓē lòō hálá nē, ásgàrà gē ròsò. Partout où je vais les soldats son nombreux. Kàn m-ótì hàā nè dèɓē hálá nē, njì ɲèlē yɔ̄ gē só. Si je parle avec n'importe qui et ils ne seront pas contents. Kàn n-āɓē kí njɔ̄ kɔ̀-níī nē nj-éngè-nì só. Tu peux aller n'importe quel jour et tu ne vas pas le trouver.
kàn Cnj si. Kàn ī-sɔ́ɔ̄ hàā nē nj-éngè. Si tu cherches un problème tu vas le trouver.
kán̄ AV d'abord (abréviation de kánē). Mí táḿ kán̄. Je fais d'abord. CNJ avant que. Kán̄ nj-àbò nē mā mí rɔ́nɔ̄ ní yɔ̄ mɔ́. Avant qu'il vienne, moi je me prépare. CMP pour que (abréviation de kánē).
kànā N fruit. Kànā kāgā ré ɲèlē kūmáy. Le fruit de cet arbre est très délicieux. Kànā kí-mbày-yòō ìsōkīró ùmbā kànā gùɲákì. Le fruit de la pomme cannelle est plus sucré que le fruit du goyave. VN fructifier, donner de fruit (inf. de ànā).
kànā N bénéfice, rendement. Kìlà í ré kànā ní ndò. Ton travail n'a pas de bénéfice.
kānā N le sixième doigt de la main ou du pied. Mōnō kānā ày mōnō ré jīlī gē kàré ày màká. Un enfant "kana" est un enfant qui a six doigts à la main. NP nom de l'enfant ayant un sixième doigt.
kànáā-kí-ɲè AV comme ça. Dúníyà ré kànáā-kí-ɲè. La vie est comme ça.
kànáā-kí-ɲè-rē INJ c'est comme ça? (on dit aussi kànáā-ɲè-réè). Kìlà tà káỳ-dé ré, kànáā-kí-ɲè-rē? Le comportement de notre maison, c'est comme ça? (critique)
kánē (Syn: kán̄) CNJ avant que. ɲélè ìlà kánē njī àrì. Le vent souffle avant que la pluie tombe. CNJ d'abord. ísà nákū kánē. Mange d'abord. CNJ pour que, afin que. M-íɲà kì gúrsù kánē ūbō ń kānjē. Je te donne l'argent afin que tu achètes du poisson. M-íɲà ná-kìsà nè ní-kàɓē má nè kánē èngè ní yɔ̄-ngóỳ bī nākā ní mā kìlà. J'ai donné de la nourriture à mon ami pour qu'il ait la force pour m'aider avec le travail.
kànī VN rentrer dans l'eau, s'immerger (inf. de ànī). Ndābá dúrù kànī lòhà kùkà kānjē. Le canard voulait s'immerger dans l'eau pour attraper des poissons. AV dans l'eau. Mōnō-sákū gē ànjā kànī. Les petits enfants nagent sous l'eau.
kànū VN dépasser (inf. de ànū). Mí dúrù kàɲā kànū-ní bī nè dāy-mā kō. J'ai voulu lui dépasser dans la course mais il m'a dépassé.
kàngā VN être dur, ingrat, égoiste (inf. de àngā). VN dur, égoiste, ingrat (inf. de àngā). ày dèɓē kàngā, tòkó ī-njíkī-nì. Il est un homme fort, il ne faut pas t'amuser avec lui. Expr: kìlà kàngā -le travail dur
kángā N quelque chose dure (mais seulement en parlant du gombo ou du melon). Expr: wūyā kángā -melon qui est déjà à maturité et ne peut pas être consommé Expr: ɲámà kángā -"Gombo" mûr (qui est dur)
kàngū VN craindre, avoir peur de (inf. de àngū). N la crainte. Ná kàngū ní ày ngèsè bī nè gèӯ rékò ngèsè ògò ndètéè. Sa crainte est le lion, et il savait que le lion est proche.
kàngū-màkē N faiblesse avec la nourriture, besoin de manger beaucoup. Ní kàngū-màkē àsà kìjā màkē só nògò-nè ɓō n-ɔ̀ɲɔ̀ nì La personne qui toujours a besoin de manger ne peut pas le supporter quand la faim le frappe.
61
kàngū-yɔ̄ N inquiétude, soucis. Ní kàngū-yɔ̄ àsà táḿ nákū só. Celui qui est plein de soucis ne peut rien faire.
kànjà VN être en état de laisser échapper qqc, pas bien serré; être troué (inf. de ànjà). Kànjà kèē ɔ̀gɔ̄ góngō só. L'etat du van (qui laisse échapper la farine) n'empêche pas de vanner. VN chasser (les termites ailés) à l'aide de flambeau. Kànjà mā nè mbòhō ní àngā só. Chasser les termites ailés avec un flambeau n'est pas difficile.
kànjā VN entrer (inf. de ànjā). Kànjā káỳ dèɓē kájē jìrè ày ná kàsū. Entrer la maison de quelqu'un sans demander est une mauvaise choses.
kànjà-gɔ̄ VN faire le rite pour chasser un mauvais esprit (inf. de ànjà-gɔ̄).
kānjē N poisson. Kānjē mōnō gē ròsò béè rèní màkē bútà. Des petits poissons abondent dans les marigots.
kàɲā VN courir (inf. de àɲā). Kàɲā wàsíì nj-àyà-kī só yàā-ré. Courir vite ne va pas te sauver aujourd'hui.
kápàn Arabe N linceul du mort, tissu blanc pour couvrir le cadavre. Dèɓē gē hálī kápàn rèní yɔ̄ nūnú. Les gens ont mis le linceul sur le corps du mort.
kàpē Français N café. Mí súlē kàpē. Je refroidie le café.
kàré NUM un, une. kàré, jōó, mùtá, sɔ̀ɔ́, mìí, màká, mìtíkíjó, sàlīnjā, dàkāɓū, dɔ̀gɔ̀ - un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix.
kárè N sorte de jeu à huit, dix ou douze trous avec grains de l'arbre gílà. Kárè ày njíkī màrā nòhò ré dèɓē gē òrì gòtò gē rèní ngá bī tɔ̄mbɔ̄ kàm gílà rèní màkē. "Kare" est un certain type de jeu où les gens creusent des trous dans la terre et ils y mettent des grains de l'arbre "gila" dedans.
kàrì VN tomber (la pluie) (Inf. de àrì). Kàrì njī ré nàá dèɓē gē òsī ní. C'est quand la pluie est tombé que les gens ont semé.
kārō N esp. de calebasse [Lagenaria siceraria]. Kārō sákū gē à lòhà kùgà jɔ̀ɔ̄ ròkù. Les petites calebasses sont pour couvrir la boule. Expr: kārō ɓálà -calebasse très grande utilisée pour mesurer le mil
kārō-nɔ̀ɔ̄ (Syn: dàḿ-nɔ̀ɔ̄) N le front. Mōnō-sákū ìlà ngáā bī ùrù rèní kārō-nɔ̀ɔ̄ mɔ́ɔ̀. Le petit enfant a jeté un caillou qui m'a frappé au front.
kártè Français N cartes (à jouer). Expr: ní njíkī kártè -joueur de cartes Ní njíkī kártè hálá ày ní-nàӯ.Tous les joueurs de cartes sont paresseux. Expr: púsù kártè -distribuer les cartes dans un jeu
kàsà VN suffire, être égal (Inf. de àsà). Kàsà táḿ kìlà òrī béè bī n-í táḿ kòkórí nē òrī ùmbā jɔ̀. Pouvoir faire le travil est très bon mais si tu le fais très bien c'est même mieux. Expr: kàsà dèɓē -être un adolescent Kàsà dèɓē ɔ̀ɲɔ̀ ní yɔ̄ só.╩tre un adolescent n'est pas si pénible.
kāsā N prix (commerce). Kāsā kūnjá í ré à kí ndōkú? Le prix de ton poulet est combien?
kāsā N esp. de grande herbe [Cymbopogon giganteus]. Kāsā òrī lòhà kòyò ndòbō. L'herbe "kasa" est bonne pour tresser le secko.
kàsà-nɔ̀hέὲ VN égalité. Kàsà-nɔ̀hέὲ òrī kūmáy bī dèɓē gē dúrù só. L'égalité est très bonne mais les gens ne la veulent pas.
62
kàsárà Arabe N une perte. Mā mí rɔ́ɓē bīɲā gē bī mí táḿ kàsárà. Je vendais des chèvres mais j'avais une perte.
kásī N toux. Mōnō-sákū ùgà kásī kūmáy bī ìɲā nì kàtā-tūhū lò kɔ̀ɲɔ̀. L'enfant toussait beaucoup alors on lui a donné du sel indigène pour sucer. Expr: ùgà kásī -tousser
kásī-kàlú N coqueluche. kásī-kàlú ày mòtù kàsū, à tɔ̄lē mōnō-sákū gē. La coqueluche est une sale maladie, elle tuent les petits enfants.
kàsū VN être mauvais (inf. de àsū). VN mauvais (inf. de àsū). ày mōnō kàsū, tòkó njíkī sìníì. Il est un mauvais enfant, il ne faut pas jouer avec lui. N méchanceté; mauvaise action. Kàsū ní ùmbā jɔ̀ɔ̄. Sa méchanceté est incroyable. N mal, dommage. Tòkó í-táḿ kàsū nè ní-kàɓē í nè. Il ne faut pas faire du mal à ton ami.
kàtà VN être tranchant, pointu (inf. de àtà). N tranchant, chose tranchante. Mí dúrù kùyā kàtà lò kìyà ní jā. Je veux un couteau tranchant pour couper la viande avec.
kàtā N sel en général. Kàtā ɔ̀dɔ̀ tárò ré só. Il n'y a pas assez de sel dans la sauce.
kàtā N esp. de plante parasite, Striga. Kàtā mà màgè à tɔ̄lē tāy kūmáy. Le Striga dans un champ détruit beaucoup de mil.
kátā VI être amer. Górò kátā kūmáy. La noix de kola est très amère. Expr: màkē kátā -être fâché Màkē ní kátā, dúrù njùɓà dé sìníì só.Il est fâché, il ne veut pas parler avec moi.
kàtā-bìsí N sel indigène fait à base de cendre de tiges brûlées et décantées. Màndé gē à njòӯ kàtā-bìsí nè ɓūkū ní lòhà táḿ ní kàtā-tūhū. Les femmes utilisent les cendres pour fabriquer le sel indigène.
kàtā-kúndā N natron. Kàtā-kúndā òrī lòhà ndèrì mìnjò. Le natron est bon pour cuire les haricots.
kàtā-màngà N sel d'origine européen. kàtā-màngà mbálī kàtā-tūhū tàní ɓē Náā. Le sel d'origine a remplacé le sel traditionnel dans le pays Na.
kàtā-múyà (Syn: kàtā-njóӯ) N sel indigène fabriqué avec les cendres. Kàtā-múyà ày kāgā ré màndé gē ngútì bī būkū ní ùrù mànī rèní yɔ̄ bī njòӯ mànī ní lòhà táḿ kàtā-tūhū. Le sel indigène est une branche que les femme brûlent et ses cendre elles versent de l'eau dessus et elles filtrent l'eau pour fair le sel indigène.
kàtā-njóӯ (Syn: kàtā-múyà) N sel indigène fabriqué avec les cendres.
kàtā-sóò (Syn: kàtā-múyà) N sel indigène fabriqué avec les cendres.
kàtā-tūhū N sel indigène. Kàtā-tūhū à táḿ nè mànī kàtā-bìsí ní. Le sel traditionnel est fabriqué à base de l'eau à cendre.
kàtā-wòtōróò N natron. Mìnjò ndèrì kájē kàtā-wòtōróò à ùhù màkē dèɓē. Les haricots cuits sans natron vont causent un gonflement du ventre.
kátámbá N bile, vomissement jaune. Dèɓē ré pàlū táḿ ní à túrē kátámbá. Une personne qui a le paludisme vomira la bile.
kàtì VN éternuer (inf. de àtì). Kàtì ày kɔ̀sɔ̀-mɔ̀tɔ̀ njàw̄-mànī rékò kìsō-kīró àbò ní. Éternuer est le commencement de la rhume que la fraicheur ammène.
kátī V caresser. Kóò mōnō kátī mōnō ní. La mère caresse son enfant. V chatouiller ou exciter à rire.
63
kàtù VN sentir, dégager une odeur (inf. de àtù). N odeur. Kàtù jàmbá àsū kūmáy. L'odeur de la civette est très mauvaise.
kátùm Arabe N bague, anneau. Kɔ̀dē-kòkù òkù kátùm lòhà bìyà kílā kóò mōnō njùngà gē. Le forgeron forge une bague pour le père ou la mère des jumeaux (pour leur protection).
kàẃ N outil pour nettoyer le fond d'une calebasse neuve. Kàẃ à lòhà kùgà ní màā kārō yā. Le "kaw" est pour racler l'intérieur d'une calebasse neuve.
kàw VN long, être long (inf. de àw). Róbò kàw àkàń ùmbā róbò rūndū bī à ngɔ̀ĺ-ngɔ̀ɲɔ̄. La route longue est mieux que la route courte et en mauvais état.
kàw̄ N la respiration. Kàw̄ àngā kūmáy lòhà ní kàjì ré. La respiration est devenue très difficile pour ce vieux là.
káẁ N chose non mûre. Expr: káẁ mìnjò -haricots verts mon mûres, sans grains Káẁ wólī ndērē ùmbā káẁ mìnjò.Les arachides non mûres son plus sucrées que les haricots verts non mûrs. Expr: káẁ wólī -arachide non mûre
kày VN être (inf. de ày). Kày ní-njàkā òrī ùmbā kày ní-ɓògò. Il est mieux d'être un cultivateur que d'être un voleur.
kày N esp. d'oiseau. Kày ày àlī ré à káӯ kūmáy kàm nɔ̄hɛ̄ njàhà. "Kay" est un oiseau qui cri beaucoup au clair de lune.
kāy VT diviser (toujours avec dànà). Màndé kāy dànà wàsō lò ndèrì ní. La femme divise le melon pour le cuire. VI se disperser (avec nɔ̀hὲ). Ní ndúɓō gē kāy nɔ̀hὲ. Les gens à la réunion se sont dispersés. V se divorcer, se séparer (avec nɔ̀hέὲ). ní-dàrū má gē kɔ̄lē kūmáy bī kāy-ī nɔ̀hέὲ. Mes voisins querellaient beaucoup et ils se sont divorcés. Expr: kāy nɔ̀hέὲ -se disperser; se séparer, divorcer (quand il s'agit d'un couple)
káỳ N maison, case. Káỳ má kàré bé àsà lòhà màndé jōó só. Je n'ai qu'une seule case, pas suffisant pour deux femmes. N nid. ɓɔ̀ý à ùgà káỳ ní rèní jɔ̀ gàngá ngúlū. L'oiseau "boy" construit son nid dans les bois des ignames. Expr: káỳ lɔ̀kɔ́lɔ̀ -l'école (le bâtiment même)
káӯ VI pleurer. Tàbá í káӯ. Il ne faut pas que tu pleures. Nògò-nè mōnō má bísì nì jùɲù-ǹ nē nè káӯ kūmáy. Quand mon enfant, le chien l'a mordu, alors il a beaucoup pleuré. nè káӯ vs. négè káyī - elle pleur vs. elles pleurent.
káӯ VI être frais, humide. Expr: kāgā káӯ -bois vert Kɔ̀nɔ̀ hàrù nè kāgā káӯ ní ày sèlí-hàrù kūmáy.Allumer un feu avec bois vert provoque beaucoup de fumée. Expr: kānjē káӯ -poisson frais Expr: ngáā káӯ -terre humide
káỳ-Álà N église. Njɔ̄ dìmásì ní-kùnù-màkē gē hálá àɓē káỳ-Álà. Le dimanche tous les Chrétiens vont à l'église.
káỳ-ní-kō N forge. Káỳ-ní-kō ré àjì kō. La forge là est vielle.
káỳ-sálà N mosquée. Ní-màngà gē à sálà tàní màā káỳ-sálà. Les arabes font la prière à la mosquée.
káỳ-sīlī (Syn: làdáỳ) N cuisine. Màndé à táḿ tárò tàní mà káỳ-sīlī. La femme fait la sauce dans la cuisine.
kàyà VN sauver (inf. de àyà). Négè àsà kàyà dèɓē ré ìsō tàní màā bā ré só. Ils n'ont pas pu sauver l'homme qui est tombé dans le fleuve. VT guérir. Bìyà má àɓē nè mòtù ré dàmtórò gē àsà kàyà ní sóō. Mon père a une maladie que les médecins ne peuvent pas guérir.
64
kàyà N la vie. Kàyà njɔ̄ jéỳ ré àngā. La vie en nos temps est dure.
káyà N jeune (v. bàlā). Mōnō káyà à ní yɔ̄ ngóỳ. Un jeune homme est quelqu'un avec le corps fort. N cru, chose crue. Dèɓē ré ìsà wólī-gùrú káyà kūmáy nē màkē nj-ɔ̀ɲɔ̀-nì. Quelqu'un qui mange beaucoup des arachides crues aura mal au ventre. N nouveau, neuf. Mí dúrù kùbō sākā káyà, yē kònō ré àjì kūmáy. Je veux acheter des nouvelles chassures, les anciennes sont abimées. Expr: ndɔ̄ káyà -une termitière vivante
kàyē N cahier. Mōnō-sákū dúrù lɔ̀kɔ́lɔ̀ só lòhà gúrsù ndò ní lò kùbō kàyē. L'enfant ne veut pas aller à l'école parce qu'il n'a pas l'argent pour acheter un cahier.
kàyì VN avoir l'art de danser, savoir danser bien (inf. de àyì). Kàyì ní ùmbā jɔ̀ɔ̄. Son habilité de danser est incroyable.
INJ interjection d'affirmation. Mí gēy kè. Mais oui, je sais!
AV en vain. M-ákò-ǹ ké, àbò só. Je l'ai attendu en vain, il n'est pas venu.
kèē N van, panier à vanner. M-ɔ́lè ndùjú nè kèē ní. On trie la farine avec le van. Kèē à nákū ré màndé gē à góngō ní tāy. Le panier est une chose que les femmes vannent le mil avec.
ké-ké Av jusqu'à, longtemps. Mōnō má àɓē ké-ké ɔ̀ béè-kέɛ̄. Mon enfant est allé jusqu'il était fatigué et pour rien.
kèhè VN faire le sarclage pour enlever les feuilles mortes du mil (inf. de èhè). Tàkàsà kèhè n-àsà né ní-njàkā èhè mɔ̀tɔ̀ tāy ní. Le moment est arrivé et le cultivateur quitte les feuilles mortes sur le mil.
kèhè VN déplumer; arracher une plume (inf. de èhè). Mōnō-sákū gèӯ kèhè bèlé kūnjá só. L'enfant ne sait pas déplumer un poulet.
kèjē VN n'être pas satisfait avec (inf. de èjē). Nè à ní kèjē nákū. Il est une personne qui n'est jamais satisfait.
kéjī VI être cuit à point. Jā ré kéjī só, òrī kìsà só. Cette viande n'est pas bien cuite, elle n'est pas bonne à manger. VI être souple, flexible. Kùlā kéjī ùkà sā. La corde souple attrape le boeuf. (prov.) VI être facile. Ná kɔ̀jɔ̀ gē ré kéjī. Les choses enseignées sont faciles.
kèkā (Syn: čèkā) N boisson alcoolisée. Kèē kèkā kūmáy òrī só. Boire beaucoup de la boisson n'est pas bon.
kèkè (Syn: hɔ̀) AV doucement. āɓē kèkè nè gírò ré kánē tòkó īsō. Va doucement avec cette marmite de peur que tu ne tombes. AV lentement. ī-njùɓà kèkè kánē m-ō kī. Parle lentement pour que je t'entende. Expr: í ráà kèkè! -patience! Expr: ìɲā [dèɓē] kèkè -laisser [qqn] sans le déranger, gratuit M-íɲā-ǹ kèkè.Je l'ai laissé sans le déranger.
kèkè VN laver; pétrir (inf. de èkè). Nè à mòtù àsà kèkè ɲàmá yàā-ré só. Elle est malade, elle ne peut pas laver les habits aujourd'hui.
kéké CNJ jusqu'à et après. Mí dānā-ǹ kéké m-ɔ̄tɔ̄ ń tà káỳ ń. Je l'ai accompagné jusqu'à chez lui. Nè àɓē kéké bī ànjā káỳ ní. Il est allé jusqu'à et après il est revenu.
kékéɓē N papillon (on dit aussi kèékéɓē). Kékéɓē gē ùgà nɔ̀ɔ̄ nɔ̀hὲ rèní bōgō rèӯ. Les papillons se rassemblent à côté du puits.
kèkèrè AV faible, pas solide. Ní-sákū má à mòtù, yɔ̀ɔ̄ ní à kèkèrè. Mon petit frère est malade, il est faible.
65
kèkèréè Arabe N carcasse (d'un véhicule, vélo, etc.) (on dit aussi kèrèkèréè). Dí dāy òtòrò ré táḿ àksìdáǹ dìmásì ré dāy tàní. Nous avons passé la carcasse du voiture qui a eu l'accident il y a quelques semaines. N véhicule vieux et en mauvais état. Bìlō kèkèréè kàɲā ní ɔ̀ɲɔ̀. Un vieux vélo en mauvais état, il est difficile le faire marcher.
kékèré N esp. d'oiseau, francolin. Kékèré à àlī ré à ndélē màā-njɔ̄ kūmáy. Le francolin est un oiseau qui se promène beaucoup pendant la nuit.
kēkēsē N levure qu'on réserve pour la fermentation de la bili-bili. Màndà-kɔ̀jɔ̀ ɔ̀tɔ̄ kēkēsē rèní kàm čèkā. La femme verse la levure dans la bière.
kèlè VN avoir des cauchemars (inf. de èlè). Kèlè mōnō má ɔ̀gɔ̄ mā jē tòrò ɓī. Les cauchemars de mon enfant m'ont empêché de dormir.
kèlē N morceaux de poterie qui on peut réduire en poudre pour mélangé à l'argile et fabriquer une nouvelle. Màndà-kùɓā télè kèlē rèní kàm kéngè lòhà jújū ní. La potière verse les morceaux de poterie dans l'argile pour la pétrir. Expr: ùbà kèlē -avoir un battement brutal (du coeur) wù má ùbà kèlē.J'avais un battement brutal du coeur.
kélé Français N clef. Kélé tà-káỳ má nìbì, í nākā mā sɔ́ɔ̄ ní. La clef de ma maison est perdue, aide-moi la chercher.
kèléỳ N bois de la charpente de la toiture (plus souvent en bambou). Bìyà má ùkà kèléỳ káỳ. Mon père a construit la charpente (de la toiture) de la maison.
kèlī N joue. Kèlī má ùhù. Ma joue est enflée.
kélì (Syn: kā) N le bras. Mōnō-sákū ìsō bī kélì-ń ndàtì. L'enfant est tombé et son bras s'est cassé.
kélī N margouillat. Kélī ɓēlé kūlī kūmáy. Le margouillat a beaucoup peur du froid.
kélī VT faire un clin d'oeil méchant à quelqu'un. M-úwà néỳ má bī mí kélī nì. Quand j'ai vu mon rival je lui ai fait un clin d'oeil méchant.
kélī-kí-gàā-ɓē-yòō N scinque (litt. "lézard mâle du serpent"). Kélī-kí-gàā-ɓē-yòō tīsī nɔ̀hὲ nè yòō ní. Le scinque ressemble le serpent.
kélī-kí-mìndā [ᶉ] N esp. de petit lézard (on dit aussi kí-mìndā). Kélī-kí-mìndā n-ìsō rèní kàm tárò bī n-ɔ́ɲɔ̀ nē nj-óò. Si ce petit lézard tombe dans la sauce et tu la manges alors tu vas mourir.
kèmè VN pleurer ensemble (pour le deuil) (inf. de èmè). Kèmè kò néè ùmbā jɔ̀ɔ̄. Ils ont beaucoup pleuré la mort. (litt: leurs pleurs surpassaient la tête).
kèmè VN résonner; faire de bruit (inf. de èmè). Kèmè òtòrò gē ɔ̀gɔ̄ mā jē tòrò ɓī. Le bruit des voitures m'empêche de dormir.
kèmè-kò N cérémonie de deuil. Lò kèmè-kò nj-éngè gōsō kɔ̄kɔ̄ gōsō kɔ́bɔ̀ gōsō dālā gōsō gírò gōsō ndùm lò kèmè dèɓē ré ò. À la cérémonie de deuil tu vas trouver les joueurs de clairon, de balafon, du gros tamtam, du petit tamtam, et du tamtam moyen de taille, pour pleurer la mort.
kèmbè VN trouver, gagner (inf. de èmbè). Kèmbè gúrsù ày ná njíkī só. Trouver l'argent n'est pas un divertissement. Expr: kèmbè jɔ̀ɔ̄ -réussir Kèmbè jɔ̀ɔ̄ àngā kūmáy lòō čádì.Réussir est très difficile au Tchad.
kènē VN percer, faire un trou dans (inf. de ènē). Kènē mɔ̀tɔ̀ káỳ kánē kànjā ní à kìlà táḿ ní-ɓògò. Percer le mur d'une maison pour y entrer est le conduit d'un voleur.
66
kēndí N zorille. Kēndí ày jā ré àtù kūmáy. La zorille est un animal qui sent mal.
kèngè VN trouver (inf. de èngè). M-ásà kèngè ɲàmá má só. Je ne peux pas trouver mon vêtement.
kéngè N argile. Kéngè òrī lòhà kùɓā gírò. L'argile est bonne pour fabriquer les marmites.
kèngèlèbā N esp. d'arbre, kinkéliba [Cassia occidentalis]. Màndé gē ndèrì kèngèlèbā lòhà njòbō mōnō. Les femmes font bouillir (les feuilles du) kinkéliba pour baigner l'enfant.
kèɲē VN dédaigner, moquer de (inf. de èɲē). Kèɲē ní-kàɓē àbò ní hàā. Dédaigner un amis conduit à problèmes.
kēɲē V soutirer. Mí kēɲē gúrsù má réy lò kùbō nákū. J'ai soutiré un peu de mon argent pour acheter quelque chose.
kèsè VN puiser (de l'eau) (inf. de èsè). Kèsè mànī mōnō-sákū à kàngū kūmáy. Un enfant puisant de l'eau donne beaucoup de peur (qu'il va tomber dans le puits) [litt: puiser de l'eau un enfant ...]
kēsī VT frotter, gratter (pour nettoyer qqc.) (normalement avec yɔ̄ [nákū]). Màndé kēsī yɔ̄ gírò ní. La femme frotte sa marmite.
kētē N mil germé qui est déjà séché. Kóò má ɔ̀bē kētē bī ìndā mā rèní yɔ̄. Ma mère a fait secher le mil germé et elle m'a mis à côté (pour le garder). Expr: mbíyà kētē -mil germé pas encore séché
kètè-kérè N petite tasse servant d'unité de mesure pour la vente (soit du mil, soit d'arachides, etc.) (v. aussi yàwàlē). Kètè-kérè ày nákū ré màndé gē à rɔ́jɔ̄ ní tāy jē-kònō. La petite tasse était une chose qui les femmes utilisaient auparavant pour mesurer le mil.
kèӯ N excrément. Bísì ré kɔ̄ kèӯ kūmáy rèní mà-ndòbō má. Ce chien défèque beaucoup dans ma concession. N pet. Kèӯ jàmbá à tɔ̄ɓɔ̄ jā sákū gē jē màā gòtò. Le pet de la civette chasse les petits animaux de la troue. Expr: kɔ̄ kèӯ -faire les besoins, déféquer
kēy N fagot, bois à brûler. Lóò Njàménà dèɓē gē à ɔ̀nɔ̀ hàrù nè kúlù ní bī tàní màā bɔ̄dɔ̄-ɔ́ négè à ɔ̀nɔ̀ hàrù nè kēy ní. Ici à N'djaména les gens font la cuisine avec le charbon de bois, mais en brousse ils la font avec le fagot.
kὲɛ̄ VN boire (inf. de ὲɛ̄). Dèɓē ré à jìrè mànī kὲɛ̄. Cet homme demande de l'eau à boire.
kὲέ N esp. d'arbre. Kὲέ à kèӯ kòrī lò kɔ̀nɔ̀ hàrù. Cet arbre est un bon fagot pour allumer le feu.
kέɛ̄ AV autre, de l'extérieur. Dèɓē ré àbò jē nòō kέɛ̄. Cette personne vient de l'extérieur Mōnō má à táḿ kìlà tàní ɓē kέɛ̄. Mon enfant travail dans un autre pays.
kέɛ̄ AV sans rien de spécial. AV nu, sans habit. njàā kέɛ̄; yɔ̄ kέɛ̄; jɔ̀ɔ̄ kέɛ̄ - nu-pied; nu; sans chapeau. AV sans raison, sans motif. Kέɛ̄ nē dèɓē àsà ndórū jē tà káỳ ní màā ɓà sóò. Sans motif une personne ne peut pas se déplacer de sa maison pendant la saison des pluies. Expr: à béè kέɛ̄ -Ça va bien. Expr: béè kέɛ̄ -gratuitement M-ūbō nì nákū kūmáy bī ìɲā mà àlmétè béè kέɛ̄.J'ai acheté beaucoup de choses avec lui et il m'a donné les allumettes gratuitement. Expr: yɔ̄ [dèɓē] ndò ní kέɛ̄ -le corps de [qqn] n'être pas gros Mōnō má ìsà nákū kūmáy bī yɔ̄ ndò ní kέɛ̄.Mon enfant mange beaucoup mais son corps n'est pas gros. Expr: tàní gè kέɛ̄ -à l'envers òsì ɲàmá ní tàní gè kέɛ̄.Il a mis son habit à l'envers. Expr: à béè kέɛ̄ -il n'y pas un problème, ça ne fait rien à kí njɔ̀gè? -- à béè kέɛ̄.Qu'est-ce qui ne vas pas? -- non, il n'y a pas un problème.
kɛ̄hɛ̄ N marché hebdomadaire dans les petits villages. Kɛ̄hɛ̄ ògò lóò ɓē dé dìmásì ré. Il y a le marché hebdomadaire dans notre village cette semaine.
67
PR te (obj. indirect du verbe). ìɲā kì ɲàmá. Il t'a donné un habit. Kí-ɓākā í ìɲā kī nè ní-dàrū-ń nè; m-íɲà kì ná-kìɲā-kέɛ̄. Ton maître t'a donné à son voisin; je te donne un cadeau. PR pour toi. M-ūbō ɲàmá m-āɓē ní kì. J'ai acheté un habit et je l'ai emmené pour toi.
N racine. Kī màsā ngóỳ kūmáy. Les racines du tamarinier sont très dures.
PR toi, te (obj. de verbe). Mí sélē kī. Je t'ai cherché. ùgà kī. Il t'a tapé. òpī kī. Il t'a frappé (avec un objet). èmbè kī. Il t'a trouvé.
Cmp marqueur met en valeur la proposition qui précède. í ndégì kí nárè? C'est quoi que tu veux? Jùlù kí tɔ̄lē = Jùlù á kí tɔ̄lē. C'est une biche-cochon qu'il a tuée. Mōnō má á kí ùgà kī. C'est mon enfant qui t'a frappé. Av marqueur qui indique une condition. Kàn n-àɓē kí njɔ̄ kɔ̀-níī nē nj-èngè-nì só S'il va n'importe quel jour il ne va pas le trouver. Expr: kí njɔ̄/nɔ̄hɛ̄/ɓālā kɔ̀-níī -n'importe quel jour/mois/année
kí-bákù N mur élevé sans brique fabriqué avec la boue. Mí dúrù kùgà káỳ kí-bákù lòhà kòsì ní bīɲā gē. Je veux construire une case des murs en boue pour garder les chèvres.
kí-bàlí N esp. de criquet, criquet dévastateur. Kí-bàlí à ìsà kōhō kūmáy mbī kāgā gē yènī. Le criquet dévastateur mange beaucoup le mil et aussi les feuilles des arbres.
kí-bàrbásì N sorte de plante à tubercule (non mangeable). Kí-bàrbásì ày kìlà kāgā sákū ré dèɓē gē à ìsà só. "Kibarbasi" est un petit tubercule que les gens ne mangent pas.
kí-bàsú (Syn: kóò-jē-sùú) N araignée. Kí-bàsú à ɓāmɓī kùlā lò kùkà kūú gē. Les araignées tissent des toiles pour attraper les mouches.
kí-bèbē (Syn: kàɓē-tàā) N esp. d'insecte ressemblant à l'araignée; mygale. Kí-bèbē òō ùmbā kóò-jē-sùú. La mygale est plus grande que l'araignée. Kí-bèbē nì jùɲù kī nē dòō ní nìbì wàsíì só. Si la mygale te morde alors la plaie ne va pas guérir vite.
kí-bùm N piège destiné à la capture des petits animaux. Mōnō-mbō ɔ̀tɔ̄ kí-bùm lòhà tɔ̄lē ní njɔ̀mè. Le chasseur a tendu un piège pour tuer les écureuils.
kí-ɓākā N propriétaire. Kí-ɓākā káỳ má dúrù kɔ̀mbɔ̀ kāsā káỳ má rèní jɔ̀ɔ̄. Le propriétaire de ma maison veut augmenter le prix de ma maison. N parents, famille sans enfants. Kí-ɓākā má gē àɓē mbā. Mes parents sont partis en voyage. AV même. mā kí-ɓākā, yà kí-ɓākā, nè kí-ɓākā - moi même, toi même, lui même. Mā kí-ɓākā m-ásà táḿ só. Moi même je n'ai pas pu le faire.
kí-ɓālāà AV l'année passée. Kí-ɓālāà njī àrì kūmáy só. L'année passée il n'a pas beaucoup plu.
kí-ɓàlè N crocodile, caïman. Kí-ɓàlè ày jā kókòō ré ògò tàní kàm mànī bī èngè nè tɔ̄lē dèɓē béè. Le crocodile est un grand animal dans l'eau qui peut même tuer quelqu'un.
kí-ɓàlè-kìlì N varan de l'eau. Kí-ɓàlè-kìlì à ndāy tàní kàm mànī. Jā ní ɲèlē kūmáy lò kìsà. Le varan noir habite dans l'eau. Sa viande est très bonne à manger.
kí-ɓàlè-mà N sorte de crocodile énorme.
kí-ɓàlè-njàhà N varan de terre. Kí-ɓàlè-njàhà nè à ndāy lóò gàsī, bī dèɓē hálá à ìsà ní sō. Le varan de terre habite dehors (de l'eau), mais ce n'est pas tout le monde qui le mange.
kí-ɓētē N esp. de petit oiseau. kí-ɓētē ày àlī sákū ré à ὲɛ̄ húrè kīɲō kūmáy. Le "ki-bete" un petit oiseau qui boit beaucoup les fleurs du karité.
68
kí-dàdàgí N esp. d'herbe rampante [Momordica charantia]. Kànā kí-dàdàgí màndé gē à táḿ ní tárò. Le fruit du Momordica charantia, les femmes préparent la sauce avec.
kí-dàkù (Syn: kùndú) N boisson sucrée faite de farine de mil pénicillaire. Màndé gē ɔ̀jɔ̀ kí-dàkù kūmáy lò rɔ́ɓē rèní njɔ̄ dānā-ɓē. Les femmes fabriquent la boisson sucrée pour le vendre le jour de la cérémonie de mariage.
kí-dànà-ōtī-mùjù-í N esp. de plante [Biophytum petersianum]. Kí-dànà-ōtī-mùjù-í ày mbī ngàlī ré mōnō-sákū gē à njíkī ní, ùbù màkē mbī tōrī ngáā rèní màkē. Le Biophytum petersianum est une plante que les enfants s'amusent avec, ils soufflent dans la feuille et ils versent du sable dedans.
kí-dāsí N esp. d'arbuste dont le fruit séché donne des fibres.
kí-dāw N esp. d'oiseau, grue couronnée. Kí-dāw à tòrò ɓī kūmáy só. La grue couronnée ne dort pas beaucoup (c'est à dire, elle est prudente).
kí-dèlè (Syn: kí-lèngéỳ) N balançoire fait de liane ou corde. Mōnō-sákū à njíkī kí-dèlè. Les enfants jouent à la balançoire.
kí-dìngíì N esp. d'insecte à carapace noire ou marron qui se trouve sur les feuilles de yēmbē et yēmbē. Kí-dìngíì ày kùū sákū ré mbāgō ní ày ngɔ́lɔ̀. Le "ki-dingi" est un insecte dont ses ailes sont une carapace.
kí-dōdōw N roussette, ganglion ou inflammation de l'aisselle. Bìyà má àɓē nè kí-dōdōw ní mɔ̀tɔ̀-kām bī ɔ̀ɲɔ̀ nì kūmáy. Mon père a un furoncle sur l'aisselle et il lui fait beaucoup mal.
kí-dɔ̀gɔ̀-bò N pouce (avec jīlī ou jīlī). Kí-bàsú jùɲù mā rèní kí-dɔ̀gɔ̀-bò jīlī má. Une araignée m'a piqué sur le pouce. N gros orteil. Kāgā ìsō rèní jɔ̀ɔ̄ kí-dɔ̀gɔ̀-bò njà má bī m-ásà kàɓē só. Un bois est tombé sur mon gros orteil et je ne peux pas marcher.
kí-gōngōm-múlā N mante réligieuse. Kí-gōngōm-múlā à ìsà kùū sákū gē kūmáy. La mante réligieuse mange beaucoup de petits insectes.
kí-gɔ̀ N tige préparée pour la chasse des oiseaux. Mōnō-mbā gē ùɓà kí-gɔ̀ lòhà kùdù àlī gē. Les chasseurs préparent la tige de mil pour percer les oiseaux.
kí-lé (Syn: kí-tàá-lé) INT où. Kóò í àɓē kí-lé? Où est partie ta mère?
kí-lèɓé N esp. d'herbe comestible. Mbī kí-lèɓé nògò-nè màndé nì ndèrì nè kàtā-wòtōróò ní nē bī kānjē ngéréy rèní kàm, ɲèlē kūmáy. Les feuilles de la plante "kilebe", quand une femme les cuit avec natron et un peu de poisson, elles sont délicieuses.
kí-lèngéỳ (Syn: kí-dèlè) N balançoire fait de liane ou corde. Né-gè à gólō mōnō-sákū gē rèní jɔ̀ kí-lèngéỳ. On console les petits enfants sur la balançoire (pour qu'ils ne pleurent pas).
kí-málá-gògórò N cantharide; esp d'insecte dont l'urine donne des cloques sur la peau. Kí-málá-gògórò ní-kájī yɔ̄-í nē yɔ̄-í nj-à dòō. Si la cantharide urine sur ton corps alors ton corps aura des plaies.
kí-màm-kàjà N esp. de serpent vert. Kí-màm-kàjà à yòō ré dúrù kàjà-kúmā só. Le "kimamkaja" est un serpent qui n'aime pas le soleil.
kí-màmbílò N esp. de petit oiseau noir au long bec. Kí-màmbílò à àlī sákū ré bàlā kūmáy. Le "kimambilo" est un petit oiseau qui est très joli.
kí-mànē-tànjà N esp. de plante avec tubercule. Màndé gē à òrì kìlà kí-mànē-tànjà bī nɔ̄bē yɔ̄ lòhà kɔ̀hɛ̄ mōnō-sákū gē. Les femmes creusent le tubercule du "ki-mane-tanja" et le bouille pour donner aux enfants à boire.
69
kí-màng-ɓàlé [kímà̰ŋgɨ̀ɓàlé] N margouillat mâle à tête rouge. Kí-màng-ɓàlé ày kélī kókòō ré míndì àkè. Le margouillat mâle est un grand margouillat avec le cou rouge (et implicitement, du cou à la tête).
kí-màngà-bɔ̀rɔ̀ N margouillat mâle avec la tête rouge (normalement kélī kí-màngà-bɔ̀rɔ̀). Kélī kí-màngà-bɔ̀rɔ̀ òō ùmbā kélī kóò. Les margouillats mâles sont plus grands que les femelles.
kí-māɲā N galago. Kí-māɲā à jā sákū ré tīsī njɔ̀mè bī nè ògò tàní tàá jɔ̀ kāgā. Le galago est un petit animal qui ressemble à l'écureuil et il reste en haut dans les arbres.
kí-māɲú N sorte de gros têtard (comestible). Ní-mbō-kānjē gē àɓē kùkà kí-māɲú. Les pêcheurs vont pour attraper les gros têtards.
kí-mējēkēy N graine (d'arachides, de pois de terre, d'haricots) très petite et mal formé. Kí-mējēkēy màndé gē à táḿ lèɓè ní. Les grains mal formés d'arachide, les femmes en fait une pâte.
kí-mērē-kílá (Syn: kīlá) N prise de lutte. Tɔ̀gɔ̀-mbìlè ìlā kí-mērē-kílá nè ní-nòhò-ní néè bī ɔ̀tɔ̄ nì. Le grand lutteur a prise son adversaire dans la prise "ki-mere-kila" et il l'a terrassé.
kí-mūsūkū N maladie vénérienne, la syphilis. Nògò-nè dèɓē n-à sɔ́ɔ̄ màndé kūmáy nē nj-ùnù kí-mūsūkū. Si quelqu'un cherche beaucoup les femmes alors il aura la syphilis. Dē-ngàɓà ré à sɔ̄ ájáɓà gē njì ɲàlā kèngè kí-mūsūkū só. Un homme que cherche les prostituées ne manquera pas contracter la maladie vénérienne.
kí-mbākú N esp. d'herbe qui pousse sur les collines.
kí-mbātā-hàrù N sorte de canari embelli de kaolin, spécialement pour l'ornement des cases. Dèɓē àsà kìndā kí-mbātā-hàrù kàm hàrù só. On ne peut pas mettre le canari embelli sur le feu.
kí-nɔ̀ɔ̄ N petite souris qui vit prés des habitations. Kí-nɔ̀ɔ̄ ròsò mà-káỳ má kūmáy, njí mí sɔ́ɔ̄ bàtó lòhà tɔ̄lē néè. Les petites souris sont abondants dans ma maison, je vais chercher un chat pour les tuer.
kí-nɔ̀-jòrò N arbuste épineux poussant sur les collines. Kōnō kí-nɔ̀-jòrò àw̄ só. Les épines de l'arbuste épineux ne sont pas longues.
kí-ndàḿ-ndà N scolopendre. Kí-ndàḿ-ndà njàā ń ròsò béè háǹ njàā kōngō, bī nè à jùɲù dèɓē bī ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. La scolopendre est un insecte qui est pareil au mil-pieds, mais la piqûre fait très mal.
kí-ndēý N grillon. Nɔ̄hɛ̄ kí-ndēý n-àbò né négè hálá à káӯ. Le mois des grillons est arrivé, ils vont tous crier.
kí-ndùkúỳ N esp. de liane sauvage [Ampelocissus pentaphylla]. Kànā kí-ndùkúỳ ndērē kūmáy. Le fruit du Ampelocissus pentaphylla est très sucré.
kí-ngà-mbēlē N feuilles d'haricots ou de manioc préparées avec la pâte d'arachide et enveloppées dans une feuille de mil.
kí-ngɔ́rɔ̄ N esp. de petit criquet. Kí-ngɔ́rɔ̄ à ìyà tāy kūmáy. Le criquet "kingoro" coupe beaucoup de mil (pendant la récolte).
kí-njɔ̀kɔ́ N maladie faisant apparaître de gros boutons aux pieds ou à la main, qui plus tard feront des plaies. Nògò-nè dèɓē n-à njàkā rèní lóò ré dèɓē gē kɔ̄ ní kèӯ kūmáy nē nè nj-ùnù kí-njɔ̀kɔ́. Si quelqu'un cultive sur en terrain où on a beaucoup chié alors il va attraper la maladie "kinjoko".
kí-njùká N chauve-souris des maisons. Kí-njùká gē tújù móngò hálá. Les chauves-souris détruisent mes mangues.
70
kí-ɲàbálì N esp. de grande carapace. Mōnō-mbō-kānjē gē à ìsà jā kí-ɲàbálì bī mā m-ísà só njɔ̄ kàré. Les pêcheurs mangent la chair de la carapace "ki-±abali" mais moi je ne l'ai mangé même pas une fois. N coquille de cette carapace. Kí-ɲàbálì òrī lò kὲɛ̄ mātō. La coquille de cette carapace est bonne pour boire (la bouillie de) néré.
kí-ɲàrà-bàtá N esp. d'herbe à épines collantes. Kōnō kí-ɲàrà-bàtá ùdù kī ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy bī lò tɔ́rē ní jē yɔ̄ ɲàmá àngā kūmáy. Quand les épines du "kinarabata" te piquent elles font très mal et il est très difficile les ôter des habits.
kí-ɲūgāɓālā N caméléon (on dit aussi kí-ɲūngɓālā). Kí-ɲūgāɓālā mbálī yɔ̄ kán̄ dèɓē gē t-ùwà ń nì só. Le caméléon change son corps pour que les gens ne le voient pas.
kí-rá-nē CNJ où, n'importe où. Hàn ànjā lóò kí-rá-nē dèɓē ròsò kō. Partout où il veut entrer, il y a beaucoup de monde.
kí-rōngō-líì N sommet. àlī ìnjī tàní kí-rōngō-líì kāgā. L'oiseau est au sommet de l'arbre.
kí-rɔ̄ɔ́ N noix de karité (amande). Kí-rɔ̄ɔ́ ày kàm kīɲō ré màndé gē à táḿ ɓū ní. La noix de karité est le fruit de l'arbre de karité que les femmes fabriquent l'huile avec.
kí-sèlè N esp. de serpent, couleuvre. Kí-sèlè à jùɲù dèɓē wàsíì só bī nògò-nè n-òpī kī nè jɔ̀ɔ̄ ń né ní nj-áyà só. Le serpent couleuvre ne mord pas une personne vite mais il frappe (les gens) avec sa tête.
kí-tàá-lé (Syn: kí-lé) INT où. Kóò sé àɓē kí-tàá-lé? Où est partie votre mère?
kí-tàĺ-mēý N luciole (on dit aussi kí-tàló-mēý). Kí-tàĺ-mēý à ndélē màā-njɔ̄ nè hàrù ní. La luciole se promène la nuit avec son feu.
kí-tālō-mōnō-kúhā N esp. d'herbe comestible (sorte de gombo sauvage; on dit aussi kí-tālō). ɲámà kí-tālō-mōnō-kúhā ɲèlē kūmáy. Le gombo de cette herbe est délicieux.
kí-tàý-kāgā N esp. d'oiseau, oiseau-charpentier. Kí-tàý-kāgā ày àlī ré à òrì gòtò tàní yɔ̄ kāgā. L'oiseau-charpentier est un oiseau qui pique dans les trous des arbres.
kí-tésē-kálā N esp. de petite fourmi jaune. Kí-tésē-kálā dúrù súkùrà kūmáy. La petite fourmi jaune aime beaucoup le sucre.
kí-tòbó N petit rat qui dégage une odeur insupportable, musaraigne. Kí-tòbó ày kɔ́bē ré à tɔ̄lē kɔ́bē nòhò ní gē. La musaraigne est un rat qui tue les autres rats.
kí-tòkóò N calebasse cassée. Màndé ùnù kí-tòkóò tɔ́lè hángárē ní. La femme a pris la calebasse cassée et elle a taillé un morceau pour découper la boule.
kí-tújùhúrè N esp. de termite ailé blanc, éphémère. Kí-tújùhúrè à tàkī tàkàsà màā ɓà. Le termite ailé blanc sorte dans la saison des pluies.
kí-yèmbé N esp. de termite ailé. Kí-yèmbé òō ùmbā kí-tújùhúrè. Le termite ailé est plus grand que le termite blanc.
kí-yīmí N esp. de grand rat roux au pelage noirâtre qui fait des terriers perpendiculaires au sol. Kí-yīmí à òrì gòtò só, nè à ndāy rèní mà káỳ kɔ́bē kέɛ̄ gē. Le rat roux ne creuse pas un trou, il habite dans les maisons des autres rats.
kí-yōngō N esp. d'oiseau, petit calao. Kí-yōngō à àlī ré à ùgà káỳ só. Mà ɓà àaɓēe tàní gè sóò. Le petit calao est un oiseau que ne fait pas de nid. Dans la saison des pluies ils partent vers le nord.
71
kí-yòyóndū N étoile. Kí-yòyóndū gē ròsò tàní nɔ̀-yā màā-njɔ̄ ré. Il y beaucoup d'étoiles au ciel cette nuit.
kí-yɔ̄ɓē N esp. d'arbre. Kànā kí-yɔ̄ɓē kálā bī ndērē yènī. Le fruit de l'arbre "kiyobe" est acide et sucré.
kìbō VN acheter (inf. de ìbō; v. ìbō).
kìɓè VN piler (Inf. de ìɓè). Kìɓè tāy àngā kūmáy lòhà màndé gē. Piler le mil est très difficile pour les femmes.
kìɓè VN exciter les chiens (sur un gibier ou parfois qqn) (inf. de ìɓè; toujours avec ìɓè). Kìɓè tà à ìɲā yɔ̄-ngóỳ nè bísì né kán̄ tɔ̄ɓɔ̄ ní jā kòkórí. Exciter donne la force au chien pour poursuivre bien le gibier.
kídàá AV vraiment (bon, agréable, etc.). Tárò ré ɲèlē kídàá. Cette sauce est vraiment très délicieuse. ɲàmá ré bàlā kídàá. Cet habit est vraiment très joli.
kìdì N anus. Gìndī ìsà kìdì mōnō má. La maladie "gindi" a attaqué l'anus de mon enfant.
kìdì VN être âpre (fruit de karité non mûr) (inf. de ìdì). N âpre, chose âpre. Mí dúrù kìsà kànā kīɲō kìdì só. Je ne veux pas manger un fruit du néré âpre.
kìgī VN arracher (inf. de ìgī). Kìgī nákū ɔ̀jɔ̀ gɔ̄ kàm-kákè. Arracher par force prouve la force.
kīhé N esp. de calebasse (plus petit que ɓàlà). Kīhé ày kārō ré mōnō-mūɲé gē ɔ̀kɔ̀ tāy rèní màkē lò kìɓè. Cette qualité de calebasse, les filles ramassent le mil dedans pour piler.
kìhī VN ne développer pas (inf. de ìhī). Wólī kìhī kàm ndò màkē. L'arachide pas développé n'a pas de grains [litt: les grains sont absents dedans].
kìjà VN injurier, insulter (inf. de ìjà). Kìjà ní má ré nàá mí yōngō ní. C'est quand il m'a insulté que je me suis fâché.
kìjā VN attacher (inf. de ìjā). Ní kùgà káỳ àɓē kìjā dìnì. Celui qui construit la maison est parti couper des herbes pour la maison. Expr: kìjā njɔ́lē -se fermer sans se concerner aux autres Kìjā njɔ́lē òrī só.Se fermer sans se concerner aux autres n'est pas bon.
kìjā-màkē N fermeté, courage. Kìjā-màkē òrī tàkàsà nòhō rɔ̄. Le courage est important pendant la guerre.
kìjì VN péter (inf. de ìjì).
kījí N tristesse avec colère ( kījí kàm). Expr: kàm [dèɓē] ùkà kījí -être triste Nògò-nè dèɓē nì yōngō nē kàm ùkà kījí.Si quelqu'un est fâché alors il triste.
kìkì VN bouger un peu (inf. de ìkì). Mōnō-sákū dúrù kìkì yɔ̄ gērē jē yɔ̄ kóò-ó só. Le petit enfant ne veut pas bouger loins de sa mère.
kìkí (Syn: kùndúlū) N esp d'arbre, palmier doum [Hyphaene thebaica]. Ní-màngà gē ɔ̀gɔ̄ númā kúlù; dèɓē gē ndélè rèní jɔ̀ kànā kìkí lòhà númā ní bìríkì. Les autorités ont défendu faire charbon (de bois), et les gens le remplace avec la noix du palmier doum pour cuir les briques.
kìkìrì ID indique le bruit d'une foule lointain (on dit aussi kìrìkìrì). ID en titubant (marcher): descr. de ìsō. Nj-àɓē béè kìkìrì lò kìsō. Il allait tomber (en titubant),
72
kíkìrì Arabe N bizarre et mauvaise personne (on dit aussi kírkìr). Dèɓē ré à kíkìrì, ī-ndétè yɔ̄ só. Cet homme est bizarre, il ne faut s'approcher de lui.
kìlà N travail. Kìlà má ndò kō. vs. Kìlà má ndò. J'ai fini le travail. vs. Je n'ai pas de travail. N occupation. Expr: kìlà [dèɓē] ùmbā jɔ̀ɔ̄ -[qqn] être très occupé njí m-āɓē yàā-ré só, kìlà á ùmbā jɔ̀ɔ̄.Je ne peux aller aujourd'hui, je suis très occupé. Expr: táḿ kìlà -travailler Expr: táḿ kìlà yɔ̄ (ní) -avoir un effet sur (qqn) M-ō hàā-í ré kòkórí, hàā ré táḿ kìlà yɔ̄ mɔ́ɔ̀.J'ai bien écouté ta parole et elle a eu un effet sur moi. Expr: kìlà táḿ -conduite Kìlà táḿ mōnō-í òrī só, ɔ̀yɔ̄-nì.La conduite de ton enfant n'est pas bon, il faut le corriger.
kìlà N tubercule. Kìlà nákū gē hálá ògò béè tàní mà ngáā. Tous les tubercules poussent dans la terre. N nourriture qui se produit dans la terre. Expr: kìlà bāngàw, kìlà ngàlè, kìlà ngúlū, kìlà mbàtì -tubercule de patate douce, manioc, igname, igname amer Expr: kìlà wólī-gùrú, kìlà wólī-kòō -arachide, pois de terre
kìlā VN jeter (inf. de ìlā). Kìlā tāɓā mōnō má àbò ní hàā kūmáy. Quand mon enfant a jeté une pierre il a provoqué beaucoup de problèmes [litt: Jeter pierre enfant mon ...]
kīlá N queue. Kīlá sā àw̄ bìlìlì. La queue du boeuf est très longue.
kílā N esp. d'arbre. Kílā ày kāgā ré ngóỳ kūmáy. Le "kila" est un arbre qui est très solide.
kílá CNJ ou. Káỳ má kílá káỳ ní, ày nákū kàré-bē. Ma maison ou sa maison, c'est la même chose.
kīlá-kélī N petite pluie (toujours tákā kīlá-kélī). Njī ré tákā kīlá-kélī. Cette pluie n'est pas forte.
kìlì VN être noir (Inf. de ìlì). VN noir (inf. de ìlì). Mí dúrù ɲàmá kìlì só. Je n'aime pas les habits noirs.
kīlī N piquant de l'herbe. Kīlī kí-ɲàrà-bàtá àsū kūmáy nògò n-ùdù dèɓē. Le piquant de la plante "ki-nara-bata" est très mauvais quand il pique quelqu'un. N petites arêtes des poissons. Kānjē ré kīlī ní òō kūmáy, mōnō-sákū gē àsà kìsà só. Ce poisson a trop de petites arêtes, les petits enfants ne peuvent pas le manger.
kìlì-njàā N griffe. Yàngàlì ùkà kūnjá nè kìlì-njàā-ń né. L'épervier a pris le poulet avec ses griffes.
kìlō N bascule (coton). Ní-njàkā gē ìndā ɲàlwέὲ néè rèní jɔ̀ kìlō. Les cultivateurs ont mis leur coton sur la bascule.
kímàné N tante maternelle. Kímàné ày ní-sákū kílá ní-kòō kóò má. Ma tante maternelle est la petite soeur ou la grande soeur de ma mère.
kímwὲ N esp. d'arbre, rônier [Borassus aethiopum]. Kímwὲ ày kāgā ndáyà ré dèɓē gē à ùgà ní káỳ. Le rônier est un arbre droit que les gens utilisent pour construire les maisons.
kìndà VN trembler; jouer (instrument) (inf. de ìndà). Nè gèӯ kìndà kɔ́bɔ̀ kūmáy. Il sait jouer le balafon bien.
kìndā VN mettre, poser (Inf. de ìndā). Kìndā gírò jɔ̀ táɓùlù àngā. Mettre la jarre sur une table est difficile.
kíndú V petit mortier (normalement bèrī kíndú). M-ógò-ń nè bèrī kíndú ń. Je possède un petit mortier. Expr: ògò-ń nè [nákū] ní -avoir M-ógò-ń nè mōnō mìí ń.J'ai cinq enfants.
kìnjī VN s'asseoir; rester (inf. de ìnjī). Kìnjī ní jɔ̀ sésè ré nàá sésè ndàtè ní. C'est quand il s'est assis sur la chaise que la chaise est cassée. Expr: tàkàsà kìnjī jéè ré -de nos jours tàkàsà kìnjī jéè ré kèmbè kìlì àngā.De nos jours trouver le travail est difficile.
73
kínjī V lèpre. Kínjī ày mòtù ré à túgā mōnō-jīlī dèɓē bī njàā ní yènī. La lèpre est une maladie qui attaque les doigts d'une personne et aussi ses pieds. Expr: kínjī túgā [dèɓē] -[qqn] a la lèpre Kínjī túgā-ǹ.Il a la lèpre.
kìɲā VN donner, laisser (Inf. de ìɲā). Ní kìɲā nákū èngè yɔ̄ ɲèlē ùmbā ní-tàkā ní. Celui qui donne est plus content que celui qui reçoit.
kìɲā-màkē N confiance. ɓàkúrà kájē kìɲā-màkē àsà kùmà só. L'amitié sans confiance ne peut pas durer.
kīɲō N esp. d'arbre, karité [Vitellaria paradoxa]. Kīɲō ày kāgā ré à ànā bī màndé gē à táḿ ɓū ní. Le karité est un arbre qui donne de fruit et les femmes en fabriquent de l'huile. Expr: kànā kīɲō -fruit de karité Expr: kàm kīɲō = kí-rɔ̄ɔ́ -noix de karité
kíɲō N esp. de fourmi rouge. Kíɲō ògò tàní jɔ̀ kāgā bī nè à jùɲù dèɓē kūmáy. La fourmi rouge habit (en haut) dans les arbres et elle pique les gens beaucoup.
kírā VI enfin (finir). Kìlà ndò kírā kō. Le travail est enfin fini.
kírā-kō AV déjà (exprime une satisfaction). Kàm má ùgà kírā-kō. Je suis déjà guéri. (litt: mes yeux sont déjà ouverts.)
kírkìrì (Syn: kíkìrì) N personne bizarre et mauvaise. Mōnō ré ày kírkìrì. Cet enfant est bizarre.
kīró N saleté, chose sale, poubelles. ɲàmá má ì kīró. Mes vêtements sont sals. M-ílā mōnō-sákū tàní gàjì-bū lòhà yálì ná kīró. J'ai envoyé l'enfant au tas de poubelles pour jeter la saleté.
kīró N fraicheur (toujours ìsō kīró 'être frais, se refroidir'). Bíyā ìsō kīró. La boule se refroidie. N humidité. Njī àrì ngéréy bī ngáā ìsō kīró. Il a plu un peu est la terre est humide.
kìsà VN manger (inf. de ìsà). Kìsà nákū kūmáy òrī só. Manger beaucoup n'est pas bon.
kísáà Français N ancien combattant. Tàní Mōysālā dèɓē gē òtī hàn kísáà n-à n-ò só. À Moissala les gens disent qu'un ancien combattant ne meure pas (parce qu'il continue à recevoir la pension de la France)
kīsé N natte faite de tiges flexibles de bambou assemblées. Kīsé ày ná ndāy ré táḿ nè ɲàlà ní. La natte est une chose pour se coucher qui est fabriquée avec le bambou.
kìsō VN tomber (inf. de ìsō). Kìsō dèɓē tɔ́gɔ̀ ìɲā ɓēlé. Quand une personne âgée tombe ça donne peur. VN perdre (dans le commerce).
kìsō-kīró VN être humide et froid (inf. de ìsōkīró). Mí dúrù mànī kìsō-kīró lò kὲɛ̄. Je veux de l'eau fraiche à boire. N humidité.
kìsō-kīró N paix. Kájē kìsō-kīró ɓē àsà kàɓē só. Sans le paix un pays ne peut pas marcher.
kìsō-nākā N pardon. Mōnō má táḿ ná kàsū bī nè jìrè mā kìsō-nākā. Mon enfant a fait quelque chose mauvais mais il m'a demander le pardon.
kìtà VN balayer (inf. de ìtà). Kìtà-má màā-káỳ nàá mā m-āɓē ní súkū. C'est quand j'ai balayé la maison que j'irai au marché.
kìtà VN piquer une fois (inf. de ìtà). N piqûre. Kìtà gùmbā ɔ̀ɲɔ̀ ùmbā kìtà ɲētē. La piqûre de la guêpe maçonne fait plus mal que la piqûre de la guêpe jaune.
74
kītē (Syn: mbíyà) N mil germé pour la préparation de la boisson. Bīɲā ɔ̀ɲɔ̀ kītē má. La chèvre a mangé mon mil germé.
kìtì-kìtì AV large et touffu (en parlant d'un arbre) (normalement avec àlà). Gī àlà kìtì-kìtì lóò ngáā, mōnō-mbō àsà kìyā ní yɔ̄ nògò-nè dɔ̀gɔ̀ à tɔ̄ɓɔ̄ nì. La Gardénia est large et touffue (et pousse) près du sol, un chasseur peut s'y cacher quand les buffles le chassent.
kítíkílì AV pure, simple (eau). íɲà mà mànī kítíkílì. Donne-moi de l'eau simple.
kítīyā N vaccination (à injection). Mōnō-sákū gē dúrù kítīyā sóò ngéréy. Les petits enfants ne veulent jamais les vaccinations à injection.
kìtō VN porter, transporter (inf. de ìtō). Kìtō yɔ̀kɔ̄ wὲɛ̄ kūmáy. Porter des cailloux est très lourd. VN élever (un enfant) (inf. de ìtō). Kìtō mōnō àngā kūmáy. Élever un enfant est très difficile.
kìyà VN couper (inf. de ìyà). Kìyà nákū nè kùyā tà wūlī ní à ìyà jīlī dèɓē. Couper quelque chose avec un couteau émoussé va couper la main de quelqu'un. VN récolter (inf. de ìyà). Tàkàsà kìyà tāy àbó kō. Le moment pour récolter le mil est arrivé.
kìyā VN cacher (Inf. de ìyā). Kìyā yɔ̄ à nākā dèɓē só. Se cacher n'aide pas quelqu'un.
kīyā N prise (en général) dans la lutte (normalement avec le verbe òsì). Ní-mbìlè gē òsì kīyā nɔ̀hὲ. Les lutteurs se prennent en lutte [l'un à l'autre].
kíyà N argile rouge, kaolin servant à oindre le corps des jeunes initiés, lutteurs, et aussi pour peindre les canaris. Màndé gē ɔ̀mè kíyà rèní màā kārō kὲɛ̄ mànī. Les femmes mettent l'argile rouge dans les calebasses pour boire l'eau.
Kíyāɓē NP Kyabé (on dit aussi Kíyɔ̄ɓē). ày ngèdì kàré ná m-āɓē ní Kíyāɓē. C'est la première fois que je suis venu à Kyabé. Nè àbò jē Kíyāɓē. Il vient de Kyabé.
kíyè N un morceau de secko. Kíyè ày gūndūhū ndòbō ré òrī lòhà táḿ dàbà. "Kiye" est un petit morceau de secko qui est bon pour faire le hangar.
kɨ́-mbày-yòō N esp. de petite arbre, pomme cannelle. N sorte de fruit, pomme cannelle. Kɨ́-mbày-yòō ày kāgā sákū ré kànā ní ndērē. L'arbre "ki-mbay-yoo" est un petit arbre avec un fruit très sucré.
N la mort. Kò mōnō-sákū ɔ̀ɲɔ̀ ùmbā yē dèɓē tɔ́gɔ̀. La mort d'un enfant fait plus mal que la mort d'un adulte. VN mourir (inf. de ò). Kò ní ré tújù mà nàmbā. Sa mort (litt: son mourir) a détruit la famille. N obsèques, pompes funèbres. Kóò má àɓē kò. Ma mère est partie pour un cas de décès. Expr: ní kò -le décédé, la décédée
N montagne. Tàní ɓē Náā kō rōngō ndò. Dans le pays Na il n'y a pas des montagnes.
AV déjà (pour le passé). òó kō. Il est déjà mort. Nè ùwá kō. Il l'a déjà vu. AV marque d'achèvement. Nògò nì m-ísà nákū kō nē njí m-āɓē njí m-úwà ní kī. Quand je finirai de manger alors j'irai te voir. Kàlsō mōnō má àjì kō. vs. Kàlsō mōnō má àjí kō. Le caleçon de mon enfant est vieux (achèvement). vs. Le caleçon de mon enfant est déjà vieux. AV sûrement. Njí mí táḿ kō. Je le ferai sûrement.
kòō VN être grand, beaucoup, nombreux (inf. de òō). Kàjī à jā kòō ùmbā àbà. L'éléphant est un animal plus grand que l'hippopotame.
75
kóò NUM trente. Bīɲā má gē ày kóò. J'ai trente chèvres. Expr: kóò-jōó, kóò-mùtá, kóò-sɔ̀ɔ́ -soixante, quatre-vingt-dix, cent-vingt Expr: kóò-mùtá-bī-dɔ̀gɔ̀ -cent (trois fois trente + dix)
kóò (Syn: kóỳ) N sésame. Kóò òrī kūmáy lòhà táḿ ní tárò gē. Le sésame est très bon pour préparer les sauces.
kóò N mère. Kóò má àɓē tà rèӯ. Ma mère est partie au puits. Nògò-nè m-ā mòtù nē kóò má òhò bíyā ìɲā mà. Quand j'étais malade ma mère me préparait de la bouillie. N femelle (d'un animal). sā kóò, bàtā kóò, bīɲā kóò, kūnjá kóò la vache, la brebis, la chèvre, la poule Expr: sā kóò -vache
kò-kòrī AV bien. Nè njùbā tà nàsárā kò-kòrī. vs. Nè njùbā tà nàsárā kòrī. Il parle français bien. vs. Il parle un bon français.
kò-tímbìī AV dernier. Njɔ̄ kò-tímbìī njí mí káà. Le dernier jour je vais venir. N la fin. Kò-tímbìī ɓālā àsà kō bī mí níngā kìlà má rɔ̀ só. La fin de l'année est arrivée et je n'ai pas encore fini mon travail.
kóò-bī-jɔ̀-kέɛ̄ NUM cinquante.
kóò-jē-sùú (Syn: kí-bàsú) N araignée. Kóò-jē-sùú à táḿ kùlā gē kūmáy lòhà kùkà kùū gē. L'araignée fait une toile (beaucoup de fils) pour attraper les insectes.
kóò-jōó NUM soixante.
kóò-jōó-bī-dɔ̀gɔ̀ NUM soixante-dix.
kóò-jōó-bī-jɔ̀kέɛ̄ NUM quatre-vingt. Ná kóò-bī-jɔ̀kέɛ̄ bī ná kóò túɓō kàm ní ày kóò-jōó-bī-jɔ̀kέɛ̄. Cinquante plus trente font quatre-vingt.
kòó-kūɓū NUM mille. Dèɓē àbò ndètéè kòó-kūɓū jɔ̀kέɛ̄ rèní mà ɓē Kíyāɓē. Il y a à peu près vingt milles personnes à Kyabé.
kòó-kūɓū-kàré NUM mille (un) (v. aussi álfù).
kóò-kūlú N esp. de pigeon vert. Kóò-kūlú à ɔ̀ɲɔ̀ kànā mbáā kūmáy. Le pigeon vert mange beaucoup le fruit du figuier.
kóò-mùtá-bī-dɔ̀gɔ̀ NUM cent. Mā m-ībō bànáǹ mìí lò gúrsù kóò-mùtá-bī-dɔ̀gɔ̀. J'ai acheté cinq bananes pour cinq cents francs (cents "gurus").
kóò-ngɔ́ɔ̀ N esp. d'oiseau, aigle-pêcheur. Kóò-ngɔ́ɔ̀ à ìnjī tàní jɔ̀ bā bī nè à ìsà kānjē kūmáy. L'aigle pêcheur habite à la rive du fleuve et il mange beaucoup de poissons.
kóò-njī N sorte d'insecte rouge qui abonde à partir des premières pluies. Kóò-njī ày kùū kàkè mbàlà-mbàlà. Le "koonji" est un insecte rouge vif.
kòbì VN résonner, bruit de (inf. de òbì). Nògò n-ínjī ndètéè bōgō tàhúnà nē kòbì ní njì táhà kī tòrò ɓī. Si tu habites à côté du moulin son bruit va t'empêcher de dormir.
kòɓò N esp. d'arbre [Ficus platyphylla]. Màm kòɓò òrī lòhà dáwà njɔ́mē másù. L'écorce du Ficus platyphylla est un médicament efficace pour la dysenterie.
kóɓò N gros morceau de poterie utilisé pour griller les arachides, pois de terre, sésame, etc.. Kóò má njòkù wólī màā kóɓò. Ma mère grille les arachides dans un morceau de poterie.
kòɓū VN prendre une petite gorgée d'un liquide (inf. de òɓū). Kòɓū mànī nè dáwà tɔ̄lē dèɓē kàm-ḿ àsà béè lòhà tɔ̄lē-í. Prendre une petite gorgée de l'eau avec poison est suffisant pour te tuer.
76
kògì VN accepter se mettre à une preuve pour montrer l'innocence (inf. de ògì).
kògò VN être à (location) (inf. de ògò). Kògò dèɓē tà káỳ ní nè ùwà ní-ɓògò. Quand l'homme était devant sa maison il a vu le voleur.
kòhò VN préparer (la bouillie) (inf. de òhò). Kòhò bíyā lòhà mōnō-sákū mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī òrī kūmáy. Préparer la bouillie pour les enfants le matin est très important.
kōhō N céréale. ɓālā ré kōhō òō kūmáy màā ɓēé só. C'est année il n'y a pas beaucoup de céréale au village. N grains sélectionnés pour la semence. Tàkàsà kìyà tāy dèɓē gē à héē kōhō. Au moment de la récolte du mil, les gens sélectionnent les grains pour la (prochaine) semence.
kòjì VN faire réapprendre aux garçons initiés certaines choses de la vie courante (inf. de òjì). Kòjì yòndò gɔ̀lè yā ày kìlà ní-ngà-gétè. Faire réaprendre les nouveaux initiés est le travail du chef de l'initiation. Expr: ná kòjì yɔ̄ -les prémices (de la récolte) pour un sacrifice
kòjī VT fumer (tabac) (inf. de òjī). Mōnō-sákū àɓē sɔ́ɔ̄ bùɲà lòhà kòjī hàrù. Le petit enfant est parti chercher la paille pour allumer le feu. Kòjī sèlí òrī kūmáy só lòhà yɔ̄ dèɓē. Fumer est très mauvais pour la santé [litt: ...pour le corps de quelqu'un].
kòkī N concombre. Kòkī à kájī dèɓē kūmáy. Les concombres te font uriner beaucoup.
kòkō VN être léger (inf. de òkō). N léger, chose légère. Wòtòrò kòkō à ìsō wàsíì. Une voiture légère va tomber vite.
kókòō N grand. Kàjī ày jā kókòō ùmbā gè-nòhò jā gē. L'éléphant est un grand animal, plus que les autres animaux. N important. Bìyà-sákū má ày ní-màngà kókòō tàní Kíyāɓē. Mon oncle paternel est une autorité importante à Kyabé.
kòkórí AV parfait. Ní-sákū má táḿ kìlà béè kòkórí. Mon petit frère a parfaitement travaillé. AV très bien. īyā mà gúrsù má ré kòkórí. Garde-moi bien cet argent.
kōkōrō N clavicule. Kìsō ń ré nàá kōkōrō ndàtè ń. C'est quand il est tombé que sa clavicule s'est fracturée.
kòkù VN monter; forger (inf. de òkù). Kòkù ní gāgārā ní-kòō nàá ìsō ní. C'est quand il est monté sur les épaules de son grand-frère qu'il est tombé.
kòlì VN avaler (Inf. de òlì). Kòlì dáwà àngā lòhà mōnō-sákū gē. Avaler un médicament est très difficile pour les petits enfants.
kòlī VN s'entourer, contourner (inf. de òlī; normalement avec òlī). Kòlì ń nì nàá màkē ní ɔ̀ɲɔ̀ nì. Quand il l'a avalé son ventre lui faisait mal.
kōlī V manche. Dèɓē ré yōngō kūmáy bī nè ùnù kùyā kōlī lòhà gólō ní ní-nòhò ní. L'homme était tellement fâché qu'il a pris le couteau par le manche pour effrayer l'autre. Expr: kōlī kùyā -le manche du couteau Expr: kōlī kūngā -le manche de la hache
kòlíngóō (Syn: kóngó) N mille-pattes. Kòlíngóō njà ní ròsò ùmbā njà kí-ndàḿ-ndà. Le mille-pattes a plus de pattes que la scolopendre.
kòlò N girafe. Kòlò ày jā ré míndì àw kūmáy. La girafe est l'animal qui a le plus long cou.
kòló N sottise, idiotie. Dèɓē àsà jìrè hàā kòrī só nè ní kòló nè. On ne peut pas demander des bonnes paroles à un idiot.
77
kólō V siffler. Mōnō mbō à kólō bísì-ń gē. Le chasseur siffle ses chiens (il les appelle).
kòm̄ VN guetter (inf. de òm̄). Bàtó má dúrù kòm̄ kɔ́bē bī kàjì táhà nì. Mon chat veut guetter un rat mais il est trop vieux [litt: l'âge le dépasse].
kònī VN plonger (qqc) dans l'eau (inf. de ònī). Kònī ɲàmá nè òmò ní ndètè tɔ́ɔ̀ ɲàmá. Plonger les habits dans le savon "Omo" facilite la lessive.
kònī-jīlī N association de travail en commun (à tour de rôle dans le champ les uns des autres). Kònī-jīlī à nākā dèɓē kūmáy tàní màkē màgè. L'association de travail en commun aide beaucoup (une personne) dans le champ.
kònō N ancien, vieux (avec les choses, mais pas les personnes). Kèē ré à kèē kònō. C'est un vieux van. Expr: jē kònō -depuis longtemps M-ógò lóò Njàménà jē kònō.J'habite à N'djaména depuis longemps.
kōnō N épine. Kōnō kāgā ré àw kūmáy. Les épines de cet arbre sont très longues.
kòndō N clochette, cloche. M-ījā kòndō míndì bīɲā. J'attache une clochette au cou de là chèvre.
kōngō N noyau. Négè yálì kōngō móngò kūmáy tàní gè gɔ̄ káỳ bī àgà yɔ̄ kòtì. Ils ont jeté beaucoup de noyaux de mangue derrière la maison et les manguiers ont commencé à pousser.
kōngō V faire des vagues (l'eau). Nògò-nè ɲélè n-ìlà kókòō ní mànī bā kōngō. Quand le vent souffle beaucoup, il y a des vagues dans l'eau du fleuve.
kóngó (Syn: kòlíngóō) N mille-pattes. Kóngó ày kùū ré njàā ní ròsò kūmáy. Le mille-pattes est un insecte avec beaucoup de pieds.
kòngòrò N morceau d'un tronc d'arbre à intérieur creux. J-ɔ̀tɔ̄ kòngòrò rèní màā tà káỳ lòhà kìnjī jɔ̀ɔ̄ ndálē. Nous mettons le tronc d'arbre à l'intérieur creux dans la place devant la maison pour servir à s'asseoir pendant notre causerie de nuit.
kóngóró N bord (de fleuve) (toujours avec ). Ní mbō kānjē ùgà káỳ rèní jɔ̀ kóngóró bā. Le pêcheur a construit une maison au bord du fleuve.
kòpī VN battre, frapper, taper (inf. de òpī). Kòpī má nì nàá òtì hàā ní. Quand je l'ai frappé il a parlé. Kɔ́ngὲ jéè kòpī dèɓē ní ùmbā. Notre chef frappe beaucoup de gens.
kópò Français N boîte, coupe. Kópò má ròsò. Ma coupe est pleine.
kòrì VN creuser. Bìyà má dúrù kòrì rèӯ ndètéè rèní yɔ̄ káỳ dé. Mon père veut creuser un puits près de notre maison. VN récolter (un tubercule) (inf. de òrì). Kòrì bāngàw àngā kūmáy só. Récolter les patates n'est pas difficile.
kòrī VN être bon (inf. de òrī). N bon, bonne (après le nom). màndé kòrī, kùyā kòrī, dèɓē kòrī gē - une bonne femme, on bon couteau, des bons gens.
kōrí N héritage. Mōnō ngàɓà nàá à ɔ̀kɔ̀ kōrí bìyà. C'est le garçon qui hérite (les biens) du père. Expr: ɔ̀kɔ̀ kōrí = tórū kōrí -hériter
kórò Arabe N récipient en métal. Tàní súkū màndé gē ùnù kórò rɔ́jɔ̄ ní tāy. Au marché les femmes prennent le récipient en métal pour mesurer le mil.
78
kòsì VN mettre dans, enfoncer, rembourrer (inf. de òsì). Mí dúrù kòsì màtàlā má. Je veux rembourrer mon matelas. Expr: kòsì kàw̄ -pomper Mí dúrù kòsì kàw̄ rèní njà bìlō má.Je veux pomper la roue de mon vélo. Expr: kòsī yērē -se suicider nákū ɔ̀ɲɔ̀ yɔ̄ kūmáy bī òtímbī nè kòsì yērē ní.Quelque chose l'a dérangé beaucoup et en fin il s'est suicidé.
kòsī VN semer (Inf. de òsī). Nɔ̄hɛ̄ kòsì tāy ày nɔ̄hɛ̄ kàngā. Le mois de semer est un mois difficile.
kósì N flaque d'eau, cours d'eau temporaire. Njī àrì kūmáy njínjɔ́ɔ̀ bī kósì gē ndáӯ rèní mà-ndòbō má. Il a beaucoup plu hier et il y a beaucoup de flaques d'eau dans ma concession. Bàrū gē à hɔ́tɔ̀ kósì. Les phacochères se barbouillent dans la mare.
kòtì VN dire, parler (inf. de òtì). Kòtì má kī ré wòtòrò dāy kō. Quand je t'ai dit, la voiture avait déjà passé.
kòtī N bouton du visage. Bìyà má àɓē nè kòtī ní kūmáy rèní kàm. Mon père a beaucoup de boutons sur le visage.
kòtī VN fermer (inf. de òtī). Kòtī bītī òrī kūmáy kánē ní-ɓògò ànjā ní só. Fermer la porte est bon pour que le voleur n'y entre pas.
kótī V bourgeonner. Jē-gɔ̄ kótī ɲàlwέὲ nè à húrè. Après que le coton bourgeon il fleurit. N bourgeon. Kótī ɲàlwέὲ yálì lòhà kòō ìsà-néè. Les burgeons du coton se sont tombés parce que les insectes les ont mangé.
kòtī-tà N fermé, chose fermée. káỳ kòtī-tà, gírò kòtī-tà, wā kòtī-tà - maison fermée, canari fermé, grenier fermé.
kòtímbī [kòtímbī, kòtìmbī] N fin. Kòtímbī njɔ̄ ré jì nìngā kìlà gē ròsò. À la fin de la journée nous avons achevé beaucoup de travail. VN finir (inf. de òtímbī). Kòtímbī kìlà má nē njí mí ndélè ɓēé. Quand je finirai mon travail je vais rentrer à la maison.
kōtó (Syn: mbìjā) N mâchoire. Kōtó ngèsè ré wὲɛ̄ kūmáy. La mâchoire du lion pèse beaucoup.
kòy N jeu masculin dans lesquels on utilise le noyau de palmier doum et en le frappant avec un bâton. Ní kɔ̀dɔ̀ kòy gē à ɔ̀dɔ̀ nè kāgā ní bī kàm kùndúlū. Les joueurs de ce jeu jouent avec un bâton et la noix de palmier doum.
kòy VN coincer (inf. de òy). Kòy bītī ré nàá jīlī má húlē ní. La porte m'a coincé c'est pourquoi ma main est enflée.
kòý N sac. ɔ́mbɔ̀ ngúlū tàní màā kòý. Mets les ignames dans le sac. N poche. Kòý má rɔ̀ bī gúrsù má yálì. Ma poche est trouée et mon argent s'est perdu.
kóỳ (Syn: kóò) N sésame. Lèɓè kóỳ ɲèlē kūmáy, màndé gē à táḿ ní tárò. La pâte de sésame est très délicieuse, les femmes préparent la sauce avec.
kóỳ-ɲámà N variété de sésame qui ne donne pas d'huile. kóỳ-ɲámà dèɓē à njòkù nì bī ìɓè yɔ̄ lò kìsà ní. Le sésame "koy-±ama", on le grille et après on le pile avant de le manger.
kòý-sénè N sac en peau. Kòý-sénè ày nákū ré dèɓē gē à ùrù mànī màkē lòhà ní kàɓē mbā gē. Le sac en peau est une chose que les gens versent de l'eau dedans quand ils voyagent [litt: pour les voyageurs].
kòý-yā N sac en cuir utilisé par les vieux. Kòý-yā à lòhà kìndā kàm jɔ̀ɔ̄ nákū bī dèɓē ròsò àsà táḿ nì só Le sac en cuir est pour garder des choses mais pas beaucoup de personnes peut le fabriquer.
79
kòyò VN engendre, enfanter (inf. de òyò). āɓē ní nè mōnō ròsò kō bī í-ndégì kí kòyò ndōkú wà? Tu as déjà beaucoup d'enfants alors tu engendre combien? N naissance. ɓē kòyò má ùrà jē lò ré. Le village de ma naissance est loin d'ici.
kòyō VN tresser (Inf. de òyō). Bìyà má kòyō ndòbō ní ùmbā jɔ̀ɔ̄. Mon père tresse beaucoup le secko.
kóyō N têtard. Kóyō gē à òyò nɔ̀hὲ màā ɓà kūmáy. Les têtards se multiplient beaucoup pendant la saison des pluies.
kóyōló N clochettes (attachées aux pieds ou aux reins pour la danse). Mōnō mūɲé gē ìjà kóyōló rèní ɓōdō gē bī à njíkī ń. Les jeunes filles mettent les clochettes aux reins et elles dansent avec.
kɔ̀ INT quelle (avec période de temps) (suit tàkàsà,njɔ̄). Njɔ̄ kɔ̀ kí nj-ábò ní? En quel jour vas-tu venir?
kɔ̀ N fatigue. Ní-nàӯ gèӯ kɔ̀ só. Le paresseux ne connaît pas la fatigue. Expr: kɔ̀ ùkà [dèɓē] = kɔ̀ táhā [dèɓē] -[qqn] être fatigué Mí táḿ kìlà kūmáy bī kɔ̀ ùkà mā.J'ai beaucoup travaillé et je suis fatigué. Expr: kɔ̀ táḿ [dèɓē] -[qqn] être fatigué
kɔ̄ V déféquer (obj. est kèӯ). Bísì í kɔ̄ kèӯ kūmáy rèní mà-ndòbō má. Ton chien a beaucoup déféqué dans ma concession.
kɔ̀ɔ́ N cache-sexe masculin ou féminin (étoffe retenue par une corde, passant par derrière et par devant). Dèɓē gē nò-ndákā-ré ré à ùgà kɔ̀ɔ́ só yā. Les gens de nos jours ne portent pas un cache-sexe.
kɔ́ɔ̄ V frotter fortement. Mōnō-sákū kɔ́ɔ̄ ngɔ̄ ròkù jē màā gírò lò kìsà. L'enfant frotte les restes de la boule dans la marmite pour les manger. V gratter, griffer. Mōnō-sákū kɔ́ɔ̄ ngáā. L'enfant gratte le sol.
kɔ̀-níī (Syn: kɔ̀) INT quel. Njɔ̄ kɔ̀-níī? Kàjà-kúmā kɔ̀-níī? Quel jour? À quelle heure?
kɔ̀-njàkā N la houe (abréviation de kɔ̀kè-njàkā).
kɔ̀-njàkā-sā N la charrue (on dit aussi kɔ̀kè-njàkā-sā). Mà ɓàá ní njàkā gē à njàkā nè kɔ̀-njàkā-sā ní. Pendant la saison de pluie les cultivateurs labourent avec la charrue.
kɔ̀bē VN faire sécher; étaler au soleil (inf. de ɔ̀bē). Kɔ̀bē ɲàmá rèní ɓàá àngā. Faire sécher les habits pendant la saison des pluies est difficile.
kɔ́bē N rat, souris. Bàtó má òrī kūmáy lòhà tɔ̄lē kɔ́bē. Mon chat est très bon pour tuer les rats.
kɔ́bē-wóӯ N rat de Gambie. Kɔ́bē-wóӯ à táḿ káỳ ní rèní bōgō bā. Le rat de Gambie fait sa maison à côté du fleuve.
kɔ́bɔ̀ N balafon. Kɔ́bɔ̀ má ré èmè kūmáy. Mon balafon résonne beaucoup.
kɔ̀ɓè N oeuf. Kɔ̀ɓè kūnjá nὲ kūmáy. L'oeuf du poulet est très riche.
kɔ̀ɓè-kúlē N ceinture de perles portée autour du rein. Nāmī mōnō yòndò-gɔ̀lè-yā gē ìɲā néè kɔ̀ɓè-kúlē. Les soeurs des jeunes initiés leur donnent des ceintures de perles.
kɔ̀ɓɔ̀ VN étonner (inf. de ɔ̀ɓɔ̀). VN étonnant, chose étonnante. Nè àbò ní hàā kɔ̀ɓɔ̀. Il est venu avec des nouvelles étonnantes.
80
kɔ̀ɓɔ̄ VN couver (inf. de ɔ̀ɓɔ̄). Kɔ̀ɓɔ̄ kɔ̀ɓè kūnjá rèní kúɓú òrī kūmáy só. Couver les oeufs de poulet pendant la saison chaude n'est pas très bon.
kɔ̄ɓɔ̄ N période de sécheresse. Kɔ̄ɓɔ̄ à tàkàsà kàsū. La période de sécheresse est une mauvaise saison.
kɔ̀dē N artisan, personne qui connaît faire qqc.. N forgeron. Kɔ̀dē òkù nìngà tɔ̄lē ní. Le forgeron fabrique la sagaie que le tue (à lui même). Expr: kɔ̀dē hàā = kɔ̀dē njùɓà -quelqu'un éloquent qui a l'art de parler Kɔ́ngὲ dé ày kɔ̀dē hàā, n-òtì hàā nē dèɓē hálá òō.Notre chef est éloquent, il parle et tout le monde écoute.
kɔ̀dē-kòkù N forgeron. Kɔ̀dē-kòkù èngè gúrsù kūmáy màā ɓà. Le forgeron gagne beaucoup d'argent pendant la saison des pluies (parce qu'il forge les houes).
kɔ̀dē-kùӯ-ngīyā V couturier. pàndàlō àw kūmáy, m-íɲà tàní yɔ̄ kɔ̀dē-kùӯ-ngīyā tì rɔ́nɔ̄ mà rèní. Mon pantalon est trop long, je l'ai laissé chez le couturier pour qu'il me l'arrange.
kɔ̀dɔ̀ VN toucher (Inf. de ɔ̀dɔ̀). Kɔ̀dɔ̀ yɔ̄ ná dèɓē òrī só. Ce n'est pas bon toucher les choses des gens.
kɔ̀gɔ̄ VN refuser (inf. de ɔ̀gɔ̄). Mí dúrù kɔ̀gɔ̄ ní kō bī mí ɓēlé lòhà tì-yōngō ní jɔ̀-mɔ́. J'ai voulu lui refuser mais je craignais qu'il se fâche contre moi.
kɔ̀hɛ̄ N la mue du serpent ou des reptiles. Kɔ̀hɛ̄ lī ndāy tàní gè gɔ̄ káỳ dé. La mue d'un serpent se trouve derrière notre maison.
kɔ̀hɛ̄ VN faire boire (un enfant) (inf. de ɔ̀hɛ̄). Kɔ̀hɛ̄ mōnō àngā kūmáy nè ngɔ̀wɛ̄ gè. Faire boire un enfant est très difficile à la jeune femme.
kɔ̄hɛ̄-bíyā N esp. d'herbe. Njàkā kɔ̄hɛ̄-bíyā àngā kūmáy, ní nàӯ nj-àsà só. Labourer (un champ plein de) cette herbe est très difficile, un paresseux ne peut pas le faire.
kɔ̀hɔ̀ VN griller (pois de terre ou haricots) (inf. de ɔ̀hɔ̀). āɓē sɔ́ɔ̄ ngāw lòhà kɔ̀hɔ̀ wólī-kòō má ré. Va chercher des brindilles pour griller mes pois de terre.
kɔ̀hɔ̀ VN oindre le corps (avec de l'huile ou du parfum) (inf. de ɔ̀hɔ̀). Kɔ̀hɔ̀ ɓū ày kìlà màndé gē kánē yɔ̄ gē tì bàlā ní. Oindre le corps avec l'huile est une chose des femmes pour que leurs corps soient belles.
kɔ̀jē N danse cérémoniale en l'honneur de quelqu'un qui est déjà mort avec les outils et les gestes de son métier. Kɔ̀jē ày lòhà dèɓē ré ò kō. La danse cérémoniale "koje" est pour quelqu'un qui est mort.
kɔ̀jē VN faire semblant de jeter un objet à quelqu'un (inf. de ɔ̀jē). Kùnù ngáā kɔ̀jē ní bísì àsà béè lòhà tɔ̄ɓɔ̄ ní. Prendre un pièrre et faire semblant de le jeter suffit pour chasser un chien.
kɔ̀jɔ̀ VN préparer (la boisson) (inf. de ɔ̀jɔ̀). Màndé má gèӯ kɔ̀jɔ̀ čèkā só. Ma femme ne sait pas préparer la boisson.
kɔ̀jɔ̀ VN montrer, enseigner (Inf. de ɔ̀jɔ̀). Ní-kɔ̀jɔ̀-nákū má kɔ̀jɔ̀ nákū ní ùmbā. Mon professeur enseigne beaucoup de choses. Expr: kɔ̀jɔ̀ yɔ̄ -se vanter, Kɔ̀jɔ̀ yɔ̄ à ná kàsū.Se vanter est une mauvaise chose.
kɔ̀kè N argent d'autrefois, morceau de fer servant de moyen d'échanges. Jē-kònō dèɓē gē à ùbō nákū nè kɔ̀kè ní. Entre-temps les gens achetaient les choses avec l'argent en fer.
kɔ̀kè-njàkā (Syn: kɔ̀-njàkā) N houe. Ní-njàkā ùnù kɔ̀kè-njàkā ní àɓē ní màā màgèé njàkā. Le cultivateur a pris sa houe est il est parti avec au champ pour labourer.
81
kɔ̀kī Int lequel, laquelle?. Mōnō kɔ̀kī òtì kī hàā ré? Lequel enfant t'a dis cela?
kɔ̀kɔ̀ (Syn: kùkà) VN ramasser, prendre (inf. de ɔ̀kɔ̀). Ní-sákū má àɓē kɔ̀kɔ̀ mìnjò. Mon petit frère est parti pour ramasser les haricots (gardée quelque part).
kɔ̄kɔ̄ N grand corn utilisé comme une sorte de clairon. Kɔ̄kɔ̄ ày ná kùɓù lò njíkī dèɓē gē kílá kèmè kò. Le clairon traditionnel est un instrument utilisé dans les danses ou les deuils.
kɔ̀kɔ́sɔ̀ N action involontaire. Kɔ̀kɔ́sɔ̀ à nákū ré à ɔ̀tɔ̄ dèɓē. Une action involontaire est une chose qui peut faire tomber quelqu'un. Expr: njàā [dèɓē] ùgà kɔ̀kɔ́sɔ̀ -[qqn] trébucher Njàā má ùgà kɔ̀kɔ́sɔ̀ bī m-īsō só.J'ai trébuché mais je ne suis pas tombé.
kɔ̄l-ngēnjē N variété de mil rouge. Ròkù kɔ̄l-ngēnjē ɲèlē kūmáy. La boule du mil rouge est délicieuse.
kɔ̀lè VN tamiser (inf. de ɔ̀lè). Kɔ̀lè tāy àngā só bī kɔ̀lè ngáā-tāy ɔ̀ɲɔ̀. Tamiser le mil n'est pas difficile mais tamiser le mil laissé dans le sable est pénible.
kɔ̀lē VN aiguiser, affûter (inf. de ɔ̀lē). Mí sɔ́ɔ̄ kō lò kɔ̀lē tà kùyā má. Je cherche une pierre pour aiguiser mon couteau avec.
kɔ̄lē V se disputer, se quereller (toujours avec ròkù). Mōnō-sákū gē à kɔ̄lē rèní jɔ̀ ròkù. Les enfants se querellent sur la boule. N dispute, querelle. Kɔ̄lē néè ré ɓālā ní ròsó kō. Leur querelle a duré beaucoup d'années [litt: ...ses années sont beaucoup déjà].
kɔ́lè N chance (bonne ou mauvaise). Kɔ́lè má ndò yàā-ré. Je n'ai pas de chance aujourd'hui.
kɔ̀lí N houe à manche courbée. Ní Búm̄ gē gèӯ njàkā kɔ̀lí kūmáy. Les gens de Boum Kebir savent labourer très bien avec la houe à manche courbée.
kɔ́lī VT couper (les branches d'un arbre), tailler. Ní màā ɓē gē kɔ́lī gām kāgā ré ògò ndètéè rèní gērē róbò. Les gens de village coupent les branches des arbres qui restent au bord de la route.
kɔ̀lɔ̀ VN être gourmand (inf. de ɔ̀lɔ̀). Ní kɔ̀lɔ̀ kàm àlà só. Un gourmand est une personne sans pitié. N gourmandise. Expr: ní kɔ̀lɔ̀ -gourmand
kɔ̄lɔ̄ N esp. d'arbre [Ficus glumosa] (arbre à feuilles raides qui donnent de petites figues rouges; fruit ngòlí très apprécié). Kɔ̄lɔ̄ à kāgā ré ànā, ndērē kūmáy. Le Ficus glumosa est un arbre qui donne de fruit, il est très sucré.
kɔ̀mè N glissade. Kɔ̀mè ɔ̀tɔ̄ nì bī ìsō rèní kàm bɔ̀té. Il a glissé et il est tombé à la boue. [litt: la glissade l'a terrassé ...] N substance gluante. Kɔ̀mè wàrè mā bī m-īsō só. J'ai glissé (dans la boue) mais je ne suis pas tombé. VN être gluant, visqueux (inf. de ɔ̀mè).
kɔ̄mē N tache dans l'oeil qui rend la vue infirme. Dèɓē ré kɔ̄mē ògò kàm ń ùwà lòō kòkórí só. Cette personne a une tache dans l'oeil et il ne voit pas bien. Expr: kàm kɔ̄mē -infirmité de la vue
kɔ́mè N esp. d'arbre [Diospyros mespiliformis]. Kāgā kɔ́mè ngóỳ kūmáy bī ɓàtī gē à ɔ̀ɲɔ̀ kànā ní yènī Le bois du Diospyros mespiliformis est dur et aussi les singes mangent son fruit.
kɔ́mē N harpon (pour la pêche). Mōnō-mbō-kānjē ùrù kānjē nè kɔ́mē ní. Les pêcheurs lancent l'harpon sur le poisson.
kɔ́mbē N arc-en-ciel. Kɔ́mbē à ɔ̀gɔ̄ kàrì njī. L'arc-en-ciel empêche la pluie de tomber.
82
kɔ́mbē N fièvre jaune. Lò kèngè dáwà njó-njóy lò kɔ́mbē àngā. Trouver un médicament efficace pour la fièvre jaune est difficile.
kɔ̀mbɔ̀ VN mettre (plus. choses); verser (inf. de ɔ̀mbɔ̀). Kɔ̀mbɔ̀ ngáā ré rèní màā káỳ à nākā káỳ. Verser du sable dans la maison aide la maison. VN construire (toiture) (inf. de ɔ̀mbɔ̀). Njɔ̄ kɔ̀mbɔ̀ káỳ ày njɔ̄ kìlà kūmáy. Le jour de construire le toit (d'une maison) est un jour de grand travail.
kɔ̀nɔ̀ VN allumer (feu) (inf. de ɔ̀nɔ̀). Màndé má àɓē sɔ̄ kēy lòhà kɔ̀nɔ̀ hàrù. Ma femme est partie chercher du fagot pour allumer le feu.
kɔ̀ndɔ̀rɔ̀ N bière de mil très épaisse et fortement fermentée d'origine "ouaddaïenne". Kɔ̀ndɔ̀rɔ̀ à čèkā ré ní-Wàdáỳ gē gèӯ kɔ̀jɔ̀ ní kūmáy. La bière de mil épaisse est une boisson que les Ouaddaïennes savent préparer bien.
kɔ́ngὲ N chef (en dit aussi kúngὲ). Kɔ́ngὲ ɔ̀gɔ̄ kàjī mōnō lɔ̀kɔ́lɔ̀ gē tì-njíkī màā-njɔ̄. Le chef a empêché que les étudiants dansent pendant la nuit.
kɔ̀ɲɔ̀ VN faire mal; être pénible (inf. de ɔ̀ɲɔ̀). Ná kɔ̀ɲɔ̀ táḿ dèɓē gē tàní njɔ̄ ní Les choses pénibles ont dérangé les gens d'autrefois.
kɔ̀ɲɔ́ N pépins de néré fermentés (pour la sauce). Kɔ̀ɲɔ́ ànū mɔ̀tɔ̀ màjī rèní kàm tárò. Les pépins de néré remplacent la sauce "Magi" dans la sauce.
kɔ́ɲɔ̀ N la droite. Súkù ògò rèní gè-kɔ́ɲɔ̀. Le marché est à la droite. Nè ɓálà nákū nè kɔ́ɲɔ̀ ń né. Il écrit avec (la main) droite.
kɔ̀rè VN tirer (inf. de ɔ̀rè). Dèɓē ré kɔ̀rè dèɓē ní ùmbā. Cette personne entrain beaucoup de monde.
kɔ̀rē VN retirer, enlever. Dèɓē gē àɓē kɔ̀rē ɲàlwέὲ. Les gens sont partis récolter le coton. VT fabriquer (briques). Kɔ̀rē bìríkì ày kìlà mōnō-bàlā gē. Fabriquer des briques est un travail des jeunes hommes. VN cueillir (le miel) (inf. de ɔ̀rē). Mōnō-mbō tàgì àɓē kɔ̀rē tàgì nè hàrù mbòhō ní. Les chasseurs des abeilles sont aller cueillir le miel avec un flambeau.
kɔ́rē N boîte fabriqué en feuilles. Bìyà má ɔ̀mbɔ̀ wólī tàní màā kɔ́rē. Mon père a mis des arachides dans la boîte.
kɔ̀rē-ɓē N mariage. Kɔ̀rē-ɓē dèɓē kònō tīsī hánè yē mōnō yā gē só. Le mariage de nos ancêtres ce n'est pas pareil à celui des gens de nos jours.
kɔ́rì V faire un trou. Mōnō-sákū kɔ́rì gòtò nè jīlī ní. L'enfant a fait un trou avec sa main.
kɔ̀rɔ̀ VN attribuer à quelqu'un un tort qu'il aurait pu éviter (inf. de ɔ̀rɔ̀). Kɔ̀rɔ̀ dèɓē kέɛ̄ òrī só. Accuser quelqu'un pour rien n'est pas bon.
kɔ̄rɔ̄y N période où les pluies sont irrégulières et où le soleil tape beaucoup. Tàkàsà kɔ̄rɔ̄y kàjà númā kūmáy. Dans la période où les pluies commencent à finir le soleil est très fort.
kɔ̀sè VN aligner, ranger, mettre en rang ou en ordre (inf. de ɔ̀sè). Màndé dúrù kɔ̀sè tásà ré ní lóò ní gē. La femme veut ranger les tasses dans leurs places.
kɔ̀sɔ̀ VN déraciner (inf. de ɔ̀sɔ̀). VN récolter (en déracinant, ex. arachide, pois de terre) (v. aussi kòrì). Njɔ̄ kɔ̀sɔ̀ wólī ày njɔ̄ màā ràā. Le jour de récolter les arachides est un jour d'être rassasié. Expr: kɔ̀sɔ̀ kīɲō, kɔ̀sɔ̀ ɓū kīɲō -fabriquer l'huile de karité
kɔ̀sɔ̀ Français N cochon. Njó-njóy tàkàsà kìnjī jéỳ ré kɔ̀sɔ̀ ndò ngáỳ Kíyāɓē. Jusque nos jours il n'y a pas assez de cochons à Kyabé.
83
kɔ̄sɔ̄ N sorte de divination avec pierres. Ní ndūmā wàrē kɔ̄sɔ̄ lòhà mòtù ní. Celui qui fait des oracles manipule les pierres de divination pour (trouver la cause de) sa (qqn d'autre) maladie.
kɔ̀sɔ̀-mɔ̀tɔ̀ N le debout, commencement. Kɔ̀sɔ̀-mɔ̀tɔ̀ kìlà ré àngā kūmáy. Le debout d'un travail est très difficile.
kɔ̀tɔ̄ VN arriver (inf. de ɔ̀tɔ̄). Mí dúrù kɔ̀tɔ̄ tàní ɓē tà gétè kàjà-kúmā kìsō. Je veux arriver au village avant que le soleil se couche.
kɔ̀wὲ VN crier (inf. de ɔ̀wὲ). Kɔ̀wὲ màā-njɔ̄ kòō ɔ̀gɔ̄ tòrò ɓī nè dèɓē gē. Crier en pleine nuit empêche les gens de dormir.
kɔ̄wɛ̄ N morceau. kɔ̄wɛ̄ ròkù, kɔ̄wɛ̄ bíyā morceau de boule, morceau de céréale dans la bouillie Expr: kɔ̄wɛ̄ gàm̄ -noyau du testicule
kɔ̄wɛ̄ N esp. d'oiseau, héron garde-boeuf. Kɔ̄wɛ̄ à àlī njàhà ré à ráā kūmáy rèní gɔ̄ sā gē. Le héron garde-boeuf est un oiseau blanc qui se promène beaucoup derrière les boeufs.
kɔ̀ӯ N personne non-initiée. Kɔ̀ӯ ày dèɓē ré ìndà yòndò rɔ̀ só. Un "koy" est une personne qui n'a pas encore été initié.
kɔ̀ý INT lequel (d'entre plus. choses). Dèɓē kɔ̀ý āɓē kùwà ní? Quelle personne es-tu allé voir? Yē kɔ̀ý í ndégì. Lequel d'entre eux tu voudrais?
kɔ́ӯ N baguettes utilisées pour la charpente de la toiture d'une case (normalement suivi de káỳ). Kɔ́ӯ òrī lòhà kùkà dìnì káỳ. Les baguettes sont bonnes pour appuyer la paille (de la toiture) de la maison.
kɔ̀yɔ̄ VN conseiller (inf. de ɔ̀yɔ̄). Kɔ̀yɔ̄ ní-kàlīsīyō nákā ní só. Conseiller un fou ne l'aide pas.
kùū N insecte. Màā ɓà kùū ròsò kūmáy mà káỳ. Dans la saison des pluies il y a beaucoup d'insectes dans la maison.
kùú N crie d'agonie (toujours avec kɔ̀rē,ɔ̀rē). Kùú kɔ̀rē ní táḿ kánē màkē má ndàtè mànī. La crie d'agonie qu'il a poussé m'a affecté beaucoup.
kūú INJ réponse (d'une femme) à un appel. Nògò-né mí-tíyè màndé-má nē ndègì "kūú". Quand j'apelle ma femme elle répond "kuu".
kúū INJ un crie d'appelle au secours, quand on est égaré en brousse. VI appeler au secours. Nè nìbì tàní màā bɔ̄dɔ̄ bī à kúū. Il est égaré en brousse et il apelle au secours.
kùū-ɓólō N chenille du caïlcédrat. Jē-kònō dèɓē gē à ìsà kùū-ɓólō gē bī nàndā-kàré ìsà só yā. Avant les gens mangeaint les chenilles du caïlcédrat mais maintenant on ne les mange plus.
kùū-kīɲō N chenille de karité. Kùū-kīɲō òrī kìsà bé. La chenille du caïlcédrat est bonne à manger.
kùbà VN enlever (la terre d'un trou); défaire (inf. de ùbà). Kùbà kùlā kùgà gùy ré àngā mā kūmáy. Défaire le noeud de cette corde a été très difficile pour moi.
kùbā VN payer (inf. de ùbā). Kùbā kūrā ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy nògò-nè kìlà-í nì ndò. Payer une dette est très difficile si tu n'as pas du travail. N prix (donné au vanqueur).
kùbō VN acheter; payer (inf. de ùbō; on dit aussi ùbō). Né àɓē súkū kùbō tāy. Il est allé au marché pour acheter du mil.
84
kùbù VN activer (feu); souffler (inf. de ùbù). Màndé sɔ́ɔ̄ sēkētē lò kùbù hàrù. La fille cherche l'éventail pour activer le feu.
kùɓà VN piétiner, tresser (corde) (inf. de ùɓà). Mí dúrù kùɓà kùlā lòhà táḿ ní tèrɓèléè. Je veux tresser de la corde pour en faire un panier de poisson.
kùɓā N repas faite de feuilles de haricot. Kùɓā ày ná kìsà ré màndé gē táḿ nè wólī, kàtā, bī sìtā yènī. "Kuba" est une nourriture que les femmes font avec l'arachide, le sel et le piment.
kùɓā VN modeler (inf. de ùɓā). Kùɓā ngáā mōnō-sákū-gē ày lòhà kùɓā gírò njɔ̄ nògò. Modeler la boue est pour que les enfants puissent modeler les marmites plus tard [litt: modeler la terre des enfants est pour ...]. Expr: télè mbɔ́ɔ̀ kùɓā -renverser/être renversé en bas ní-kànū-čèkā ìsō bī jɔ̀ ní télè mbɔ́ɔ̀ kùɓāLe soulard est tombé la tête en bas.
kùɓò VN faire (qqc) ensemble (inf. de ùɓò). Kìɲā ná-kìsà mōnō í gē kùɓò ní yē ní-dàrū í njɔ̄ hálá òrī só. Donner à manger à tes enfants ensemble avec ceux de ton voisin tous les jours n'est pas bon.
kùɓù N grande pêche annuelle qui dure environ un mois. Dèɓē ngàɓà gē hálá àɓē kùɓù. Tous les hommes sont partis à la pêche annuelle.
kūɓū AV en totalité, entier. Dèɓē ré ìsà kūnjá kūɓū yɔ̄ kàré ní. Cette personne a mangé un poulet entier lui seul.
kúɓú N saison chaude. Kúɓú ɔ̀ɲɔ̀ yɔ̄ dèɓē kūmáy. La saison chaude dérange les gens beaucoup.
kúɓúsì ID brusquement, brutalement (entrer: descr. de ànjā). Nè ànjā kúɓúsì tàní màā káỳ. Il est entré brusquement dans la maison.
kùdù VN piler pour enlever les grains et quitter la saleté (inf. de ùdù). Kùdù tāy-kā ɔ̀ɲɔ̀ ùmbā kùdù tāy-kàkè. Piler le petit mil est plus difficile que piler le sorgho.
kùgà VN frapper; construire (inf. de ùgà). Kùgà káỳ ày nákū ré dèɓē à nìngā wàsíì só. Construire une maison n'est pas une chose que quelqu'un va terminer vite.
kùgù VN pincer; cueillir, récolter avec la main (inf. de ùgù). Kùgù wólī ɔ̀ɲɔ̀ só. Récolter les arachides n'est pas difficile.
kùhà VN fendre; couper en deux (inf. de ùhà). Mí sɔ́ɔ̄ kùyā lòhà kùhà ní wàsō. Je cherche un couteau pour couper le melon avec.
kùhā VN pagayer (inf. de ùhā). Mí dúrù ndóò kùhā tòhò. Je veux apprendre pagayer une pirogue.
kúhà N éventré et ouvert (poisson). kānjē kúhà = kúhà kānjē - poisson éventré et ouvert.
kúhā VT aller à la recherche des noix de karité pour les ramasser. Màndé gē àɓē kúhā kīɲō bī ɔ̀kɔ̀ kūmáy. Les femmes sont allé à la recherche des noix de karité et elles ont beaucoup ramassé. VT chercher qqc. rare. Mí kúhā gúrsù bī m-émbè só. J'ai cherché de l'argent partout mais je n'en ai pas trouvé.
kùhù VN enfler (inf. de ùhù). N enflé, chose enflée. Jīlī kùhù ɔ̀gɔ̄ tòrò ɓī. Une main enflée empêche le sommeil.
kùjè N asticot. Kùjè ròsò tàní màā gòtò-kèӯ. Les asticots sont nombreux dans les WC.
85
kùjì N stérilité. Màndé ní ày màndà-kùjì, négè òyò mōnō só. Sa femme est stérile, ils n'ont pas d'enfants. Expr: màndé kùjì, dè-ngàɓà kùjì -une femme stérile, un homme stérile
kūjí N nasse à poisson faite en roseau. Mōnō-mbō-kānjē téè kūjí nè tūwā ní. Le pêcheur tresse une nasse à poisson avec le roseau.
kùkà VN saisir, attraper (inf. de ùkà). Kùkà néè mā nàá m-éngè ní dòō ré. C'est quand ils m'ont saisi que j'ai trouvé cette plaie.
kúkùɓù Français N coupe-coupe. Kúkùɓù òrī lòhà túgā kāgā káӯ. Le coupe-coupe est bon pour couper le bois frais.
kùkúnā N grains mauvais (d'arachide, haricot, pois de terre). Kùkúnā ròsò kūmáy rèní kàm wólī ré m-ūbō. Il y a beaucoup de mauvais grains dans les arachides que j'ai achetées.
kùlā N corde. Mí dúrù kùlā lòhà kòyò ní ndòbō. J'ai besoin de la corde pour tresser le secko avec. N mesure de terrain d'un champ (à peu près 72 mètres carrés), "corde". Ní njàkā àsà njàkā ɲàlwέὲ kùlā dɔ̀gɔ̀ kílá dɔ̀gɔ̀ bī jɔ̀ɔ̄ lòhà ɓālā kàréè. Un cultivateur peut culiver dix cordes de coton ou plus de dix dans une année.
kúlà N nouveau (tubercule). Kúlà ngúlū òrī ùmbā yē kònō. Une nouvelle igname est mieux que celle de l'année passée. kúlà bāngàw, kúlà ngàlè - patate douce nouvelle, manioc nouveau. Expr: mànī kúlà -l'eau monte, il y avoir la crue Tàkàsà mànī kúlà dāy jɔ̀ ní à ɓēlé kūmáy.Pendant la période de la crue, traverser est dangereux.
kúlà Arabe Av aussi. Màā kúlà njí m-āɓē. Moi aussi j'irai.
kùlā-màmà (Syn: màmà) N boa, python. Kùlā-màmà àsà kòlì jùlù béè. Le boa peut avaler une biche-cochon.
kùlā-mìɲā N fil de fer. Kùlā-mìɲā òrī kūmáy lòhà kɔ̀bē ɲàmá. Un fil de fer est très bon pour étaler les habits.
kùlè VN passer au dessus du feu pour brûler en surface (inf. de ùlè). VN semer à la volée (inf. de ùlè). Kùlè ní kóò nìngā ní nàá ndélè ní ɓēé. Quand il a fini de semer le sésame à la volée il est rentré au village.
kùlè V payer la dot. Njínjɔ́ɔ̀ gétè ní-dàrū má gē àɓēe kùlè màndé lòhà mōnō néè. Avant-hier mes voisins sont allés payer la dot pour leur fils.
kúlē N esp. d'oiseau, tisserin, "mange-mil". Bìyà mōnō gē ìlà mōnō-sákū gē tàní màā màgè lòhà tɔ̄ɓɔ̄ kúlē jī jɔ̀ɔ̄ tāy. Le père a envoyé ses enfants au champ pour chasser les tisserins du mil.
kúlē-kàkì N esp. d'oiseau, tisserin rouge brillant. Kúlē-kàkì à ìsà tāy kūmáy. Le tisserin rouge mange beaucoup de mil.
kūlī N froid. Kūlī ɔ̀ɲɔ̀. Il fait froid. Kūlī táhà má. Le froid me dérange [litt: ... me dépasse]. Expr: kūlī ɔ̀ɲɔ̀ [dèɓē] -[qqn] avoir froid kūlī ɔ̀ɲɔ̀ bísì bī nè ìndà.Le chien a froid et il tremble. Expr: kūlī ɔ̀ɲɔ̀ -il fait froid
kúlī V préparer une sauce gluante (en la battant). kúlī tárò gómbò faire la sauce longue Expr: tárò kúlī -sauce longue Nògò-nè màndé gē túɓō nì-tárò gē hálá, tárò kúlī ày lòhà mā.Si les femmes assemblent toutes les sauces, la sauce longue est pour moi.
kùlū VN garder, élever (des animaux) (inf. de ùlū). Kèmbè gúrsù lò kùlū mōnō-sákū nò-ndákā-ré àngā kūmáy. Trouver l'argent pour élever un enfant à nos jours est très difficile.
86
kùlū VN être profond (inf. de ùlū). VN profond (inf. de ùlū). Mànī kùlū ày lòō njíkī mōnō-sákū gē só. L'eau profonde n'est pas un endroit de jouer pour les enfants.
kúlù N charbon. Dèɓē-tɔ́gɔ̀ gē ɔ̀gɔ̄ kúlù lòhà ndèrì ní nákū. Les autorités ont défendu le charbon pour en faire la cuisine.
kūm N nombril. Kìyà kūm mōnō nè kádà ní nò-ndákā-ré ndò kō. Couper le nombril avec la tige à nos jours ne se fait plus. N coin. údù gòō tàń kūm káỳ. Pose le pilon au coin de la maison.
kúḿ VT couvrir ou fermer dans un endroit bien fermé pour conserver la chaleur. Nògò-nè màndé nì ndèrì kɔ̀ɲɔ́ nē nè kúḿ. Quand la femme cuit les pépins de néré, elle les couvre. Expr: kúḿ sèlí -couvrir le tabac pour donner le bon goût Ní njàkā sèlí kúḿ sèlí ní rèní màā gírò kòtī-tà kán̄ t-àtù ɲèlē.Le cultivateur de tabac couvre son tabac dans un canari fermé pour qu'il ne sent bon.
kùmà VN durer longtemps (inf. de ùmà). Kōhō kùmà ày kōhō ré ndújù kō. Un céréale qui a duré est un céréale qui est abîmé. Expr: ní kùmà -un vieux, quelqu'un qui a duré
kùmā N chance. Kùmā má òrī sóò yàā-ré. Ma chance n'est pas bonne aujourdÆhui.ç VN avoir de la chance (inf. de ùmā). Expr: kùmā ń [dèɓē] -se moquer de [qqn] Kùmā ní ní-kàɓē í táḿ kánē hàā nj-àgà dànà séè sìníì.Se moquer de ton ami va créer des problèmes entre vous.
kùmā N esp. de plante servant de haie [Jatropha sp.]. Kùmā kàkè à táḿ gàngā ní. Le Jatropha rouge est utilisé pour faire des haies. Mànī kùmā kákè à njòm̄ dòō másù bī dòō ní à njúḿ só. La sève d'une jeune plante "kuma" soigne une nouvelle plaie et elle ne s'infecte pas.
kúmà N esp. d'arbre ([Parinari sp.] ou [Diospyros mespiliformis]). Kànā kúmà ndērē; màndé gē à táḿ ní ná-kὲɛ̄. Le fruit du Diospyros mespiliformis est sucré; les femmes en font une boisson.
kùmáḿ Arabe N bagage. Kùmáḿ má nìbì màkē kàɓē mbā má. Mon bagage était perdu pendant mon voyage.
kùmàrsá Français (Syn: ní-rɔ́ɓē-nákū) N commerçant. Kùmàrsá ày dèɓē ré dúrù kìsō só. Un commerçant est une personne qui ne veut pas perdre.
kùmársà Français N commerce. Táḿ kùmársà ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. Faire le commerce est très difficile.
kūmáy AV beaucoup, trop. ìsà nákū kūmáy. Il mange beaucoup. AV bien. Mōnō má gèӯ kìndà kɔ́bɔ̀ kūmáy. Mon enfant sait jouer le balafon bien.
kúmū N grain qui n'a pas complètement poussé. Dèɓē àsà kɔ̀sɔ̀ wólī kúmū só. On ne peut pas récolter les grains d'arachides qui n'ont pas encore poussé complètement.
kúmwὲ N rônier. Kúmwὲ ày kāgā rōngō kókòō ré kànā ní ògò ní. Le rônier est un arbre haut avec un fruit.
kùmbà Français N tenue militaire, habits militaire. Kùmbà ày ɲàmá ré ásgàrà gē à òsī lòhà nòhò rɔ̄. La tenue militaire est les habits que les soldats portent pour le combat.
kùmbā VN dépasser (inf. de ùmbā). Nè dúrù kùmbā ní-kòō ní bī yɔ̄-ngóỳ ní àsà só. Il veut dépasser son frère mais il n'a pas la force. Expr: kùmbā jɔ̀ ní-kàjì -choses qu'une personne âgée ne peut plus faire Expr: nákū kòō kùmbā yē-ré -la chose importante Nákū kòō kùmbā yē-ré kàjī ī táḿ kìlà-í njɔ̄ hálá.La chose importante est que tu fasses ton travail tous les jours
87
kūmbá N gifle. Nè ìɲā kūmbá nè mōnō í nè. Il a donné une gifle à ton enfant. Expr: ùgà kūmbá jīlī -taper les mains tout en chantant (chant funèbre) Rèní mà ɓē kò n-ògò ní nē màndé gē à ùgà kūmbá jīlī.Dans le village, s'il y a la mort alors les femmes tapent les mains en chantant.
kūmbú N partie dorsale. Kūmbú má ɔ̀ɲɔ̀ mā. La partie dorsale de mon dos me fait mal.
kùnā VN pincer (inf. de ùnā). Kùnā má súkùrà ré m-úwà kùū gē rèní kàm. Quand j'ai pincé le sucre j'ai vu des insectes dedans.
kúnà N vertèbres qui forment le coccyx. Mòtù kúnà àsū kūmáy bī àngā lòhà kèngè dáwà ní. Les infirmités des vertèbres sont très mauvaises et il est difficile trouver son remède.
kúnā VT rassembler. Kɔ́ngὲ kúnā ní màā ɓē gē bī òtì né hàā. Le chef a rassemblé les gens du village pour les parler.
kùnù VN prendre (inf. de ùnù). Mōnō má ànjā tàní màā káỳ lòhà kùnù gúrsù má. Mon enfant est entré dans la maison pour prendre mon argent.
kúnū N nez. Kúnū ní ɔ̀nɔ̀ nì. Son nez lui fait mal. N résidu du mil après le battage. Kúnū gɔ̀jè à lòhà yálì nè bīɲā gē. Le résidu du sorgho est pour jeter aux chèvres. Expr: kúnū tòhò -le devant de la pirogue Mōnō-mbō ré ìnjī tàní kúnū tòhò nè à ìlā bándà.Le pêcheur assis au devant de la pirogue jette le filet. Expr: kúnū mìnjò -la partie du grain de haricot qui germe Expr: kúnū wàsō -la partie du melon attaché à la tige
kùnù-mɔ̀tɔ̀ N le debout, commencement. Tīsī hánè kùnù-mɔ̀tɔ̀ kìlà jé. Il est pareil au debout de notre travail.
kúndā N cheval. àráɓù gē nàw̄ kúndā gē kūmáy. Les Arabes aiment beaucoup les chevaux. Kúndā hàn: "kàjà-kúmā kàré ndákā nè tɔ̄ɓɔ̄ ní." Le cheval dit: "une seule journée suffit pour la chasse." (il est capable d'aller la journée)
kùndè N harpe, cithare. Ní njíkī gē à njíkī jɔ̀ kùndè. Les danseurs dansent avec la cithare.
kùndú Arabe N boisson sucrée faite de farine de mil pénicillaire. Kùndú ànū dèɓē só. La boisson de mil ne soûle pas quelqu'un.
kúndū V sorte de balafon d'apprentissage qu'on aligne par terre. Mōnō-sákū à ndóò kìndà kúndū gétè kán̄ nj-ìndà kɔ́bɔ̀. Les petits enfants jouent le balafon d'apprentissage avant de jouer le balafon.
kúndùkúỳ N raisin sauvage (on dit aussi kíndùkúỳ). Kí-ɓàlè njàhà dúrù kúndùkúỳ kūmáy lò kɔ̀ɲɔ̀. Le varan blanc aime beaucoup manger les raisin sauvage.
kùndúlū (Syn: kìkí) N esp. d'arbre, palmier doum [Hyphaene thebaica]. Kànā kùndúlū ndērē ní àsà nɔ̀hέὲ nè kànā kúmwὲ ní só. Le fruit du palmier doum n'est pas aussi sucré que le fruit du rônier.
kúndúḿ N galop. Expr: àɲā kúndúḿ -galoper Kúndā júù àɲā kúndúḿ.Le cheval de course galope.
kūngā N hache. M-únù kūngā bī j-àɓē màā màgè. Prends la hache et allons au champ.
kūngūrū VI être bossu (personne). V devenir bossu. Mōnō má kūngūrū béè njɔ̄ tɔ́gɔ̀ ní. Mon enfant est devenu bossu seulement quand il a grandi.
kùnjā N soif (on dit aussi kìnjɔ̄). M-āɓē gɔ̄bé bī tà ndélè má kūnjá ɔ̀ɲɔ̀ mā. Je suis parti au champ et à mon retour j'avais soif. Expr: kùnjā ɔ̀ɲɔ̀ [dèɓē] -[qqn] avoir soif
88
kūnjá N poulet. Kūnjá ní-dàrū má gē sálà tāy má. Les poulets de mon voisin éparpillent mon mil. Expr: kūnjá kúyà -coq
kūnjá-kí-dōkú N sorte de poulet sauvage. Kūnjá-kí-dōkú tīsī kūnjá ɓē bī nè ògò tàní màā bɔ̄dɔ̄. Le poulet sauvec est comme le poulet domestique mais il vit dans la brousse.
kūnjú N sommet du toit (extérieur). Kūnjú káỳ ày kò-tímbìī jɔ̀ káỳ. Le sommet du toit est la partie finale de la maison. N touffe de cheveux laissée sur le crâne après d'être rasé.
kúɲā VT boire (liquide) à grande gorgée. Kùnjā ɔ̀ɲɔ̀ ní kūmáy bī kúɲā mànī. Il avait très soif et il a bu l'eau à grande gorgée.
kùrà VN être loin (inf. de ùrà). N lointain, endroit lointain. ɓē kùrà m-ásá kùwà só. Un village lointain je ne peux pas voir.
kùráà AV loin (v. aussi ùrà). ɓē néè ògò tàní kùráà. Leur village est loin.
kūrā N dette. Kèngè má gúrsù ré m-ūbō kūrā jē jɔ̀ mɔ́. Quand j'ai reçu l'argent j'ai payé ma dette. Expr: ɔ̀dɔ̀ kūrā -contracter une dette M-ɔ́dɔ̀ kūrā.Je contracte une dette.
kúrē N barrage pour la pêche (v. ). Ní mbō kānjē ùɓā kúrē lòhà kòsì ní kūjí. Le pêcheur construit un barrage pour y mettre la nasse à pêche.
kūrī VT froisser. Nè kūrī ɲàmá ní òsī tàní mɔ̀tɔ̀ ná-ndāy. Il a froissé ses habits et les a mis sous le lit.
kùrù N partie ajoutée au champ (normalement le sésame ou le mil). Ní-njàkā ùgà kùrù rèní tà màgè ní. Le cultivateur agrandi son champ (en coupant les arbres près de l'ancien champ).
kùrù VN lancer sur; verser (inf. de ùrù). Kùrù ɓū rèní mà gúù ndètè wàsíì só. Verser l'huile dans la gourde ne se fait pas vite.
Kùrùmì N peuple Sara-Kaba, voisins des Koulfa et des Tiyé. Ní Kùrùmì nì njùɓà nē m-ō béè bī m-ásà njùɓà ní só. Si un Kouroumi parle alors je comprends mais je ne peux pas parler.
kùsétì N boisson d'origine arabe. Kùsétì ànū dèɓē wàsíì só. La boisson "kuseti" ne soule pas une personne vite.
kùsù VN essuyer, moudre (Inf. de ùsù). Kùsù ndùjú à lòhà màndé gē. Moudre la farine est pour les femmes (ce sont les femmes qui le font).
kùsū VN faire descendre, déposer (inf. de ùsū). Kùsū kēy màndé ré nàá ɓōdō ndàlì-ń nì. La femme a déposé le fagot, c'est pourquoi elle a un douleur soudain aux reines.
kútà V bouclier. Ní kàɓē rɔ̄ gē ùkà kútà rèní nɔ̀ɔ̄ gè. Les guerriers placent les boucliers devant eux.
kūtū N esp. d'arbre [Detarium microcarpum]. Kànā kūtū ndērē bī kàm ní ògò tàní màkē. Le fruit du Detarium microcarpum est sucré et il a une noix dedans [litt: sa noix est dedans].
kútù N esp. d'arbre aquatique aux fruits rouges. Kútù ày kāgā sìlī tàní kàm mànī. Kànā ní ògò ní bī dèɓē gē à ìsà só. Le "kutu" est un arbre touffu dans l'eau. Il donne de fruit mais les gens ne le mangent pas.
kútúmbúù Arabe N âne. Kútúmbúù à ìtō kùmáḿ kūmáy ùmbā kúndā. L'âne peut porter plus bagage que le cheval.
89
kùwà N portion d'un champ prise par le cultivateur pour labourer. Ní-njàkā gē ùkà kùwà. Les cultivateurs prennent une portion (pour labourer).
kùwà VN voir (inf. de ùwà). Kùwà má nìnjò má yɔ̄-mɔ́ ɲèlē mā kūmáy. Voir mon frère me fait très content. VN visiter. òrī kūmáy lòō kùwà ní-mòtù. Il est très bon de visiter un malade. Expr: lòō kùwà gɔ̄ -pour voir, pour que quelqu'un le voie Yòndò dē-ngàɓà gē òrī só lòō kùwà gɔ̄ màndé gē.L'initiation des hommes est mauvais pour les femmes de voir.
kùy VN faire un clin (d'oeil) (inf. de ùy). Kùy kàm ày ná kòrī só. Faire un clin d'oeil n'est pas bon.
kùy N kyste. Ní-kàɓē má gē yē-nòhò nɔ̀ɔ̄-ɔ́ à kùy. Parmi mes camarades il y a un avec un kyste au front.
kùӯ N hameçon. M-úkà kānjē nè kùӯ ní bī kānjē tēkī kùӯ. J'ai pris un poisson avec l'hameçon mais le poisson a coupé la ligne. N corde à laquelle l'hameçon est attaché.
kùӯ VN coudre (inf. de ùӯ). ɲíbrì ày nákū kùӯ ɲàmá. L'aiguille est une chose pour coudre les habits.
kūý N esp. de poisson [Protopterus annectens]. Kūý à kānjē ré àw bī ngɔ̀hέ-ń ndò. Le "kuy" est un poisson long mais il n'a pas des écailles.
kúỳ N fruit non mûr (s'emploie seulement pour le fruit de karité). Dèɓē à ìsà kúỳ kīɲō só lòhà nè ìdì. On ne mange pas le fruit de karité non mûr parce qu'il est âpre.
kùy-míndī-njàā N la cheville. Kìsō má ré nàá kùy-míndī-njàā má ɔ̀ɲɔ̀ ní mā. Quand je suis tombé ma cheville m'a fait mal. [litt: Mon tomber ce c'est pourquoi mon cheville me fait mal]
kùy-míndī-jīlī N poignet. Mōnō-sákū ìsō bī kùy-míndī-jīlī ní mbùy. L'enfant est tombé et il a souffert une entorse au poignet.
kùyā N couteau. íɲà mà kùyā m-íyà ní jā. Donne-moi un couteau (et) je coupe la viande avec.
kùyā VN beau, belle (inf. de ùyā). Mūɲé kùyā ròsò lóò Njàménà. Les belles filles sont nombreuses à N'djaména.
kūyā N esp. d'arbre, [Ceiba pentandra]. Bùnjū kūyā àsū à táḿ kàm dèɓē. La fibre de l'arbre "kuya" est mauvaise, ça fait mal aux yeux des gens.
kúyà N esp. de poisson, poisson-perroquet [Tetraodon fahaka]. Kúyà ày kānjē ré màkē àɓē gúrwúy háǹ bálò áǹ bī jā ní ɲèlē kūmáy. Le poisson-perroquet est un poisson avec le ventre rond comme un ballon et sa chaire est délicieuse.
kúyà N champion, héros (de combat). Kúyà mbìlè, dèɓē à njíkī sìníì só. Un champion de la lutte, on ne va pas s'amuser avec lui.
kúyà N coq (normalement kūnjá kúyà). Kūnjá kúyà ní-dàrū má káӯ béè mà-njɔ̄ hálá, ɔ̀gɔ̄ mā jē tòrò ɓī. Le coq de mon voisin a chanté toute la nuit, il m'a empêché de dormir.
kùyè N puits généralement peu profond (situé dans un endroit marécageux ou prés d'un cours d'eau). Kùyè ògò tàní mà màgè gē dé. Il y un puits dans notre champ.
kúyē VT ruminer, faire sortir (nourriture, pour la manger et digérer). Bīɲā kúyē ná-kìsà ní bī ndélè ìsà yā-yā. La chèvre rumine (fait sortir dans la bouche) sa nourriture et la mange encore.
90
N chanson, chant. Lā ré m-ō rèní màā ràdyō ɲèlē mà kūmáy. Cette chanson que je viens d'écouter à la radio me plaît beaucoup. Expr: kìlā/ìlā lā -chanter Màndé ré gèӯ kìlā lā kūmáy.Cette femme sait chanter très bien.
INT interrogatif de mise en valeur. āɓē lá? Es-tu y allé? Mà lá? Est-ce moi? úwà lá mōnō má súkù? As-tu vu mon enfant au marché?
làā N période de sécheresse en pleine saison des pluies, arrêt des pluies pendant un certain temps. Làā tújù tāy má hálá. L'arrêt de pluies a détruit tous mon mil.
làdàrā Français N drap. Làdàrā jɔ̀ ná-ndāy má ndōlī. Les draps de mon lit son déchirés.
làdáỳ (Syn: káỳ-sīlī) N cuisine. Màndé gē ìɲā gírò néè gē tàní làdáỳ. Les femmes ont laissé leur canari dans la cuisine. Expr: káỳ làdáỳ -cuisine
làjàrī N bâtiment isolé dans un hôpital où l'on garde les tuberculeux. Ní-kásī-kō gē káỳ-néè ògò-ń nè kàlà-ń né à tíyè-nì hàn làjàrī. Les tuberculeux, leur résidence est à part, on l'appelle "lajari".
làjùwārā Français N rasoir. Làjùwārā ày nákū ré dèɓē gē à dìsā ń ngɔ̀ɔ̄. Le rasoir est une chose que les gens rasent les cheveux avec.
làkà N sorte de gros mil. M-ōsī làkà ɓālā ré rèní-mà màgè má. J'ai semé du gros mil cette année dans mon champ.
lākāsī ID fermement (adhérer, coller): descr. de ndíɲà. Mōnō-mbō ùdù àlī nè gɔ̀ ní bī àlī ndíɲà lākāsī kàm tīɓī. Le chasseur pique l'oiseau avec sa tige et l'oiseau s'est collé fermement à la colle (mise sur la tige).
làkērē Français N craie. Tàní lɔ̀kɔ́lɔ̀ métrè à ɓálà nákū nè làkērē ní rèní mà tàbùlō. À l'école le maître écrit les choses avec la craie sur le tableau.
làmáǹ Français N amende. ìndā làmáǹ. On lui a imposé une amende.
làmúnù [làmṵ́nṵ̀] N citron. Mànī làmúnù kálā kūmáy. Le jus du citron est très acide. N orange (on dit aussi làmúnù).
lámbà N émail de peinture d'un récipient. N lampe. Lámbà òrī lòhà njàhà màā káỳ. La lampe est bonne pour donner lumière dans la maison. Expr: ɔ̀rē lámbà -être écaillé Tásà ɔ̀rē lámbà.La tasse est écaillée. Expr: nɔ́rē lámbà -être écaillé en plus. endroits Tásà nɔ́rē lámbà.La tasse est écaillée en plusieurs endroits.
lángā V vanner (la dernière fois, pour obtenir de la farine très fine). Mōnō mūɲé gē lángā ndùjú néè lòhà kòhò bíyā. Les jeunes filles vannent leur farine pour préparer la bouillie. V couper de la viande en longueur pour pouvoir la fumer. Ní-kùlū-nákū-gē lángā jā néè bī ɔ̀bē jɔ̀ kùlā. Les éleveurs coupent leur viande en longueur et la sèche sur la corde.
làfáỳ N voile longue qui les femmes arabes portent. Màndà màngà njì tàkī kέɛ̄ kájē làfáỳ só. Les femmes musulmanes ne sortent pas dehors sans le voile.
làptánì Français N hôpital, dispensaire. Mōnō má ày mòtù kūmáy bī m-āɓē ní làptánì. Mon enfant est très malade et je l'ai emmené à l'hôpital.
làspérè Français N lance-pierres. Mōnō-sákū à tɔ̄lē àlī gē nè làspérè ní. Les enfants tuent les oiseaux avec les lance-pierres.
làsúpù Français N soupe.
91
làtìríkì N lampe électrique, torche. Màā ɓà òrī lòhà ndāy kájē làtìríkì só. Dans la saison de pluie il n'est pas bon dormir sans torche.
láỳ N semoule de mil très fine qu'on met dans l'eau bouillante avant de préparer la boule. Nògò-nè màndé nì dúrù táḿ ròkù nē nè táḿ láỳ gétè bī télè ndùjú rèní kàm. Quand une femme veut préparer la boule alors elle fait la semoule d'abord et elle verse la farine dedans.
INT où?. Nj-āɓē kí-lé. Où vas-tu?
lèbè-wólī-gùrú N pâte d'arachide (v. wólī-gùrú-lèbè).
lèɓè N pâte (normalement d'arachide). Lèɓè òrī kūmáy lòhà táḿ ní tárò. La pâte est très bonne pour faire la sauce avec. Expr: lèɓè kóò -pâte de sésame
lédà N sac en plastique. Dèɓē-tɔ́gɔ̀ gē tɔ̄ɓɔ̄ tòkó dèɓē gē tì táḿ kìlà nè lédà ní. Le gouvernement a commandé que les gens n'utilisent pas les sacs en plastique.
léléndé ID complètement (brisé: descr. de yáhù). Gírò má yáhù léléndé. Ma jarre est complètement brisée.
léngē V se balancer (chose suspendue). Móngò ré ndēkī bī nángà à léngē tàní tàá. Cette mangue s'est coupée et elle reste suspendue en balançant en haut (dans la branche). V tituber, marcher sans garder l'équilibre (sens figuré).
lérē Français N l'heure. Lérē à kí ndōkú? ày lérē màká kō. Quelle heure est-il? Il est (déjà) six heures.
lèӯ N épis de mil mûrs laissés dans le champ après une récolte, mil glané. Mōnō-sákū gē à wàrē lèӯ jē-gɔ̄ ní tátē tāy gē. Les enfants glanent les épis de mil derrière les gens qui récoltent le mil.
lēy V verser en laissant les impuretés. Nògò-nè mànī n-ày bìsí dèɓē lēy jɔ̀ɔ̄. Quand l'eau est pleine d'impuretés on verse la partie claire à la surface.
léӯ V sauter. Mōnō-sákū gē à léӯ rèní jɔ̀ kùlā. Les enfants sautent sur la corde (jeu).
(Syn: yòō) N serpent. Lī nì jùɲù kī nē n-úwà kùlā nē nj-āɲā. Si un serpent t'a mordu alors tu vas fuir la corde.
líì N épidémie. Líì ìsō rèní jɔ̀ ɓē bī dèɓē ròsò ò. Une épidémie est tombée sur le village et beaucoup de monde est mort. N grand danger. Expr: kò líì -mort épidémique Kò líì àbò rèní jɔ̀ ɓē bī dèɓē hálá ndègì kàɲā jɔ̀ ɓē kέɛ̄.La mort épidémique est arrivée dans la région et tous les gens veulent fuir à autre région.
lìsá Arabe AV pas encore (normalement dans un réponse à une question; v. aussi rɔ̀ só). Lìsá dèɓē ré ò rɔ̀ só. Cette personne n'est encore mort [litt: pas encore, cette personne n'est pas encore mort].
CNJ pour (but): abréviation de lòhà. Né àɓē súkū lò kùbō tāy. Il est allé au marché pour acheter du mil.
lòō (Syn: nòō) N lieu, endroit. Lòō ɲèlē-nì só. L'endroit ne lui plaît pas. N temps atmosphérique. Lòō òrī kūmáy yàā-ré. Le temps est beau aujourdÆhui. N champ (quand suivi par le propriétaire). Tāy màā lòō má ré tɔ̀gɔ̀ ɓālā ré só. Le mil dans mon champ n'a pas grandi cette année. Expr: gúḿséè ògò kàm lòō -le temps est couvert de brouillard
lóò (Syn: tìyéè) AV ici. ábò lóò. Viens ici. īndā lóò jɔ̀ táɓùlù. Mets-le ici sur la table.
92
lò-njɔ̄-njɔ̄ AV tous les jours, chaque jour. Lò-njɔ̄-njɔ̄ négè àbò lóò tà-káỳ. Chaque jour ils viennent ici devant la maison.
lò-sēríì (Syn: lò-táḿ-sēríì) N place de jugement. Dèɓē gē ùkà ní-ɓògò àɓē ní tàní lò-sēríì. Les gens ont saisi le voleur et l'amené à la place de jugement.
lò-táḿ-sēríì (Syn: lò-sēríì) N place de jugement. àɓē ní ní-ɓògò tàní lò-táḿ-sēríì. Ils ont amené le voleur à la place de jugement.
lòō-kέɛ̄ N ailleurs, autre endroit. Nìnjò má àɓē sɔ́ɔ̄ kìlà tàní lòō-kέɛ̄. Mon frère est allé chercher le travail ailleurs.
lòō-ní AV comme ça. Lò-hà rèkí ā kāy lòō-ní? Pourquoi pleures-tu comme-ça?
lóò-rē SPC d'ici. káỳ lóò-rē; lòō lóò-rē; màgè lóò-rē - la maison d'ici; l'endroit d'ici; le champ d'ici.
lòhà CMP que. Mí dúrù só lòhà kàɓē mbā tàkàsà ré lòhà kàm róbò òrī só. Je ne veux pas voyager maintenant parce que les routes sont mauvaises. Lòhà má òrī kūmáy lò kèngè òtòrò. Pour moi il est très important avoir une voiture. CNJ parce que. M-ógò nè yɔ̄-ɲèlē ní lòhà m-éngè gúrsù má. Je suis ravi parce que j'ai retrouvé mon argent. PRP pour. Mí dúrù kàjī tì táḿ nákū lòhà má. Je veux qu'il fasse quelque chose pour moi. Yɔ̄-númā àsū lòhà mōnō-sákū. Une fièvre est mauvaise pour un petit enfant. CMP pour que. M-ílà gúrsù lòhà kàbò mōnō má wàsíì. J'ai envoyé de l'argent pour que mon enfant vienne vite. Expr: lòhà rèkí? -pourquoi? Lòhà rèkí í mbātē ní mā?Pourquoi tu ne m'aimes pas?
lòhà-ré CNJ parce que. Mí túgā nì lòhà-ré à òhò mā. Je l'ai tapé parce qu'il m'a dérangé.
lòkò N esp. de mil rouge. Lòkò ày tāy kàkè ré ròkù ní ɲèlē kūmáy. Le "loko" est un mil rouge dont la boule est délicieuse.
lōndíì Français N lundi (normalement njɔ̄ lōndíì). Njɔ̄ lōndíì ní-kìlà gē ɔ̀sɔ̀ mɔ̀tɔ̀ kìlà lò dìmásì kàré. Le lundi les travailleurs commence leur travail de la semaine.
lóndī V tromper (en envoyant au danger). Négè lóndī mā béè rèní dànà hàā ré. Ils m'ont trompé seulement dans le problème (dont je n'ai rien à voir). V induire en erreur. ìmáḿ Nìjèríyà gē lóndī mōnō-sákū gē rèní màkē Bòkùhàráḿ. Les iman de Nigéria ont induit les gens en erreur dans le Boku-Haram.
lōngī VT mélanger (poudre, farine, etc.) avec de l'eau. Kóò mōnō lōngī dáwà lòhà mōnō ní. La femme mélange le médicament avec de l'eau pour son enfant.
lɔ̀ɔ̄ N grand cultivateur. Bìyà má ày lɔ̀ɔ̄ kókòō, nè àsà njàkā kùlā kóò ɓālā kàré. Mon père est un grand-cultivateur, il peut labourer trente cordes dans une année.
Lɔ́ɓè N Rabah (grand conquérant du Tchad). Lɔ́ɓè nàá àbò ní Sàrā-Kābā gē kūmáy lóò Njàménà. C'était Rabah qui a amené beaucoup de Sara Kaba à N'djaména.
lɔ̀gɔ̀dɔ̀ AV faible (physiquement). Mōnō ré yɔ̄ ngóỳ ní ndò, nè à béè lɔ̀gɔ̀dɔ̀. Cet enfant n'a pas de force, il est faible physiquement.
lɔ̀kɔ́lɔ̀ N école. Ní-màgā gē dúrù ré mōnō-sákū hálá t-àɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀. Le gouvernement exige que tous les enfants aillent à l'école.
lɔ̀lɔ̀ɓɔ̀ ID souple (et long, descr. de àw) (en parlant des objets longs comme la tige de mil, le bambou, etc.). ɲàlà àw lɔ̀lɔ̀ɓɔ̀. Le bambou est long est souple.
lɔ́rɔ̀ Français N or. Lɔ́rɔ̀ à ná-nὲ kókòō lòhà dèɓē gē. L'or est une grande richesse pour les gens. Expr: ngāngā lɔ́rɔ̀ -dent artificielle en métal brillant
93
lɔ́sɔ̀ Français N le riz. Ròkù tāy àkàń ùmbā ròkù lɔ́sɔ̀. La boule de mil est mieux que le mil de riz.
N cendre de paille de la brousse brûlée. Nògò-nè hàrù lúù nì númā nē lū à tísō lóò màā ɓē. Quand les feux de brousse brûlent alors les cendres de la paille (brûlée) tombent partout ici dans le village.
lúù N feu de brousse. Hàrù lúù ày ná kàsū, à ngútì ná ròsò. Le feu de brousse est une mauvaise chose, il va brûler beaucoup de choses.
lúkù N trou dans le mortier créé par le pilon après des années d'utilisation. Bèrī lúkù ày bèrī ré ɓālā ní ròsò. Un mortier profond et usé est un mortier qui a beaucoup d'années. Lúkù bèrī yā ndò. Il n'y a pas un trou dans un mortier nouveau.
lūlū V marcher (dans l'eau) pour traverser. Nè lūlū mànī dāy ní bā tàní gè nòhò. Il s'est mis à marcher dans l'eau pour traverse le fleuve (jusqu'à l'autre côté).
m- PR je (avec les verbes qui commencent avec une voyelle). m-ábò, m-āɓē, m-úwà - je viens, je vais, je vois.
-ḿ Cnj son, sa (après un mot que finit avec "m"; v. ní, ń). Rékò nɔ̄ ndò-ń kàm-ḿ nè nji túgā ngùrù. Quand il n'a pas de larmes il se tape la poitrine.
m-áǹ V je dis (première pers. sing. de hàn). M-ótì m-áǹ nj-àbò ní jéỳ hà. Je dis qu'il il va nous emmener des problèmes.
m-ánè (Syn: m-áǹ) N je dis que... (1ère pers. irrég. de hàn; toujours après le verbe hàn). M-ótì m-ánè àbó kō. J'ai dit qu'il est déjà venu.
PRA moi. Mà nàá m-íɲà ǹ. C'est moi qui le lui ai donné. Náā ùnù nákū ré? Mà yà. Qui a pris cette chose? C'est moi. PR me, à moi (obj. indirect du verbe). únù ɲàmá má ábò ń mà. Emmène-moi mon habit. Mōnō-búndù gē ùkàà mā; ùkà mà ngɔ̀ɔ̄. Les soldats m'ont saisi; il m'a coiffé les cheveux. PRA pour moi. Màndé má táḿ mà ròkù. Ma femme a préparé la boule pour moi. PRP avec moi, de moi. M-ūbō kì nákū kūmáy, ūbō mà nákū kūmáy. J'ai acheté beaucoup de choses avec lui, tu as acheté beaucoup de choses avec moi.
[mā̰a̰] N termite ailé. Mā ày kùū ré bèlé ní ògò ní bī ɲèlē kìsà. Le termite ailé est un insecte avec des ailes et il est bon à manger.
PR me, moi (obj. de verbe). Gùmbā-dɔ̀gɔ̀ títà mā. La guêpe m'a piqué. kí-ɓākā ìɲā mā nè ní-dàrū ní nè. Mon propriétaire m'a donné à son voisin (un esclave parle).
PRA mon, ma. sáyò má; bìyà má; mōnō má - mon beau-frère; mon père; mon enfant.
màā [mà, màā] N intérieur. M-áɓà màā káỳ má. J'ai agrandi ma case.
màā PRP dans. M-āɓē màā káỳ. Je vais dans la maison.
mà-ɓà N saison des pluies (v. ɓà). mà-ɓà lò kèngè ná-kìsà àngā. Dans la saison de pluies trouver de nourriture est difficile.
mā-dōkú N termite ailé qui sort en août. Mā-dōkú ɲèlē, à ɓū kūmáy só. Le termite ailé, il n'est pas trop graisseux.
mà-kàkò-gɔ̄ N patience. Mà-kàkò-gɔ̄ òrī lòhà kèngè ná nòhò gē. La patience est bonne pour trouver certaines choses.
mà-kàngā N égoisme, état de n'être pas sociable. mà-kàngā nj-ìtō-kī yɔ̄ kò. L'égoisme va te conduire à la mort.
94
mā-kàsū N la méchanceté, ingratitude. Ní mā-kàsū àsà kàɓē tà káỳ ní-dàrū ní só. L'homme méchant ne peut pas aller chez son voisin.
mā-kátā V colère. Ní mā-kátā à ìsō nākā só. Un coléreux ne pardon pas.
mà-káỳ-kò N place mortière. Nògò-nè nì jùbū nūnú kō nē dèɓē gē àɓē mà-káỳ-kò ní. Quand le cadavre est déjà enterré les gens passent à la place mortière.
mà-ndègì N volonté. Mà-ndègì bìyà mōnō kàjī mōnō ní tì táḿ kìlà kòkórí. La volonté du père de l'enfant est que son fils travaille bien.
mā-ndòbō N la concession. Mā-ndòbō ná àɓà ùmbā yɔ̄ í. Ma concession est plus large que la tienne.
mā-ndɔ̄ N termite ailé qui sorte avec la première grosse pluie. Mā-ndɔ̄ àmbì kūmáy ùmbā mā-dōkú. Le termite ailé qui sorte en avril est plus graisseux que le termite ailé qui sorte en mois d'août.
mà-njàhà N la bonté. Mà-njàhà kùbā ní nángà lòhà njɔ̄ hálá. La récompense pour la bonté reste pour toujours.
màā-bàkú N terrain marécageux et toujours humide. Màā-bàkú ày lòō ré jā gē kāgā gē mànī gē ngàlī gē òō-ń kūmáy. Un terrain marécageux est un endroit où les animaux et les arbres et l'eau et les herbes sont beaucoup.
màā-bɔ̀ɔ̄ N espace aux alentours de la concession. M-āɓē kòsī màā-bɔ̀ɔ̄. Je vais semer la brousse près de la concession.
màā-bɔ̄dɔ̄ N la brousse. Mōnō-mbō gē àɓē màā-bɔ̄dɔ̄. Les chasseurs sont partis en brousse.
màā-kā N manche d'un vêtement. Màā-kā ɲàmá má ndōlī. La manche de mon habit est déchirée.
màā-kàngā N méchanceté, qualité d'avoir le coeur dur et antisocial. Mā-kàngā à nákū rékò à tɔ̄lē dèɓē. La méchanceté est une chose qui tue une personne.
màā-kàréè N union. Màā-kàréè ày yɔ̄-ngóỳ. L'union fait la force.
màā-kòrī N bonté. Màā-kòrī ní ùmbā jɔ̀ɔ̄. Sa bonté est énorme.
màā-ndòbō N concession. Màā-ndòbō dé rèӯ ndò. Notre concession n'a pas de puits.
màā-njɔ̄ N nuit. Njī àrì kūmáy màā-njɔ̄. Il pleut beaucoup pendant la nuit. Expr: njínjɔ́ɔ̀ màā-njɔ̄ -hier pendant la nuit njínjɔ́ɔ̀ màā-njɔ̄ dèɓē gē tòrò ɓī só.Hier pendant la nuit les gens n'ont pas dormi. Expr: màā-njɔ̄ kòō -en pleine nuit Ní-ɓògò gē à ndélē màā-njɔ̄ kòō.Les voleurs se promènent en pleine nuit.
màā-tàgā N après-midi (après à peu près 15 h.). Màā-tàgā yàā-ré njí mí-ndélè tà-káỳ má. Cet après midi je vais rentrer à la maison.
màbànī (Syn: sólū) N chicotte. Màbànī à nákū kòpī dèɓē ré táḿ nè ndāá àbà ní. La chicotte est une chose pour frapper les gens qui est fabriquée avec la peau de l'hippopotame.
màɓóò N esp. d'oiseau, aigle. Màɓóò ày àlī ré à ìsà kānjē kūmáy. L'aigle est un oiseau qui mange beaucoup de poissons.
māɓó AV très sale. M-īsō kàm bɔ̀té bī jīlī má ày māɓó. Je suis tombé dans la boue et ma main est très sale.
95
màdà (Syn: ɓàtī-màdà) N cynocéphale, babouin [Babouin doguera]. Màdà tújù nákū ùmbā ndákì ɓàtī gē. Le cynocéphale détruit plus de choses que les autres singes.
màgā N chance. Yàā-ré màgā má ndò njī òhò mā kūmáy. Aujourd'hui je n'ai pas eu de la chance, la pluie m'a beaucoup frappé.
màgàjā Français N magasin. M-āɓē màgàjā lò kùbō àlìmétè. Je suis allé au magasin pour acheter des allumettes.
màgè (Syn: gɔ̄bē) N champ. Bìyà má àɓē màā màgè lòhà njàkā. Mon père est allé au champ pour labourer. Mà-bɔ̄dɔ̄ ày lòō ré màgè gē ròsò ní. La brousse est là où il y a beaucoup de champs.
màjù-gōsō N esprit, dieu de la musique (balafon). Mɔ̀tɔ̀ gōsō gē ré màjù-gōsō ògò ní. L'origine de cette balafoniste est de l'esprit de la musique. Expr: kí-màjù-gōsō -esprit, dieu de la musique Gōsō nòhò gē kí màjù-gōsō nàá à ùkà néè.Ce sont certains balafonistes qui ont l'esprit de jouer qui vont saisir l'habilité.
màjù-tàgì N esp. d'oiseau indicateur. Màjù-tàgì ày àlī ré ɔ̀jɔ̀ ná kàsū nè mōnō-mbō gē. L'indicateur est un oiseau qui signale un danger aux chasseurs.
màkàlà N beignet de mil. Mí dúrù kùbō màkàlà kūmáy lò kìsà mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī. J'aime beaucoup acheter des beignets de mil pour manger le matin.
màkē N ventre. Kùū ròsò màkē má bī màkē má ɔ̀ɲɔ̀ mā kūmáy. J'ai des parasites dans le ventre et mon ventre me fait très mal. N l'intérieur. Màkē ndòbō-dé ày kīró, njí mí-dúū. l'intérieur de notre concession est sale, je vais le balayer. N page (d'un livre). Kòtímbī màkē màktúɓù má ndōlī njí m-ásà gèӯ kòtímbī hàā màkē ní só. La dernière page de mon livre est déchirée, je ne peux pas savoir la fin de l'histoire. Expr: màkē [dèɓē] ndátè mànī -[qqn] être affecté (avec souci, pitié, etc.) Expr: m-āɓē kòō màkē má -je vais faire mes besoins (WC) (litt. "écouter le ventre") Expr: táḿ màkē kàré -être uni Négè táḿ màkē kàré rèní jɔ̀ kìlà néè.Ils sont unis dans leur travail. Expr: màkē [dèɓē] àsū -[qqn] être méchant Yā ré màkē í àsū kūmáy.Toi tu es très méchant. Expr: màkē [dèɓē] kátā jɔ̀ɔ̄ [dèɓē nòhò] -[qqn] se fâcher avec [qqn d'autre] Màkē kátā jɔ̀ɔ̄ ní-sákū ní.Il s'est fâché avec son petit frère. Expr: màkē [dèɓē] òkō = màkē òkō -[qqn] être très bête ní-dàrū má màkē òkō kūmáy, à òtì hà òrī só.Mon voisin est très bête, il ne dit pas les bonnes paroles. Expr: ìɲā màkē nè [dèɓē] nè -donner confiance à [qqn] ásá kìɲā màkē nè bìyà-í nè.Tu peux donner confiance à ton père.
màkē AV dedans. Nákū ndò màkē. Il n'y a rien dedans.
màkē-bàlā-kàm N visage, face, figure (on dit aussi mà-bàlā-kàm). Màkē-bàlā-kàm mōnō-sákū gē bàlā béè tàkàsà hálá. Les visages des petits enfants sont toujours jolis.
màkē-kàyà N méfiance. Màkē-kàyà nè ní-dàrū gē òrī só. La méfiance entre les voisins n'est pas bonne.
màkē-kìjā N courage. Ní kìlà ày dèɓē màkē-kìjā. Un travailleur est quelqu'un courageux.
màktúɓù N livre (on dit aussi màkàtúɓù). Mōnō-sákū gē àɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀ nè màktúɓù néè gē. Les enfants sont partis à l'école avec leurs livres. N lettre, quelque chose écrit. ábò í-ɓálà-mā màktúɓù m-ílà nè mōnō má nè. Viens écrire un lettre pour moi et je l'envoi à mon fils. N papier. Expr: ɓálà màkàtúɓù -écrire Nè ɓálà màktúɓù nè bíkì ní.Il écrit avec son bic.
màlà N grand bois utilisé comme échelle pour grimper les grands arbres. Dèɓē àlō tàní jɔ̀ kāgā rōngō nè màlà ní. Une personne monte dans un arbre droit à l'aide d'une échelle.
96
mālá N sorcellerie. Mālá ní àngā ùmbā jɔ̀ɔ̄. Sa sorcellerie est énormément forte. N esprit mauvais. Mālá à njílì kàsū ré à ùkà dèɓē. Un esprit est un mauvais ombre qui attrape les gens. Expr: ní mālá -sorcier
màláỳ N maladresse. Ní màláỳ à tɔ̄lē jā só. Un maladroit ne va pas tuer un gibier.
màlè N esp. de poisson [Mormyrus rume]. Màlè à kānjē ré tà góỳ bī sɔ̄lɔ̄. Le Mormyrus rume est un poisson avec la bouche courbée et pointue.
málè N richesse. Ní-dàrū má ré èngè málè kūmáy. Mon voisin est très riche. [litt: il a beaucoup de richesse] N somme d'argent qu'on donne pour la dot. Málè kùlè màndé mōnō má ré òō kūmáy. La somme d'argent qu'on a payé pour la dot de la femme de mon fils était énorme.
málē N traces (des animaux), piste. Mōnō-mbō ùnù málē nàsē. Le chasseur suit les traces de l'antilope cheval.
málmáỳ ID très rapidement (en parlant de l'éclair: descr. de tálē). Njī tálē málmáỳ. L'éclair étincelle rapidement.
mālō N mil repiqué. Tàkàsà n-àsà nē njàkā gē àɓē kùdù mālō màā màgè. Quand le moment arrive les cultivateurs vont planter le mil repiqué dans le champ.
mālō (Syn: mālō-kūnjá) N esp. d'oiseau de proie, peut-être l'aigle pêcheur. Mālō ày àlī ré à ɔ̀kɔ̀ kānjē gē tàní kàm mànī bī jā sákū gē yènī. L'aigle est un oiseau qui attrape des poissons dans l'eau et petits animaux aussi.
mālō-kūnjá (Syn: mālō) N esp. d'oiseau de proie, peut-être aigle pêcheur. Mālō-kūnjá ìnjī jɔ̀ dàngà bī nè à ùkà kānjē gē kūmáy. L'aigle pêcheur habit au marigot et il attrape beaucoup de poissons.
màm N beau-père, belle-mère. Jē-kònō màndé ngɔ̀wɛ̄ àsà kìsà nákū rèní kàm màm ní gē só. Avant une jeune femme ne pouvait pas manger devant ses beaux-parents. N beau-fils, belle-fille. Màm má télè mà ngìdì bī ìsà ní nákū. Ma belle-fille me tourne le dos et elle mange.
màm̄ N écorce d'arbre mort ou vivant. Màm̄ màndé gē à ɔ̀nɔ̀ ní hàrù. L'écorce, les femmes allument le feu avec.
màmá N maman. Màmá, ábò wàsíì. Maman, viens vite.
màmàlì ID méchamment (regarder qqn): descr. de ùwà. Ní-bāngā má ùwà-mā màmàlì. Mon ennemi m'a regardé méchamment.
māmālī VT avertir, mettre en garde. Nè māmālī mā lòhà kàm róbò ré ngèsè ògò ní. Il m'a averti qu'il y a un lion sur cette route.
màmànjì ID très (acide): descr. de kálā. Mànī màsā kálā màmànjì. L'eau du tamarinier est très acide.
màmbélé N galette de manioc enveloppé dans des feuilles de banane. Màmbélé ày ná-kìsà ré hálī yɔ̄ nè kámbà ní ndèrì bī òrī lòhà kàɓē mbā. La galette de manioc est une nourriture enroulée dans une feuille et cuite et elle est bonne pour les voyages.
mānā V malaxer la poudre de "néré" (normalement avec de l'eau). Kóò má mānā mātō lòhà kὲɛ̄ mōnō-sákū gē. Ma mère malaxe (la poudre du) néré pour que les enfants boivent.
mànē (Syn: mànī) N l'eau. íɲā mà mànē m-ɛ̄. = íɲā mà mànī m-ɛ̄. Donne-moi de l'eau à boire.
97
mànī N eau (en général) (Rinjé dialecte = mànī). à kὲɛ̄ mànī. Il est en train de boire de l'eau. Mí súlē mànī. Je refroidie l'eau (qui est chaude). N mouillé, chose mouillée. Mā mí tɔ́ɔ̀ ɲàmá bī jīlī má ày mànī. Je suis en train de laver les habits et mes mains sont mouillées.
màndà N femme (dans un sens géneral, souvent avec une ethnie). màndà nàsárā, màndà màngà, màndà Náā, màndà Sóò - une femme blanc, une femme arabe, une femme Na, une femme Koulfa.
màndà-dàrū N voisin, voisine. Màndà-dàrū má àɓē mbā bī m-éngè ní njùɓà só. Mon voisin est parti en voyage et je n'ai personne (à qui) parler.
màndà-kàjì N vielle femme. Màndà-kàjì òjī sèlí nè gírò-sèlí ní. La vielle femme fume le tabac avec sa pipe.
màndà-kìndā-gɔ̀ N femme chargée de garder une jeune mariée quelques jours après le mariage et avant qu'elle parte chez son mari. Màndà-kìndā-gɔ̀ ɔ̀yɔ̄ mōnō-mūɲé ré nj-àɓē káỳ ní rɔ̀. La femme chargée de garder la jeune mariée instruit la fille avant qu'elle aille à sa (nouvelle) maison.
màndà-kɔ̀jɔ̀ N femme qui prépare et vend la bière de mil. Màndà-kɔ̀jɔ̀ gē ròsò lóò Njàménà bī kūmáy rèní dànà Sàrā gē. Les femmes qui préparent la bière de mil sont nombreux à N'djaména, mais même plus entre les Sara.
màndà-kùɓā N potière. Màndà-kùɓā ùɓā gírò bàlā gē bī yí ndèrì nákū gē yènī. La potière fabrique des belles marmites et celle pour la cuisine aussi.
màndà-kùɓā-gírò N potière (v. màndà-kùɓā).
màndà-kúhā N femme qui cueille les noix de karité. Nògò-nè kàm-kīɲō n-òō kūmáy màndà-kúhā rɔ́ɓē kàm-ní. Quand il y a beaucoup de noix de karité la femme qui les cueille vend ses noix.
màndà-kùjì N femme stérile. Màndà-kùjì ày màndé ré òyò mōnō só. Une femme stérile est une femme qui n'a pas donné des enfants.
màndà-mālá V femme de mauvais esprit, sorcière. Màndà-mālá ùkà mōnō-sákū gē. Une sorcière prend les enfants.
màndà-màngà N femme arabe. Màndà-màngà gē, négè nj-àɓē yɔ̄ kέɛ̄ néè sóò, njɔ̄ hálá nè làfáỳ ní. Les femmes ne sortent pas avec les vêtements normaux, tous les jours avec leur voile.
màndà-nàgù N veuve. Màndà-nàgù ày màndé ré ngàɓà ní ò kō. Une veuve est une femme dont son mari est mort.
màndà-néỳ N coépouse. Njàhà nɔ̄hɛ̄ tīsī mà-njàhà màndà-néỳ. L'éclair de la lune est semblable à la bonté d'une coépouse. (Prov. c'est à dire, la lumière de la lune n'est pas forte)
màndà-ndùmā N femme qui fait les oracles. Màndà-ndùmā ày màndé ré à sɔ́ɔ̄ mɔ̀tɔ̀ hàā gē. Une femme qui fait les oracles est une femme qui cherche l'origine des problèmes.
màndà-sūndū N femme qui porte des plateaux dans les lèvres. Jē-kònō màndà-sūndū gē ògò ní bī nàndā-kàré ndòó kō. Auparavant il y avait des femmes qui portaient des plateaux dans leurs lèvres mais maintenant il n'y en a plus.
màndàwá Arabe N arachides grillées et salées. Mōnō lɔ̀kɔ́lɔ̀ gē dúrù màndàwá kūmáy. Les élèves aiment les arachides grillées.
98
màndé N femme. Màndé gē àɓē njàkā kònī-jīlī. Les femmes sont aller labouer avec le labour collectif. N épouse. Màndé bìyà má à kàré. Màndé bìyà má gē ày jōó. Mon père a une femme. Mon père a deux femmes (litt: la femme de mon père est une/deux).
màngà (Syn: mbàtì) N esp. de plante sauvage [Amorphophallus sp.]. Nògò-nè n-ɔ́ɲɔ̀ màngà kájē táḿ-í kòkórí nē nj-óò. Si tu manges le tubercule "manga" sans le préparer correctement alors tu vas mourir.
màngà N le gouvernement (v. aussi ní-màngà). Màngà jé Isénàbrè àngā kūmáy. Le gouvernement de Hissan Habré était très dur. N Arabe. Expr: ɓē màngà = màngá -à l'étranger Ní-kòō má àɓē ɓē màngà. = Ní-kòō má àɓē màngá.Mon grand frère est allé à l'étranger. Expr: màndà màngà gē -les femmes Arabe
màngá AV à l'étranger. Nìnjò má gē àɓē màngá bī èngè kìlà só. Mes frères sont allés à l'étranger mais ils n'ont pas trouvé du travail.
màngáā N territoire, terrain. Dèɓē nj-àsà kɔ̀dɔ̀ màngáā má só. Personne ne peut pas toucher mon terrain.
māngā N sorte de danse des femmes. Màndé gē ùgà māngā tàní màkē yàbā njíkī. Les femmes dansent le "manga" dans la place de danse.
mángà N esp. d'arbre. Mángà à kāgā ngóỳ kūmáy, òrī lòhà táḿ kāgā dàbà. Le "manga" est un arbre très fort, il est bon pour faire les poteaux pour le hangar.
màngārā N jaune (d'oeuf). Gìrgītī kɔ̀ɓè kūnjá ày màngārā. Le jaune d'oeuf est jaune.
māngārā V grimper avec difficulté. Mōnō-bàlā gē māngārā tàní tàá lòhà tɔ́rē mātō. Le jeune homme grimpe avec difficulté en haut pour couper les nérés.
màngásì N sorte de pince à enlever les épines des pieds. Nògò-nè kōnō ùdù dèɓē nē ɔ̀rē ní nè màngásì ní. Quand une épine pique quelqu'un alors il l'enlève à l'aide d'une pince.
màngùrè N scarabée sacré. Màngùrè ày kùū sákū ré tīɓī kèӯ. Le scarabée sacré est un petit insecte qui pousse l'excrément. Màngùrè à kùū sákū ré àɓē nè àbìyō ní bī ndélè nè bùrwétè-ń. Le scarabée sacré est un petit insecte qui part en avion et revient en brouette.
mánjà (Syn: júù) N une compétition (de la course: kàɲā). Mōnō-sákū gē ɔ̀jɔ̀ mánjà kàɲā. Les enfants font une compétition de la course.
māɲā N patte postérieure d'un animal. Māɲā jā wὲɛ̄ ùmbā tèhé ní. La patte postérieure pèse plus que celle de devant.
máɲà VT maltraiter physiquement, blesser gravement. Nè máɲà ní-nòhò ní kūmáy. Il a blessé gravement son adversaire.
màɲérè Français N ruse. Wōmō à jā kàm-kàjī, màɲérè ní òō kūmáy lòhà gólō ní-nòhò ní gē. Le lièvre est un animal intelligent, sa ruse est très grande pour tromper ses copains. N habileté, connaissance totale. Ní ɓēɓólō gē àɓē nè màɲérè kòkù ní kūmáy. Les gens de Bebolo sont grands experts de la forge.
màɲù N tortue aquatique. Màɲù ɔ̀mbɔ̀ kɔ̀ɓè tàní jɔ̀ wέὲ bī nè ndāy jɔ̀ɔ̄ só. La tortue aquatique pond les oeufs dans le sable et elle ne se couche pas dessus.
mápà Français N pain. Mápà òrī kūmáy lòhà kὲɛ̄ ní kàpē mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī. Le pain est très bon pour boire le café avec le matin.
99
màrā Français N qualité. Mí dúrù màrā ɲàmá gē ré ògò rèní màgàjā ré só. Je n'aime pas les qualités des habits qu'on trouve dans cette boutique là. N espèce. N race, ethnie. Màrā má ày Kābā Náā. Mon ethnie est Kaba Na.
màrágàtì Arabe N boisson ("bili-bili", "argi") non épuisée lors de la première vente et liquidée le lendemain à un bas prix. čèkā ré ɲèlē só ày màrágàtì. Cette n'est pas agréable, elle est la boisson d'hier.
màrárà Arabe N l'estomac d'animal préparé pour manger. Njɔ̄ tɔ̄lē bīɲā ày njɔ̄ kìsà màrárà. Le jour de tuer la chèvre est le jour de manger l'estomac préparé.
Màsà NP Massa, peuple du Mayo-Kebbi. Màsà gē yɔ̄ gē ngóỳ kūmáy. Les Massa sont très forts.
màsā N esp. d'arbre, tamarinier [Tamarindus indica]. N tamarin. Mōnō mòtù dúrù bíyā nè màsā ní. L'enfant malade veut de la bouillie avec du tamarin.
másā N esp. d'insecte minuscule. Másā ày kùū ré à dúrù ɓī bílí-bìlì kūmáy. Le "masa" est un insecte qui aime beaucoup le résidu de la bière de mil.
màsā-ngáā N esp. d'arbuste rampant dont les feuilles sont amères. Màsā-ngáā ày dáwà kòrī lòhà ngāḿ. L'arbuste rampant "masa-ngaa" est un bon médicament pour l'hernie.
másù N sang. Dèɓē gē nòhō bī másù yálì kūmáy rèní ngá. Les gens se battent et le sang a beaucoup coulé par terre. Expr: másù ùkà [màndé] -[une femme] être en règle másù ùkà màndé nē yɔ̄ ɲèlē nì kūmáy só.L'enfant est en règle et elle ne sent pas trop bien.
màtá Arabe (Syn: màtáānī) INT quand?. Màtá nj-ábò ní? Quand vas-tu venir?
màtàlā Français N matelas. Mōnō-sákū kájī rèní jɔ̀ màtàlā má. Le petit enfant a pissé sur le matelas.
màtáānī (Syn: màtá) INT quand?. ábò-kī màtáānī? Quand es-tu venu? Nj-ábò-kī màtáānī? Quand vas-tu venir?
màátāsí N fer dur utilisé pour forger. Kɔ̀dē-kòkù ùnù màátāsí lò kòkù kɔ̀kè-njàkā. Le forgeron prend du fer dur pour forger une houe.
mātō N esp. d'arbre, néré [Parkia africana]. Bíyā mātō à màngārā. La bouillie du fruit de néré est jaune. N le fruit de néré.
mātō-bā N esp. d'arbre, flamboyant [Delonix regia]. Njílì mātō-bā ìsō kīró kūmáy. L'ombre du flamboyant est très fraîche.
màyɔ̄ N la bonne chance. Màyɔ̄ ní-dàrū má òō kūmáy, ɓālā hálá àɓē nè tāy ní. Mon voisin a beaucoup de chance, tous les années il a du mil.
mèmèɲè AV en petits morceaux. Tūgū ngàlè mèmèɲè lòhà ndútù ní. Elle a coupé le manioc en petits morceaux pour le sécher.
mèɲé N esp. d'oiseau, ombrette. Mèɲé hàn: dèɓē nì-ndāy ɲὲ nē tà ní nàá tɔ̄lē-nì. L'ombrette dit: l'homme reste couché comme ça, c'est sa bouche qui l'a tué.
mèɲè-mèɲè AV en petits morceaux. Gínjà tāy ày mèɲè-mèɲè. Les brisures du mil sont en petits morceaux.
100
mērē N esp. de plante aquatique, nénuphar [Nymphaea guineensis]. Mōnō-sákū gē à ìsà kànā mērē tàní kàm mànī. Les enfants sont en train de manger le fruit du nénuphar dans l'eau.
mérè N fruit sec (v. aussi ngòlí 'fruit mûr et frais'). mérè móngò, mérè kɔ̄lɔ̄, mérè kòɓò le fruit sec de la mangue, du figuier "kolo", du figuier "kobo"
métrè Français N maître (v. ní-kɔ̀jɔ̀-nákū). Métrè gē tàní lɔ̀kɔ́lɔ̀ ùnù gúrsù-néè rɔ̀ só. Les maîtres de l'écoles n'ont pas encore pris leurs salaires.
mèy (Syn: mɔ̀tɔ̀) PRP dessous, sous. Bàtó ànjā rèní mèy táɓùlù = Bàtó ànjā rèní mɔ̀tɔ̀ táɓùlù. Le chef est entré dessous la table. PRP au fond de. Kūnjá ànjā tàní mèy káỳ. Le poulet est entré au fond de la maison.
mèy (Syn: mɔ̀tɔ̀) N fesse, fesses. Mōnō-sákū à kāy lòhà dàmtórò ùdù rèní mèy. L'enfant pleure parce que le docteur lui a donné une injection à la fesse.
mèӯ N charbon de bois brûlé spécialement pour la forge. Mèӯ ày kúlù ré kɔ̀dē kókòō à táḿ ní kìlà bī nè à ìsō búkū kókòō ní sō. Le "mey" est un charbon que beaucoup de forgerons utilisent dans leur travail et il ne fait pas beaucoup de cendre. N esp. d'arbre dont on fabrique ce type de charbon.
mēý N esp. d'herbe aquatique. Mēý à ngàlī ré ògò tàní kàm mànī bī sā gē à ɔ̀ɲɔ̀ ní kūmáy. Le "mey" est une herbe qui reste dans l'eau, et les boeufs la mangent beaucoup.
PR je. Mí tēkī. Je coupe. Mà mí sélē kī. Moi je vais te chercher.
mìī VI être courageux. Mōnō má ré mìī kūmáy, nògò-nè nákū n-ìyà nì kúlà njì káӯ só. Mon enfant est très courageux, même si quelque chose le coupe il ne pleure pas.
mìí NUM cinq. Mōnō-jīlī dèɓē ày mìí gè kàré. Les doigts d'une personne sont cinq de chaque côté.
míì N esp. d'arbre à bois rouge ressemblant au caïlcédrat. Míì òrī lòhà táḿ sìkī. L'arbre "mii" est bon pour fabriquer des chaises.
mìdíì N midi.
mīndā N sorte de danse pour les femmes. Màndé gē à ùgà mīndā lò dókù. Les femmes dansent la "minda" au début de la nuit.
míndì N cou. Dèɓē nì ndɔ́kɔ̄ nē míndì àw. Si quelqu'un est maigre son cou est long. N gorge. Kásī táḿ mā bī míndì má ɔ̀ɲɔ̀ mā. J'ai une toux et ma gorge me fait mal. N complicité. Expr: kìlà/ìlà míndì bī [dèɓē táḿ nákū] -inciter [qqn à faire qqc] Nè ìlà míndì bī négè nòhō dànà nɔ̀hὲ.Il a incité les gens à se battre (entre eux). Expr: ní-míndì -un complice
mìndílì Arabe N mouchoir de tête. Mìndílì yē màndé Sàrā-Kābā gē àɓà kūmáy só hánè yē màndà-màngà gē Le mouchoir de tête des femmes Sara Kaba n'est pas aussi large que celui des femmes arabes.
mìnjò N haricots. Mìnjò ndèrì kájī kàtā-kúndā à táḿ màā kɔ̀ɲɔ̀. Les haricots cuits sans du natron te font mal au ventre.
mìnjò N reins. Mìnjò bīɲā ɲèlē kūmáy lò kìsà. Les reins de la chèvre sont très bons à manger.
mìnjò-tōẃ N sorte d'haricot précoce.
101
mìɲā N métal (en général); fer. Mìɲā òrī lòhà kòkù kɔ̀kè njàkā. Le fer est bon pour forger la houe. N morceau de fer qui sert de briquet (ancien procédé pour faire du feu).
mīɲā N grand marigot. Dèɓē ngàɓà gē àɓē mīɲā lòhà sɔ́ɔ̄ kānjē. Les hommes sont partis au grand marigot pour chercher du poisson.
mìtíkíjó NUM sept. Njɔ̄ ày mìtíkíjó mà dìmásì kàré. Il y a sept jours dans une semaine.
míyō N épilepsie. Míyō ày mòtù ré n-í táḿ kī nē nj-í géӯ gɔ̄ yɔ̄-í só. L'épilepsie est une maladie que, si elle t'attaque alors tu ne controles pas ton corps. Expr: ní míyō -épileptique Ní míyō à ìndā nì tàní gɔ̄ bɔ̀ɔ̄.L'épileptique, on le met derrière le village. Expr: ìsō míyō -Il est tombé sous le coup de l'épilepsie.
ḿḿ AV non. ḿḿ, njí m-āɓē yɔ̄-bìī. Non, je parte demain.
ḿḿḿ INJ ah bon. ḿḿḿ, kànáā-ɲèé-réè? Ah bon, c'est comme ça?
mòó N variété de mil rouge. Lòō ré mànī ndò, dèɓē àsà kòsī mòó só. Cet endroit n'a pas de l'eau, on ne peut pas semer le mil rouge ici.
mògò N culture sur commande d'un grand cultivateur (les cultivateurs ont payés le dām-dūnā). Expr: ɔ̀kɔ̀ mògò -organiser ce type de culture Ní-lɔ̀ɔ̄ ɔ̀kɔ̀ mògò kánē mà-màgè ní àɓà ní.Le grand cultivateur organise la culture en groupe pour que son champ soit plus grand.
mōgó N esp. de poisson [Ophiocephalus sp.]. Jā mōgó njàhà ngòngòw, ɲèlē kūmáy lò kìsà. La chair du poisson "mogo" est très blanche, elle est très agréable à manger.
mòm N rat de Gambie. Mòm ày kɔ́bē kókòō ré káỳ ní ògò tàní màā dōkú bī ná-kìsà ní ày gùndù. Le rat de Gambie est un rat qui a sa maison dans les termitières et sa nourriture est le fruit "gundu".
mōnō N enfant. Mí tūsū gɔ̄ mōnō. J'accompagne l'enfant. N petit (animal, poisson, insecte). Kɔ́bē ày jā mōnō ré à tújù nákū kūmáy. Le rat est un petit animal qui est très destructif. Expr: mōnō tɔ́rē -enfant prématuré Expr: mōnō njùngà -jumeau
mōnō-bàlā Arabe N la jeunesse. Màkē mōnō-bàlā má mí táḿ kìlà kūmáy. Dans ma jeunesse j'ai beaucoup travaillé.
mōnō-búndù N soldat. Nò-ndákā-ré mōnō-búndù gē èngè kìlà kūmáy. De nos jours les soldats ont beaucoup de travail.
mōnō-jīlī N doigt. Nūngā mōnō-jīlī mōnō-sákū gē kéjī lòhà ngóỳ rɔ̄ só. Les os des doigts d'un bébé son moux parce que ils ne sont pas encore solides.
mōnō-jòō N gardien du champ, souvent un enfant. Mōnō-jòō àsà tɔ̄ɓɔ̄ ɓàtī màdà só. L'enfant qui garde le champ ne peut pas chasser le babouin.
mōnō-kàká N petit-fils, petite-fille. Mōnō-kàká ày yɔ̄-ɲèlē. Le petit enfant est la joie.
mōnō-kákè N bébé. Mōnō kákè, dèɓē nì gólō nē àsà túbō só. Un bébé, si quelqu'un le chatouille il ne rit pas.
mōnō-kàm N sentinelle. Mōnō-kàm àbò lòō yɔ̄ kɔ́ngὲ bī òtì hàn ní-ɓāngā gē nj-àbò. La sentinelle est venue au chef et il a dit que l'ennemi arrive.
mōnō-kānjē N esp. de poisson, capitaine [Lates niloticus]. Mōnō-kānjē òō ùmbā gè-nòhò kānjē gē. Le capitaine est plus gros que les autres poissons.
102
mōnō-kìlà N messager. Mōnō-kìlà, kɔ̀kè n-à kàré, ìɲā nì. Le messager, même s'il y a une seule pièce d'argent, on le lui donne.
mōnō-klàndō N conducteur de moto qui transport les gens. Mōnō-klàndō gē kán̄ èngè gúrsù kūmáy nē àɲā wàsíì lòhà kìɲā dèɓē ré ìtō nì bī ndélè àbò yā-yā. Les conducteurs de moto, pour gagner beaucoup d'argent, courent vite pour laisser la personne qu'ils portent et ils retournent de nouveau.
mōnō-mògò N enfant élevé par un père adoptif. Dúníyà mōnō-mògò ɔ̀ɲɔ̀ kūmáy. La vie d'un enfant élevé par un père adoptif est très difficile.
mōnō-mbō N chasseur (ou bien mōnō-mbō-jā). Mōnō-mbō njó-njóy à tàkī nè nìngà ní kέɛ̄ só. Un chasseur efficace ne sort pas avec sa sagaie pour rien.
mōnō-mbō-bísì N nom d'un groupe d'étoiles composé de trois étoiles.
mōnō-mbō-kānjē N pêcheur. Mōnō-mbō-kānjē ròsò gèӯ kàlè. Beaucoup de pêcheurs savent nager.
mōnō-nūɓá N messager (normalement les nouvelles d'un cas de décès). Bìyà má ày mōnō-nūɓá yē kò nìnjò ní. Mon père sera le messager pour les nouvelles de la mort de son frère.
mōnō-ndálē N copain, copine. mōnō-ndálē-má, mōnō-ndálē-í, mōnō-ndálē-ń, mōnō-ndálē-jéỳ, mōnō-ndálē-sé, mōnō-ndálē-néè - mon copain, ton copain, son copain, notre copain, votre copain, leur copain. Kí-ɓākā má gē dúrù mōnō-ndálē má só. Mes parents n'aiment pas ma copine.
mōnō-ngáā N chef de terre. Nògò ní-njàkā nì-dúrù kàɓē njàkā màgè yā kàjē nj-ùwà ní mōnō-ngáā. Quand un cultivateur veut cultiver un nouveau champ alors il va voir le chef de terre.
mōnō-ngīnī N enfant (fille) qui garde le bébé pendant que sa mère travaille. Mōnō-ngīnī à mōnō-mūɲé ré à gólō mōnō-sákū. La "monongini" est une fille qui console un petit enfant.
mōnō-ràm̄ N enfant de père inconnu. Káyà mōnō-ràm̄ àngā kūmáy. La vie d'un enfant de père inconnu est très difficile. Expr: àm̄ mōnō-ràm̄ -cacher le fait qu'on est enceinte sans mariage
mōnō-sákū N enfant (moins de treize ans). Mōnō-sákū ré ɓālā ní ày mìí béè bī tɔ̀gɔ̀ kūmáy. Cet enfant n'a que cinq ans mais il est très grand.
mōnō-yàngà N chasseur adroit, habile. Mōnō-yàngà n-àɓē mbōó nē nj-àbò jīlī kέɛ̄ ní sō. Si le chasseur habile sort à la chasse, il ne rentre pas avec les mains vides.
mōnō-yò-ndò N personne déjà initiée. Mōnō-yò-ndò yā gē ré dúrù táḿ kìlà só. Les jeunes qui viennet d'être initiés ne veulent pas travailler.
mōngō N esp. d'arbre [Piliostigma thonningii]. Mbī mōngō òrī kūmáy lòhà njòbō màndé kòyò mōnō yā. Les feuilles de l'arbre Piliostigma thonningii sont très bonnes pour laver une femme qui vient d'accoucher.
móngò Français N manguier. Móngò má ànā kūmáy ɓālā ré. Mon manguier a donné beaucoup de fruits cette année. N mangue.
mòrò N cagneux (normalement avec ɓāngá). Nìnjò má ré ɓāngá ní à mòrò. Mon frère a les jambes cagneuses.
mòtō Français N moto, motocyclette. Mòtō òbì ùmbā wòtòrò. La motocyclette fait plus de bruit que la voiture.
103
mōtō-rúgù-njà N le talon (du pied). Lī jùɲù mōtō-rúgù-njà má. Le serpent m'a mordu au talon.
mòtù N maladie (en général). Mòtù ré àngā kūmáy, njì àɲā-kī wàsíì só. Cette maladie est très grave, elle ne va pas te laisser vite. N panne (voiture, moto, etc.), état d'être en panne. Mòtō má ày mòtù. Ma moto est en panne. Expr: ày mòtù -être malade Expr: mòtù táḿ [dèɓē] -[qqn] être malade Expr: àɓē nè mòtù ní -être malade Expr: [dèɓē] ìsō mòtù -[qqn] tomber malade Expr: mòtù ùkà [dèɓē] -[qqn] tomber malade
móẁ N esp. d'arbre à fruit long et lisse. Kàm móẁ ngóỳ kūmáy. Les grains de l'arbre "mow" sont très durs. ɓō nàá ìtō màndé gē àɓē tàní màā bɔ̄dɔ̄ lò sɔ́ɔ̄ kàm móẁ. C'est la faim qui oblige les femmes à aller en brousse pour chercher les grains de l'arbre "mow".
mōy N esp. d'arbuste [Vitex doniana]. N fruit noir de cet arbre. Mōnō-sákū gē àɓē mà bɔ̄dɔ̄ kɔ̀rē mōy. Les enfants vont en brousse pour recueillir le fruit de l'arbre "moy".
mɔ́ PR ma, mon (avec mots qui contiennent la voyelle ɔ). jɔ̀ mɔ́, gɔ̄ mɔ́, yɔ̄ mɔ́ - ma tête, ma nuque, mon corps.
mɔ̀ɓɔ̀ N jeune mariée. Mɔ̀ɓɔ̀ njì gɔ̄ màndà-kìndā lò njɔ̄ jōó mùtá kánē nj-àɓē tà káỳ ní. La jeune mariée ira chez la gardienne des jeunes mariées deux ou trois jours avant de partir à sa maison.
mɔ̀dɔ́ɔ̀ N célibataire (homme ou femme). Kày mɔ̀dɔ́ɔ̀ ày ná kàngā. ╩tre célibataire est une chose difficile.
mɔ̄jɔ́ N acidité d'estomac. Tárò yíī à táḿ mɔ̄jɔ́. La sauce d'oseille provoque l'acidité d'estomac.
mɔ̀kɔ̄ N esp. d'arbuste qui pousse là où il y a d'eau. Mɔ̀kɔ̄ à kāgā ré kōnō ní òō kūmáy bī kànā ní ndò. Le "moko" est un arbuste qui a beaucoup d'épines mais il n'a pas de fruit.
mɔ́mē N moisissure bleu ou noir qui apparaît sur les épis de mil. Tāy ré mɔ́mē òō rèní jɔ̀ɔ̄ kàm ní ndò. Le mil qui a beaucoup de moisissures n'aura pas des grains.
mɔ̀ngɔ̀rɔ̀ ID très maigre (personne ou animal): descr. de ndɔ́kɔ̄. Bísì ré ndɔ́kɔ̄ mɔ̀ngɔ̀rɔ̀ lòhà nè à mòtù. Le chien est très maigre parce qu'il est malade.
mɔ̀rè N cousine ou soeur chargée des récoltes d'un cousin ou d'un frère chaque année. Mɔ̀rè ày ná màyɔ̄, nògò-nè nè táḿ kìlà mà màgè í nē nj-éngè tāy kòkórí. La cousine ou soeur chargée des récoltes est une chose de la bonne chance, si elle fait le travail dans ton champs alors trouver de mil très bon.
mɔ̀tɔ̀ (Syn: mèy) PRP sous, au-dessous de. Nè ànjā tàní mɔ̀tɔ̀ kāgā. Il s'est mis sous l'arbre.
mɔ̀tɔ̀ N le bas, la partie inférieure, le fond (v. aussi gèy). mɔ̀tɔ̀ gírò, mɔ̀tɔ̀ bà, mɔ̀tɔ̀ káỳ - le fond de la marmite, le fond de la jarre, le fond de la maison. Mɔ̀tɔ̀ kèē má rɔ̀ɔ̄. Le fond de mon van est troué. Mɔ̀tɔ̀ kèē má rɔ̀ɔ̄ njí m-ūbō yē yā. Le bas de mon van est troué, je vais acheter un nouveau. N origine. Mɔ̀tɔ̀ dèɓē ká kàréè àbò jē lò néè gē. L'origine de chaque homme vient des différents endroits. N raison, fondement. Expr: ùnù mɔ̀tɔ̀ -reprendre, recommencer Mōnō ùnù mɔ̀tɔ̀ kìlà.L'enfant recommence le travail.
mɔ̀tɔ̀-bàӯ (Syn: bàӯ) N lieu où l'on garde le bétail. Mōnō-sákū gē télē sā àɓē ní tàní mɔ̀tɔ̀-bàӯ. Les enfants conduisent le boeuf au lieu où on le garde.
mɔ̀tɔ̀-ɓē N l'est. Tìyè ìnjī tàní gè mɔ̀tɔ̀-ɓē Náā. Les Tiyé habite à l'est des Na.
104
mɔ̀tɔ̀-gírò N reste de nourriture au fond de la marmite. Màndé gē ìyā mɔ̀tɔ̀-gírò lòhà nākā ngàɓà néè gē. Les femmes gardent la nourriture au fond de la marmite pour le soutien de leurs maris.
mɔ̀tɔ̀-gòtò N benjamin d'une famille (litt: "fond du trou"). Mɔ̀tɔ̀-gòtò mōnō má gē ày mōnō mūɲé. Le plus petit de mes enfants est une fille.
mɔ̀tɔ̀-gùlà N ancêtres (allusion à l'arbre gùlà; par fois avec le complement gùlà "grand-parent"). Mɔ̀tɔ̀-gùlà dé à ní-njàkā kòō gē. L'origine de notre famille est des grands cultivateurs. Mɔ̀tɔ̀-gùlà kàká dé gē à njɔ̀ɓè nákū só. Nos grand-parents ancêtres ne mendiaent pas. N origine. Mɔ̀tɔ̀-gùlà néè ògò gè-bā ní Náā gē. Leur origine est au du pays Na.
mɔ̀tɔ̀-kàkā N ancêtre. Mɔ̀tɔ̀-kàkā dé ày gōsō dālā. Notre ancêtre est un expert du tamtam.
mɔ̀tɔ̀-kām N aisselle. í-tɔ́ɔ̀ mɔ̀tɔ̀-kām í kòkórí, yɔ̄ í àtù kàsū. Lave-toi bien les aisselles, tu sens très mauvais.
mɔ̀tɔ̀-kélì N le coude. Dèɓē ìsō bī mɔ̀tɔ̀-kélì ày dòō. Quelqu'un est tombé et il a une plaie sur le coude.
mɔ̀tɔ̀-nàmbā N ethnie, peuple. Ní Ràmì gē ày mɔ̀tɔ̀-nàmbā Sàrā-Kābā ré ògò gè jɔ̀-kàjà. Les Démé sont une ethnie Sara Kaba qui se trouve à l'ouest.
mɔ̀tɔ̀-rúgù-njàā N talon. Yìnì ìtà mɔ̀tɔ̀-rúgù-njàā má bī ɔ̀ɲɔ̀ mā kūmáy. Un scorpion m'a piqué au talon et ça me fait très mal.
mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī AV ce matin. Mɔ̀tɔ̀-yɔ̄-bìī ré mōnō má gē àɓē lɔ̀kɔ́lɔ̀. Ce matin mes enfants sont allés à l'école.
mɔ̀wὲ N sorte de sagaie à bout pointu. Yīgí mɔ̀wὲ táḿ kánē ùkà kānjē dódów. Les barbes de la sagaie sont pour saisir bien le poisson.
mùjù N vagin.
mùjù-gōmbī N noeud coulant d'un piège avec corde. Mùjù-gōmbī má ndēkī bī m-úkà àlī só. Le noeud coulant de mon piège est cassé et je n'ai pas attrapé un oiseau.
mùjù-kò-njàkā N trou de la houe par lequel on met le manche. Yìgì-bɔ̀lè ré òō kūmáy lò kànjā rèní mà mùjù-kò-njàkā. Le manche est trop grand pour entrer dans le troue de la houe.
mùjù-kūngā N trou de la hache par lequel on met le manche. Bìyà má òsì kōlī kūngā yā rèní mùjù-kūngā ní. Mon père met un nouveau manche dans le trou de son hache.
mūká N enclume, massue du forgeron. Kɔ̀dē-kòkù ùnù mūká òpī ní mìɲā. Le forgeron prend l'enclume pour frapper le fer.
mùlà N chat sauvage. Màā-njɔ̄ ré mùlà àbò ànjā tàní màkē káỳ kūnjá bī ùkà kūnjá gē. Cette nuit un chat sauvage est venu et entré dans le poulailler et il a attrapé les poulets.
mūlá N esp. d'herbe. Mūlá ày ngàlī ré àlī gē à ìsà kàm ní yènī. "Mula" est une herbe que les oiseaux aussi mangent ses grains.
múlā N la chance. Múlā má òrī yàā-ré. J'ai eu la bonne chance aujourd'hui [litt: ma chance est.bonne aujourd'hui].
Mūndū NP Moundou. Mūndū à ɓē kókòō ùmbā Kíyāɓē. Moundou est une ville qui est plus grande que Kyabé.
105
mùnjúù N esp. d'arbre [Balanites aegyptiaca]. Mùnjúù ày kāgā ré mbī ní ày tárò bī kànā ní ɲèlē kɔ̀ɲɔ̀ yènī. Le Balanites aegyptiaca est un arbre dont les feuilles sont (utilisées dans) la sauce et le fruit est bonne à manger.
mūɲé N jeune fille (normalement avec mōnō). Tàkàsà njíkī mōnō mūɲé à tàkī kūmáy lò njíkī. Au moment pour danser, les jeunes filles sortent beaucoup pour danser.
mūɲé-jɔ̀-ɓùlè N fille vierge. Mūɲé-jɔ̀-ɓùlè ày mōnō mūɲé ré gèӯ dē-ngàɓà só. Une fille vierge est une fille qui ne connaît pas un homme.
mùrà-mùrà N pas dur (pois de terre). Màndé ré njòkù wólī-kòō ní ày bé mùrà-mùrà. Cette femme a grillé ses pois de terre bien mou.
músù Arabe N canif. Músù ré àtà kūmáy só. Ce canif n'est pas tranchant.
mùtá N trois. Mōnō ní gē ày mùtá, mōnō ngàɓà jōó bī mōnō mūɲé kàré. Il a trois enfants, deux garçons et une fille. Expr: mùtá [dèɓē] -troisième [personne] Mùtá mōnō má à dē-ngàɓà.Mon troisième enfant est un garçon. Expr: [dèɓē gē] mùtá ní -[entre les gens] le troisième
mútù VT devenir muet sur [qqn] (toujours tà [dèɓē] mútù ní 'qqn ne peut pas parler'). M-īsō jī tàá, tà mútù mā. Je suis tombé de haut, je ne parlais pas.
mùyà N mur. Mùyà gɔ̄ káỳ má rúsū hálá. Les murs derrière ma maison se sont tous écroulés.
mbà N mouche tsé-tsé. Lò ré jā gē ròsò kūmáy rèní màā ɓà mbà ròsò kūmáy yènī. Là où il y a beaucoup d'animaux pendant la saison des pluies, il y a beaucoup de mouches tsé-tsé aussi.
mbà AV grand et long (en parlant des cornes d'animaux). Gàjà sā ré ày mbà. Les cornes de ce boeuf sont grandes et longues.
mbā N sorte de sagaie à large lame. Mbā ày nìngà ré kàm àɓà. "Mba" est une